Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’histoire de l’Afrique a été écrite par d’autres ; Nous devons posséder nos problèmes et nos solutions et écrire notre histoire.» Paul Kagamé

Burkina Faso : Des médecins se forment en médecine de catastrophe

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 17 mai 2021 à 15h22min
Burkina Faso : Des médecins se forment en médecine de catastrophe

Ce lundi 17 mai 2021 s’est ouvert à Ouagadougou, un séminaire de formation en médecine de la catastrophe. Il est organisé par l’Université Joseph Ki-Zerbo en collaboration avec le CORUS, le Dispositif d’intervention médicale d’urgence (DIMU), la Brigade nationale de sapeurs-pompiers et avec l’appui technique et financier de l’OMS. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le ministre de la Santé, Pr Charlemagne Ouédraogo.

Le Burkina Faso n’est pas à l’abri des catastrophes. Le pays est d’ailleurs confronté depuis quelques années à une situation sécuritaire difficile qui engendre un déplacement important de populations. Ce qui joue sur l’accès aux soins de santé. A cela s’ajoutent les situations comme les inondations ou encore la pandémie de COVID-19 qui a mis à rude épreuve le système de santé.

Une vue des participants au séminaire de formation

Face à ces situations imprévisibles, il est nécessaire que le pays dispose de ressources humaines capables d’y faire face. C’est ce à quoi répond ce séminaire de formation initié par l’UFR/SDS de l’Université Joseph Ki-Zerbo. « Cette formation revêt une importance capitale étant donné que notre pays vit une situation sanitaire sans précédent et une situation sécuritaire qui préoccupe au quotidien. L’insécurité qui prévaut dans le pays engendre des situations sanitaires exceptionnelles et il faudra apporter une réponse tout à fait particulière. C’est dans ce sens que ce séminaire se tient avec des experts venus d’ailleurs pour renforcer les capacités de l’équipe nationale afin qu’ils soient bien outillés pour faire face aux différentes situations qui nous arrive. En plus de l’insécurité, il y a la pandémie de Covid-19 qui a assez désorganisé le système et qui nous oblige à être outillés pour faire face à toutes les situations de catastrophes exceptionnelles qui peuvent venir demain, en plus de ce que nous avons déjà », a laissé entendre le ministre de la Santé, Pr Charlemagne Ouédraogo.

Pr Charlemagne Ouédraogo salue la tenue de la formation en médecine de catastrophe

La Représentante résidente de l’OMS, Dr Alimata Diarra/Nama, a indiqué que la médecine de catastrophe est au centre des préoccupations et recommandations de l’OMS. Pour cause, « face à la fréquence et à l’ampleur des situations d’urgence et des catastrophes, plusieurs initiatives mondiales se sont attelées au renforcement de la gestion des risques de catastrophe en tant qu’approche pour contenir et minimiser l’impact des situations d’urgence ». C’est ainsi qu’en 2012, les Etats membres de la région africaine de l’OMS ont adopté la Stratégie régionale pour la gestion des risques de catastrophes par le secteur santé couvrant la période 2012-2022. L’une des principales interventions recommandées aux Etats membres par la Stratégie, c’est le renforcement des capacités au sein du ministère de la Santé, notamment la formation des ressources humaines. Ce séminaire de formation en médecine de catastrophe vient donc à point nommé.

Dr Alimata Diarra/Nama, Représentante résidente de l’OMS au Burkina Faso

Maitriser les aspects de la médecine de catastrophe

Une semaine durant, les participants à la formation seront outillés sur plusieurs aspects de la médecine de catastrophe, a souligné Pr Nazinigouba Ouédraogo, anesthésiste-réanimateur, coordonnateur du diplôme d’études de médecine d’urgence et de catastrophe à l’Université Joseph Ki-Zerbo. « On va aborder les aspects stratégiques qui consistent à anticiper les situations de catastrophes, faire des plans, valider ces plans, faire des exercices. On abordera ensuite les aspects actions devant la situation exceptionnelle : l’organisation de la logistique, les vecteurs d’enlèvements, les soins qui doivent être faits sur le terrain et au niveau de l’hôpital, les dispositions à prendre pour permettre à un hôpital de faire face à des situations exceptionnelles comme un afflux massif de blessés tout en préservant les soins nécessaires pour les autres participants… », précise Pr Ouédraogo.

Pr Nazinigouba Ouédraogo

Outre les aspects logistiques, tactiques et cliniques, il sera question également d’autres aspects comme les situations épidémiques, les situations particulières comme les regroupements (camps de déplacés), ainsi que les risques radiologiques, bactériens, etc. La formation s’achèvera par un exercice sur le terrain, qui se déroulera au stade municipal.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Arrondissement N°2 de Bobo-Dioulasso : Une session pour dresser le bilan des cinq ans de gestion du maire
Ministère de la Fonction publique : Le Syndicat des contrôleurs et inspecteurs du travail dénonce une gestion clientéliste des ressources humaines
Région des Hauts-Bassins : Plus de 57 000 candidats à la conquête du Certificat d’études primaires session 2021
Secteur apicole au Burkina : Deux cents apiculteurs reçoivent des kits de production subventionnés
Insécurité au Burkina Faso : Le Mouvement pour la résistance populaire menace de monter au front
Région du Sahel : Plus de 7000 candidats composent les examens du CEP et du BEPC
BEPC session 2021 : Plus de 43 000 candidats en lice dans les Hauts-Bassins
Prévention et gestion des conflits agropastoraux : Les capacités des agents des forces de défense et de sécurité, et des magistrats renforcées
Lassané Savadogo, DG CNSS, dans l’émission Tapis d’honneur : « Pour la défense de son territoire, le Burkina compte d’abord sur son armée »
Insécurité au Burkina Faso : Le mouvement pour la résistance populaire menace de monter au front
BEPC 2021 : 43 762 candidats en lice dans les Hauts-Bassins
Fraude de marchandises : Six présumés délinquants dans les filets de la Police et la Douane
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés