Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est bien d’être le meilleur, mais c’est meilleur d’être le plus original.» Youssoupha dans Mon Roi

Une culture derrière nous, la culture Gourounsi

Accueil > Actualités > Culture • • vendredi 16 avril 2021 à 10h10min
Une culture derrière nous, la culture Gourounsi

Dans nos articles, on parle de la culture dans sa définition la plus impropre : une culture sociétale ou plus précisément un espace culturel et ethnique.

Avec Lefaso.net, on ne peut parler d’alphabétisation sans parler des peuples. Nos articles seront sur une culture derrière nous. Un sourire effacé par l’histoire, une ethnie, un savoir. Un aspect sociétal et traditionnel d’une culture effacée par la modernisation.

On parle aujourd’hui d’une ethnie du Burkina Faso : les Gourounsis.

Les Gourounsis comprennent des sous-groupes que sont les Kasena, les Lella, les Nounuma, les Kô. Ils sont établis au centre du pays jusqu’à la frontière du Ghana.
Dans la société gourounsi, le pouvoir politique se démarque difficilement de l’organisation socio-religieuse.

Ce pouvoir se caractérise par l’absence d’élections et il n’existe aucune prééminence innée. Il n’y a non plus aucune espèce de pouvoir autocratique symbolisée par un chef qui a un pouvoir absolu. L’appellation Gourounsi désigne un groupe de populations et il n’y a pas de langue commune à ce groupe. C’est le critère linguistique qui permet de les répartir de la façon suivante :

- Les Kasena, parlant le kasem dans la région de Pô et de Tiébélé.
- Les Nouna, parlant le nouni, le long de la frontière du Ghana jusqu’à Tchériba, sur le Mouhoun.

- Les Sissala, qui parlent l’isala, à l’ouest de Léo.

- Les Ko, parlant le winye autour de Boromo.

- Les Lella, qui parlent le lyelé dans la région de Réo, Ténado, Didyr.

L’habitat gourounsi se caractérise par l’aspect massif des cases, leurs toits en terrasse et, surtout par les décorations qui ornent les murs.

La maison de la femme est formée de deux ou trois cases rondes aux toits plats, de diamètres différents et imbriquées les unes dans les autres. Une ou deux de ces pièces servent de cuisine ; le toit est percé au-dessus du foyer, permettant l’évacuation de la fumée.

La case des hommes est de forme rectangulaire avec une toiture plate. Sa dimension est d’environ 3 mètres de large sur 5 à 6 mètres de long.

Les différentes cases sont groupées autour de petites cours, elles-mêmes entourant de grandes cours communes. La taille des concessions varie de quatre ou cinq habitants à une trentaine, formant alors un véritable petit village. Poulaillers, étables et greniers sont également inclus à l’intérieur du mur d’enceinte, le toit est généralement dépourvu d’ouverture apparente.

Après cet article sur la culture Gourounsi, dans notre prochain article on parlera d’une nouvelle ethnie burkinabè.

A bientôt sur Lefaso.net…

Docteur Jacky Bayili
Chargé de communication de l’association culture et partage.
www.cultureetpartage.com

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
The Voice Afrique francophone : La lauréate de la 2e édition dit n’avoir pas reçu les 10 millions de francs CFA
Culture : Le vernissage « conscience » pour montrer le Burkina tel qu’il est
Culture : Un festival pour promouvoir la photographie artistique
Bobo-Dioulasso : La deuxième édition du Festival de l’Unité nationale prévue du 21 au 23 mai
Voyage en culture au Burkina Faso : Les instruments de musique…
« Parcours Form’Action » : La cohorte 2021 laisse pour la postérité « L’héritier »
« Ciné Park Academy » : Un centre polyvalent et intégré pour promouvoir la culture et le tourisme au Burkina
Culture : La Burkinabè Lady Shine remporte The voice Afrique francophone
Protection des biens culturels en période de conflit : Un atelier pour sensibiliser sur le droit international humanitaire
Culture : « Il est temps que les Africains retournent à la source pour pouvoir construire une nouvelle nation », préconise Dr Ignace Sangaré
A la Une de L’Evénement du 25 avril 2021
Journée mondiale du livre : "Il est très important pour nous de prendre le temps de lire...", recommande le ministre de la culture, Foniyama Elise Ilboudo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés