Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est bien d’être le meilleur, mais c’est meilleur d’être le plus original.» Youssoupha dans Mon Roi

Réformes dans la fonction publique : Des secrétaires dénoncent un saccage de leur carrière

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 20 avril 2021 à 22h50min
Réformes dans la fonction publique : Des secrétaires dénoncent un saccage de leur carrière

Depuis le 2 mars 2017, le gouvernement burkinabè, à travers le ministère de la Fonction publique, a entamé un processus d’élaboration du Répertoire interministériel des métiers de l’État (RIME). Ceci, dans le but d’une meilleure gestion des carrières des agents. Mais selon le Syndicat national des secrétaires du Burkina (SYNASEB), en ce qui concerne le statut particulier du métier "structurant" dont les secrétaires font partie, ce n’est ni plus ni moins qu’un saccage de carrière. L’annonce a été faite le mardi 20 avril 2021 à Ouagadougou, au cours d’une conférence de presse.

Le Syndicat national des secrétaires du Burkina n’est pas du tout d’accord avec les reformes entreprises par le gouvernement. Il l’a fait savoir le mardi 20 avril 2021 à Ouagadougou. C’était au cours d’une conférence de presse organisée à cet effet. Selon le secrétaire général du syndicat, Bourama Ouattara, le gouvernement à travers le ministère de la Fonction publique, a entamé un processus d’élaboration du Répertoire interministériel des métiers de l’État (RIME). Ceci, dans le but d’une meilleure gestion des carrières des agents.

Bourama Ouattara, secrétaire général du SYNASEB

Mais, selon le syndicat, en ce qui concerne le statut particulier du métier « structurant » dont les secrétaires font partie, ce n’est ni plus ni moins qu’un saccage des carrières. Il en veut pour preuve le fait que l’emploi d’attaché de direction, catégorie A du secrétariat a été supprimé. Cela s’est fait selon le SYNASEB sans aucune explication et sans prévoir dans quel emploi seront reversés ceux exerçant dans cet emploi. Du même coup, les secrétaires des catégories C et B se trouvent dans un désarroi total. Jusqu’à présent, ils ne savent pas s’ils pourront postuler aux concours professionnels de 2021 et dans quels emplois.

Les journalistes présents à la conférence de presse

Ce n’est pas tout. Au niveau du dialogue social, Bourama Ouattara et ses camarades ont indiqué que maintes fois, des audiences ont été sollicitées au département en charge de la fonction publique. Mais, c’est toujours sans suite. Pourtant, assurent-ils, leurs revendications sont bien plus axées sur la question de carrière que sur celle pécuniaire. Au regard de tout cela, le syndicat exige du gouvernement, la poursuite sans conditions des négociations avec le SYNASEB. C’est ce qui leur permettra de s’imprégner des tenants et des aboutissants des réformes. Les secrétaires veulent aussi avoir la possibilité, surtout pour les catégories B et C, de pouvoir postuler aux emplois de leur choix.

Le syndicat réclame également le reversement des attachés de direction dans des emplois à leur convenance. Une instauration d’un dialogue franc et sincère entre le gouvernement et les partenaires sociaux serait bien. En tout état de cause, le SYNASEB n’exclut pas de se donner tous les moyens qu’il faut pour atteindre ses objectifs. Et cela, « le gouvernement endossera l’entière responsabilité de la dégradation du climat social », prévient-il.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 avril à 09:41, par HOOOO En réponse à : Réformes dans la fonction publique : Des secrétaires dénoncent un saccage de leur carrière

    Je voudrais primo remercier le Syndicat pour le combat, l’interpellation du gouvernement secundo je pense que c’est très facile à comprendre leurs préoccupations légitimes et tertio dire au gouvernement que vous pouvez ne pas les écouter aujourd’hui, car c’est eux les pauvres, demain ça sera vos enfants. la volonté compte dans la résolution d’un problème. merci au SYNASEB, courage et l’histoire vous recompensera

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril à 15:04, par dab2008 En réponse à : Réformes dans la fonction publique : Des secrétaires dénoncent un saccage de leur carrière

    Uhmmmm, voilà un métier où on demande beaucoup de sacrifice mais où malheureusement, par simple méchanceté, les patrons, décideurs publics refusent de reconnaitre le mérite de ceux qui l’exercent. C’est un poste incontournable et de plus en plus, beaucoup reconnaissent quand même sa valeur et son importance même s’il faut reconnaitre que beaucoup restent toujours a faire.

    En réalité, ce métier est resté pendant longtemps sou-valorisé du fait que celles qui l’exerçaient à l’époque n’avaient pas de diplôme en tant que tel et beaucoup apprenaient sur le tas ; juste après une petite formation d’apprentissage à la dactylographie pour se retrouver dans un petit bureau aux côtés d’un patron. Et elle n’avait qu’un rôle d’exécutant et on les appelait d’ailleurs dactylographe/secrétaire.

    Contrairement à aujourd’hui, le métier a connu beaucoup de mutations sur presque tous les plans. La secrétaire aujourd’hui a un niveau universitaire qui peut aller à BAC+4 tout comme les autres collègues cadres dans l’administration qui croient souvent être plus diplômés ou plus instruits que les secrétaires ; ce qui n’est d’ailleurs pas le cas.

    Par ailleurs, de plus en plus, elles se voient confiées des rôles et des responsabilités qui l’amènent à "seconder" le patron ou a prendre quelquefois des décisions en l’absence de ce dernier, cela prouve le niveau de responsabilités dont elle jouit auprès de son service a travers la confiance qui règne entre elle et son patron. D’où justement, certains proverbes classiques pour rendre hommage à ce "brave travailleur battant" : "la secrétaire est l’œil et l’oreille du patron", "le bras droit du patron", "la vitrine de l’entreprise", la carte de visite du patron", "sans la secrétaire, le patron n’est rien".....}.Bref, autant de louanges faits a son égard et toutes ces raisons ont d’ailleurs conduits à ce que de plus en plus les secrétaires sont appelées "Assistantes^ au regard des nouvelles responsabilités qui leur incombent.

    Si avec tout ça, on refuse de revaloriser cet emploi par simple méchanceté des autres collègues fonctionnaires, je trouve qu’il y a plutôt une mauvaise volonté et il urge que les plus hautes autorités du pays se penchent très rapidement sur la question. Car avant tout, l’administration est faite d’un tout et chaque maillon est important pour que la chaine puisse bien fonctionner. Donc tout le monde a droit à une nomination dans ce pays pour apporter sa pierre dans l’édification de la nation. Je ne suis pas contre un corps, loin s’en faut, mais je dénonce certains comportements non patriotiques qui minent notre administration actuellement. Que les économistes et juristes qu’on retrouve dans les départements ministériels arrêtent de croire que les postes sont exclusivement réservés à eux. Tout le monde a droit à une nomination en conseil de ministres. A bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Litige à Panzani : Les avocats exigent l’exécution « stricte des décisions de justice rendues contre l’Etat »
Affaire de Pazani : Selon le ministre Clément Sawadogo, le propriétaire légal a cédé volontairement son terrain
Lassané Savadogo, DG de la CNSS, à propos des cotisations sociales : « Nous disposons des prérogatives de la puissance publique pour contraindre l’employeur qui n’est pas en règle »
Sécurité sociale : La CNSS vole au secours des chauffeurs via l’opération de contrôle de la carte d’affiliation
Alerte de sécurité de la Gendarmerie : Boukare SAWADOGO, alias Bouba dit Moega, activement recherché
Agriculture : Le Conseil national de sécurité alimentaire fait son bilan de 15 ans d’existence et s’interroge sur les nouvelles formes de vulnérabilité
Procédures financières et administratives : L’UNICEF renforce les capacités de ses partenaires
« Dans la situation actuelle, le vrai Ramadan, c’est d’aider les autres », dit le chef missionnaire d’Ahmadiyya au Burkina, Mahmood Nasir Saqib
Journée de l’Organisation pour la Sécurité Routière en Afrique de l’Ouest : Le message du ministre des Transports, Vincent Dabilgou
Sécurisation des zones pastorales du Burkina : Le défi majeur du ministère des Ressources animales et halieutiques
Poésie : Masque !
Droits fonciers des pasteurs et agropasteurs : Des acteurs judicaires renforcent leurs capacités en la matière
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés