Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Agriculture : La FAO et la CEDEAO analysent les pratiques agricoles

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET • vendredi 30 avril 2021 à 16h57min
Agriculture : La FAO et la CEDEAO analysent les pratiques agricoles

La FAO (Organisation des Nations-unies pour l’alimentation et l’agriculture) a organisé, ce vendredi 30 avril 2021 à Ouagadougou, un atelier de validation de l’étude sur l’évaluation agroécologique de la production agricole et des systèmes alimentaires au Burkina Faso.

La situation alimentaire et nutritionnelle est de plus en plus préoccupante. Selon les chiffres avancés par Abdoul Nasser Ibrahim, représentant par intérim de la FAO au Burkina, près de 690 millions de personnes souffrent de faim et de malnutrition dans le monde.

La situation des pays de l’espace CEDEAO n’est pas bien meilleure. Pour faire le point sur les pratiques culturales et leurs capacités à nourrir convenablement les populations de l’espace, la FAO et la CEDEAO ont commandité une étude sur la place de l’agroécologie dans les habitudes agricoles dans la sous-région et au Burkina Faso.

« Toutes les nations se sont engagées à atteindre zéro faim d’ici à 2030. Pour atteindre cet objectif, il est nécessaire qu’on analyse nos systèmes agricoles actuels », a expliqué Abdoul Nasser Ibrahim.

L’étude a été conduite par des experts désignés par les deux institutions. Les résultats révèlent, selon Abdoul Nasser Ibrahim, de nombreuses entraves à l’atteinte des objectifs que se sont fixés les Etats. « Malheureusement, le constat a révélé qu’on n’atteindra pas cet objectif dans ces conditions. Il ressort du rapport que les pratiques agricoles actuelles, avec l’utilisation massive des engrais chimiques et des pesticides, contribuent énormément à la faim, la malnutrition et la pauvreté », a indiqué le représentant par intérim de la FAO au Burkina Faso.

Abdoul Nasser Ibrahim, représentant par intérim de la FAO au Burkina

Le rapport révèle aussi, selon le patron de la FAO dans notre pays, qu’il existe dans certaines localités du Burkina, des pratiques agroécologiques qui peuvent permettre de nourrir les populations. « Mais ces pratiques ne sont pas suffisamment connues et vulgarisées. C’est le lieu de réunir tous les acteurs ici, de partager ces bonnes pratiques et de les mettre à l’échelle pour inverser la tendance », a-t-il ajouté.

Permettre d’assurer la durabilité des systèmes de production

Pour sa part, le Secrétaire général du ministère de l’Agriculture, Yassia Kinda, estime que l’étude va permettre à son département et aux acteurs sur le terrain de booster la production et de pérenniser les systèmes de production.

« L’étude va faire le diagnostic de l’ensemble de nos pratiques actuelles sur la production agro-sylvo-pastorale et les systèmes alimentaires. Ça va permettre de montrer les faiblesses que nous avons à assurer un système de production durable. Une fois que les faiblesses seront identifiées, nous aurons des propositions concrètes qui vont permettre au ministère de l’Agriculture et à l’ensemble des acteurs intervenant dans la production agro-sylvo-pastorale d’entreprendre des actions qui vont intégrer des paramètres de gestion écologique dans leurs activités pour permettre d’assurer une durabilité de nos systèmes de production », a indiqué le représentant du ministre de l’Agriculture.

Vue partielle des participants à l’atelier

Pour atteindre ces objectifs, les experts ont proposé la création d’une plateforme en vue de permettre aux acteurs de partager les expériences. Ils ont également requis beaucoup de financements pour la vulgarisation des meilleures pratiques. « C’est pourquoi nous voulons interpeller les partenaires techniques, les donateurs, à nous accompagner avec beaucoup de financements innovants pour mettre à l’échelle ces pratiques sur l’ensemble du pays », a conclu Abdoul Nasser Ibrahim, représentant par intérim de la FAO au Burkina Faso.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Coopération : La fête de l’Europe célébrée à Ouagadougou
Diplomatie : L’ambassadeur du royaume d’Arabie saoudite fait ses adieux au Burkina Faso
Burkina-Côte d’Ivoire : Zéphirin Diabré chez Alassane Ouattara
Banque Ouest-africaine de Développement : Le président du Faso sollicité pour être le porte-voix de l’institution
Candidature au poste de secrétaire exécutif de l’OTICE : Dr Lassina Zerbo venu solliciter l’appui du corps diplomatique à Génève
Agriculture : La FAO et la CEDEAO analysent les pratiques agricoles
Développement : Le démarrage du second Compact attendu en août 2022, selon le patron du MCC au Burkina, Michael Simsik
Urgences sanitaire et humanitaire : Les Etats-Unis d’Amérique font don d’un hôpital mobile au Burkina Faso
Burkina Faso : La Suisse lance un nouveau programme de coopération 2021-2025
Coopération : L’Agence française de développement (AFD) finance deux projets à plus de 35 milliards de F CFA au Burkina
Intégration africaine : Le ministre Maxime Koné dans la dynamique d’une collaboration efficace avec les organisations interafricaines au Burkina
Coopération : La France débloque une enveloppe financière d’urgence de plus de 8 milliards de FCFA pour le Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés