Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

Accueil > Actualités > Opinions • • dimanche 25 avril 2021 à 22h27min
 Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs :

Dans un article publié le 21 avril 2021, Lefaso.net rendait compte d´une séance de prière à l´église Saint Pierre de Gounghin à Ouagadougou au cours de laquelle des dizaines de fétiches ont été brûlés. Dénonçant cela comme une atteinte aux valeurs traditionnelles africaines, M. Ousmane Djiguemdé avait fait une déclaration sur sa page Facebook dans laquelle il invite l´église catholique à se ressaisir et arrêter de telles pratiques. Monsieur Guy Sanou lui répond dans cette réaction.

Monsieur le Secrétaire Technique,

Le mercredi 21 avril 2021, LeFaso.net publiait un article signé de Dofinitta Augustin Khan, intitulé : « Paroisse Saint- Pierre de Goughin : Plus de 70 fétiches incinérés ».

Il n’en fallait pas plus pour que vous preniez votre plume, pour faire une déclaration, que vous signez en tant que Secrétaire Technique de l’IPN, déclaration dans laquelle vous vous dites outré par cet acte, parce que vous luttez contre cet obscurantisme de l’Église Catholique.

S’il ne s’agissait que de votre personne, je n’allais pas vous répondre, puisque votre prénom que vous avez bien voulu conservé, n’est pas un nom authentiquement africain, mais un nom « importé » et cela en lui seul pourrait en dire long sur votre conviction profonde pour défendre les fétiches africains.

Mais puisque que vous semblez réagir en tant qu’acteur majeur du monde de la culture burkinabè ( selon vous) et donc supposé intégrer en vous-même une sagesse véritable, pour une culture qui pousse au développement et non à l’aliénation auto-contemplative, je voudrais moi aussi vous donner mon droit de réponse, en tant que laïc catholique, simple chrétien aimant Jésus-Christ, mais tout aussi burkinabè comme vous.

Tout d’abord, la sagesse aurait voulu que vous approchiez le curé de la paroisse de Gounghin où des chrétiens ont donné des signes de leur conversion au Seigneur Jésus en abandonnant leur pratique passée, pour renforcer d’avantage leur relation avec le Christ, comme il nous est demandé à nous tous. A défaut, vous auriez dû approcher des chrétiens plus avertis, pour apprendre et comprendre, car vous avez besoin d’apprendre, vous qui venez juste d’être installé dans vos fonctions le mardi 23 mars 2021, tout juste un (01) petit mois.

Si vous voulez mon avis, toute fausse modestie mise à part, je vous dirai qu’effectivement les fétiches sont démoniaques et sataniques ; et je n’ai peur de vous le dire.

Quant aux 70 fétiches incinérés que l’article mentionne, image à l’appui, on se demande bien d’où il tire ce chiffre. Je rappelle qu’il y a des objets infestés qui ne sont pas forcément des fétiches. Dans tous les cas, même si c’était soixante-dix mille fétiches, nous allions les détruire ainsi. Mais j’espère bien que l’auteur de l’article l’a dit par ignorance plus que par désir de donner une information qui n’est pas tout à fait juste.

Bref, nous savons qu’il y a des brebis galeuses. Mais nous les remercions tout de même, du moment où malgré eux et par eux, l’évangile de Jésus-Christ ne fait qu’avancer par leur exposé des faits, même en les déformant.

Sachez donc de prime abord, cher « chercheur du sens de la vie » que l’article « bien rédigé » sur lequel vous vous êtes fondé pour faire votre déclaration, n’est pas une interview du curé de la Paroisse de Gounghin.

Mais venons-en au fait.
Des fétiches ont été brûlés ? Oui effectivement, et je m’en réjouis à merveille pour cette délivrance.

Monsieur le Secrétaire Technique,

Ce que vous appelez destruction d’objets de cultes, nous, nous l’appelons délivrance des mains des démons et ce n’est pas votre vocabulaire qui prime dans l’Eglise.
Il est inadmissible que vous, qui vous dites intellectuel et grand acteur de la culture, fassiez cette grave confusion, entre donner la paix à quelqu’un qui décide d’abandonner son objet gênant et personnel pour lui, et détruire un bien public. Votre titre que vous brandissez vous aurait peut-être servi, s’il s’agissait de bien public, ou de patrimoine culturel public. Mais ce n’est pas le cas.

J’ai moi-même été point focal du Ministère chargé de la culture, pour la valorisation des sites touristiques à l’époque, y compris des cases de fétiches comme le tombeau des rois Gans. J’y ai fait mon travail en qualité d’expert, tout en conservant ma foi catholique. Il s’agissait là d’un ensemble cosmogonique reconnu à l’échelle nationale comme vestige relatant un pan de l’histoire de notre Nation. C’est cela défendre la culture Burkinabé, mon cher Secrétaire de l’IPN.

Mais si vous amenez vos fétiches chez moi pour qu’on vous soulage, je les brûlerai au Nom de Jésus-Christ. Cela, c’est un acte de foi et de charité. Je suis donc surpris qu’un responsable comme vous, fassiez cette confusion.

Pour votre enseigne, sachez que parmi ces objets détruits, se trouvaient aussi des statues de la Vierge Marie, des croix et des médailles envoutées, des produits d’attirance pour hommes et femmes dont les détenteurs se sont dessaisis librement et des quantités de choses qui ne relèvent pas de fétiches ; et l’objectif de cet acte d’incinération vise à apporter une paix à ces personnes, n’en déplaise, à ceux qui n’ont pas eu ce courage et ceux qui combattent cela, comme vous le dites.

Il y avait par exemple quelqu’un qui s’est dessaisi de son Bio-disc ( produit QNET ) dont les ravages et les victimes ne sont plus à démontrer. Un autre s’est libéré de son portefeuille magique. Une autre de son baya. Etc.

Est-ce que c’est libérer ces gens de leur fardeau que vous voyez d’un mauvais œil, ou alors vous avez d’autres raisons inavouées qui vous poussent à agir ainsi, dans le faux et dans le disproportionné ?

Quand on ne comprend pas quelque chose, on demande avec humilité. Si pour vous, délivrer des personnes opprimées par des pratiques occultes néfastes, ou détruire des filtres d’amour est synonyme de détruire la culture, alors je vous souhaite bonne chance.

Monsieur Ousmane DJIGUEMDE, il s’agit là d’acte hautement spirituel que vous ne pourrez jamais comprendre entièrement et qui fait du bien à des Burkinabè, vos parents. L’Église en agissant ainsi leur fait un bien que vous ne pourrez jamais leur donner, même si on vous donnait tout l’or du monde. Si vous n’avez pas pitié de vous, ayez pitié des Burkinabè que Dieu console. Que vous soyez d’accord ou pas, n’est qu’un détail insignifiant pour nous.

Ces objets ont été détruits à l’intérieur de la cour de l’Eglise catholique à Gounghin et non chez vous. Souffrez que nous ne nous cachions pas pour nos prières et évangélisations, sans déranger quelqu’un.

Si vous avez des fétiches que vous adorez chez vous, vous êtes libre de vos choix, mais ceux qui amèneront leurs fétiches individuels ou familiaux à l’Église pour chercher la paix, nous les aideront en les recueillant, quel que soit leur aspect au Nom de Jésus-Christ, et autant de fois que Dieu nous en donnera la grâce.

Ce que vous ignorez peut-être, c’est que la forme matérielle du fétiche n’est qu’un détail, mais c’est l’esprit ( ou les esprits) mauvais qui est derrière ces objets qui est chassé. Si c’est cela qui vous dérange, là aussi je vous plains.

Monsieur Ousmane DJIGUEMDE, vous parlez de ce que vous ne connaissez pas. Demandez à ceux qui ont été délivrés, pour vous instruire davantage.

Votre démarche a quelque chose d’indécent parce que vous infantilisez ceux qui ont décidé d’amener leurs gris-gris pour qu’on les brûle. Ce ne sont pas vos gris-gris à ce que je sache, et ce ne sont pas vos enfants pour que vous vous montrez supérieur à eux, comme s’ils ne savaient pas ce qu’ils faisaient !

Quelqu’un a-t-il volé des fétiches à vous pour venir les faire brûler à la paroisse de Gounghin ? Dans ce cas, déposez simplement une plainte pour vol de vos fétiches éventuellement auprès de qui de droit au lieu de vous en prendre à l’Église que vous osez traiter d’obscurantiste ; et dire que c’est à cause de cette même Église que vous avez eu la lumière de l’École qui vous permet d’être ce que vous êtes aujourd’hui.

En tout état de grâce, ne prétendez plus donnez des instructions à l’Église sur la conduite de ses affaires spirituelles, même si en ces temps de réseaux sociaux, tout le monde peut dire n’importe quoi. Rien ne vous dit que vous êtes plus mature, ou plus âgé que ceux qui ont amené leurs fétiches pour bénéficier de la grâce de Dieu. En termes de propriété, ils en étaient les propriétaires, et ils étaient libres d’en faire ce qu’ils en voulaient, à moins que vous ne réclamiez le titre de propriété de tous les fétiches du Faso.

Sachons donc raison gardée, et soyons humbles. La vie est assez difficile comme cela pour qu’on se trompe inutilement de combat, en brandissant une fierté mal placée.

Sachez qu’à chaque animiste converti, il y a au moins un fétiche abandonné quelque part. Libre à vous de vous en faire le gardien et le conservateur de tous ces fétiches pour vous aider à mieux comprendre la vie. Mais l’Église continuera sa mission de salut que le Christ lui a confiée, que cela vous plaise ou pas.

Monsieur le Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs,

Votre déclaration est indécente en ce sens que vous amplifiez une affaire spirituelle interne à nous catholiques, pour la présenter sur la place publique comme une menace. Ce qui est totalement faux.

Vous utilisez à tort, et à la limite avec colère et haine, une batterie d’expressions qui n’ont vraiment aucun lien avec ce qui s’est passé à la paroisse de Gounghin.
Votre petite déclaration est truffée en effet d’expressions entraînant la peur et la haine contre l’Église catholique ; des expressions telles que : conflit de religion, destruction de lieux de cultes, cohésion sociale, escalade de destruction d’objets de culte, déchaînement d’actes de réciprocité, atteinte à la liberté de croyance, d’opinion et d’expression, la logique de l’État doit prévaloir sur les particularismes, luttons contre l’obscurantisme… Mais où allez-vous chercher tout cela ?

Si c’est ainsi que vous voyez votre poste de Secrétaire technique de l’IPN, alors je vous plains et je plains ceux que vous êtes sensé éclairer.

Savez-vous combien de fétiches (que vous considérez comme des biens culturels, plus que le bonheur et la santé des victimes) sont brûlés par les Forces de Défense et de Sécurité dans la lutte contre le banditisme et autres méfaits dans la société ? Oseriez-vous dire que cela détruit l’Etat de droit et la cohésion sociale ?

Vous qui prétendez jouer les outragés parce qu’on a brulé des fétiches qui aident à comprendre la vie, je vous informe qu’il y a encore plein de fétiches accrochés devant les prisons, au Burkina Faso. Êtes–vous allez vous en servir pour mieux comprendre la vie ? ou bien vous préférez venir commenter et faire les éloges des fétiches sur le clavier ?

Arrêtons un peu cette hypocrisie de défense de nos valeurs culturelles. Défendre la culture, c’est d’abord défendre l’homme, défendre son bonheur.

En disant tout cela, qu’est-ce que vous cherchez ? Qui cherchez-vous à influencer pour qu’il épouse votre haîne ? Cherchez- vous à faire peur aux gens pour qu’on interdise aux chrétiens d’être plus sincères dans leur foi à la suite de Jésus-Christ, en abandonnant les fétiches ? Et bien c’est rater et cela ratera.

Si vous estimez que des morceaux de cailloux sont vos biens, et que l’Église fait mal de les brûler, ne vous en faites pas, il y a des milliards de cailloux partout au Burkina Faso. Servez-vous en à volonté, et ne venez pas nous dire que nous détruisons le patrimoine culturel.

Si vous estimez que de vieux morceaux de tissus, de cauris, de canaris sont vos biens, de grâce laissez-nous tranquilles, vous en avez plein au Faso.

Vous êtes sensé défendre la culture burkinabè, pas vous ridiculisez en disant que détruire des supports de protection par la volonté des anciens détenteurs et dans la cours d’une Eglise remet en cause la cohésion sociale. En outre, cela n’a rien à voir avec les actes de publicité que vous nous prêtez. Et même si c’était le cas, nous sommes bien libres de montrer dans la joie ce que Dieu a fait pour nous et ce n’est pas vous qui nous en empêcherez.

On vous voit venir dans vos velléités, en portant la bouche sur ce qui vous dépasse.
D’ailleurs à vous dire la vérité, nous savions bien qu’après un souffle de libération pareil de notre Seigneur Jésus-Christ envers ses enfants, l’ennemi déchu essayera de réagir. Mais nous n’avons rien à faire de ses aboiements.

Je ne sais pas pour vous, mais moi j’ai une vision plus noble de la culture, que de chercher inutilement querelle à des gens qui ne cherchent qu’à aider ceux qui viennent à eux pour demander le soulagement de leurs fardeaux. Si vous aviez cette possibilité de les délivrez, ils viendraient vers vous. Je le dis pour vous, et pour tous ceux qui sont tapis dans l’ombre ou qui critiquent violemment l’Eglise pour le bien qu’elle fait aussi bien sur le plan physique, moral que spirituel.

Quant à l’aspect mystique que vous évoquez, je ne vais pas allez par quatre chemins. Vous n’avez pas d’ordre à nous donner, quand à notre conduite spirituelle pour suivre Dieu. Il s’agit là d’une démarche spirituelle dont vous n’avez pas la qualité pour apprécier.
Mieux, je vous invite à la conversion, et vous découvrirez les fruits inaltérables que donne une vie de paix et de bonheur avec le Christ.

Vous nous incriminez pour avoir détruit des objets de recherche sur la vie. Faut-il en rire ou en pleurer ?

D’abord ce ne sont pas des choses en vente ni exposées au grand public. Ce sont des choses que les gens avaient cachées, comme beaucoup encore, dans leur bureau ou leur maison. Et je les invite à venir s’en débarrasser.

En plus, je vous informe que le Burkina Faso est encore rempli de féticheurs et de fétiches ; vous avez donc le loisir de continuer vos recherches, dans les tréfonds du Burkina Faso.

Monsieur le Secrétaire Technique,

Vous condamnez des actes de l’Église que vous qualifiez d’actes dignes de la période coloniale, tout en prétendant défendre des pratiques dignes du moyen-âge. Êtes-vous logique avec vous-même ?

Les fétiches existent depuis des siècles. Combien de publications scientifiques avez-vous fait depuis si longtemps sur la compréhension de la vie à partir des fétiches ? J’aurais, à la limite, accepté et compris votre déclaration, si vous étiez un féticheur de profession, déclaré comme tel et parlant comme tel. Mais vous arborez une casquette de Secrétaire de l’IPN pour vous en prendre publiquement à l’Eglise catholique. Ce n’est pas responsable de votre part, et j’interpelle votre Ministère de tutelle, pour que de tels agissements cessent de votre part . Nous avons besoin d’une culture qui nous fasse avancer de façon concrète sur le plan de notre épanouissement total, et non des élucubrations d’un Secrétaire Technique de l’IPN, qui a beaucoup à apprendre encore en la matière.

Enfin, Monsieur le Secrétaire Technique de l’IPN, je vous signale que d’autres vous ont déjà précédé, qu’ils ont déjà sillonné le Burkina et même la terre entière, pour chercher des fétiches. Parmi eux, certains ont vu qu’il n’y a rien dedans, et ils ont préféré donner leur vie à Jésus.

Respectez donc vous aussi leur choix, vous qui voulez qu’on se respecte. Commencez vous-même par respecter la vie spirituelle de nous les laïcs catholiques, même si habituellement nous n’aimons pas nous plaindre, en conformité avec notre foi.

Nous sommes aussi des Burkinabè, et pas moins noirs que vous. Je ne parle même pas de l’Église catholique, car je suis indigne de parler en son nom.

Nous aimons notre culture autant que vous, sinon plus que vous. Nous glorifions notre Dieu par les miracles et les merveilles qu’il opère dans notre vie et nous continuerons toujours à glorifier Dieu, le Tout-Puissant, le Créateur du Ciel et de la Terre.

A Jésus-Christ soit la Gloire, pour les siècles sans fin, amen.

Que Dieu vous bénisse et vous garde, que Dieu bénisse et protège le Burkina Faso.
Ce que j’ai dit, je l’ai dit.

Ouagadougou le samedi 24 avril 2021.

Guy SANOU
Chevalier de l’Ordre du Mérite du Commerce
et de l’Industrie du Burkina Faso.

Vos commentaires

  • Le 25 avril à 20:22, par Wouro En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Je n’ai pas pu terminé la lecture. Mr Sanou ne semble pas être différent de la personne qu’il critique. Dommage

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril à 20:46, par Lartiste En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    À mon humble avis, c’est très mal parti pour L’IPN car il.ya une part de vérité dans ce qui a été écrit par Mr Sanou et si Mr Guimguemdé est honnête, il doit rechercher Mr Sanou pour le renercier. Si je respecte le point de vue Mr Guimguemdé, je pense qu’il n’aurait cependant pas dû signer son écrit avec son titre de Secrétaire Technique de L’IPN. Enfin, on est semble-t-il en démocratie et si l’Église n’est pas allée dans le domiciles des gens pour collecter de force ces fétiches, alors que Mr Guimguemdé respecte le libre choix de ces personnes. S’il est courageux, qu’il les recherche et qu’il les traduise en justice pour destruction de biens dits culturels. Enfin, je me demande où était Mr Guimguemdé quand le Président Sankara lançait son projet d’Institut des Peuples Noirs ? Ce projet du Président Sankara n’était pas réducteur et réductible au Burkina ou à l’Église du Burkina. Il concernait bien tous les peuples épris de justice et de paix capables de comprendre les enjeux du respect du choix des autres. Mr Guimguemdé retenez ceci : si vous vendez, on achètera. Je ne pense pas que votre prénom Ousmane vient de la culture de vos ancêtres. Il se pourrait qu’il d’origine arabe ! À vécu tout le respect que je dois à Mr "Ousmane’😁 Guimguemdé !

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril à 21:12, par Capstone En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Dites-nous en quoi les fétiches et les gris-gris (force du mal) ont une fois été utiles pour l’Afrique ? Rien du tout ! Satan n’a jamais été un bon donateur, sinon l’Afrique n’allait pas être à ce stade. De toute façon, les disciples de satan sont nombreux sur cette terre.

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril à 21:21, par Bao-yam En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Voici un illuminé ignorant ! Encouragements à Ousmane DJIGUEMDE pour avoir eu le courage de dénoncer cette pratique. Si des fidèles chrétiens décidaient un jour de se convertir à la religion traditionnelle et de brûler des bibles et des croix, que dirait l’Église et ce M Guy SANOU ? Mon premier poste qui posait la même question a été censuré. Ce qui montre que le simple fait d’évoquer cela rend certains nerveux. Et bien c’est pareil aussi quand vous brûler les fétiches.
    Il n’y a que l’Africain qui croit tout ce qu’on lui dit de l’extérieur et qui croit que ses ancêtres sont mauvais. Toi qui crois que les fétiches sont démoniaques et sataniques, que dis-tu de toute la lignée de tes ancêtres qui y ont crû. Sont-ils eux aussi démoniaques et sataniques ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril à 21:40, par Alex En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Voilà qui est pur plus que de l’eau de roche. Merci Mr Sanou pour avoir éclairé l’obscurantiste et ceux qui sont encore dans l’obscurantisme.

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril à 21:52, par Tinga En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    En quoi le fétiche d’un inconnu nous apprend sur la vie ? Connaissiez vous les pouvoirs exacts de ces fétiches ?
    n’y a t il pas d’autres facettes de la culture qui soient plus défendable ?
    Je pense à la phytothérapie, à l’architecture, à l’art traditionnel pour ne citer que ça.
    On peut aussi garder des vestiges de l’histoire dans le but de pouvoir un jour expliquer aux générations future, ce qu’étaient une certaine société.
    Mais défendre des gris-gris brûlés dont les propriétaires on volontairement emmené....alors là.

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril à 21:53, par Don De Dieu En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    M.Ousman a très bien mérité une telle réponse. C’est de la sagesse de ne pas s’aventurer sur un terrain que l’on ne maitrise pas. Trop minus pour donner des leçons à l’Eglise. Trop culotté, vous. Relisez vous un peu pour constater les salades que vous avez raconté. Je ne savais pas que des intellectuels pouvaient réfléchir ainsi. J’espère que votre intelligence vous permettra de bien saisir le message de M. Sanou. Puissiez vous vous laisser éclairer par la lumière de l’Esprit Saint. Amen

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril à 21:58, par Moi En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Moi je suis de ceux qui pensent que le problème des africains c’est les africains eux meme,brûler des fétiches qui représentent vos ancêtres pour aller s’agenouiller devant des statues qui représentent les ancêtres d’autrui,et vous pensez que c’est ainsi que le ciel vous aidera ?c’est dommage,je m’indigne contre ce genre de pratique,est ce parce que je n’adhère pas a la fois chrétienne que j’irai jusqu’à bruler des croix et des bibles ?non.Cela temoigne de à quel enseigne notre esprit est corrompu,ces meme statues centenaires que vous brûlez fond l’objet de trafic sous d’autres cieux tellement ils sont prisés et sachez mr Sanou que l’art et la culture africaine n’ont jamais eu autant d’echos a l’international que de nos jours,on a vu des tableaux africains se vendrent a des millions d’euro,et vous savez pourquoi ?parce l’art c’est le seul domaine ou nous avons su rester un temps soit peut nous meme,alors soyons fière de nous soyons nous meme et nous serons meilleurs.
    Que Dieu et nos ancêtres nous bénissent.

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril à 22:06, par opium du peuple En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Les fétichistes passent par leur fétiches pour s’adresser à Dieu via leurs ancêtres, les chrétiens passent par la croix pour s’adresser à dieu via JC : la différence réside dans la façon dont chacun procède, c’est à dire le chemin choisi.

    Ne renions pas nos ancêtres à ce point au profit de ceux des autres.

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril à 22:53, par Oscar En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Ils sont pleins en Afrique comme Djiguemde, qui confondent gravement COUTUME et SORCELLERIE. Et quand beaucoup parlent de retour à la source, c’est pour des pratiques de magie noire que de coutume. Et ce monsieur, parachuté au Ministère de la culture se fait piéger par cet attrape nigaud. Pour avoir vecu au village, je vous avoue que j’ai vu toutes sortes de sortillèges, eux-mêmes combattus par la coutume comme le "TINSE" qui vise avertir severement les auteurs de pratiques de sorcellerie. On a aussi le "SIINGO" qui permet d’indexer les bourreaux de victimes des sorciers. Ce sont de bonnes pratiques coutumieres dont nous sommes fiers. Mais sculpter des fetiches pour jeter des sorts, envouter les autres, c’est à bannir de notre société.Les auteurs en détiennent légitiment les droits de propriété et peuvent les détruire quand et comme ils le souhaitent. Ces objets n’ont pas éte sacralisés mais envoutés pour répandre sang et larmes d’innocentes personnes ou pour obtenir des avantages indus. Et si Ousmane, n’est pas d’accord, il peut amenager son bureau pour les recueillir, et on verra bien s’il verra la prochaine saison.
    Pour finir, l’Europe a pris conscience à un moment donné de ces pratiques et objet en tous genre qui en realité sont néfastes pour leur société. Ils s’en ont debarrassé et sont devenus les Héraults et la lumiere du monde (meme si se sont des guides égarés comme l’a dit quelqu’un de proéminent). La plupart des sociétés modernes et developpé, ont dû a un moment donné recentrer l’humain au coeur des choses, le travail et la foi.
    Je suis pessimiste quant à notre developpement avec ces pratiques. Pendant que tu te bats humainement pour t’en sortir, les oncles et tantes sorciers comme ce monsieur te retiennent captif par la magie, C’EST CA LA COUTUME AFRICAINE mieux que ce prone la Bible ou le Coran ? Un ami m’a un jours qu’il avait pris une queue pareille, personne ne pouvait lui réclamer le remboursement d’un credit au risque d’etre expédié dans l’au-dela ! Mais il n’avait plus la paix. Il a jete par dessus bord le pont Kadiogo en crue plusieurs fois en vain, puisque une fois à la maison, la queue est là. Il lui a fallu une délivrance pour s’en défaire.
    Ce monsieur s’attaque à plus fort que lui, et dans sa chute, il est entrain d’entrainer plusieurs aussi naïf que lui.
    Nous devrions plutôt travailler à légiferer sur la sorcellerie au lieu de la magnifier de la sorte !
    Ne voyez-vous pas tous les jours les oeufs, le sel, les colas blanches ou autres calebasses au detour de nos carrefours ? N’avez-vous pas peur ? Ne maudissez-vous pas ces gens qui sans meme vous connaitre veulent vous transferer leurs malheurs gratuitement ? Qui sont ceux qui les y déposent ? Pourquoi les déposent-ils dans ces lieux la nuit et non le jour ??? Tout simplement parce que ce n’est pas bien.

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril à 23:07, par Fabi En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Moi j’ai pitié de tous ces africains qui sont plus blancs que les blancs. Ils sont l’exemple parfait de ce que l’occident a fait ravage culturelle en Afrique. Croire que la seule façon de plaire à DIEU c’est de se renier soi-même et accepter tout ce qui est venu d’ailleurs comme religion c’est une erreur fatale.
    Le fait de ce rendre compte que le terme religion est difficilement traduit dans nos langues nationales en dit long et témoigne du fait que ce terme fut inventé de nombreuses années après que nos valeureux et sages aïeux aient pleinement vécus sur cette terre. Par contre le terme tradition est facilement traduit dans chacune de nos langues. Et ceci pour dire que depuis la nuit des temps nos ancêtres ont toujours puisé dans leur tradition pour construire leur relation avec DIEU (spiritualité). Et c’est l’essentiel... Arrêtons de prendre pour vérité absolue tout ce que les gens de l’extérieur (occident) nous disent à propos de nos vies, nos cultures, nos traditions.
    La question que je me pose, c’est : qu’est ce qui fait croire à bon nombre de gens que le christianisme et l’islam (simples religions) sot au dessus de nos traditions ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril à 23:32, par Bao-yam En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Quand l’aliéné célèbre son aliénation ! Un Dieu Blanc qui trône au dessus d’un peuple noir !

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril à 23:55, par Goudiaba En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Ce que Mr Sanou a dit, il l’a dit. Et moi je l’ai lu et si bien lu que je suis très content de sa réponse. La question religieuse est très complexes donc évitons de toucher et de parler de la foi des autres. Que Dieu nous bénisse dans nos différences

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 00:08, par Kouda En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    M. Guy Sanou,
    Je n’irai pas trop loin dans mon intervention. Mgr Anselme Titiama Sanon est encore vivant. Feu l’abbé Robert n’est plus avec nous. Ils vous apprendront comment les premiers religieux blancs (prêtes, soeurs, etc.) qui ont apporté le catholicisme dans notre pays traitaient nos coutumes, nos us, bref notre vecu quotidien. Les tam-tams, balafons, calebasses et autres instruments de musique de chez nous étaient considérés comme des objets de satan. Même nos langues ont été considérées comme non dignes d’être utilisées dans les messes et autres cérémonies religieuses catholiques. Il a fallu que ces devanciers, bien plus réflechis, plus cultivés, plus clairvoyants que vous luttent âprement pour faire admettre nos instruments de musique et nos langues dans l’église catholique. Mgr Anselme Titiama Sanon que j’admire beaucoup a dit "si Dieu veut me parler qu’il me parle dans ma langue". Avec des croyants comme vous, nous allons à la déperdition. Mon cher, sachez que beaucoup de choses faites à l’église catholique pendant les offices ou en dehors ne sont que des habitudes (coutumes) des Européens qui nous ont colonisés.
    Ensuite, cherchez à savoir comment les grands prêtres s’habillaient dans l’Egypte pharaonique et comparez cela avec l’habillement du clergé catholique aujourd’hui et vous comprendrez que les réligions dites révélées ont beaucoup copié de ces autres religions qui les ont précédées.
    Pour finir, M. Guy Sanou, vous semblez ignorez que l’Eglise et la vie du chrétien catholique sont régies par la bible mais aussi par beaucoup d’autres lois édictées après la mort de Jesus Christ par le clergé catholique. Et ces lois n’ont pas toujours été louables pour rester modéré.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 03:29, par Souma En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Le nom est donné par les parent a la naissance. Et porter un nom cretien ne fait pas de quelqu’un un catholique. Je connais un celebre pasteur Moussa Diallo aux Etats Unis.
    Ensuite il n’est un secret pour personne que la colonisation n’a ete possible que grace au missionnaires qui etaient en mission de preparation du terrain pour la colonisation. Objectif alierner les peuples noires, les rendre etranger a eux meme, les aculturer. Donc ca n’est pas une surprise si l’eglise cntinue de s’attaquer a nos valeur traditionnelles. Elle devra commencer a respecter nous valeurs. Il ne veindra a l’idée d’aucun pretre de bruler des objet religieux arabes. L’eglise a ses object commes les crix, les statues, les chapellets etc... donc respectez la croyance des autres d’autant plus que les africain on été tolerant en acceptant ces religions importée en Afrique. Quoi que l’on fasse, les Africain connaitrons la verité et retournerons vers leurs religions Kemite. Et c’est seulement en ce moment qu’ils seront libérés.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 06:29, par Joao En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    J’ai envie de rire. En même temps, les pratiques spirituelles de nos ancêtres étaient sataniques genre maudites. En tout cas respect à nos ancêtres. Il semble que pour aller à Rome on peut emprunter mille chemins.
    Sinon à partir d’aujourd’hui je deviens blanc, juif ou arabe.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 07:04, par Bigbale En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Ce qui me gêne énormément, c’est que Mr Guimguemdé ait signé son écrit avec son titre de Secrétaire Technique de L’IPN. Jamais, je n’ai vu un intellectuel de bas vol, qui n’était probablement rien au moment où le Président Sankara lançait ce grand projet mondial qu’est L’IPN et voilà de gens comme ce Mr Guimguemdé, prêts à utiliser leurs titres pour écrire n’importe quoi au lieu de se battre pour que L’IPN rayonne dans le monde. Si Mr Guimguemdé n’est un pas un malhonnête citoyen, il.doit savoir que même dans la religion traditionnelle, il y a de mauvais fétiches qui sont combattus par les bons fétiches protecteurs de la personne humaine et de la nature en général. Sans être musulman et sans savoir si Mr Ousmane Guimguemdé est musulman, je sais que dans toutes les religions révélées (islam, chrétienté ), il n’est jamais recommandé de faire usage de fétiches. Comme le dit un internaute plus haut, si Mr Guimguemdé veut sauvegarder même les mauvais fétiches, qu’il aménage sa maison pour les recevoir et qu’il parcours le Burkina et toute l’Afrique pour collecter tous les fétiches pour les installer chez lui. Quand on a à faire à des intellectuels plats, aux idées myopes et uni-jambistes, il ya de quoi craindre pour le grand projet mondial comme L’IPN du Président Sankara. Dommage !

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 07:06, par Yassi En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Prenons le temps de comprendre avant de réagir ! Question : Mr Guigemdé ou quelque défenseur de ces fétiches pourrait il faire un appel à tous ceux qui veulent se débarrasser (je dis bien des gens qui veulent se débarrasser) de leurs fétiches devenus encombrants de les apporter plutôt chez lui ? ou à l’IPN ? L’église a trouvé sa meilleure voie en Jésus Christ pour les soulager. Présentez votre solution de délivrance à ces gens qui se cherchent et ils feront leur choix. Soyons plutôt concrets face à ces personnes en détresse.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 07:08, par Jevousenmerde En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    M. Djiguemdé est simplement un IGNORANT qui pretend defendre ce qu’il ne comprend pas. Je l’avais déjà dit. Être SG de l’IPN ne change rien. Diplôme n’est pas égal à SAVOIR encore moins INTELLIGENCE. NOMINATION dans un contexte politique n’est pas égale a COMPÉTENCE
    J’espère que M. Djiguemdé après avoir pris de temps de divertir les gens ira maintenant se mettre au travail pour un meilleur rayonnement des Cultures des Peuples Noirs.
    Je ne dirais pas grand a M. SANOU qui n’a fait user de son droit de réponse.

    Que l’on s’appelle X ou Y n’est pas l’essentiel. Ce qui importe, c’est notre HUMANITÉ.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 07:18, par Bien dit En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Belle réponse, même si elle pouvait être moins imprégnée d’émotion, mais comme on dit, il appartient à l’auteur de librement exprimer son propos... je n’ai qu’une chose à dire à Mr Djiguemde et ceux qui trouvent qu’il a raison : libre à lui de faire le même type de proposition que l’église en lançant un appel libre à qui voudrait aider la « science » en se présentant chez lui avec ses fétiches pour faire ce que vaudra de droit.... le problème et la proposition de l’église étaient claires et libres de contrainte pour chaque personne qui s’est présentée à elle : venir librement se soulager !! On est allé chercher personne....réfléchissons, agissons et surtout ne faisons pas de confusion svp !!!

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 07:42, par ancien En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    il y a aura toujours de l’opposition à votre mission noble Monsieur OUSMANE, votre nom n’a aucun cas aliéné votre esprit. Merci pour pour cette détermination, c’est ainsi que les japonais sont arrivés à se développer : ’’ technique occidentale, mais esprit japonais’’ tel ne fut pas le cas pour les peuples d’Afrique. Monsieur vous avez une lourde tâche devant vous, mais nous allons vous accompagnez.
    ’’que le créateur et les mânes de nos ancêtres nous protègent’’.

    organisez-vous pour ne pas patauger seul comme DR NEBIE

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 08:42, par Don De Die En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    N’y a t-il pas un professeur de Français à coté pour nous aider ? J’ignorais que Culture et fétichisme étaient des synonymes... Ceux qui sont entrain de tout mélanger là, pardonnez allez y bien rélire M. Sanou et tâcher d’avoir un prof de Français à vos cotés.
    J’avais des fétiches, et je décide un jour de me départir de ceux-ci, je les confie à l’Eglise pour qu’elle s’en occupe ; et hop on vient me parler de culture, d’art, d’Afrique… vous aussi. Je me les ai acquéri librement et je m’en défais librement. On ne peut plus jeter ses vieux habits quoi ? Parlez de ce que vous connaisser svp, je vous informe que l’abbé Robert, Mgr Anselme et pape François ne sont pas Jésus Christ. Même si un ange descend avec un tel message, que cet ange soit maudit. Il n’y a que Jésus et Jésus seul. Si les fétiches sont puissants, c’est si simple qu’ils se défendent et se sauvent eux-mêmes. Vous voyez, il faut toujours des gens pour parler à leur place, c’est pas vous qu’on a brulé, laissez les s’exprimer. Respectez au moins la liberté d’expression des fétiches.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 09:03, par Tanga Nabi En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    On m’a appris que ce qui fait échouer parfois le dialogue, est que l’on n’écoute pas pour comprendre mais on écoute pour répondre. J’ai parcouru tous les commentaires et j’ai compris que nombreux ont lu le texte, non pas pour comprendre mais pour répondre. La conséquence, ils déversent ce qu’ils avaient dans la tête et le cœur qui malheureusement est parfois incongru, comparé à ce contre quoi s’insurge l’auteur du texte. Apprenons à lire. C’est très important.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 09:07, par Burkinbi En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Bonjour,
    C’est triste ce qui nous arrive.
    14 siècles d’esclavages, de tortures... ça laisse des traces et nous mettrons beaucoup de temps pour guérir.
    Les maux que nous vivons aujourd’hui sont le fait de vous les faux guides, les faux delivreurs !
    Monsieur Guy SANOU sachez une chose, le mensonge prend l’ascenseur et la vérité l’escalier mais finit par attraper le mensonge.
    Prochainement, merci de ramener ces fétiches au musée Manega de Maître PACERE TITENGA.
    Meditons sur ce maxime :
    "Rien n’est plus dangereux au monde que l’ignorance sincère et la stupidité consciencieuse" Martin Luther KING
    Que nos ancêtres méritants continuent de nous éclairer. Amen.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 09:50, par Panga En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Mr Djiguemde, laissez les fétiches et les gris-gris se défendent eux-mêmes. C’est aussi simple que ça. Je ne crois et n’adorerai jamais un Dieu incapable comme les tiens. Est-ce qu’un humain mortel a besoin d’aider Dieu ???

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 09:51, par Stalinsky En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Je suis heureux de constater que des Africains comme Kouda, Souma , Fabi et autres ont compris l’histoire des peuples noirs. Les religiions Juives, l’Islam et la religion chrétienne sont des religions génocidaires du monde noir. Mr Sanou ne connait pas l’histoire de l’apparition de la race humaine. le monde au départ était peuplé que de noirs. La race blanche est apparu 500 000 ans après l’apparition de la race noir , en Caucasie. La présence des pyramides en Egypte, au Soudan et en Ethiopie attestent de la brillante civilisation de la race noire. Ce sont les pharaons, qui étaient une colonie Ethiopienne qui ont inventé l’écriture, le système métrique, la géométrie, la biologie, la chimie etc... Les pharaons ont été attaqué par Alexandre Legrand, Napoléon, les perses et finalement par Le Calife Omar succeseur de Mohamed qui a détruit l’Egypte en tuant plus de 800000 personnes et c’est ainsi que l’Egypte est devenu la Republique ARABE d’Egypte. Ce sont ces blancs er Arabes qui ont volé tous ces savoirs (Théorème de Pythagore, de Thales, chiffres arabes etc..) en les rebaptisant et jusqu’à nous coloniser et nous donner des noms chrétiens et arabes. Le Mérite du Président actuel de l’ Egypte ASSISSI c’est d’avoir liquider physiquement les "Frères musulmans" au pouvoir qui voulait détruire les pyramides car c’était la preuve de l’intelligence du peuple noir. Ce génocide se poursuit actuellement aux USA avec en moyenne la liquidation de 1000 africains-américains par an et par le Djihad dont nous sommes l’objet actuellement. La religion chrétienne et la religion musulmane sont des religions génocidaires visant à abêtir le noir et créer en lui un complexe d’infériorité. Que l’Institut des Peuples Noirs (IPN) face son travail comme le voulait Thomas SANKARA. Nous allons systématiser une nouvelle religion africaine en nous basant sur les enseignements des pharaons, du Djoro des Lobis, Du Vaudou et des autres coutumes africaines.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 10:17, par Le cdpbis En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Je suis tenté de dire que Mr Guimguemdé Ousmane est le résumé de la malhonnêteté intellectuelle au Burkina. S’il est un intellectuel honnête peut-il nous dire que tous les fétiches sont bons et que tous sont faits pour le bien de l’homme ? Qu’est ce que Mr Guimguemdé fait de la liberté de ceux qui souffrent de leurs fétiches et qui ont décidé de s’en débarrasser ? J’appuie la proposition de faire du domicile de Mr Guimguemdé le musée des fétiches du Burkina qu’ils sont bons ou mauvais et qu’ils assument les conséquences à la place de ceux qui souhaitent s’en débarrasser. Avec des visions aussi plates et caricaturales de la Culture Burkinabe, je doute fort que le Burkina puisse faire rayonner le Projet de L’IPN. Mr Guimguemdé devraient prendre soin de lire toutes les réactions générées par son écrit et d’en tirer les leçons pour lui-même ! Je ne pense pas que l’Église catholique perdra du temps pour donner une réponse à ceux qui ont fait preuve d’une pauvreté intellectuelle comme cette diarrhée littéraire et cette incongruité "guimguemdéique" de Mr Ousmane Guimguemdé !

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 11:29, par ollo En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Cet écrit pourrait être une belle occasion pour interroger nos pratiques et croyances religieuses de façon générale. En effet, quel est l’apport des valeurs que nous défendons sur le bien-être des populations et le développement. Devrons-nous continuer de nous attacher à ce qui ne nous protège aucunement contre le terrorisme, la faim, la maladie, l’ignorance et la mal gouvernance ? Sommes-nous d’accord que des puissances dites africaines continuent de mettre l’Afrique en retard sur les autres continents au point de le réduire à la mendicité ? Si une puissance rend misérable sont détenteur, est-ce une bonne chose ? En tout cas, nous attendons ces valeurs dites culturelles, sur le champ des sciences de l’automobile, de l’aéronautique, de l’informatique, de l’agronomie etc. Si l’Occident a pu se développer, c’est parce qu’il est courageusement allé au-delà des sujets « sensibles » des croyances et pratiques religieuses.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 11:53, par Firmin. En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Je demande à Monsieur Guy SANOU de relire et méditer profondément la Prière de Saint Francois d’Assise. Ensuite qu’il relise tout son texte avec la main sur le coeur en pensant à Monsieur Djiguemdé qui est aussi un Enfant de Dieu.
    Avec Humilité, je dirai que votre texte a manqué d’AMOUR et vous avez permis à certains lecteurs de manquer d’Amour. Au fait, vous vous révelez plus dans votre texte qui n’est qu’une projection de ce qu’on a dans le ventre en réalité.
    Sur le chemin qui conduit au Père, on s’empêche de réagir ainsi. L’Eglise est dans l’AMOUR et elle mérite mieux que le contenu de votre texte.
    Monsieur Guy SANOU, Je vous demande pardon pour ma réaction. Je sais aussi que je ne devrais pas réagir ainsi. Mais...

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 11:57, par QUID En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    ’’J’ai voyagé à travers l’Afrique ; je n’ai pas vu de mendiants ni de voleurs. J’ai vu des personnes avec de grandes valeurs morales et je pense que nous ne pouvons pas conquérir ce pays, à moins que nous ne brisons/effacions la colonne vertébrale de cette nation qui est sa spiritualisé et son héritage culturel. Par conséquent je propose qu’on remplace son ancien système éducatif et culturel. Ainsi, quand les Africains penseront que ce qui vient de l’Étranger est meilleur que ce en quoi ils croyaient, ils perdront l’estime de soi, leur culture, et ils deviendront ce que nous voudrons qu’ils soient, à savoir une nation dominée’’...
    Lord macauley
    Discours au parlement britanique, 2 fevrier 1835

    "Personne ne doit jamais, dans une circonstance, avoir honte de ses origines, de sa culture, de sa couleur de peau et les dissimuler, nous devons en être fiers".

    Que Dieu ait pitié de ces gens qui renient leurs origines

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 12:15, par Thomas Isidore En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    M.GUINGUIMDE , VOUS AUSSI. EN QUOI UN PORTE FEUILLE MAGIQUE , DES BAYA OU DES FETICHES D’ ATTIRANCE POUR HOMME OU POUR FEEMME EST IMPORTANT A LA CULTURE BURKINABE ? SURTOUT QUE BEAUCOUP DE CES FETICHES NE VIENNENT PAS DU BURKINA( nous savons tous d’où vient le bedou magique par ex) JE PENSE QU’IL Y’A DES CHOSES SERIEUSES DANS VOTRE STRUCTURES

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 12:17, par Don De Dieu En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Les fétiches africains étaient où quand les colons et missionnaires ont débarqué ? Les ancêtres, dormaient-ils pour laisser l’occupant faire de leurs enfants des esclaves ? En quoi les fétiches ont aidé l’Afrique ? Je comprends pourquoi le développement de l’Afrique est si difficile, avec de tels intellectuels on ne peut pas s’attendre mieux. Les défenseurs des fétiches (ça devrait même vous faire raisonner un peu) passez de porte en porte pour recueillir les fétiches, dans le cas contraire l’Eglise sera toujours disponible et disposée à les recevoir et à les bruler. Elle n’a pas commencé cette oeuvre aujourdhui, et c’est pas vos paroles qui changeront quelque chose. Je vous informe : 1-L’actuel emplacement de la Cathédrale de Ouagadougou c’était la demeure d’un fétiche, les propriétaires n’en pouvaient plus et pour s’en débarrasser ils ont confié tout le terrain à l ’Eglise.
    2-L’actuel Yagma c’est pareil, et le détenteur du fétiche et du terrain a bien affirmé *le plus fort occupera le terrain* .
    Tant qu’une personne voudra se délivrer de ses fétiches l’Eglise Notre Mère sera toujours présente pour l’aider. Gloire à Celui qui Est qui Était et qui Vient pour des siècles sans fin. Amen !

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 12:44, par Sidzabda En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Tous des aliénés qui au lieu de défendre leur culture s’encombre de celle des autres et espère le développement.
    c’est bien la bassesse de l’homme qui ne trouvera jamais son salut et toujours aliéné. le chinois, le japonais s’en fou du Christianisme et vous vous acheter cela comme un don.
    vous refusez d’adorer des fétiches pour aller adorer des croix allez y comprendre votre paradoxe.
    mais retenez bien, repartez là où la religion est venues, seules les personnes âgées sont de fervents pratiquants, allez-y comprendre. alors revenez sur terre si vous voulez être heureux

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 13:08, par Ka En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    L’honorable Koffi Annan disait : ’’C’est l’ignorance, et non la connaissance, qui dresse les hommes les uns contre les autres.’’

    Et comme je ne cesse de le répéter sur ce forum quand il s’agit des religions : ’’’’’La Foi ou la Croyance est une affaire strictement personnelle et chacun devrait s’accommoder de ses propres relations avec Dieu, ou la conception qu’il a de son ou de ses dieux, sans se laisser influencer par d’autres personnes,
    éventuellement manipulatrices. Nous sommes au XXIe siècle, dominé par la technologie. On ne devrait plus se laisser guider par des manipulateurs, dit des maîtres de la parole de Dieu alimentaires qui détruisent tout sur leur passage.’’’’’

    Que les gens soient belliqueux ou au contraire généreux et philanthropes, ils devraient ASSUMER leurs actions et non chercher quelques fadaises mystiques pour justifier leurs actions ou leurs positions. En l’occurrence, on voit bien aujourd’hui qu’après les vraies règles de Jésus suivi de son apôtre Pierre qui a bâti l’église par la suite, quelques églises de nos jours ne servent que des prétextes à des actions de ramassage des dimes pour le profit de certains.

    N’ayant point eu de temps pour lire la sortie de Mr. Ousmane Djiguemdé, surtout que ces genres de pataquès qu’on voit tous les jours au Burkina depuis l’arrivée des pères blancs et pasteurs, je me contenterai de commenter sur la réponse de Mr. Guy Sanou.

    Tout d’abords, un dicton nous fait savoir qu’un peuple sans culture est un peuple sans âme. C’est pourquoi je confirme à tous les intervenants sur cette réponse de Mr. Guy Sanou, qu’à l’image d’autres civilisations, notre culture contient beaucoup d’aspects positifs et certains négatifs. Les fétiches dites signes symboliques en guise d’apporter la santé a la famille légué par nos ancêtres et qu’il y a eu des résultats pour certains sont positifs. Et Nous ne perdons absolument rien à supprimer les fétiches qui déshumanisent nos comportements.

    La variance des commentaires sur la réponse de Mr. Guy Sanou montre son aspect à controverse : Qui m’interpelle de dire à monsieur Sanou, que malgré sa foi limpide, les religions sont des idéologies pour tenter de contenir la nature réelle de l’être dit humain. Les animaux n’ont pas de religion, mais uniquement l’instant de leurs besoins et ça fonctionne très bien, les cycles sont immuables et dans le respect de la nature telle qu’elle est, mais l’homme y vient souvent pour défaire cet équilibre au nom de sa science voire ce qu’il croit être son devoir pour diverses raisons, et il détruit tout.

    Sans parti pris, remontons l’histoire de l’arrivée des pères blancs et les pasteurs Anglais et Américains ainsi que les Français dans notre pays et à travers le continent, qui ont voulu radicalement avec leur premier vieux phono et les disques en vinyle parlant de Jésus et de Marie, et ont voulu avec les premiers maîtres de la parole de Dieu dit pasteurs et curés, qu’ils ont formé à la hâte pour introduire radicalement le christianisme, en détruisant de passage ce qui sont nos continuités des coutumes, dont ceux qui croyaient que ce Dieu venu d’ailleurs n’était qu’un jeu de dupe et désertaient les lieux des cultes et messes : Vu l’erreur a l’époque, Les missionnaires ont adopté l’éducation pour nous faire comprendre le chemin à suivre pour croire à leur Dieu.

    Les gens ont autant d’opinion sur le Dieu qu’il croit exister que le nombre de croyants, ce qui fait énormément d’interprétations et tant de comportements aussi.... Croire en sois est déjà bien à mon sens, et je suis d’avis avec Guy Sanou avec sa Franchise disant que tout ce que nous projetons nous le récoltons comme les fétiches qui nous troublent et on veut s’en débarrasser.
    N’ayant pas lu la sortie de Mr. Ousmane Djiguemdé et connaissant le sujet depuis la nuit la nuit des temps en tant qu’un Africain converti dans le christianisme, je lui comprends, car, tous les excès nuisent, et l’excès des pratiques religieuses aussi à un moment donné, il suffit de voir le monde actuel et même sans cela toutes les églises et autres mosquées qui fleurissent dans tous les coins de rue, mais qui ne sont que des lieux pour attrapes nigauds en mal de reconnaissance et de trouver leurs voies.

    Dieu a toujours existé, et il à tout donné déjà pour que chacun ait ce qu’il veut ici-bas : Mais le problème c’est que la majorité croit que c’est l’argent seul qui est le Graal alors que tu peux manger simplement, avoir un endroit pour t’abriter et être en bonne santé et que cela SUFFISE A TON BONHEUR SUR TERRE : Mais si tu veux des voitures, femmes, maisons et tout le tintouin alors qu’une voiture peut te suffire, une femme aussi et même sans télé tu peux vivre alors là tu commences à souffrir et c’est toi qui te fait du mal pas l’autrui, ni les fétiches malsains ou bienfaits, ne peuvent rien pour toi.

    L’enseignement de la bible qui se trouve dans l’ancien testament ou le nouveau, comme la croyance de nos ancêtres qui vénèrent la terre qui est sacrée, nous enseigne avant tout la générosité, la proximité, la simplicité qui caractérise tout être humain de ce nom : Et c’est par ce chemin, qu’il soit animiste, ou chrétiens, Dieu qui est celui des animistes et les chrétiens, vous élève, et vous impose d’être proche des autres.

    Que ça soit le Dieu de Moïse, d’Abraham et celui de tous les descendants des noirs ou Blancs, nous demande de se cultiver. Le reste n’est que des gesticulations pour tromper les autres.

    Conclusion : Ici il ne s’agit pas de juger ni Mr. Ousmane Djiguemdé, ou de Mr. Guy Sanou. Simplement quelques intervenants manquent de connaissance du christianisme, une méconnaissance totale du Christ et ses actions, de sa vie sur la terre, et le but de sa mission. Surtout le manque totale de connaissance entre des objets dits fétiches, et des objets d’arts culturels.

    Chacun est libre de son opinion, mais pas des FAITS. Une bonne étude de la bible permet de comprendre les actions du Christ. Car, jésus a enseigné principalement par moyens des paraboles (images et comparaisons) pour toucher le cœur de ses auditeurs. Par exemple, lorsqu’il déclare : ’’Je suis venu mettre le feu sur la terre’’ (Luc 12 :49), Que voulait-il dire ? Les versets 51 à 53 de Luc chapitre 12 répondent à cette question : ’’ Pensez-vous que je sois venu donner la paix sur la terre ? Non, pas du tout, je vous le dis, mais plutôt la division. 52, en effet, à partir de maintenant, cinq dans une maison seront divisés, trois contre deux et deux contre trois. 53, ils seront divisés, père contre fils et fils contre père, mère contre fille et fille contre [sa] mère, belle-mère contre sa belle-fille et belle-fille contre [sa] belle-mère. ". Jésus montre clairement qu’à cause de son enseignement, il y aura la division au sein d’une famille. Cela arrive quand un membre décide de suivre les enseignements du christ, ce membre rencontre l’opposions des autres. Plusieurs rapports l’ont démontré. C’est en ce sens que Jésus est venu mettre le ’’feu’’ ou division sur la terre. On pourra expliquer chaque passage mentionné dans l’article, mais manque de temps et d’espace. 2eme Fait : Jésus n’est pas responsable des actions des hommes qui prétendent le représenter comme ceux de l’église de Gounghin. Il a dit en effet en Matthieu chapitre 7 : 21-23 : Ce ne sont pas tous ceux qui me disent : ’ Seigneur, Seigneur ’, qui entreront dans le royaume des cieux, mais celui qui fait la Volonté de mon Père qui est dans les cieux. 22 Beaucoup me diront en ce jour-là : ’’Seigneur, Seigneur, n’est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé, et en ton nom que nous avons expulsé des démons, et en ton nom que nous avons accompli de nombreuses œuvres de puissances ? Pourtant ils ne rentreront pas aux royaumes des cieux. Oui chers intervenants, les actions de l’église peuvent diviser, comme elles peuvent souder et sauver.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 13:09, par Nabiiga En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Pour ma part, je peine à comprendre l’Africain. Monsieur Guy Sanou, quel est la différence entre les fétiches brulés qui, en substance, consistent des objets et votre croix de votre Jésus qui lui aussi est un objet. C’est un symbol car un objet de fois est un objet de foi. Quelle est votre définition de la religion ? C’est par là qu’il faut commencer. N’gaw. C’est bien cette mentalité de dénigrement de soi qui nous tue. Montrez-moi en passant la religion africaine. Tous les continents en ont, sauf nous. Les Indiens, les Chinois, les Arabes et les juifs et nous, qu’est-ce qu’on a ? Au lieu de développer ce que nos ancêtres nous ont légués, vous parlez de Jésus et son amour. Quel amour ? Amour de Jésus et d’Allah, je ne sais rien, qui nous a fait des esclavages. C’est facile de parler du bien fait de votre fois, cela n’engage que vous, mais de grâce, soyons réalistes. Si vous voulez savoir mon opinion, ces religions mafiosi nous ont rien apporté que la misère, l’esclavage, la pauvreté, le sous-développement et j’en passe. Les historiens pourront vous édifier, ce sont les Arabes qui sont venus avec leur Allah, nous avons fait des guerres pour nous convertir en leur croyance et ont lancé l’esclavage ce, au nom de ce même Allah d’amour. Ensuite vinrent les Européens avec leur Jésus qui s’est soldé en l’esclavage des noirs et le stigma reste aujourd’hui. Si vous avez un frère à l’étranger, peu importe l’endroit à l’étranger, il faudra vous renseigner auprès de lui pour savoir un peu le racisme qu’il vit au quotidien. Comment peut-on expliquer la richesse européenne face à la pauvreté africaine. C’est tout simplement parce que l’Europe est assisse sur la richesse africaine et cela à été possible grâce à votre Jésus et son amour. D’ailleurs, cette bible, le socle de votre foi, que dit-elle des noirs ? Allez-vous en étudier votre bible d’abord avant de nous parler de l’amour de Jésus. À mon humble avis, c’est plutôt les croix de votre christ et autres objets de votre fois qui doivent être brûlés et non pas la seule chose que nos ancêtres nous ont légués. Dénigrement inouï quand vous nous tenez, oui.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 13:19, par YAWOTO En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    La religion est un instrument politique avec un habillage de spiritualité. J’aimerais que monsieur SANOU réponde à ces questions :

    1.Est-ce qu’il peut nous donnez l’évangile selon Jésus ? Avant tout il y avait des scribes à l’époque non, pourquoi ce sont des disciples qui doivent écrire son enseignement à sa place et qu’est-ce qui prouvent que c’est ce que Jésus a dit ?

    2. 500 ans d’esclavage, ou l’homme noir est traité moins qu’un animal,à supposé que votre ancêtre en est fait partie, dite -moi pourquoi il n’aurait pas été épargné et c’est sauver votre âme qui serait la préoccupation de ses bourreaux ?
    Je ne nie pas la religion Christique, c’est ceux qui l’ont apporté qui ne sont pas digne de foi.

    3. L’arabe a l’islam comme religion, l’indien l’indouisme, le chinois sa religion, l’occidental son christianisme, l’africain a commis quel péché pour être le damné de la terre à qui Dieu n’a donné aucun guide, aucun moyen de s’adresser à lui ? Je veux connaitre la raison. On ne peut pas porter un jugement global à partir de faits isolés.

    Mr Guimguemdé peut avoir commis l’erreur de ne pas nuancer ses propos (je ne l’ai pas lu), mais ne vous prenez pas non plus pour celui qui détient la vérité, sans modestie, avec des propos justement aux antipodes de l’humilité voulue par l’enseignement du Christ. Il y a le Christ et son message et il y a la religion catholique,il faut faire cette distinction. Il y a des choses élémentaires qui montrent que les religions importées sont des instruments d’aliénation mentale et de domination.
    Un noir peut-il être un pape un jour ? Ceux là même qui sont aux abois ici soit disant à cause de leur foi ne représentent rien pour le Curie Romaine.
    Et heureusement avec les nouvelles technologie, on a accès à beaucoup d’informations.On connait l’histoire des religions, les acteurs principaux, les intentions avouées et inavouables, de la bule de Théodose V au roi Aplhonse, du concile de Nicée et autres au roi Constantin (rassemblement des doctrines chrétiennes et imposition comme religion d’Etat),
    on connait comment et pourquoi cette religion nous a été envoyée.
    Je m’arrête là en terminant par ces deux citations du sage :
    1.Je n’accepte sans réserve, l’argument de personne mort ou vivant.
    2. Aucune religion n’est supérieure à la vérité.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 13:28, par Moi En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Moi je reste persuadé que le jour du fameux jugement dernier l’avocat Jesus Christ ne va pas laisser ses parents juif pour vnir s’occuper d’un negro comme moi,le lavage de cerveau a fait ses effets,meme nos intellectuels contribuent a nous éclairer,comment on peut être fière de dire aux du monde que l’on renie ses ancêtres ?que c’est aïeux étaient dans le faux ?je préfère m’accrocher a mes ancetres de toute facon wait and see !

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 15:32, par WARA En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    IL EST PLUS FACILE DE TROMPER QUELQU’UN , QUE DE LE CONVAINCRE QU’IL A ETE TROMPE.
    EN BON ENTENDEUR SALUT.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 17:40, par savouss En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Sans défendre qui que ce soit parmi des deux interlocuteurs, je me permets néanmoins d’attirer l’attention de M. SANOU, que son droit de réponse me parait disproportionné à l’écrit de son vis-à-vis. En toute chose à mon sens, il faut éviter autant que faire se peut l’extrême même si l’on est convaincu de la justesse de sa position.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 21:03, par Nekre En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Je n’ai pas l’habitude de reagir mais cette fois ci, je n’ai pas pu m’abstenir. Monsieur Sanou, en lisant votre droit de réponse je dirai que vous avez fait pire que ce que vous reprochez à Monsieur Djiguemedé qui est dans son droit aussi d’avoir son opinion.
    En voulant démontrer que seul vous détenez la vérité, vous êtes descendus très bas. On dit toujours que la religion est un sujet sensible, et pour en discuter il faut s’y prendre comme si on marchait sur des œufs. Fort de votre foi en Christ vous n’êtes pas allé de main morte dans certaines affirmations et accusations. Et c’est ça le problème des gens qui ont la foi (ou qui prétendent l’avoir). Mr Sanou, pour moi, la vraie foi rime avec retenue, recul et humilité dans ses pensées. C’est cette certitude de « croyant » trempée d’une certaine arrogance qui fait que dans le Sahel , des frères égorgent d’autres frères parce qu’ils ne suivent pas le même prophète ou parce qu’ils ne respectent pas dans toute sa rigueur ce que leur prophète aurait recommandé.
    Considérant votre niveau de langue, je pense que vous êtes d’un certain niveau intellectuel et normalement cela devrait vous emmener à plus de finesse dans vos analyses et moins d’ardeur dans vos prises de positions.
    Aujourd’hui, n’en déplaisent à ceux qui ne veulent le voir ainsi, sur des bases scientifiques, les historiens s’accordent pour dire que pour dominer un peuple, l’envahisseur a toujours usé de 3 leviers : politique, économique religieux/culturel. De ces 3 leviers le plus puissant et le plus destructeur est le dernier car il est utilisé pour priver le peuple dominé de ses repères : c’est le cas de l’Afrique. Nul ne peut contester que les terres arabes est le bastion de l’islam et l’Occident de tradition chrétienne. La colonisation emporte toujours dans ses valises une religion, c’est seulement la manière de s’en servir qui diffère mais le résultat est le même. Détourner le colonisé de ses repères, le rendre vulnérable au point qu’il voit le monde à travers un prisme pour ne pas dire un voile qui l’éloigne de ses racines et de son identité.
    Pour revenir de manière concrète sur cet écrit, Mr Sanou nous parle d’objet Qnet, de baya et de que sais-je encore. Evidemment, ces objets ne sont pas ce dont parle la plupart des gens qui ont été irrités par cette publication. Cette confusion « savamment entretenu à travers le nom générique de fétiche est faite à dessein pour pouvoir atteindre des objectifs. Et surtout ne rejetez pas cette confusion sur l’auteur du reportage.
    L’argument du libre choix des propriétaires des « fétiches » est brandi aussi bien Mr Sanou que certains internautes mais grattons un peu ce vernis bon marché pour voir qu’est ce cela cache en dessous. Vous le savez tous, dans nos communautés, le plus souvent ce qui est présenté comme libre choix est en réalité une pesante contrainte sociale à laquelle peu de personnes peuvent résister pour différentes raisons. Ne pas faire partie de la tendance dominante est cause de stigmatisation souvent voilée, souvent ouverte. Dans nos classes d’écoles, quand on demandait qui était animiste, bien qu’il en existait, on ne trouvait personne pour lever le petit doigt. Dans cet environnement, il faudrait relativiser cette notion de libre choix de l’individu que certains brandissent. Le célèbre musicien burkinabe Deme Victor (Paix à son ame) qui est né dans une famille musulmane, et qui a osé se convertir au christianisme s’est vu le jour des derniers adieux à sa mère débarqué du corbillard par ses proches qui n’acceptent pas cette conversion. Peu d’hommes peuvent résister ou accepter de telles humiliations du fait de leur choix spirituel ou religieux. Le résultat est que les gens dans nos familles et communautés africaines ne sont pas vraiment libres et les religions qui en bénéficient sont celles importées car ayant en elles le gène de l’expansion depuis des siècles. Ce qui n’est pas le cas de l’animisme par exemple.
    Pour terminer,Mr Sanou s’attarde sur le prenom de Mr Djiguemdé. L’enfant quand il vient au monde herite de la religion de ses parents qui choisisssent le prenom qui convient. Alors que reprochez vous à Mr Djiguemdé ? De n’avoir pas de son berceau refusé son nom de baptême ou de n’avoir pas plus tard entrepris des démarches à l’état civile pour changer son prénom ? Non, soyons sérieux dans le debat.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril à 21:08, par Ka En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    La conclusion de mon premier commentaire, ’’’je disais qu’il ne s’agit pas de juger ni Mr. Ousmane Djiguemdé, ou de Mr. Guy Sanou :’’’ Simplement quelques intervenants manquent de connaissance du christianisme, et une méconnaissance totale du Christ et ses actions, de sa vie sur la terre, et le but de sa mission. Surtout le manque total de connaissance entre des objets dits fétiches, et des objets d’arts culturels.

    Ayant bien expliqué les actions du Christ en connaissance de cause, je reviens expliqué pourquoi les deux qui ont osé soulever le problème, chacun ne rentre pas dans le vif du sujet, ou bien ils manquent de crédibilité en soi. Si nos grands historiens Amadou Hampâté Bâ le sage nés du XXe siècle ou Joseph Ki Zerbo, sans oublié les célèbres historiens écrivains a ne citer l’américain John Fiske avec son livre ’le destiné de l’homme,’’ ou Helene de France Duchesse D’Aoste avec ’’Voyage en Afrique’’ avant les colonisations, en passant par Jean Gabus ’’l’Afrique aux trois voyages,’’ eux qui ont sillonné le continent et côtoyé nos anciens qui avaient des dons de Dieu comme Jésus Christ a eu cette chance, si ces personnes en récoltant nos secrets de vie depuis la nuit des temps, avaient eu l’idée d’écrire un manuscrit, comme celui de la Tora des juifs, ou l’ancien et le nouveau testament, aujourd’hui, ni Guy SANOU, ni Ousmane DJIGUEMDE, n’auront aucune leçon à donner à qui que ça soit au Burkina. Les bons fétiches seront gardés comme la parole de Dieu. Et les mauvais seront jetés dans les esprits des porcs.

    Car, si on avait une Tora ou une bible des continuités des coutumes Africains, ou tout a été raconté, comme dans le nouveau testament, dans un de ses versets, Jésus a la rencontre d’une personne atteinte de la folie, ordonna l’esprit malsain de sortir de la personne et aller rentrer dans un troupeau de porcs : Une histoire qu’on ne croira pas, car des éleveurs de porcs en milieu Juifs à l’époque était imaginable. Malheureusement le poids de Guy Sanou, est que la bible est là pour nous prouver les actions de Jésus le sauveur. Et la faiblesse de d’Ousmane DJIGUEMDE, c’est qu’il n’existe aucune trace écrite dans un Tora ou une bible de nos bons fétiches ou les mauvais : Tout est imaginaire et orale sans aucune trace d’écrit.

    Ce qui m’interpelle a raconté une histoire vivantes des fétiches mossi qu’on ne croira pas, mais que deux états de la sous-région étaient perturbé par cette histoire qui a créer un problème interne et externe entre la Cote d’Ivoire et la Haute Volta, dans les années 1970. ’’Voilà l’histoire que j’ai vécue de retour de la France pour des vacances scolaire chez mon oncle en Côte d’Ivoire. ’’Un matin, on apprend qu’à la prison appeler la MACA à Abidjan, un prisonnier défi les gardiens de cette prison en quittant sa cellule toujours fermer a clé, pour se présenter devant la porte. Ils l’ont enchainé et refermer plusieurs fois, et quelque temps après, on le retrouve devant la porte clamant son innocence. Le mystère de l’homme allait créé une crise diplomatique du régime Houphouët et de Lamizana. Des émissaires ont pu régler le problème, car, notre compatriote risquait d’être tué par balle. Des pour parler ont eu lieu en coulisse, et d’après les conclusions, ce super mossi possède un fétiche venant de sa région qui le rend invisible, et son corps peut devenir glissant comme du savon qui lui permettait de se libérer de ses chaines.

    L’affaire était classée comme un secret d’état à l’époque qui ne l’était pas : Car, le jeune Zongo dit Joké était connu des Burkinabé vivants en Côte d’Ivoire. Un fétiche qui lui permet de ce protégé et non pour voler. Son emprisonnement était à cause de sa violence, et l’histoire de ce jeune est parmi des milliers qu’on rencontre de Ganzourgou au Boulkiemdé, de Titao a Tenkoudougou : Une chose que l’artiste Zougnazagmdane ne me contredira pas. Si le nommé Zongo dit Joké est toujours dans ce monde, ou les personnes qui ont vécu cette histoire dans les années 1970 en Côte d’Ivoire, peuvent le confirmer. C’était quelques souvenirs du vieux Ka. Sans rancune a toutes et à tous.

    Répondre à ce message

    • Le 6 mai à 16:20, par Patinnema En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

      Merci cher Aîné KA !
      Sans être nécessairement toujours d’accord avec vous, quand je vous lis j’ai un profond sentiment de lire un sage. Continuez de nous instruire et soyez remercié.
      Votre témoignage de l’affaire Zongo/Joké est symptomatique de notre manque de volonté de puissance. Je ne peux pas comprendre que 2 gouvernements soient au courant de l’existence de tels pouvoirs et ne fassent rien ! Les applications pratiques militaires, offensives comme défensives sont multiples. A ce rythme les colonisateurs vont continuer à se succéder chez nous et à nous inoculer leurs croyances bien souvent remplies d’aberrations.

      J’aimerais pouvoir investiguer cette histoire si vous avez un peu plus d’éléments.

      Répondre à ce message

      • Le 6 mai à 20:25, par Ka En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

        Merci de me lire : Pour connaitre le fond de cette histoire, il y a certainement des traces dans les dossiers confidentiels de notre ambassade en Côte d’Ivoire, ou au ministère des affaires étrangères, qui ne devait plus être confidentiel avec le temp : Surtout que les premiers secrétaires de l’ambassade de l’époque A. Ouédraogo, s’ils sont toujours vivants, ceux qui ont traité sur place cette affaire. De mémoire, et sur ma page FACEBOOK, on vient de me confirmer qu’il s’appelle B. Zongo dit Joké, et a terminé paisiblement et sans histoire sa peine à Bouaké avec les prisonniers politique sous le régime d’Houphouët. Malheureusement les anciens ouvriers Burkinabé des scieries d’exploitations de bois a Grand Lahou, ou les anciens habitants du quartier non loti de Koumassi et Marcory qui ont connu l’homme sont dispersés, pourtant une communauté soudée a l’époque des faits. Je termine en disant a ce dernier, s’il lit son histoire, qu’il réagisse, c’est ça aussi le patriotisme. Mon jeune internaute Patinnema, qui que tu sois, ’’un dicton nous dit que le monde est petit :’’ Et l’histoire de B. Zongo dit Joké, celui qui a eu le privilège de dire ce qu’il veut avant de se calmer, cette histoire ne sera pas contredite par les chanteurs traditionnels NAZAGUEMDA Ou son ami le feu France.’’

        Répondre à ce message

  • Le 27 avril à 12:33, par SOME En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Monsieur Sanou, vous cherchez des problemes la ou vous n’avez rien a voir. A vous lire vous n’avez ni les capacites intellectuelles, ni morales, ni spirituelles pour parler. Mais comme vous cherchez bagarre on va vous la livrer ! Et puisque vous adoptez un certain ton, ne vous etonnez pas du ton des autres. Et vous l’aurez merité ! Vous pensez defendre VOTRE eglise catholique, vous venez de lui rendre le pire tort. C’est le brame du cerf avant sa mort.

    « Mais puisque que vous semblez réagir en tant qu’acteur majeur du monde de la culture burkinabè (selon vous) et donc supposé intégrer en vous-même une sagesse véritable, pour une culture qui pousse au développement et non à l’aliénation auto-contemplative, je voudrais moi aussi vous donner mon droit de réponse, en tant que laïc catholique, simple chrétien aimant Jésus-Christ, mais tout aussi burkinabè comme vous. »
    Quelle misere ! Pitié ! Bref ! Aime Jesus Christ et tout ce que tu veux, c’est ton affaire, mais sache que le temps est passé et qu’on ne laissera plus dire n’importe quoi ! Et surtout quand on ne connait rien a rien ! Ce serait mieux que tu ailles te delaver ton cerveau d’abord pour avoir la capacité de reflechir par toi-même avant de venir vomir des insanites comme tu le fais. C’est chaque mot et phrase de ton ecrit qui meriterait un commentaire explicatif pour te deculotter (s’il en est encore besoin).

    En quoi la duree de fonction est un argument de poids dans ce debat ? en quoi cela nous donne un eclairage pour comprendre ce qui s’est passé ? Quand on n’a pas d’arguments on se tait. Tu viens montrer ici dans ton article, soit disant droit de reponse (sic), ton acculturation crasse, celle là meme qui est incriminée par M Djigemdé. Mais ca tu ne l’as pas compris ! Tu ne peux pas le comprendre ! Les aigles et les vautours ne volent pas a la meme hauteur !
    Si tu crois y gagner là ton paradis, eh bien qu’on te le dise : tu n’as fait que gagner ton enfer. Oui ! meme si dans la tradition africaine, ce concept n’existe pas ! Le diable, satan, l’enfer, etc ca n’existe pas, a part pour des individus intellectuellement peu outillés comme toi. Ce concept n’est qu’une importation de la culture occidentale, issu du judeo christianisme. Dans aucune tradition africaine, absolument aucune, vous ne trouverez ce concept de diable, encore moins de satan. Mais pardon ! j’oubliais que tu ne connais meme pas ta propre culture !

    Et pour te rendre moins acculturé et moins arrogant : sache que le diable n’était meme pas reconnu par l’eglise. Le diable n’est qu’une creation qui date des debats sur le fait que le mal existe. Déjà satan n’est pas le diable : c’est un amalgame. Les appellations Lucifer, Belzébuth, Satan…, n’ont pas designé les memes entités. Reflechis un peu : Lucifer veut dire Porteur de lumiere ! Tout un programme !

    C’est au XIIe siècle que l’Église a introduit un être surnaturel et effrayant, symbole du mal absolu, afin de mieux dominer les populations et controler les consciences. L’eglise institua la confession, etc. les gens se trouvaient dans une periode de desarroi total, comme l’est aujourdh’ui les populations africaines sinon mondiales. Exactement comme ce pretre Bicaba le fait a Gounghin, et exactement comme les missionnaires l’ont fait a la colonisation. Ces individus diables profitent de destructuration de la societe africaine et burkinabe afin de deposseder les cultures locales de leurs traditions a leur profit, en les traitant de sataniques, diaboliques (comme tu viens de l’écrire toi-même) tout en se les accaparant. On connait ce procédé psychologique. Rien a voir avec ce que c’est la Vraie Eglise ! C’est justement vous le diable ! Oui nous vivons l’epoque du diable et vous agissez dans l’esprit du diable, en agent du diable.

    Vous cherchez a mener une polemique ou vous etes totalement a cote de la plaque du sujet. Que ce soient des individus comme toi qui pretendent sauver nos cultures africaines, on en voit le triste resultat. Le pire c’est que tu es convaincu d’etre sur le bon chemin !

    « Si vous estimez que des morceaux de cailloux sont vos biens… » comme ca vole bas ! Laisse moi te dire entre la croix (et bien d’autres choses dans l’eglise) et le « fetiche » quelle difference ? Sache que la croix n’est pas chretienne, mais « paienne » ; sache que le symbole des chretiens n’etait pas la croix mais le poisson. Les africains ont toujours utilisé la croix dans leur religion des milliers d’années avant les chrétiens. Les chretiens n’ont adopté la croix qu’au 4e s et par pure decision politique et par la force armée.

    L’eglise ferait mieux de prendre ses distances avec ce genre de pratiques et de personnes que le fameux jesuite Bicaba. La caution de l’eveque Léopold ouedraogo (que je connais) est un scandale qui dessert l’eglise. Mais faut-il s’en etonner ?...
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril à 13:35, par Jacobs En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Nous nous laissons emporté par la colère et nous perdons le sens du dicernement....oui M.Djiguemdé a raté sa communication(il ne s’est pas assez renseigné sur le sujet et l’utilisation de facebook comme moyen de communication laisse à desiré) et M Sanou a eu à relever cela.
    M SANOU sous la frustation, la colère...repete à l’infini les erreurs de M DJIGEMDE.Finalement on arrive plus a le suivre.J’aurai aimé qu’il soit concis dans son argumentaire et qu’il ne lance pas des piques à son interlocuteur.Car le risque est de paraitre plus « dangereux, grave,.. » que celui qu’on « combat » les idées.
    Bref à tous, la moderation et le respect dans nos propos.De la discution, des echanges, il doit jaillir de la lumière et non DES ETINCELLES

    Répondre à ce message

  • Le 29 avril à 10:07, par SOME En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Discours prononcé par Léopold II, roi des Belges, en 1883, devant les missionnaires se rendant en Afrique

    Révérends Pères et Chers compatriotes ,
    La tâche qui vous est confiée est très délicate à remplir et demande du tact. Prêtres, vous allez certes pour l’évangélisation, mais cette évangélisation doit s’inspirer avant tout des intérêts de la Belgique.

    Le but principal de votre mission au Congo n’est donc point d’apprendre aux Nègres à connaître Dieu, car ils le connaissent déjà. Ils parlent et se soumettent à UN MUNDI, UN MUNGU, UN DIAKOMBA et que sais-je encore ; ils savent que tuer, voler, coucher avec la femme d’autrui, calomnier et injurier est mauvais. Ayons donc le courage de l’avouer. Vous n’irez donc pas leur apprendre ce qu’ils savent déjà.

    Votre rôle essentiel est de faciliter leur tâche aux Administratifs et aux Industriels. C’est dire donc que vous interpréterez l’Evangile d’une façon qui serve à mieux protéger nos intérêts dans cette partie du monde. Pour ce faire, vous veillerez entre autre à désintéresser nos sauvages des richesses dont regorgent leurs sol et sous-sol, pour éviter qu’ils s’y intéressent, qu’ils ne nous fassent pas une concurrence meurtrière et rêvent un jour de nous déloger.

    Votre connaissance de l’Evangile vous permettra de trouver facilement des textes recommandant aux fidèles d’aimer la pauvreté, tel par exemple « HEUREUX LES PAUVRES CAR LE ROYAUME DES CIEUX EST A EUX. IL EST DIFFICILE AU RICHE D’ENTRER AU CIEL ». Vous ferez tout pour que les Nègres aient peur de s’enrichir pour mériter le ciel. (…) Vous devez les détacher et les faire mépriser tout ce qui leur procurerait le courage de nous affronter. Je fais allusion ici principalement à leurs fétiches de guerre. Qu’ils ne prétendent point ne pas les abandonner et vous, vous mettrez tout en œuvre pour les faire disparaître.

    Votre action doit se porter essentiellement sur les jeunes afin qu’ils ne se révoltent pas. Si le commandement du Père est conducteur de celui des Parents, l’enfant devra apprendre à obéir à ce que lui recommande le Missionnaire qui est le père de son âme. Insistez particulièrement sur la soumission et l’obéissance. Evitez de développer l’esprit critique dans vos écoles. Apprenez aux élèves à croire et non à raisonner.

    Ce sont-là, Chers Compatriotes, quelques-uns des principes que vous appliquerez. Vous en trouverez beaucoup d’autres dans les livres qui vous seront remis à la fin de cette séance. Evangélisez les Nègres à la mode des Africains, qu’ils restent toujours soumis aux colonialistes blancs. Qu’ils ne se révoltent jamais contre les injustices que ceux-ci leur feront subir. Faites leurs méditer chaque jour « HEUREUX CEUX QUI PLEURENT CAR LE ROYAUME DES CIEUX EST A EUX ». Convertissez toujours des Noirs au moyen de la chicotte.
    Gardez leurs femmes à la soumission pendant neuf mois afin qu’elles travaillent gratuitement pour vous. Exigez ensuite qu’ils vous offrent en signe de reconnaissance des chèvres, poules, œufs, chaque fois que vous visitez leurs villages. Faites tout pour éviter à jamais que les Noirs ne deviennent riches.

    Chantez chaque jour qu’il est impossible au riche d’entrer au ciel. Faites leurs payer une taxe chaque semaine à la messe du dimanche. Utilisez ensuite cet argent prétendument destinés aux pauvres et transférez ainsi vos missions à des centres commerciaux florissants. Instituez pour eux un système de confession qui fera de vous de bons détectives pour démentir, auprès des Autorités investies du pouvoir de décision, tout Noir qui a une prise de conscience.

    Sans commentaires. Sinon on pourrait demander a des eleves de faire une explication de texte ou une dissertation. Vu le niveau de la majorite des interventions je ne gagerais sur les capacites d’analyse et de reflexion des eleves de cette classe. Ils auront besoin de mieux se former a la reflexion et a l’analyse
    SOME

    Répondre à ce message

    • Le 29 avril à 12:38, par Lepeul En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

      @Some
      Belle analyse, on voit que vos arguments sont faits à la base d’une recherche intellectuelle, c’est du factuel ! ça fait plaisir de voir que tous les africains ne sont pas grands enfants et ne croient pas tous au père noël.
      ce pour quoi sur un autre sujet notamment le cas tchadien je parlais de notre naïveté et ses conséquences sur la vie de 52 pays :
      Merci à la nouvelle génération consciente, ce n’est pas seulement un problème tchadien mais un problème africain.
      Car si on veut réellement lutter contre l’insécurité, qui est la conséquence de la mal gouvernance, la misère et l’égoïsme des intellectuels africains, il faut que l’on fasse les choses, avec sérieux, cela a des conséquences :
      — Le vrai problème est l’image que nous donnons de l’Afrique, comment hier on disait pour être président il faut avoir 40 ans , les mêmes soudainement prennent le pouvoir avec un gamin général à 25 ans et aujourd’hui 38 ans, on dirait un sketch de Amada DAHICO.(pourquoi pas ministre à 11 ans).
      — Si l’Afrique veut faire partir des grands de ce monde et aider sa population à vivre dignement, alors il faut d’abord se respecter sinon personne ne te respectera et cela à des conséquence sur la géopolitique et l’économique :
      - Sur le plan géopolitique, un exemple flagrant ils ont bombardé la Lybie sans l’avis de l’union africaine pourquoi. L’ONU est partout en Afrique, sans un pays africain dans le conseil de l’ONU.
      - Sur le plan économique, tous les pays africains empruntent avec des taux énormes, en plus de cela sont endettés juste à 55 % car personne n’a confiance à leur institution, alors que les pays riches sont endettés à 120 % sous prétexte qu’ils ont des patrimoines qui garantissent leur dette,
      Le sous-sol africains est saturé de trésor ce n’est pas une garantie ça, pour accéder aux crédits pour soutenir les banques et la population africaine dans son développement ?
      dans ces pays tout le monde paye à crédit. L’africain cash.
      Les égotistes diront oui le Tchad et le sahel sont en guerre c’est une situation particulière et alors ?, penser d’abord aux tchadiens,et à la génération avenir, Sankara savait qu’il allait mourir, mais il disait ce n’est pas une raison de prendre le chemin facile, autre alternative existe.

      Répondre à ce message

      • Le 29 avril à 15:32, par SOME En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

        Mon frere je puis dire que justement tu es l’un des rares exemples de l’intellectuel africain qui non seulement réflechit mais encore accepte de choisir le camp juste : celui de la dignite, de la rigueur, dans sa reflexion, de la responsabilité devant la vie et du patriotisme vrai.

        quand tu entends certains africains a propos du Tchad ou de la lybie, c’est effarant : directement sortis de RFI ou France 24 !!! Mais a te lire ca redonne espoir car tout compte fait il y a la bonne semence qui pousse. Le pays le pus endette du monde n’est autre que... les USA ! et pourtant ils dictent la marche de l’economie (et donc de la politique mondiale). Les chinois cherchent a lui damer le pion en lui rachetant ses dettes pour diriger le monde.

        La, il faut etre surendetté et ne rien avoir comme richesse en gage comme la condition sine qua non de sa puissance ; ici, etre sous endette, et etre "saturé de trésor" et crouler sous le poids de sa richesse, est la cause meme de sa pauvrete et le signe de son impuissance. Voila la caractristique fondamentale de notre monde actuel : vivre selon les paradoxes et les chocs de valeurs, l’inversion des valeurs.

        Cette hsitoire du Tchad est ue grande bataille perdue comme celle de la Lybie. On sait que la meme Lybie fut le terrain decisif dans le tournant de la 2e guerre mondiale avec avec la defaite de Rommel à Tobrouk et koufra. C’est les "tirailleurs senegalais" qui ont liberé Paris depuis leur serment a Koufra en Lybie. C’est dire l’importance geopolitique de ce pays et donc du Tchad.

        comme je le disais dans une intervention : Burkina a beaucoup de soucis a se faire suite a la la mort de deby. D’ailleurs pourquoi les genéraux tchadiens ont accepté l’eliminer alors qu’ils savent les enjeux et implications ? Et deby le leur avait revelé.

        Le discours de deby face aux presidents africains ressemblent fort bien au discours de sankara au sommet de l’OUA et face a Mitterand a ouagadougou. Il savait qu’il signait son arret de mort tout comme sankara savait son sort. Mais nous africains, nous devons nous en prendre maintenant a ceux qui acceptent de jouer le jeu contre nous, contre leur propre pays, fussent-ils militaires alors que c’est eux qui devraient etre au devant en tant qu’elite.

        "Sankara savait qu’il allait mourir, mais il disait ce n’est pas une raison de prendre le chemin facile, autre alternative existe." Il faut oser inventer son avenir. Et "L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maître qui prétend l’affranchir. Seule la lutte libère… »

        Mais dans cette lutte nous devons savoir cibler le vrai ennemi au bon moment pour adopter les vraies strategies effeicaces y afferentes. ca ne viendra que de nous et de nos choix. A lire ton analyse, l’espoir est permis
        SOME

        Répondre à ce message

  • Le 30 avril à 18:29, par Sam En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Un jour, un homme très avancé en âge, autrefois dépositaire de nos traditions au village, pratiquant l’animisme et le catholicisme m’a dit : "mon petit fils, suit le Christ et fui les fétiches. Moi, je fais des fétiches pour des gens qui obtiennent beaucoup de faveurs des démons, mais je reconnais qu’il n’y a rien de bon en cela. La finalité est toujours chaotique. c’est pourquoi, j’ai instruit qu’il n’y ait pas de sacrifice après ma mort". Juste pour dire que nous devrions dissocier culture et traditions. Et c’est qui a été le véritable problème de l’Afrique jusqu’ici. Ni certains chrétiens, ni certains dépositaires des traditions ancestrales n’on pu faire cette distinction. On trouve des chrétiens qui ont renié toute leur culture jusqu’à la langue, et des dépositaires des traditions ancestrales qui, obscurcis par la loi des fétiches ont des cœurs totalement fermé à l’amour de Jésus Christ, un amour vrai, sincère, salvateur qui transcende en réalité les races, les pays, les ethnies et les intérêts économiques. Chers adorateurs de fétiches, je vous appelle au salut de Christ, source de paix et de vie.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mai à 01:16, par jeunedame seret En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    GRAND MERCI SANOU. Très belle réponse intellectuelle et intelligente. Ce monsieur OUSMANE des peuples noirs est un analphabète fonctionnel qui mérite une telle conscientisation. Et votre réponse mérite d’être retenu par l’histoire. En dehors de l’aspect religieux, il faut reconnaître que l’église a accompli un chef d’oeuvre. Celui de la réponse de plusieurs besoin dans les coeurs de ces hommes. Monsieur SANOU a bien fait de mentionner ce soulagement procuré en parlant de « délivrer des personnes opprimées par des pratiques occultes néfastes ». En effet, ces hommes ont décidé de s’ouvrir à l’église, de brûler des objets et donc d’alléger leurs consciences sur lesquelles pèsent de nombreuses culpabilités. Et seule l’Église pourrait insuffler cette motivation. Et l’église s’est ainsi martyrisée pour sauver et mérite donc la reconnaissance de tous même de monsieur OUSMANE borné. Ce dernier serait aussi un pair de ces détenteurs de fétiches qui souffre aussi ; et son regret est beaucoup une expression de sa lâcheté d’avouer ses faiblesses. Car il n’a aucun autre recours. Contrairement à ces chrétiens qui le font pour rejoindre JÉSUS. Monsieur Ousmane la culture ce n’est pas le wack prisé chez vous. Gardez un contact avec SANOU pour plus d’instruction. Malheur au Burkina avec des lettrés analphabètes dans les services responsables !!!

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai à 12:19, par Sougri En réponse à : Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "

    Je demande seulement qu’on distingue le culte de la culture. Si cette distinction n’est pas faite, on va entraîner des multitudes dans des dérives ruineuses. Que M. Ousmane sache qu’il a été nommé dans le domaine de la culture et non du culte. C’est très proche l’un de l’autre mais ce n’est pas la même chose.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Pazani, une autre zizanie dans le lot des jurisprudences
Burkina : Quelle pertinence de construire une latrine à 180 000 Fcfa pour un ménage qui a moins de 150 000 Fcfa/an ?
Non-respect du délai d’établissement de la carte consulaire burkinabè en Côte d’Ivoire : Ousmane So écrit au ministre Alpha Barry
Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "
Lettre au président Déby : Une auréole ternie !
Burkinabè : Super-insurgés, super-paradoxaux
Réforme du « Code du travail » : Commençons par le commencement !
Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"
Trois mesures visant à favoriser des économies post-COVID-19 plus résilientes et inclusives
Marche du 24 avril à Fada : Sachons raison garder !
IRAPOL : Un puissant outil de lutte contre l’insécurité à soutenir
Ouagadougou : Que deviendra l’aéroport actuel après sa délocalisation à Donsin ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés