Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’autonomie et l’indépendance peuvent se transformer en égoïsme et en licence, l’ambition en cupidité, un désir effréné de réussir à tout prix.» Barack Obama

Dacosta, le cinéma dans l’âme

Accueil > Actualités > Portraits • LEFASO.NET • mercredi 21 avril 2021 à 23h30min
Dacosta, le cinéma dans l’âme

Dacosta, à l’état civil Wendyam Serge Ouédraogo, est un enfant du quartier Samandin. Né à Ouagadougou dans une famille catholique pratiquante, il fait son entrée dans le théâtre à travers un casting. Aujourd’hui, il fait partie des plus célèbres acteurs et comédiens du Burkina. Il capitalise près d’une quarantaine de films. Pourtant, rien ne présageait cette ascension fulgurante dans ce métier. Docile, calme et timide, Wendyam Serge Ouédraogo soutient qu’il n’a pas de secret, seulement la formation et le travail. Il a aussi un « grand » projet pour son pays et pour la jeune génération.

« Je suis arrivé dans l’art par le théâtre à travers un casting le 17 octobre 1998 au « Théâtre de l’Unité » de Ouagadougou qui se situait à Ouidi, à l’école Pogbi », situe d’entrée de jeu, Wendyam Serge Ouédraogo alias Dacosta. Cela semble lui réussir et ce n’est pas le fait du hasard. Il s’y était préparé. En effet, il s’est formé pendant plusieurs années au « Théâtre de l’Unité ». Tout bascule en 2010. Dacosta se retrouve dans le 7e art où il enchaine les films. A ce jour, il comptabilise une quarantaine de films. « Tu me prends pour qui ? », « La folie du millionnaire », « Une nuit avec ta femme » sont des films dans lesquels il a joué avec brio. Le dernier cité, d’Ibrahim Olukunga, semble être le film qui a le plus marqué le jeune acteur.

Dacosta compte à son actif une quarantaine de films

En sus, il se retrouve dans presque tous les clips de l’artiste musicien Dez Altino qui se trouve être un ami d’enfance. A la question de savoir si le métier nourrit son homme, Dacosta reste mitigé. « Oui et non à la fois », confie-t-il. Si l’on doit se contenter, ajoute-t-il, seulement des cachets et des contrats, ce n’est pas évident. « Les réalisateurs n’ont jamais d’argent, mais ils veulent tous le travail bien fait », déplore Dacosta. Son plus gros contrat s’élevait à 700 000 francs CFA. « Depuis lors, je n’ai plus un cachet de ce montant. Même 500 000 FCFA, je n’ai plus eu », a-t-il indiqué, l’air moqueur.

Serge Wendyam Ouédraogo prévoit mettre en place un festival dénommé « Etalon d’or »

Un rêve et une destinée

Le jeune acteur veut se lancer dans la réalisation des films. « J’apprends cela sur les plateaux avec les professionnels sur le terrain », fait-il savoir. En outre, Wendyam Serge Ouédraogo prévoit mettre en place dans les jours à venir, un festival dénommé « Etalon d’or ». Ce festival, laisse-t-il entendre, sera meublé par plusieurs activités. L’objectif de cet évènement, décline Dacosta, c’est d’apporter sa touche afin que la nouvelle génération puisse ramener au Burkina Faso, l’Etalon d’or aux prochaines éditions du FESPACO. Somme toute, il appelle tous ceux qui veulent se lancer dans l’art de façon générale, de se former d’abord. « Il faut toujours se faire coacher par les professionnels pour avancer. Sans cela, tu seras un acteur mort-né. Moi personnellement je suis prêt à accompagner les jeunes frères à cela », soutient-il.
Obissa Juste MIEN
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Albert Roamba, l’homme qui enseigne les maths gratuitement depuis 45 ans
Patrice Kouraogo : Le député qui rêvait d’être le boucher de son village
Lancina Ki, DG de la Maison de l’entreprise : « Pour moi, avoir été utile à un moment donné à son pays est plus important que l’argent »
Annick Pikbougoum : Itinéraire d’une férue de sport
Allaitement maternel exclusif : Moussa Ouaré, « l’avocat des bébés », en fait son cheval de bataille
Ministère de la Culture : Salifou Taïta, la nouvelle tour de contrôle
Entrepreneuriat : Lassina Bani, un modèle de réussite dans la haute-couture burkinabè
Audiovisuel : Dr Bangbi Francis Frédéric Kaboré, un "scientifique" aux commandes de l’Institut supérieur de l’image et du son
Dacosta, le cinéma dans l’âme
Entreprenariat agricole : Portrait de trois jeunes qui ont cru en la terre
Mme Ini DAMIEN YOUL, « Mama Burkina »
Obulbiga Lompo Tapoa Florence ou l’étoffe des héros
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés