Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Sécurité : « La mort de Déby donne une belle leçon pour l’avenir du G5 Sahel », pense le commissaire Rachid Palenfo

Accueil > Actualités > International • LEFASO.NET • mardi 4 mai 2021 à 09h00min
Sécurité : « La mort de Déby donne une belle leçon pour l’avenir du G5 Sahel », pense le commissaire Rachid Palenfo

Les attaques terroristes au Burkina Faso ne sont pas à leur terme. Dans la sous-région, les forces obscures sèment toujours la terreur. Suite au décès du président tchadien Idriss Déby, beaucoup d’observateurs s’inquiètent pour l’avenir du G5 Sahel. Dans cette interview, le commissaire de police, Rachid Palenfo, qui est d’ailleurs écrivain et consultant en gouvernance du secteur de la sécurité, donne sa lecture.

Lefaso.net : Quelle est votre perception de la lutte contre l’insécurité menée par le G5 Sahel ?

Rachid Palenfo : Au niveau du G5 Sahel, nous sentons une volonté de faire. Les chefs d’Etat font de leur mieux, des actions sont menées périodiquement avec l’accompagnement de la France personnellement mais aussi d’autres partenaires. Cependant, la lutte contre le terrorisme et ses corollaires connait des limites. C’est ce qui entrave l’atteinte rapide des objectifs. L’une des difficultés est la volonté du G5 Sahel de vouloir tout faire. Le but du G5 Sahel c’est la sécurité sinon la stabilisation de l’urgence sécuritaire. C’est donc un outil de coopération mis en place à cet effet.

Force est de constater que de jour en jour, il s’attribue des prérogatives qui peuvent donner lieu à confusions créant ainsi un amalgame préjudiciable dans ses rapports avec la CEDAO et l’UEMOA. Ensuite, il y a un problème organisationnel de l’action. La conflictualité au Sahel est fortement liée à un problème de maîtrise des espaces frontaliers. La stratégie de déploiement des effectifs sur différents fuseaux doit se renforcer par des stratégies bilatérales de sécurisation des périmètres frontaliers.

Par exemple, pour ce qui concerne la frontière Burkina-Mali, long de plus de 1000 kilomètres, les différentes autorités pour définir ensemble les modalités de sécurisation (nombre de postes de sécurité le long des frontières, les mécanismes de défense opérationnelle et de contrôle de la migration, les moyens, etc.). Il y a également des difficultés pour le G5 Sahel à mobiliser des ressources nécessaires à son fonctionnement.

Ainsi, les Etats peuvent réfléchir sur la mutualisation des ressources internes sur un certain nombre de domaines comme la commande de matériels de défense et de sécurité ; une seule commande lancée par les cinq pays reviendra moins coûteuse que des commandes séparées pour le même équipement. Fort de ces insuffisances et au regard des critiques récurrentes sur son efficacité, voire son utilité, le G5 Sahel devrait penser sur l’opportunité d’une réformation afin de répondre efficacement et durablement aux attentes urgentes des populations du Sahel.

Dans cette lutte, le G5 Sahel perd un allier assez important, il s’agit du président tchadien Idriss Déby. Beaucoup s’inquiètent pour l’avenir de ce groupe. Partagez-vous la même préoccupation ?

La mort du président tchadien, Idriss Déby Itno, pose un certain nombre d’inquiétudes quant au devenir du G5 Sahel et même du Sahel. Nous avons le risque du retrait des troupes stationnées dans la zone des trois frontières. Le risque que l’engagement du Tchad d’après Déby n’ait pas le même dynamisme dans la lutte contre le terrorisme. Mais, le pire des scénarios non souhaitables est la transformation du Tchad en une seconde Lybie du fait de l’échec dans la gestion du processus de la succession. Un Sahel déjà fragile pourrait-il faire face à un tel aléa ? D’où la nécessité pour les pays du G5 Sahel de s’impliquer pour faciliter le processus de transition devant conduire à des élections. Insister auprès des Tchadiens sur leurs responsabilités, leurs engagements et surtout les inviter à promouvoir le dialogue pour une gouvernance inclusive. C’est à ce prix que nous pourrons sauver le Tchad et le Sahel.

Le destin [sécuritaire] d’une sous-région ne peut se reposer que sur un seul pays ?
Le destin d’une région doit reposer individuellement et collectivement sur l’ensemble des pays de cette région et non sur un seul pays. Sinon en cas de crise au sein de ce pays-gendarme, c’est toute la région qui se sentira vulnérable et en danger face à la crise. La mort brutale du président tchadien nous donne là une belle leçon pour l’avenir pour les pays du G5 Sahel à savoir compter sur soi avant l’autre pour sa sécurité.

Dans votre ouvrage « Théorie des fondamentaux de la sécurité nationale en Afrique », vous proposez trois grands fondements comme une alternative pour la réformation des systèmes sécuritaires en Afrique. Pouvez-vous revenir sur ces trois grands fondements ?

Selon moi, la sécurité d’un Etat repose sur trois (03) grands fondements à savoir :
Premier pilier : la sécurité par Moi ou sécurité personnelle (organisation de la sécurité individuelle et familiale) ;

Second pilier : la sécurité par Nous ou sécurité communautaire (la sécurité dans nos quartiers et villages) ;

Troisième pilier : la sécurité institutionnelle qui fait intervenir les pouvoirs publics, les forces de sécurité nationale, la sécurité privée, la solidarité interétatique, etc.

Il y a une interaction et une interdépendance entre les différents paliers de sorte que la rupture d’un pilier entraîne un dysfonctionnement du système. Dans l’analyse sécuritaire d’un pays, l’on s’appuie sur ces fondements pour mesurer le niveau d’efficacité. Ainsi, dans le cas du Burkina Faso, l’on peut se demander lequel ou lesquels de ces piliers ne fonctionne (fonctionnent) pas correctement ? Autrement dit, les populations ont-elles une culture de la sécurité personnelle à la maison, en famille, lors des déplacements, au service ? Nos communautés sont-elles bien organisées dans les quartiers et les villages ? Les forces de l’ordre répondent-elles efficacement aux attentes des populations ? Existe-t-il de bons rapports entre FDS et population ? Les acteurs ont-ils conscience de leur rôle et leur responsabilité ? Sont-ils éduqués à cet effet ?

Dites-nous pourquoi la « sécurité pour nous » ou sécurité institutionnelle est-elle importante dans le cas actuel pour les pays du Sahel ?

La sécurité pour Nous ou sécurité institutionnelle est importante pour les pays du G5 Sahel car elle met en œuvre l’appareil étatique dans toutes ses composantes publiques et privées. Elle accorde une place privilégiée à la solidarité interétatique empreint d’entrain plutôt que la coopération soutenant l’idée d’intérêt. Enfin, elle appelle à une prise en compte de nos valeurs africaines dans la gouvernance sécuritaire. C’est donc une mobilisation globale, holistique, multidisciplinaire et multidimensionnelle pour la recherche de la paix et de la sécurité au Sahel.

Propos recueillis par Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 3 mai à 16:24, par Marcus En réponse à : Sécurité : « La mort de Déby donne une belle leçon pour l’avenir du G5 Sahel », pense le commissaire Rachid Palenfo

    JE ME RETROUVE DANS CE QUE VOUS DITES AUSSI CHACUN DOIT COMPTER SUR LUI AVANT DE COMPTER SUR L’AUTRE DANS TOUS LES DOMAINES. EN TOUT ETAT DE CAUSE IL YA UN ADHAGE QUI DIT QUE CHACUN DOIT LAVER SA FACE ET DIEU VA LAVER SON DOS. C’EST VRAIMENT UNE BELLE LECON ET CHAQUE DOIT LAVER SA FACE EN REPENSANT SA STRATAGIE DE DEFENSE. A BON ENTENDEUR SALUT...

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai à 00:39, par Zero a la Base En réponse à : Sécurité : « La mort de Déby donne une belle leçon pour l’avenir du G5 Sahel », pense le commissaire Rachid Palenfo

    Recitation scolaire de cours sur la securite. rien d’ original. C’ est l’ etat qui a le monopole de la violence. La securite va commencer par soi avec des arcs ? Avec quelle organisation ? Avec quels moyens d’ information ? Peut- on parler de securite sans information ? Que dire de l’ asymetrie en termes d’ informations, de renseignements entre le pulblic et l’ Etat ? Pourquoi la securite individuelle et collective est mise a rude epreuve aujourd’ hui alors que ce n’ etyait pas le cas en 1970 ? Il faut donc une analyse holistique au lieu de se p[ermettre des analyses securocratiques plates. decu !!!

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai à 07:57, par levieux sage En réponse à : Sécurité : « La mort de Déby donne une belle leçon pour l’avenir du G5 Sahel », pense le commissaire Rachid Palenfo

    "" le commissaire de police, Rachid Palenfo, qui est d’ailleurs écrivain et consultant en gouvernance du secteur de la sécurité, donne sa lecture.""""
    Bravo Mr le commissaire pour votre théorie de la sécurité dans le G5 Sahel. Dans le Grand Sahel il y’a tellement de théoriciens, consultants, expert en sécurité et cela n’empêche point l ’insécurité sous toutes ses formes de continuer a endeuiller des familles.
    Pourquoi ne pas laisser la presse tranquille et quitter vos bureaux luxueux pour le terrain, la pratique afin de contribuer a stopper un temps soit peu les forces du mal. Depuis que nos experts et autres consultants se font de la publicité dans les masses medias qu’est ce qui a véritablement changer sur le terrain. Il est temps pour vous aussi de changer et mieux apporter votre touche sur le terrain pour le bonheur de tout le G5 Sahel.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai à 10:14, par SOLEDADE En réponse à : Sécurité : « La mort de Déby donne une belle leçon pour l’avenir du G5 Sahel », pense le commissaire Rachid Palenfo

    Mon Commissaire, vous avez une très bonne vision pour votre pays, mais merci merci et mille merci. Actuellement nous avons le même problème pour l’électricité, en effet notre pays a compter sur les apports en mégawatts du Ghana et de la Côte d’Ivoire, le résultat est là des coupures intempestives et destructions de biens privés et pour se justifier la SONABEL a organisé une conférence de presse pour s’excuser. Si depuis des années, le BF avait travailler à être véritablement indépendant, on en serait pas là. Donc, sur le plan de la sécurité, il faut outiller et former les FDS pour nous affranchir TOTALEMENT de qui que soit.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai à 15:55, par Le patriarche En réponse à : Sécurité : « La mort de Déby donne une belle leçon pour l’avenir du G5 Sahel », pense le commissaire Rachid Palenfo

    QUE C’EST EXCELLENT LE TITRE DE CET ARTICLE !
    Bonjour chers responsables de lefasonet et confrères internautes/lecteurs.
    J’apprécie très positivement cet article, l’analyse personnelle de monsieur le commissaire ainsi que le bon sens de ces journalistes de lefaso.net qui ont bien voulu se penche sur notre sécurité après la mort du leader panafricain, le président tchadien, le maréchal Idriss Deby Itno. Paix à son âme !
    En me penchant sur l’article, je n’ai point besoin d’apporter une autre analyse. Néanmoins, je tiens à dire à ceux qui ne peuvent pas faire une critique constructive, de se réserver. Il y va de la maturité psychologique, psychique et spirituelle.
    Car : CHACUN A DROIT A SES OPINIONS.
    Mes chers internautes surnommés zéro à la base et le vieux sage, faites un effort de comprendre la lucidité et la bonne articulation de l’analyse du Commissaire au lieu de vous borner à son titre. Autrement dit, chercher à bien comprendre ses idées au lieu de regarder son visage et son nom.
    Savons-nous que trois grandes pandémie sont en train de décimer sérieusement et silencieusement les Burkinabé ? Ce sont l’égoïsme, la jalousie et l’égocentrisme.
    Alors, s’il y a lieu de moraliser le commissaire, il vous serait responsable de vous faire interviewer par lefaso.net. Ses portes vous sont grandement ouvertes. J’attends impatiemment de vous lire. A bientôt donc !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Afrique du Sud : Le parti au pouvoir, l’ANC, secoué par une affaire de corruption
Coup d’Etat en Birmanie : 100 jours après, environ 800 morts, le pays s’enlise dans le chaos
G5 Sahel : Mahamat Idriss Déby se rend dans la zone dite "des trois frontières"
La fusée chinoise s’est désintégrée au dessus de l’océan indien
Tchad : Le matériel des reporters de RFI saisi au cours de manifestations réprimées par la police
Somalie : L’ancien président ghanéen, John Mahama, nommé Haut représentant de l’Union africaine
Sécurité : « La mort de Déby donne une belle leçon pour l’avenir du G5 Sahel », pense le commissaire Rachid Palenfo
États-Unis : Le couple Bill et Mélinda Gates divorce
Tchad : Le Collectif des Tchadiens indignés au Burkina exige une transition purement civile
Idriss Déby : Apocalypse chapitre 13, verset 10 (4e partie)
Tchad : 71 Organisations africaines contre la mise en place du Conseil militaire de transition
Tchad : Le général Mahamat Idriss Deby annonce la création d’un Conseil national de transition
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés