Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Institutionnalisation de la santé communautaire : Le Burkina Faso se prépare pour la deuxième conférence internationale

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 15 avril 2021 à 13h17min
Institutionnalisation de la santé communautaire : Le Burkina Faso se prépare pour la deuxième conférence internationale

Le secrétaire général du ministère de la Santé, Dr Wilfried Ouédraogo, a présidé l’ouverture de l’atelier préparatoire de la conférence internationale sur l’institutionnalisation de la santé communautaire. C’était ce jeudi 15 avril 2021 à Ouagadougou.

En 2017, le Burkina Faso a pris part à la première conférence internationale sur l’institutionnalisation de la santé communautaire. A cette conférence, les Etats et les partenaires techniques et financiers se sont engagés entre autres à mettre en œuvre la santé communautaire dans les zones urbaines et péri-urbaines, à maintenir l’engagement politique en faveur de la santé communautaire, à intégrer le paquet de soins communautaires dans celui de l’assurance maladie universelle, notamment les interventions à haut impact, à mener une réflexion pour l’amélioration de la résilience de la santé communautaire en prévision des situations d’urgence, etc.

Une vue des participants à l’atelier préparatoire

Des recommandations issues de cette conférence ont aussi permis au Burkina Faso de disposer d’une stratégie nationale de santé communautaire 2019-2023 et de son dossier d’investissement, et de renforcer l’opérationnalisation des ASBC (agents de santé à base communautaire) et des animateurs des organisations à base communautaire avec la mise en place des cadres de concertation.

La prochaine conférence internationale sur l’institutionnalisation de la santé communautaire est prévue pour se tenir du 19 au 22 avril 2021 sous le thème « Réduire l’écart des objectifs de développement durable par l’accélération des soins de santé primaires au niveau communautaire ». En prélude à cette conférence, se tient à Ouagadougou une rencontre préparatoire initiée par le ministère de la Santé avec l’accompagnement des partenaires techniques et financiers dont l’UNICEF, afin de permettre au pays de tirer profit de sa participation à cette deuxième conférence internationale.

Dr Wilfrid Ouédraogo, secrétaire général du ministère de la Santé

Au cours de cette rencontre préparatoire, les participants prendront connaissance de l’état des lieux, des enjeux, des défis et perspectives de l’offre de services de santé par les acteurs communautaires. Ils devraient également définir à partir de l’analyse des leçons apprises, des approches et stratégies pour renforcer l’engagement des autorités et des partenaires en matière de santé communautaire et formuleront des recommandations pour une offre pérenne des services de santé à base communautaire.

Analyse approfondie et méthodique

Le secrétaire général du ministère de la Santé, Dr Wilfrid Ouédraogo, qui a présidé la cérémonie d’ouverture, a invité les participants à une analyse approfondie et méthodique de chaque objectif retenu « pour que des recommandations fortes puissent être définies et des pistes identifiées afin de renforcer les interventions de santé à base communautaire en vue du progrès du pays vers la couverture sanitaire universelle. »

Dr Jean-Claude Mubalama, chef de programme santé/nutrition à l’UNICEF

Dr Jean-Claude Mubalama, chef de programme santé/nutrition à l’UNICEF, a quant à lui rappelé que « la santé communautaire est le socle pour rapprocher les soins de santé de base à la population. Et si on parle de la couverture universelle en santé, on ne peut que se fonder sur la santé communautaire. C’est pourquoi les partenaires techniques et financiers appuient le gouvernement pour s’assurer qu’effectivement toutes les populations, quel que soit l’endroit où elles se trouvent aient accès aux soins de santé de base. »

Photo de famille

Pour rappel, c’est le 2 mars 2016 que le Conseil des ministres a instruit le recrutement de deux agents de santé à base communautaire (ASBC) dans chaque village administratif du Burkina Faso, marquant ainsi le départ de l’institutionnalisation de la santé communautaire dans le pays. Ces ASBC actuellement au nombre de plus de 17 000 offrent des soins de santé primaires aux populations sous la supervision des agents de santé.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Colonel-major Pierre Tiendrébéogo, premier DG de l’ONI : « Les exigences de la technique ne sont pas toujours en synergie avec les contraintes financières »
Ministère en charge de la Femme : Les organisations syndicales dénoncent au Premier ministre la « dégradation du climat social »
Éducation : Le personnel du Lycée Philippe Zinda Kaboré manifeste ce 10 mai 2021
Religions : Le chrétien face aux sectes et aux sociétés ésotériques
UEMOA : Le président de la commission et ses sept commissaires prennent fonction
Burkina Faso : Des associations formées sur la promotion du don de sang
Affaire de Pazani : Selon le ministre Clément Sawadogo, le propriétaire légal a cédé volontairement son terrain
Affaire "mosquée de Panzani" : L’Union des jeunes avocats dénonce une remise en cause du principe de laïcité de l’Etat
Ziniaré : La campagne de souscription aux parcelles de la cité des forces vives ouverte du 10 au 16 mai 2021
Litige à Panzani : Les avocats exigent l’exécution « stricte des décisions de justice rendues contre l’Etat »
Bitumage de la route Dori-Gorom Gorom : Les travaux avancent malgré les difficultés sécuritaires
Lassané Savadogo, DG de la CNSS, à propos des cotisations sociales : « Nous disposons des prérogatives de la puissance publique pour contraindre l’employeur qui n’est pas en règle »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés