Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’autonomie et l’indépendance peuvent se transformer en égoïsme et en licence, l’ambition en cupidité, un désir effréné de réussir à tout prix.» Barack Obama

Infrastructures routières : Le REN-LAC appelle à plus d’implication des citoyens

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 27 avril 2021 à 23h10min
Infrastructures routières : Le REN-LAC appelle à plus d’implication des citoyens

Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC), en collaboration avec le ministère des Infrastructures et du Désenclavement, a commandité une étude sur le suivi-citoyen des projets routiers de l’Etat. Ce mardi 27 avril 2021, ils ont procédé à la restitution au cours d’un atelier.

Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) a, une fois de plus, sacrifié à la tradition de la redevabilité. Cette fois-ci, il s’agit de la restitution du suivi-citoyen des projets routiers de l’Etat.

En collaboration avec le ministère des Infrastructures et du Désenclavement, le REN-LAC a rendu compte de son suivi-citoyen sur les infrastructures routières au Burkina Faso. « Nous avons constaté qu’il y a des manquements, des efforts qui sont faits à tous les niveaux. Parfois, nous avons été très déçus de ce que nous avons vu sur le terrain », a affirmé le secrétaire adjoint à l’information et à la communication du REN-LAC, Harouna Ouédraogo.

Cette étude a porté sur les dimensions des routes, le respect social (travaux connexes), le respect de cahier de charges, le respect d’implication des populations dans le choix des sites de réalisation des différentes infrastructures. Un constat se dégage. « Nous avons constaté que les bénéficiaires ne sont pas parfois impliqués dans le choix de certaines infrastructures et cela est déplorable », a laissé entendre Harouna Ouédraogo.

Le conseiller technique du ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Ezedine Boly

Pourtant, c’est tout l’objectif recherché par le REN-LAC. « Que les citoyens soient mieux impliqués dans le suivi de ce qui est fait pour eux et les infrastructures soient de bonne qualité », a souhaité le secrétaire exécutif du REN-LAC, Sagado Nacanabo. Pour ce faire, il a invité les participants à un débat contradictoire afin que chacun apporte sa contribution en donnant son opinion.

Un « partenariat gagnant-gagnant »

Les infrastructures concernées par ce suivi sont les chantiers du 11-Décembre à Banfora, l’axe Manga-Zabré et Kantchari-frontière du Bénin. Comme à l’accoutumée, des recommandations ont été formulées. Pour cette édition, il s’agit essentiellement « d’impliquer les citoyens du début jusqu’à la fin ». Selon Harouna Ouédraogo, à chaque fois qu’il y a manquement, il y a aussi des soupçons de corruption dans la chaîne.

Le ministère des Infrastructures et du Désenclavement, en tant que premier partenaire de cette étude, salue ce « partenariat gagnant-gagnant ». Au nom de son ministre, le conseiller technique Ezedine Boly a indiqué que c’est un partenariat qui les amène à améliorer les process et de faire en sorte d’améliorer la gouvernance dans les services.

Une vue des participants à cet atelier de restitution

En ce qui concerne les recommandations, il s’est montré ouvert. « Nous essayons de mettre à l’œuvre l’ensemble des recommandations qui sont formulées », a affirmé Ezedine Boly. Ainsi, séance tenante, il a pris l’engagement au nom du ministre de tutelle de mettre en œuvre l’ensemble des recommandations qui seront formulées aujourd’hui et celles faites par les différents rapports.

Depuis trois ans, le REN-LAC, en collaboration avec le ministère des Infrastructures et du Désenclavement, suit les travaux routiers du gouvernement. Pour Harouna Ouédraogo, « c’est l’œil du citoyen sur la qualité des travaux routiers ». Cet œil est financé par le projet de Gouvernance économique et de participation citoyenne (GEPC).

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 28 avril à 17:44, par Le Pic En réponse à : Infrastructures routières : Le REN-LAC appelle à plus d’implication des citoyens

    Bien vu ! Les "citoyens" sont très rarement impliqués dans la conception et surtout le suivi de ces projets qui demeurent l’affaire des technocrates. Je ne sais pas comment est ce qu’en 2021 l’on peut encore construire une route bitumée aussi belle et aussi couteuse que celle reliant le Boulevard de l’Insurrection populaire à la RN 1 au niveau de la SONABHY en ne prévoyant pas de pistes cyclables ? Aux heures de pointe, les cyclos occupent du coup la moitié droite de la chaussée reléguant les automobiles à la celle de gauche. Du coup l’on perd en fluidité et en sécurité routière ce que l’on a sans doute voulu gagner en économie sur le budget du projet.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : SOPAM SA saisit les créances et le matériel des filiales du groupe Bolloré
Arrondissement 3 de Ouagadougou : Des jeunes bouchent les nids de poule par leurs propres moyens, la maire félicite
Balolé (Tanghin Dassouri) : Incertitude sur l’arrêt des activités de l’abattoir des ânes
Droits humains et stabilité au Burkina : Le projet de renforcement des capacités de la société civile fait son bilan
Projet « confiance » : Le bilan jugé satisfaisant après 27 mois de mise en œuvre
Burkina Faso : SOS Villages d’enfants et ses partenaires réfléchissent sur le référentiel de prise en charge des jeunes
Province du Bam : Catholic Relief Services offre des infrastructures éducatives dans les communes de Bourzanga et de Kongoussi
Education : Le président du Faso veut mettre fin à la faim à l’école
Insécurité dans la région de l’Est : Les populations de la commune de Madjoari veulent des armes pour se défendre
Situation sécuritaire : « Le plus gros mensonge qui est développé au sommet de l’État va bouffer tout le monde », avertit une coalition d’organisations de la société civile
Journée de l’enfant africain 2021 : Un panel intergénérationnel pour discuter de l’avenir des enfants
Burkina Faso : Une nouvelle enquête STEPS pour évaluer la prévalence des facteurs de risque communs aux maladies transmissibles
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés