Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’autonomie et l’indépendance peuvent se transformer en égoïsme et en licence, l’ambition en cupidité, un désir effréné de réussir à tout prix.» Barack Obama

Vie chère Burkina : La CCVC dit non à la hausse incessante des prix des produits de grande consommation

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 27 avril 2021 à 23h15min
Vie chère Burkina : La CCVC dit non à la hausse incessante des prix des produits de grande consommation

La Coordination de la coalition contre la vie chère (CCVC) de la ville de Ouagadougou était face à la presse ce mardi 27 avril 2021. Elle a dénoncé la hausse incessante des prix des produits de grande consommation. De ce fait, elle interpelle le pouvoir MPP et ses alliés sur cette question cruciale par l’application de politiques cohérentes privilégiant les intérêts du pays.

Dominique Yaméogo, président de la Coordination de la coalition contre la vie chère (CCVC) de Boulmiougou et ses camarades de la CCVC de Nongr-Maason, de Sig-Noghin sont contre la hausse incessante des prix des produits de grande consommation dans la ville de Ouagadougou et au Burkina Faso de façon générale. Ils l’ont fait savoir ce mardi 27 avril 2021, à Ouagadougou, au cours d’une conférence de presse.

Courant mois de février et de mars 2021, la CCVC de la ville de Ouagadougou dit avoir fait des visites de contrôle des prix des produits de grande consommation dans les boutiques et yaars des cinq anciens arrondissements de la ville. Après vérification, il ressort que les prix notamment du riz, du maïs, du sorgho blanc, de l’huile, du petit mil ont connu une hausse. Pour le carburant, à la date du 23 mars 2021, le baril de Brent coûtait 37842 francs CFA et le prix du litre à l’international est de 238 francs CFA. « Ce qui signifie que l’augmentation actuelle ne se justifie pas », a laissé entendre Dominique Yaméogo, président de la CCVC/Boulmiougou.

Dominique Yaméogo et ses camarades de la CCVC réclament du pain et de la liberté pour le peuple

Au Burkina, a-t-il fait savoir, il n’y a pas d’habitat à loyer modéré. Particulièrement à Ouagadougou, dans les quartiers comme Dapoya, Karpala, Ouidi, etc, le loyer des chambres-salon ventilées avec douche interne varie entre 30 000 à 40 000 francs CFA. Dans les mêmes quartiers, le loyer des chambres-salon ventilées avec douche externe varie entre 20 000 et 25 000 francs CFA.

D’après le président de la CCVC de Boulmiougou, ceci est la conséquence de la non application de la loi n°103-2015/CNT portant bail d’habitation privée au Burkina. « A la cherté de l’eau et de l’électricité s’y ajoutent les surcoûts liés à la facturation de l’ONEA et de la SONABEL qui contribuent à accroitre les dépenses des ménages surtout ceux pauvres », a-t-il déploré. Les conférenciers ont aussi mentionné que le SMIG qui est de 33139 francs CFA est dérisoire au regard des différents prix pratiqués sur le marché.

La CCVC exhorte les différentes composantes du peuple à la réalisation d’un puissant mouvement d’unité populaire contre la vie chère

Désastreuse pour les ménages surtout ceux pauvres

Face à cette situation, à en croire la CCVC de la ville de Ouagadougou, les populations des villes et des campagnes n’ont d’autres choix que de s’organiser et de réaliser l’unité de lutte à la base. Car, a-t-il laissé entendre, la gouvernance actuelle laisse entrevoir un lendemain empreint de misère, de famine et d’insécurité vue la montée fulgurante de la corruption et du favoritisme.

« C’est pourquoi la CCVC dénonce la politique anti-sociale du gouvernement MPP et alliés, elle l’interpelle sur la question cruciale qu’est la flambée des prix des produits de grande consommation, la vie chère en générale », a scandé le président de la CCVC de Boulmiougou. En sus, les CCVC de la ville de Ouagadougou exigent des autorités, la prise en compte effective de leurs préoccupations pressante dont la vie chère qui ne saurait être l’objet de simples slogans de campagne.

Obissa Juste MIEN
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 27 avril à 17:13, par ali baba En réponse à : Vie chère Burkina : La CCVC dit non à la hausse incessante des prix des produits de grande consommation

    je vous demande d’être réaliste, le litre d’essence est a 615 F CFA pour un pays producteur de pétrole. Le loyer dans certains ouest africain est presque 3 fois plus cher qu’au Burkina sans pour autant des salaires plus élevés. Soyons sérieux chers messieurs de la dite ccvc. Vous ne rendez pas service a la nation car vous participez a la tension sociale inutile

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril à 17:32, par Manuel En réponse à : Vie chère Burkina : La CCVC dit non à la hausse incessante des prix des produits de grande consommation

    Bonjour
    Aii ! Vous tentez d’exister ?
    Faites du Pcrv un parti politique viable capable de remporter des élections et là votre projet de société sera mis en place.
    Sinon " pain et liberté pour le peuple" ne se vend plus bien ! La preuve : appelez à une manifestation ou à une grève, vous serez déçu.
    Tout cela parce que vous avez tiré trop sur la corde, et le peuple comprend en fait qu’il ya très peu de gens sérieux parmi vous.
    Bassolma a jeté l’éponge, suivez son exemple !

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril à 20:38, par Bigbale En réponse à : Vie chère Burkina : La CCVC dit non à la hausse incessante des prix des produits de grande consommation

    Regarsez-les ! Ils sont très ridicules ! Même si on veut occuper l’espace médiatique, il.faut user d’un peu d’intelligence au moins. Le peuple.que vous dites défendre n’est si naïf que ça ! Si on a un conseil pour vous, c’est d’organiser des conférences de presse tous les jours jusqu’à la fin de l’année par exemple ! Peut être serez-vous mieux vus et entendus ! En plus, appelez Basolma BAZIE à la rescousse !

    Répondre à ce message

    • Le 28 avril à 08:32, par kwiliga En réponse à : Vie chère Burkina : La CCVC dit non à la hausse incessante des prix des produits de grande consommation

      J’ai beaucoup de mal à comprendre les réactions des internautes précédents, notamment les tentatives de comparaisons avec Basolma BAZIE.
      Ce dernier, sous prétexte de défense de l’ensemble des travailleurs, se radicalisait dans des luttes totalement corporatistes, prenant souvent ainsi le parti de quelques privilégiés.
      Je ne perçois donc aucun rapprochement à faire avec la CCVC, qui défend les intérêts de tous les consommateurs, notamment des moins fortunés.
      Mais bon, quelque chose doit m’échapper...?

      Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 04:49, par ARMAND En réponse à : Vie chère Burkina : La CCVC dit non à la hausse incessante des prix des produits de grande consommation

    Bigbale Bassolma s’est discrédité avec son histoire de frappes chirurgicales dans le syndicalisme

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 07:16, par Sacksida En réponse à : Vie chère Burkina : La CCVC dit non à la hausse incessante des prix des produits de grande consommation

    D’abord, il faut souligner trop de taxes et de frais au Burkina Faso sur differentes sortes de produits et rendant effectivement la cherete de la vie. Les Deputes et les Gouvernants parce qu’ils vivent dans l’aisance permanente aux frais de l’Etat ignorent les conditions tres difficiles de vie des citoyens a la base. Savent-ils que des familles n’arrivent pas a s’acheter meme une miche de pain ou un 1/4 de litre d’huile de cuisine ? Ce sont des realites concretes nous cotoyons et vivons au quotidien ; et il serait tres necessaire que l’Assemblee Nationale et les Deputes se penchent sur les taux de taxes et de droits de douanes qui vont de 26% a plus de 50% afin d’alleger un tant soit peu les difficultes de vie des populations. De surcroit, la flambee continuelle et des prix des produits de tous genre ; car cela permettra de faire tourner plus l’economie nationale ; car actuellement il est tres difficile pour la majorite des populations. Pourquoi ne pas engager des discutions avec la CCVC et les Syndicats sur les structures actuelles des prix et des taxes ? Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 09:11, par LE FORGERON En réponse à : Vie chère Burkina : La CCVC dit non à la hausse incessante des prix des produits de grande consommation

    Bonjour,

    Je pense qu’il est temps pour le gouvernement de nous dire combien de francs il subventionne sur un litre d’essence. Car je n’arrive pas à croire à la subvention de l’Etat sur les prix du carburant. Le prix du carburant est un facteur déterminant dans la stabilité du prix du KWH et du prix des produits à grande consommation connus et les produits pharmaceutiques comme la paracétamol comprimé. En effet si le prix du carburant augmente alors la SONABEL et les transporteurs ont des difficultés de coût de production. Si l’Etat soutient vraiment qu’il subventionne le prix du carburant et perd par conséquent de l’argent alors il est temps pour lui de libéraliser le transport et le stockage du carburant comme le Mali l’a fait et jouer le rôle de contrôleur de qualité et assurer un stock de sécurité.
    Au Ministère de la santé et à la CAMEG de nous publier les prix des différents produits pharmaceutiques qui sont vendus dans les différentes boutiques pharmaceutiques ( pharmacies) car les prix ne sont pas mis sur ces produits dans les boutiques pharmaceutiques. Alors qu’on demande aux alimentations de mentionner les prix des produits et que les boutiques pharmaceutiques ne sont pas concernées. Il y a un problème. La CAMEG de nous dire combien est vendu la plaquette de paracétamol comprimé aux dépôts et aux boutiques pharmaceutiques (pharmacies) ? Je pense que ce prix était inférieur à 40 FCFA et les pharmacies nous vendent la même plaquette de fois à 100 FCFA. Soit plus 100% de bénéfice. Je pense qu’il y a un problème sur ce produit pharmaceutique de grande consommation. L’Ordre des pharmaciens doit revoir leur copie pendant qu’il est temps car les pharmacies profitent trop de la population. Dans le circuit commercial un produit ne doit pas être vendu avec plus 100% de benefice. C’est trop, je pense. La santé avant tout. Si les boutiques pharmaceutiques (pharmacies) refusent de mettre les prix des produits comme les alimentations et si le ministère refuse de publier et contrôler les prix de ces produits pharmaceutiques alors un jour le peuple se révoltera.

    Cordialement,

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 10:08, par SARA En réponse à : Vie chère Burkina : La CCVC dit non à la hausse incessante des prix des produits de grande consommation

    Vous nous faites rire car rien de ce que vous avancé est vrai car vous ne pouvez rien changer à cette situation de vie chère . Ceux qui font cette conférence n’y croient même pas . ILs ne faut pas donner espoir à la population pour rien . Allez seulement

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 12:28, par YAWOTO En réponse à : Vie chère Burkina : La CCVC dit non à la hausse incessante des prix des produits de grande consommation

    Autant réclamer la bière à 125 Francs comme dans les années 1975 si je me souviens bien.Si le prix du poulet est passé de 650 francs à 3000 Francs pour des poulets qui n’ont même pas encore atteint la maturité, ne demandez pas à l’Etat de faire des miracles. Le Burkina ne produit pas du pétrole, mais le Burkina produit du poulet. Arrêtons d’être inconscients devant les réalités du monde et mettons nous au travail.Il ne peut y avoir de stabilité de prix sur une longue période, c’est une donnée économique que personne ne peut arrêter. Alors au lieu de chercher un blocage des prix, il faut plutôt chercher à avoir des sources de revenus conséquents, donc à travailler plus, faire deux, trois activités à la fois. S’assoir tranquillement dans un bureau à faire le même boulot et avoir des augmentations minimes pendant 20-30 ans et prendre sa retraite, c’est emprunter un boulevard vers la misère.Celui qui n’a pas encore compris ça se verra entouré sitôt et on prononcera la fameuse phrase " Dieu a donné, Dieu à repris et que son nom soit loué" alors que la vérité c’est " Dieu a donné, il n’ a pas su gérer, et il l’a perdu".

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 13:19, par HUG En réponse à : Vie chère Burkina : La CCVC dit non à la hausse incessante des prix des produits de grande consommation

    Ccvc ne vous fatiguer pas pour ce peuple.laissez les saigner.ils ont massivement le mpp oui ou non

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 13:37, par Sacksida En réponse à : Vie chère Burkina : La CCVC dit non à la hausse incessante des prix des produits de grande consommation

    En outre, internaute Yawoto l’evolution economique des biens et des services sont une chose et les taxes qui les rencherissent est une autre chose. Il est tout a fait possible de jouer sur la baisse des taxes et des droits de douanes pour diminuer les prix des produits et des services de grande consommation. Dans ce meme pays, la Revolution avec Thomas Sankara a fait baisser le prix de la moto yamaha de 50% en suivant tout le circuit de distribution de l’usine au Japon jusqu’a Ouaga et en suprimant les frais inombrables et intermediaires rendant la moto chere. Les Frais de scolarites avaient ete rabaisses de 50% egalement ; donc tout est une question de volonte politique, de vision et de gouvernance vertueuse dans l’interet des populations. Nos gouvernants doivent quitter dans la routine et le laisser-aller parce que eux ne sont pas frappes par la vie chere ; et oser bien sur chercher des solutions internes pour soulager le peuple qu’ils sont senses representer. De plus, dans un pays comme le Burkina Faso et ou le chomage frappe la jeunesse du fait de la crise economique, apres les 40 heures hebdomadaire normales de travail, quel activite l’on peut mener en second emploi ? Il faut faire un Etat des Recettes et des Depenses Nationales et suprimer des depenses de prestiges telles que les multiples ou diverses Caisses dite noires. Des solutions a tout probleme existe, pour peu seulement qu’on accepte la transparence et l’equite pour le bonheur des citoyens. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 14:04, par ouedraogo seydou En réponse à : Vie chère Burkina : La CCVC dit non à la hausse incessante des prix des produits de grande consommation

    ce que la ccvc dit n a rien a voir avec la politique c est une realite le fer a beton le lait le sucre le riz tous les produits connaissent une augmentation allez sur le terrain pour constater ne politisons pas tout dans le domaine des prix je vous apprends que le ciment coute moins chere au nord qu a ouaga pouquoi

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : SOPAM SA saisit les créances et le matériel des filiales du groupe Bolloré
Arrondissement 3 de Ouagadougou : Des jeunes bouchent les nids de poule par leurs propres moyens, la maire félicite
Balolé (Tanghin Dassouri) : Incertitude sur l’arrêt des activités de l’abattoir des ânes
Droits humains et stabilité au Burkina : Le projet de renforcement des capacités de la société civile fait son bilan
Projet « confiance » : Le bilan jugé satisfaisant après 27 mois de mise en œuvre
Burkina Faso : SOS Villages d’enfants et ses partenaires réfléchissent sur le référentiel de prise en charge des jeunes
Province du Bam : Catholic Relief Services offre des infrastructures éducatives dans les communes de Bourzanga et de Kongoussi
Education : Le président du Faso veut mettre fin à la faim à l’école
Insécurité dans la région de l’Est : Les populations de la commune de Madjoari veulent des armes pour se défendre
Situation sécuritaire : « Le plus gros mensonge qui est développé au sommet de l’État va bouffer tout le monde », avertit une coalition d’organisations de la société civile
Journée de l’enfant africain 2021 : Un panel intergénérationnel pour discuter de l’avenir des enfants
Burkina Faso : Une nouvelle enquête STEPS pour évaluer la prévalence des facteurs de risque communs aux maladies transmissibles
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés