Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Liberté de la presse au Burkina : Une situation « plutôt bonne », selon le rapport 2020

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET • lundi 3 mai 2021 à 22h40min
Liberté de la presse au Burkina : Une situation « plutôt bonne », selon le rapport 2020

La moyenne nationale de la liberté de la presse en 2020 chute de 2,5 à 2,41 sur 5. Toutefois, cette note correspond à une situation « plutôt bonne ». C’est ce qui ressort du rapport sur l’état de la liberté de la presse au Burkina.

Le rapport 2020 de Reporter Sans Frontières, qui classe le Burkina comme le meilleur élève en Afrique francophone en matière de liberté de la presse, n’est pas le seul indicateur de l’état de la liberté de la presse. Au plan national, une étude est régulièrement commanditée chaque année par le centre national de presse Norbert Zongo et a droit de cité. A l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, célébrée cette année sous le thème de la viabilité des entreprises de presse, le rapport a été présenté au centre national de presse Norbert Zongo.

« En choisissant ce thème, nous exprimons notre souhait de voir l’ensemble de la communauté politique, économique et médiatique consentir des efforts au profit de l’entreprise de presse. Ce maillon indispensable à la production de l’information est en péril », a déclaré le président du comité de pilotage du centre national de presse Norbert Zongo, Inoussa Ouédraogo.

Une moyenne en chute

Dans le rapport, il ressort que la moyenne de la moyenne nationale de la liberté de la presse a dégringolé de 2,5 en 2019 à 2,41 sur 5 en 2020. Et même si derrière cette chute, les acteurs s’accordent à dire que la situation est plutôt bonne, le rapport fait ressortir les obstacles ou faiblesses liées à ce recul.

Les obstacles du recul

Selon Dr Lassané Yaméogo, il s’agit entre autres de l’inadéquation du régime fiscal, les formes et actes de violation de la liberté de la presse. A ce sujet, 2020 a connu une valse de journalistes et techniciens des médias publics avec près de 370 agents affectés dans des services administratifs. Il y a eu également quatre cas d’intimidation et / ou de menace de mort à balle réelle, un cas de cambriolage et deux cas de condamnation, à Ouaga et à Diébougou.

Parmi les autres obstacles constatées et qui justifient ce recul de la moyenne, il y a la précarité des journalistes avec des salaires bas et une non-effectivité de la convention collective, le difficile accès à l’information publique (la loi 051-2015/CNT portant droit d’accès à l’information publique et aux documents administratifs, n’est toujours pas suivie d’un décret d’application), l’absence de soutien du marché de publicité par les agences de publicité et assimilés, l’absence d’indice d’audience, de chiffres de tirage et de statistiques sur la consommation des médias électroniques, etc.

Sur l’étude d’impact du Covid-19 sur le travail des journalistes burkinabè, réalisé à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, il ressort que les mesures prises par le gouvernement pour freiner la propagation de la maladie comme la mise en quarantaine de certaines villes a freiné le travail de collecte de l’information. Certaines rédactions ont travaillé pendant un moment à distance.
A propos d’impact économique, il ressort que des rédactions ont dû diminuer leurs effectifs et des salaires des journalistes pour pouvoir faire face à la pandémie. Cette situation a donc créé plus de pertes que de gain pour les médias.

Herman Frédéric Bassolé

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 3 mai à 21:03, par Ka En réponse à : Liberté de la presse au Burkina : Une situation « plutôt bonne », selon le rapport 2020

    Ce jour 3 mai 2021, le monde entier commémore la 30e journée de la liberté de la presse. Et quelle surprise d’entendre que le Burkina se classe dans les 30e rangs au monde pour sa liberté d’expression. Qui l’aura cru il y a 10 ans ?

    Durant les années 1989 jusqu’à l’assassinat du valeureux journaliste Norbert Zongo, et après 1998 à 2015, à part justement Norbert Zongo, la plus part de nos journalistes de la presse écrite, télés, radios, faisaient partie de ces journalistes peu courageux, qui n’initient rien, mais qui sont très alertes pour briser le rêve des autres qui osent, par peur d’un introverti avec ses éléments de gardes présidentiels qui tiraient sur celui qui critiquait à travers, ou même le bruler. Presque tout le monde de la presse n’était que des fossoyeurs a une autre époque.

    Depuis le 31 Octobre 2014, 90% de nos journalistes de la presse écrite, en ligne, télé ou radio, ont compris que le travail du journaliste, c’est d’informer, et ce, le plus objectivement possible. Les manipulations et autres trafics d’influence sont en-dehors de ses attributions, voire franchement contraire à la déontologie de la profession. La presse ne doit pas se laisser instrumentaliser par qui que ce soit, surtout pas nos décideurs.

    Les jeunes journalistes a ne cité que O.L
    Lefaso.net Justine Bonkoungou, Lefaso.net, Dimitri et tant d’autres, ont compris que la liberté de la presse et le respect de la déontologie journalistique vont de pair avec la bonne gouvernance. Dans un pays "développé", le journalisme d’investigation doit exister, mais en vertu de la déontologie, il ne faut pas confondre investigation et calomnie. Il n’y a pas de place pour les affabulations et les rumeurs, en Afrique, elle est déjà assez "pourrie" comme ça ! Un journaliste ne doit pas "manipuler" l’information, mais la traduire sans déformation en lui donnant la juste importance qui découle de son contexte. Toute autre forme de traitement est du ressort de la COMMUNICATION, ce qui n’est pas le même métier. Malheureusement, au Faso, on confond volontiers les deux, ce qui fait des journalistes de véritables "mercenaires de la plume" au service d’intérêts plutôt contestables, et, en tous cas, peu conformes au code de déontologie que beaucoup feraient mieux de relire attentivement.

    Conclusion : Pour que la liberté de la presse avance de manière significative au Burkina, les professionnels du secteur, les Autorités de régulation et l’Etat doivent œuvrer au fort renforcement des capacités des journalistes et à une véritable amélioration qualitative des publications, qu’elles soient en ligne ou pas. La presse Burkinabé, comparée à ses consœurs de la sous-région est tellement militante. Bravo et bon courage a notre monde de la presse,
    .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Éducation des jeunes au numérique : La CIL et le ministère de l’Education nationale signent un protocole d’accord
L’Évènement du 10 mai 2021 vient de paraitre !
Nouvelles mises à jour de WhatsApp : En cas de refus, le compte ne sera pas supprimé mais...
Etude d’audience des médias : A Ouagadougou, BF1 en tête des télés et Savane FM en tête des radios
Lettre au fondateur de Jeune Afrique : Le président ADO au cœur de tes échanges actuels avec Siradou Diallo !
Béchir Ben Yahmed : Mort d’un patron de presse
Béchir Ben Yahmed est décédé : Le magnat de la presse panafricaine a cassé sa plume
Journée mondiale de la liberté de la presse : Le rayon venu de Marie-Soleil Frère
Liberté de la presse au Burkina : Une situation « plutôt bonne », selon le rapport 2020
Béchir Ben Yahmed, fondateur de Jeune Afrique, est décédé
Burkina : L’AJB consternée par l’assassinat des journalistes par des groupes terroristes
Déclaration locale de l’Union européenne au sujet du meurtre de trois Européens dans la région de l’Est du Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés