Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Disparition du Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno : Et si l’avenir du G5 Sahel était menacé, interroge Dr Ablassé Ouédraogo de Le Faso autrement

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • mercredi 28 avril 2021 à 23h00min
Disparition du Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno : Et si l’avenir du G5 Sahel était menacé, interroge Dr Ablassé Ouédraogo de Le Faso autrement

Nos ancêtres nous ont enseigné que « quand on dort sur la natte du voisin on est couché par terre ». Et avec la disparition du Maréchal du Tchad Idriss Deby ITNO, Président de la République, le lundi 20 avril 2021, il y a urgence de réfléchir sur le contenu de cet adage et de se poser objectivement des questions sur l’avenir immédiat du G5 Sahel, tant la place et le rôle de ce Président et chef militaire réputé, pesaient dans cette Institution et sur le terrain sur plusieurs plans.

Stratège militaire, engagé personnellement dans la lutte contre le terrorisme au Sahel et dans le Bassin du lac Tchad, il était le pilier de l’échiquier sécuritaire et particulièrement un allier incontournable dans l’opération « Barkhane ».
Nous saisissons l’occasion pour saluer la mémoire de cet illustre africain disparu que nous avons pu cotoier dans des fonctions antérieures.

Et en faisant le parallèle avec la CENSAD après l’assassinat du Guide Mouammar KADDAFFI le 20 octobre 2011 à Syrte, il est à craindre que le G5 Sahel ne vive les mêmes difficultés que cette institution qui œuvre actuellement, tant bien que mal, pour l’intégration régionale. Comme gouverner c’est prévoir, l’on comprendra aisément le bien fondé de notre réflexion.

Cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale en matière de politiques de développement et de sécurité, le G5 Sahel a été créé le 16 février 2014 lors du Sommet des Chefs d’Etat, tenu du 15 au 17 février 2014 à Nouakchott par cinq États du Sahel : Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad répartis sur 5 097 338 km2.

Son objectif principal est la lutte contre les groupes djihadistes, mais également contre le trafic de drogue, d’armes et de migrants.
L’efficacité de la lutte contre le terrorisme dans l’espace du G5 Sahel est limitée par la faiblesse de ces Etats-membres, les obligeant à collaborer avec d’autres acteurs. La réalité est que le G5 Sahel est un regroupement d’Etats qui sont tous très faibles du point de vue économique, financier, sécuritaire, sanitaire et militaire et cela induit obligatoirement une forte dépendance à l’égard des autres acteurs internationaux.

Cette dépendance ne va pas se réduire miraculeusement dans les prochaines années si l’impulsion politique des pays membres pour la consolidation du G5 Sahel n’est pas massive et effective. Ce qui nécessite de ces pays une volonté politique confirmée et des capacités humaines, matérielles, financières et techniques accrues pour remplir le vide causé par la disparition du Maréchal du Tchad.

Malheureusement au niveau politique, la nouvelle situation qui prévaut au Tchad depuis le mardi 20 avril 2021, ne favorise pas cette dynamique et pire, elle fragilise incontestablement le Sommet du G5 Sahel qui se trouve, ironie du sort, privé de son président en exercice.

Plus inquiétant encore est le fait que la force militaire, pour ne pas dire la force de feu, que représente le Tchad, principal contributeur avec 1.850 soldats sur le terrain dans le dispositif du G5 Sahel pour l’atteinte de ses objectifs risque de connaître des changements qui pourraient déstabiliser toute la région avec un renversement dans le rapport des forces sur le terrain de la lutte contre le terrorisme, notamment dans la zone dite des « trois frontières » (Burkina Faso, Mali et Niger).

Le retrait en cours des troupes tchadiennes (1.200 soldats) déployés sur le terrain dans ladite zone des « trois frontières » à la suite des décisions du dernier Sommet du G5 Sahel tenu à Ndjaména du 15 au 16 février 2020 pour combattre les groupes armés constitue un véritable sujet de préoccupation. Les populations du Sahel se posent des questions sur leur avenir sécuritaire.

Le contexte d’aujourd’hui nous donne encore plus raison quand nous demandions que chaque pays se dote avant tout d’une politique nationale de défense et de sécurité propre et cohérente, qui pourra être complétée et renforcée par les efforts des partenaires de la communauté sous régionale, régionale et internationale.
Le nouveau contexte créé au sein du G5 Sahel finit de nous convaincre que les dirigeants des pays concernés n’ont plus le choix que de travailler à créer le dialogue avec ceux d’en face afin de trouver des solutions idoines pour soulager les populations du Sahel de leurs souffrances.

Ce dialogue, qui devra se faire avec intelligence, pourrait conduire à la résolution de la question sécuritaire, et entrainer de fait la paix, la stabilité et la confiance, qui toutes choses étant égales par ailleurs, sont indispensables pour asseoir le développement durable dans la région du Sahel, notre vœu le plus partagé.

Pour le Burkina Faso, qui est dans l’œil du cyclone du terrorisme, son Président serait mal inspiré de penser succéder au Maréchal du Tchad à la présidence du G5 Sahel tant la situation est précaire et volatile mais surtout compte tenu des souffrances endurées par les populations burkinabè lors de son premier mandat à la tête du G5 Sahel.
« Rien n’arrête une idée arrivée à son heure »

Ouagadougou, le 26 avril 2021

Le Président
Dr Ablassé OUEDRAOGO
Commandeur de l’Ordre National

Vos commentaires

  • Le 28 avril à 23:00, par Zimm En réponse à : Disparition du Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno : Et si l’avenir du G5 Sahel était menacé, interroge Dr Ablassé Ouédraogo de Le Faso autrement

    Dr. Ouédraogo, je ne vous connais pas mais vous êtes précis dans ce que vous écrivez dans l’espace et le temps ce qui injecte automatiquement de la rigueur dans vos points, cela se voit que vous avez réfléchi avant d’écrire. Bien sûr que l’on peut être d’accord ou pas avec vous en terme d’interprétation, mais vos argumentations sur une base quantitative sont valides, Keep Going !

    Répondre à ce message

    • Le 29 avril à 05:08, par DJANGO En réponse à : Disparition du Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno : Et si l’avenir du G5 Sahel était menacé, interroge Dr Ablassé Ouédraogo de Le Faso autrement

      Dr ABLASSÉ arrêtez de faire le m’as tu vu soyez réaliste et acceptez de voir autrement à l’image de votre parti le FASO AUTREMENT que vous avez créé. Le G5 a été avec BLAISE COMPAORE qui est toujours vivant mais absent de la scène comme s’il est mort. Le G5 continue. Déby est mort le G5 va continuer. C’est la marche de l’humanité. Seul Dieu est éternel. Rassurez-vous avec ou sans le G5 le terrorisme sera vaincu avec l’aide de Dieu. En attendant battez vous pour avoir le pouvoir en 2025 et on vous verra tous les jours.

      Répondre à ce message

    • Le 29 avril à 08:00, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Disparition du Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno : Et si l’avenir du G5 Sahel était menacé, interroge Dr Ablassé Ouédraogo de Le Faso autrement

      @Zimm : Les chiffres "précis" du docteur constituent le piège qui cache de GROS mensonges distillés dans la masse !

      Après avoir endormi le lecteur par ses "précisions", il écrit : Le retrait en cours des troupes tchadiennes (1.200 soldats) déployés sur le terrain dans ladite zone des « trois frontières » à la suite des décisions du dernier Sommet du G5 Sahel tenu à Ndjaména du 15 au 16 février 2020 pour combattre les groupes armés constitue un véritable sujet de préoccupation.

      Or, à ce jour, aucune information en provenance du Tchad, de la CEDEAO, du G5-Sahel ou de la France ne font état d’un retrait de 1.200 soldats tchadiens dont le déploiement a été récemment décidé.
      Fake ! Même si cela est dans de nombreux esprits d’une part en raison de la situation au Tchad, d’autre part en raison d’un éventuel chantage du clan Déby pour avoir le soutien des chefs d’états concernés.

      Plus loin, il donne le véritable but de cette tribune, et qui n’a rien à voir avec le Tchad : "Pour le Burkina Faso, qui est dans l’œil du cyclone du terrorisme, son Président serait mal inspiré de penser succéder au Maréchal du Tchad à la présidence du G5 Sahel tant la situation est précaire et volatile mais surtout compte tenu des souffrances endurées par les populations burkinabè lors de son premier mandat à la tête du G5 Sahel."

      Donc, en un tour de main, non seulement il fait croire que Roch Kaboré "convoite" le poste de président en exercice, qu’il va échouer à l’avoir, mais que cela s’explique par "les souffrances du peuple Burkinabè sous son premier mandat" ! Wahou !!!

      Roulement de tambour : Roch est rejeté par son peuple qui ne va plus l’élire président en exercice du G5-Sahel ! Comme si les populations d’un état décidaient pour les cinq concernés !

      Un vrai roublard, qui en plus table sur l’ignorance du lecteur lambda et joue l’amalgame. D’abord, et il le sait, ces postes de président en exercice de l’UA, de la CEDEAO, du G5 ou autres sont tournants, dans un ordre souvent pré-établi, et ne dépendent en rien des humeurs des populations locales. De plus, je doute que beaucoup de Burkinabè se souviennent de quand Roch a été président en exercice de ce machin dont on peine à voir l’action. Enfin, ayant été président avant Idriss Déby, c’est certainement le tour d’un autre.
      Mais pour son affirmation principale, si on en croit les 57% des électeurs Burkinabè en 2020, même s’il ont souffert, ils préfèrent encore la gouvernance de Roch Kaboré à celle d’un certain Ablassé Ouédraogo, (1,8%). N’en déplaise aux réflexions les plus doctorales...

      Répondre à ce message

  • Le 29 avril à 05:44, par Pasnaif En réponse à : Disparition du Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno : Et si l’avenir du G5 Sahel était menacé, interroge Dr Ablassé Ouédraogo de Le Faso autrement

    Le G5 est une coquille vide. Deby a demandé de donner les fonds au G5 juste pour une année mais la France joue les intermediaires, Quand l’armée Tchadienne a chassé les jihadiste du Mali jusqu’aux confins des falaises des Adrar des Ifoghas , la meme France et l’ONU on demandé a Idriss Deby Itno de rappeler son aemée avant qu’elle n’extermine ces vermines de jihadistes sprosorisés. Le G5 est mort né.

    Répondre à ce message

  • Le 29 avril à 11:02, par KABORÉ H. M. En réponse à : Disparition du Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno : Et si l’avenir du G5 Sahel était menacé, interroge Dr Ablassé Ouédraogo de Le Faso autrement

    Cette réaction se distingue par trois caractéristiques : elle est tardive, mensongère (par son manque d’objectivité) et inopportune (en ce qu’elle est complètement dénuée de fond).
    Pour finir ce Monsieur a lecture politique des faits pleine de naïveté.
    Un Dr qui réfléchit aussi lentement, et ce, de manière invariable (toutes ses interventions sont tardives), cela me laisse perplexe à son sujet.

    Répondre à ce message

  • Le 29 avril à 11:26, par Mafoi En réponse à : Disparition du Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno : Et si l’avenir du G5 Sahel était menacé, interroge Dr Ablassé Ouédraogo de Le Faso autrement

    Venir pleurnicher pour 1200 militaires est tout simplement pathétique alors que dans le même temps,des milliers de militaires burkinabè paradent à Ouaga.En plus chose extraordinaire,c’est le même qui aboyait tous les jours que,afin que la paix puisse revenir au Burkina,cela passe nécessairement par une réconciliation nationale.Pour moi,ce monsieur est un vrai tonneau vide

    Répondre à ce message

  • Le 29 avril à 11:46, par Lom-Lom En réponse à : Disparition du Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno : Et si l’avenir du G5 Sahel était menacé, interroge Dr Ablassé Ouédraogo de Le Faso autrement

    Après avoir échoué sur tous les plans et reçu plusieurs claques notamment électorale, Mr Ablassé se bat pour exister sur le plan médiatique. Malheureusement ceux qui savent lire au Burkina n’accorderont aucune importance à des incohérences de ce genre doublées de mensonges grossiers. Mr Ablassé, on vous conseille de vous battre pour avoir au moins un conseiller municipal en 2022 et c’est plus important pour votre parti que ce verbiage creux ! On est avec vous Mr Dr Ablassé !

    Répondre à ce message

  • Le 29 avril à 12:30, par Alexio En réponse à : Disparition du Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno : Et si l’avenir du G5 Sahel était menacé, interroge Dr Ablassé Ouédraogo de Le Faso autrement

    Je suis d accord avec l adage que vous avez etaler. Mais dire que le dictateur Idriss Deby etait un alliert incontournable est une vantardise demesuree, scenatique montee par la France pour employer les Tchadiens comme bras arme et fonds de commerce.

    Ce deal entre le Tchad et la France s averait par la suite avoir fissures.Les retobees economiques sont deficitaires par les soldat Tchadiens.

    Les couts de cette guerre fabriquee au Sahel fabriquee par la France pour proteger sa chasse gardee.

    Les ressources minieres de cette bande sahelienne jusqu au Mali. Ce marche de dupes de la geopolitique a trop durer sans succes.

    Meme avec les Tchadiens qui oont lavantage sur leur connaissance du desert. Qui sont ses terroristes ? Qui les financent ? Qui les armes avec des arsenals de premiere pointe ? Le general Haffar de la Lybie qui est soutenu par Paris ?

    Cette question etait poser en 2019. Et sil les rebelles Tchadiens qui ont tuer Idriss Deby ont le QG en Lybie, la part de responsabilte de la France n est pas exclure. Les accords de defence n etant pas impliquer cette fois.ci par la France.

    Ni l intellingence pour les informations sur la localite de ceux-ci . La France a contribuer indirectement aux rebelles. Alors que les tchadiens battaient acote de la force barkhane au Mali.

    A ajouter que Idriss Deby voulait pas simpliquer contre la Cebtrafique que la France est entrain perdere entre les mains dela Russie.

    Les deversememnts spectaculaires dIdriss Deby en campagne sur la France laissait a croire qu il y avait ine crise entre eux, Idriss Deby attaqua la France ouvertement et
    l accusa de neocolonialiste, et le createur de nos malheurs en Afrique.

    Répondre à ce message

  • Le 29 avril à 13:50, par Ka En réponse à : Disparition du Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno : Et si l’avenir du G5 Sahel était menacé, interroge Dr Ablassé Ouédraogo de Le Faso autrement

    Monsieur Ablassé Ouédraogo, je croyais que vous aviez déserté Lefaso.net comme tant de politiciens aux petits pieds qui n’aiment pas que les internautes de bonne foi les disent la vérité, et ont choisi d’autres sites a ne citer que ‘’’’Burkina.net’’’ pour vomir leurs salades partisanes dont les cacas s’intéressent et déposent leurs pourritures en cachette.

    Vous voilà enfin sur le site préféré des internautes de bonne foi sans les hommes de rang foireux et devenus fous à cause de leur chute brutale. Ce que je voudrai simplement vous faire savoir, pourquoi inquiétez-vous en pleurnichant si les éléments Tchadiens quittent les 3 frontières ? Rappelez-vous que votre mentor Blaise Compaoré avait fait rentrer le Burkina dans les rangs des premiers acheteurs d’armes de guerre au monde : Des armes achetées à des centaines de millions d’Euro et équivalent à des centaines de milliards de Franc CFA. Si ces armes étaient au Burkina, nous n’aurons pas besoin des éléments Tchadiens à nos Frontières.

    Mais voilà votre mentor a revendu toutes les armes de l’armée Burkinabé pour s’enrichir en laissant sans armes nos FDS qui sont devenus des chaires à canots au front par manque d’armes.
    Au lieu de s’inquiéter pour les Tchadiens qui laissent le G5 Sahel orphelin, téléphone a votre mentor aux bords de la Lagune Ebrié de rendre l’argent des armes destinées à notre armée, afin qu’on équipe nos FDS, vous verrez que le G5 Sahel ne s’inquiétera pas du départ des Tchadiens, nous avons des braves Soldats.
    Monsieur Ablassé Ouédraogo, si le Burkina est dans cette situation, c’est qu’entre 1990 et 2014, comme disait le Pr. Ki Zerbo, historien et un éternel opposant, écrivait dans le journal ‘’L’Indépendant’’’ du 9 mars 1999, ‘’l’image de marque du régime de Blaise Compaoré qui se porte bien à l’extérieur est le résultat d’un marketing forcené couteux et performant, mis au point par des techniciens, voir des mercenaires, et qui ne rendent pas de comptes au peuple Burkinabé.

    Mr. Ablassé Ouedraogo, ce sont les mauvais entourages de Blaise Compaoré qui savaient tout ce qui passait et faisaient ce marketing forcené, qui pleurnichent aujourd’hui avec des sorties de mensonges disant que ça ne va pas. En 1992 vous étiez au cœur des actions du régime Compaoré, et selon George Clay Kieh Jr. médiateur de la guerre entre Charles Taylor et son peuple, Blaise Compaoré et son entourage se sont enrichis en vendant des armes à Charles Taylor pour tuer les 300 000 Libériens. Un rapport repris par François Xavier Vershave dans son livre ‘’’’La Françafrique’’’’ le plus grand scandale de la république Stock Paris qu’aucun de vous n’a démenti. Un livre que vous pouviez lire en ayant le temps. Puisse qu’a l’époque vous n’aviez pas bronché. Sans rancune

    Répondre à ce message

  • Le 29 avril à 16:31, par jeunedame seret En réponse à : Disparition du Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno : Et si l’avenir du G5 Sahel était menacé, interroge Dr Ablassé Ouédraogo de Le Faso autrement

    « Et si l’avenir du G5 Sahel était menacé, interroge Dr Ablassé Ouédraogo de Le Faso autrement » Et si Ablassé avait posé cette question au G5 sahel dès les premiers jours d’Idris Déby ? Quel opportunisme. Le grand Ablassé veut nous intriguer et nous amener à vite consentir au retour immédiat et dans l’honneur de BLAISE comme autre alternative inévitable contre les terroristes chez nous. Mais cette corruption psychologique ne passera pas. Car il y a confiance toujours en soi.

    Répondre à ce message

  • Le 2 mai à 20:18, par De Chicado En réponse à : Disparition du Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno : Et si l’avenir du G5 Sahel était menacé, interroge Dr Ablassé Ouédraogo de Le Faso autrement

    Il faut faire la reconciliation national et affronter ces gens la avec nos maigres resources. Sortex Diendjere de prison et faites revenir Blaise. Confier les la question securitaire du pays. point barre.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Situation nationale : En fin de mission, le président du HCRUN remet son rapport au Chef de file de l’opposition politique
Rencontre Gouvernement-Troïka des PTF : Les crises sécuritaire et sanitaire au cœur des échanges
Rencontre entre Zéphirin Diabré et Blaise Compaoré : Premier acte de l’opération « bayiri » pour un super "pawego" 
Elections municipales de 2022 : Les acteurs réfléchissent déjà à la participation politique des femmes
Affaire "Mosquée de Pazani" : Eddie Komboigo craint qu’on ne replonge dans une autre crise
Côte d’Ivoire : Zéphirin Diabré rencontre Blaise Compaoré en catimini
Affaire « Mosquée de Pazzani » : Les syndicats de magistrats « déplorent et condamnent » l’attitude du gouvernement
Assises nationales sur l’éducation : Le ministre Stanislas Ouaro sollicite le CFOP
Médiateur du Faso : Obtention d’une grâce présidentielle au profit d’une détenue et réintégration d’une assistante de police stagiaire radiée ( rapport 2018)
Burkina : « On se demande si on a un État. S’il y en a un, c’est qu’il y a plusieurs États », s’inquiète Eddie Komboïgo
Crise sécuritaire : Le gouvernement est-il en train de perdre l’Est ? interroge Eddie Komboïgo, chef de file de l’opposition
Crise scolaire : Le MPP condamne les attaques dirigées contre certains établissements
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés