Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est bien d’être le meilleur, mais c’est meilleur d’être le plus original.» Youssoupha dans Mon Roi

Ouagadougou : Affrontements entre élèves et la police nationale

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 29 avril 2021 à 23h30min
Ouagadougou : Affrontements entre  élèves et la police nationale

Le ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales (MENAPLN), Pr Stanislas Ouaro et les parents d’élèves avaient une rencontre cet après midi du jeudi 29 avril 2021. Mais avant ce tête-à-tête, un affrontement a opposé les forces de l’ordre aux élèves manifestants.

Quelle est la cause exacte de cette manifestation ? Exigent-ils la démission du ministre ? Sont-ils contre les nouvelles réformes adoptées par le gouvernement ? Présent à cette manifestation, Lefaso.net a pu constater certains faits. En effet, l’on pouvait lire sur des pancartes "Ouaro tu es qui ?" "Seule la lutte libère. "NON aux réformes" "Oui pour une éducation normale".

"Ouaro tu es qui ?"

Aux jets de cailloux des élèves sur la police nationale, celle-ci a répliqué par des tirs de gaz lacrymogènes. Le rond-point des Nations-unies était devenu un théâtre d’affrontements entre les deux camps. On retrouvait ça et là des chaussures, des cahiers et des tenues abandonnés dans la fuite de leurs propriétaires (élèves). Un de nos collègues du groupe Oméga a fait l’objet de menaces par les élèves.

" Seule la lutte libère. NON aux réformes"

"Pour notre part, il n’appartient pas aux élèves de discuter de comment ils vont gèrer leurs examens, cela appartient aux encadreurs pédagogiques. Il appartient aux spécialistes de l’éducation sollicités par le gouvernement d’orienter notre système éducatif vers la qualité recherchée. De ce point de vue, il ne peut y avoir de discussion entre les spécialistes de l’éducation et les élèves sur la façon dont on doit organiser, évaluer et administrer les examens. Ces réformes n’ont pas été montées par le gouvernement mais c’est parti d’un constat et de propositions d’encadreurs pédagogiques et de spécialistes de l’éducation sur le terrain. Nous demandons aux parents d’élèves de poursuivre la sensibilisation avec les élèves sur le bien fondé de ces réformes et aux élèves de faire confiance au gouvernement", a laissé entendre le ministre Stanislas Ouaro, à sa sortie d’audience à sa sortie d’audience avec les parents d’élèves.

Des Chaussures abandonnées dans la fuite des élèves

"Une fille de la classe de troisième du collège sainte Bernadette de Kongoussi est décédée dans la matinée du 29 avril 2021, lors d’un mouvement de foule provoqué par une protestation scolaire", a rapporté l’AIB. Le ministre Ouaro dit ne pas être pas informé pour le moment. Cependant, il a rassuré que si cette information est vraie, des mesures administratives seront mises en place.

Pour rappel, le gouvernement burkinabè, par décret n°02021/0023/PRESS/SGG-CM, du 1er février 2021, a chargé le ministère de l’Education nationale de l’organisation des examens du baccalauréat.

Dofinitta Augustin Khan
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 30 avril à 07:09, par HUG En réponse à : Ouagadougou : Affrontements entre élèves et la police nationale

    On pense avoir tout le monde a son coté mais le mpp gagnerait a gerer attentivement cette question.Quant a certains haut responsable de l education il gagnerait a ne plus tenir des propos guerriers .Qui sait ?

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 07:15, par Lom-Lom En réponse à : Ouagadougou : Affrontements entre élèves et la police nationale

    La vérité sera connue ! On utilise les pauvres mômes pour un combat politique qui ne les concerne pas ! On aimerait avoir une position claire des enseignants du secondaires car s’ils se déclarent incompétents pour administrer des épreuves de BAC aux élèves qu’ils ont préparés depuis des années, alors le débat est clos ! Il faut continuer d’avoir recours aux enseignants du supérieur pour diriger les jurys à cause de l’incompétence ou des insuffisances intellectuelles des enseignants ! Ce qui ne me semble pas vrai du tout !

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 08:31, par Le Pacifiste En réponse à : Ouagadougou : Affrontements entre élèves et la police nationale

    Je pense qu’il faut prendre au moins une année pour communiquer sur ces reformes.Peut-être les élèves comprendront. Que disent les parents d’élèves ? On attend le compte rendu de leur rencontre avec le ministre Ouaro

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 08:44, par Vérité Indiscutable En réponse à : Ouagadougou : Affrontements entre élèves et la police nationale

    C’est le gouvernement qui est chargé de la mise en oeuvre des propositions des experts. Il ne faut pas l’innocenter aussi rapidement.
    Ce gouvernement manque de savoir-faire. Avant de mettre en pratique des réajustements académiques, un processus de sensibilisation démontrant que la nouvelle proposition est meilleure s’impose.
    C’est là que tout a manqué. Quelle sensibilisation a-t-elle été faite auprès des professeurs ? des parents d’élèves ? des élèves ? de la société civile en général ?
    Maintenant la violence réciproque ne peut rien résoudre. Hélas mon pays !

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 08:44, par Sacksida En réponse à : Ouagadougou : Affrontements entre élèves et la police nationale

    Je me demande quels sont les interets que le Ministre Ouaro defend dans sa reforme rejetee par une bonne majorite des eleves, des professeurs et des parents d’eleves ? En tant qu’intellectuel il faut bien toujours convaincre par des arguments et non pas par la force. Il doit savoir que les temps on vraiment changer et donc l’approche des problemes egalement doit suivre bien sur la meme trajectoire ; que de vouloir faire la dictature. Les eleves sont des adultes en construction car mene son propre enfant il faut le persuader a adherer a quelque chose et c’est la meilleur methode. Si vous excluez une partie prenante dans l’education et la formation des jeunes, vous courez a votre perte. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 10:54, par lapatriote En réponse à : Ouagadougou : Affrontements entre élèves et la police nationale

    chers eleves, c’est pas mieux de rentrer suivre vos cours et attendre l’issue des echanges ? avez-vous vraiment besoin de mettre vos vies en danger pour quelque chose dont vous-memes ignorez les tenants et aboutissants ? La rue n’est pas faite pour vous, s’il vous plait rejoignez vos classes. Votre camarade qui a perdu la vie a kongoussi, c’est sa famile et ses proches qui ont perdu. Paix a son ame

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 11:52, par Idéal_71 En réponse à : Ouagadougou : Affrontements entre élèves et la police nationale

    Je suis surpris et profondement attristé que des élèves manifestent pour influencer sur le système d’éducation à adopter pour le leur appliquer. C’est comme votre enfant qui vous dis à la maison comment vous devez lui inculquer les valeurs sociales et intellectuelles. A Cesar ce qui est à César, le système éducatif est une affaire de professionnels de l’éducation que sont les parents d’élèves et les enseignants. Il appartient au gouvernement de coordonner avec ces derniers pour orienter l’éducation afin de construire la société de demain. Il faut un plan stratégique définie en collaboration avec tous les acteurs de l’éducation avec une mise en œuvre bien contrôler pour qu’à l’horizon futur, nous obtenions la société que nous voulions avoir. Évitons de manipuler les innocents dans un combat qui ne les concerne pas. Cela peut nous conduire dans un chaos qui est bien évitable. Que les politiciens restent dans la politique et évitent pour le bien du Burkina Faso que nous aimons tous tant les actions de récupérations de certaines situations sociales vers des destins inavoués. A bon entendeur, salut

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 12:03, par Zouli En réponse à : Ouagadougou : Affrontements entre élèves et la police nationale

    Oh ! J’adore cette partie « Les spécialistes de l’éducation sollicités par le gouvernement » Après 60 ans d’indépendance, le système éducatif burkina vit toujours dans l’ombre de l’école coloniale , sans qu’on ait trouvé une formule endogène, propre à nos réalités pour préparer nos enfants à devenir des citoyens modèles et intègres. Et j’apprends que le pays regorge de spécialistes en éducation. Pourtant nos dirigeants font des courbettes chez les occidentaux pour financer l’éducation au burkina, et ceux ci imposent des contenus scolaires qui sont en déphasage avec notre environnement. Wait and see !!!!! Le travail des spécialistes spécialisés en........

    Répondre à ce message

    • Le 30 avril à 15:12, par Kabacomatique En réponse à : Ouagadougou : Affrontements entre élèves et la police nationale

      "" Et j’apprends que le pays regorge de spécialistes en éducation."" : complètement du même avis que toi Zouli. Le pays regorge de spécialistes et de docteurs en tout ce qu’on veut, surtout dans le domaine de l’éducation.
      Et pourtant, comme tu le soulignes, nous en somme encore là : "" ... nos dirigeants font des courbettes chez les occidentaux pour financer l’éducation au Burkina, et ceux ci imposent des contenus scolaires qui sont en déphasage avec notre environnement. ""

      Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 15:31, par Sacksida En réponse à : Ouagadougou : Affrontements entre élèves et la police nationale

    En outre, la seule vraie reforme de l’education nationale et la formation, independante, progressiste et revolutionnaire a ete portee par le Conseil Nationale de la Revolution avec Thomas Sankara. Il se declinait : Prescolaire, l’Enseignement Fondamentale, Enseignement Polytechnique et Professionnel et l’Enseignement Superieur et la Recherche. Malheusement la fin de la Revolution avec l’assassinat du Pere de cette Revolution Democratique et Populaire a mis un terme cette reforme ambitieuse revolutionnaire et independante. Donc, l’on peut affirmer que la dite reforme actuelle est aleatoire et poursuit le systeme neocoloniale comme le sont nos institutions nationales financees par la banque mondiale, le FMI et l’Union Europeenne. Posons balle a terre et trouvons des solutions concensuelles, car c’est le moindre mal pour notre jeunesse. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 2 mai à 11:56, par ZAGRE En réponse à : Ouagadougou : Affrontements entre élèves et la police nationale

    Ou étaient ces professionnels quand on appliquait ancien système qui d’ailleurs a fait ses preuves ? Dans un pays si des réformes doivent empêcher l’enfant du pauvre de poursuivre ses études, il ya lieu de s’inquiéter et de dire tout suite non à ces réformes.
    Cependant, le silence des syndicats de éducation m’inquiète.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : Un exercice militaire dans les environs de l’ISEPC
Délégation des tâches : Une stratégie nationale de passage à l’échelle pour rapprocher les services de planification familiale des populations
Enregistrements des naissances à l’état civil : Le programme BRAVO fait le bilan de son intervention dans le Centre-Ouest
Bali Nébié, écrivain : « Au village, il arrive que les autorités coutumières brûlent des fétiches »
Mouvement d’humeur à Koudougou : Des élèves expriment leur ras-le-bol
Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) : Une tentative d’évasion fait cinq blessés
Province du Nahouri : Trois trafiquants de pointes d’ivoire mis aux arrêts et poursuivis devant les tribunaux
Assises sur l’éducation nationale : Le ministre Stanislas Ouaro consulte le CES et l’ANSAL-BF
Région de l’Est : « Les autorités ne nous ont pas demandé de surseoir à notre manifestation », selon Emmanuel Ouoba, coordonnateur de « U Gulmu Fi »
Cas des conseillers municipaux dits nomades : Le cadre d’expression démocratique appelle à rejeter la stratégie de la terre brulée du MATD
Awa Fall Diop, ancienne ministre sénégalaise : « Le féminisme n’est pas une lutte contre les hommes, mais contre un système qui favorise les hommes »
Hôpital Souro Sanou : 24 mois de prison ferme et une amende de deux millions de FCFA à l’encontre du cogestionnaire du service de salubrité du restaurant
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés