Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Le commerce transfrontalier comme moteur de la paix dans la région du Liptako-Gourma

Accueil > Actualités > Société • Communiqué de presse • lundi 3 mai 2021 à 12h08min
Le commerce transfrontalier comme moteur de la paix dans la région du Liptako-Gourma

Le 28 avril 2021 s’est tenu le lancement du projet régional « Commerce transfrontalier pour la consolidation de la paix » dans les régions frontalières du Burkina Faso, du Mali et du Niger, financé par le gouvernement du Japon pour plus d’un Milliards de francs CFA, qui sera mis en œuvre par le PNUD dans le cadre de son initiative Centre des Zones Frontalières d’Afrique (CZFA) du PNUD basé à Nairobi au Kenya.

L’objectif du projet est de renforcer la consolidation de la paix et la cohésion sociale en approfondissant l’intégration économique grâce à un commerce transfrontalier accru, en favorisant la compréhension mutuelle entre les communautés frontalières, en renforçant la sécurité alimentaire, en améliorant les moyens de subsistance et en augmentant les opportunités de revenus, en particulier pour les femmes et les jeunes.

M. Zeynu UMMER, Chef d’Equipe et Conseiller Technique Principal au CZFA, a reconnu que le projet créera les bases pour développer des programmes à plus long terme pour promouvoir la résilience et la sécurité humaine dans la région du Liptako-Gourma en approfondissant l’intégration économique entre les communautés frontalières grâce à un commerce et un dialogue accru.

En effet, l’impact des conflits sur les vies et les moyens de subsistance dans la région du Liptako-Gourma a été dévastateur. Au cours des neuf premiers mois de 2020, 1200 incidents violents se sont produits dans les pays du G5, contre 960 en 2018 avec une fréquence croissante et une incidence élevée d’attaques terroristes dans les trois régions frontalières. Avec la fermeture des frontières terrestres due à la COVID-19 et la rareté des ressources en raison du changement climatique, ces populations, qui tirent leurs revenus principalement de la mobilité, se sentent piégées.

Le Japon considère que « le renforcement de la résilience des communautés est essentiel pour une paix durable dans la région. Faire face à la situation dans la région du Sahel nécessite une série d’actions pour renforcer la résilience des populations locales. Le Japon s’est déjà engagé à la TICAD 7 à prendre des mesures pour la stabilité et la paix en Afrique sous la bannière d’une nouvelle approche de la paix et de la stabilité en Afrique (NAPSA).

Cette approche japonaise vise à identifier les causes profondes des conflits et du terrorisme en Afrique et à soutenir, entre autres, le renforcement des institutions des pays africains et de leur gouvernance, dans le respect de l’appropriation nationale. En ce sens, le Japon continuera à apporter son soutien pour relever divers défis humanitaires et de développement au Sahel » ; a déclaré l’Ambassadeur du Japon au Burkina Faso, Son Excellence Masaaki KATO.

La Représentante Résidente a.i. du PNUD Burkina Faso, Madame Isabelle Tschan, a reconnu que « les communautés frontalières en Afrique sont confrontées à une triple menace de la COVID-19, des conflits prolongés et des catastrophes liées au changement climatique, en particulier sur les agriculteurs et les éleveurs. Cette contribution du Japon vient en soutien aux efforts en cours des trois gouvernements, avec l’accompagnement du PNUD, pour la résilience et le relèvement socio-économique post-COVID-19. Ce projet se concentrera en particulier sur l’autonomisation des femmes – en tant que commerçantes et actrices de la paix - et des jeunes et s’engagera à ce que, lors de la sélection des partenaires du projet au niveau local, un accent particulier soit mis sur la sélection des organisations dirigées par des femmes et des jeunes. ».

Mme Tschan « s’est félicitée du partenariat fructueux entre le PNUD et le Gouvernement du Japon, de la confiance et de la bonne collaboration avec les gouvernement du Mali, du Niger et du Burkina Faso. Elle a enfin remercié l’Autorité du Liptako-Gourma pour le partenariat avec le PNUD et son rôle déterminant pour le commerce et le dialogue transfrontalier ! ».

Les commerçantes font également partie des groupes les plus vulnérables et, par rapport à leurs homologues masculins, elles souffrent de manière disproportionnée des contraintes liées aux activités commerciales transfrontalières, allant du paiement de taxes informelles au harcèlement et aux abus verbaux et sexuels.

Relever ces défis dans la zone transfrontalière montre l’importance des interventions en synergie et qui intègrent le développement socio-économique, la stabilisation et la consolidation de la paix.

Le Représentant du Ministre du Commerce du Burkina Faso, Monsieur Seydou ILBOULO, a exprimé sa gratitude au gouvernement du Japon au nom des gouvernements du Burkina Faso, du Mali et du Niger. Il a précisé que ce projet d’un an soutiendra les trois gouvernements dans leurs efforts pour renforcer la résilience, faciliter le relèvement socio-économique post- COVID-19 et aider à réduire les conflits dans la région.

« Dans la zone frontalière de Liptako-Gourma, les populations du Burkina Faso, du Mali et du Niger ont suffisamment souffert de l’insécurité. Malgré leur attachement à leur terre, beaucoup d’entre eux ont dû faire face à des déplacements forcés, entraînant des difficultés, telles que l’insécurité alimentaire, les fermetures d’écoles, des difficultés d’accès aux ressources en eau potable, etc. », dira-t-il.

Le projet « Commerce pour la paix » est l’un de ces efforts qui vise à atténuer l’impact économique, social et sécuritaire pour les communautés de la région du Liptako-Gourma.

La cérémonie de lancement a connu la participation de représentants de haut niveau des Gouvernements du Burkina Faso, du Mali et du Niger, de l’Autorité du Liptako-Gourma, de l’Ambassade du Japon et du PNUD.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter : Mahamadi Ouédraogo - tél. : 75.87.00.18 courriel : mahamadi.ouedraogo@undp.org

À propos de l’Africa Borderlands Centre : L’Africa Borderlands Centre (ABC) du PNUD est une nouvelle initiative visant à fournir des recherches, une analyse des politiques et une programmation dédiée aux zones frontalières africaines - Africa Borderlands Centre | PNUD en Afrique

Le PNUD forge des partenariats à tous les niveaux de la société pour aider à construire des nations résilientes, afin de mener à bien une croissance qui améliore la qualité de vie de chacun. Présents dans environ 170 pays et territoires, nous offrons une perspective mondiale et des connaissances locales au service des peuples et des nations. www.undp.org

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Eglise évangélique Baptiste de Bobo-Dioulasso : Le torchon brûle entre des fidèles et leur pasteur
Gaoua : L’Agence nationale de biosécurité sensibilise les étudiants sur la biotechnologie
Santé animale : Les vétérinaires se penchent sur la réglementation du secteur
Colonel-major Pierre Tiendrébéogo, premier DG de l’ONI : « Les exigences de la technique ne sont pas toujours en synergie avec les contraintes financières »
Ministère en charge de la Femme : Les organisations syndicales dénoncent au Premier ministre la « dégradation du climat social »
Éducation : Le personnel du Lycée Philippe Zinda Kaboré manifeste ce 10 mai 2021
Religions : Le chrétien face aux sectes et aux sociétés ésotériques
UEMOA : Le président de la commission et ses sept commissaires prennent fonction
Burkina Faso : Des associations formées sur la promotion du don de sang
Affaire de Pazani : Selon le ministre Clément Sawadogo, le propriétaire légal a cédé volontairement son terrain
Affaire "mosquée de Pazani " : L’Union des jeunes avocats dénonce une remise en cause du principe de laïcité de l’Etat
Ziniaré : La campagne de souscription aux parcelles de la cité des forces vives ouverte du 10 au 16 mai 2021
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés