Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est bien d’être le meilleur, mais c’est meilleur d’être le plus original.» Youssoupha dans Mon Roi

Election présidentielle au Tchad : Idriss deby Into archi favori pour un 6e mandat

Accueil > Actualités > International • LEFASO.NET • lundi 12 avril 2021 à 22h57min
Election présidentielle au Tchad :  Idriss deby Into archi favori pour un 6e mandat

Sept millions de Tchadiens ont voté le dimanche 11 avril 2021 pour choisir celui qui présidera aux destinées du Tchad pour les six prochaines années. Une élection à laquelle, le président sortant Idriss Deby Into, au pouvoir depuis plus de 30 ans, brigue un sixième mandat face à cinq autres candidats.

C’est après une campagne électorale sous haute tension que les Tchadiens choisissent leur prochain président. Si le président sortant Idriss Deby Into, 69 ans, au pouvoir depuis 1990 à la chute de Hissein Habré, est le grand favori du scrutin, six autres candidats que sont Romadoungar Nialbé Félix, Brice Guedembaye Baimon, l’ancien Premier ministre Pahimi Padacket Albert, la première femme candidate à une élection présidentielle au Tchad, l’ancienne ministre Lydie Beassemda, Yombombé Théophile et Alladoum Baltazar sont également dans la course pour le feuiteuil présidentiel.

Si son dossier de candidature a été finalement retenu, le principal opposant et rival historique du Maréchal du Tchad, Saleh Kebzabo avait annoncé son retrait dénonçant « une militarisation évidente du climat politique » au lendemain de la tentative d’arrestation d’un autre candidat déclaré Yaya Dillo Djerou dans un assaut meurtrier de la police et de l’armée contre son domicile à Ndjamena.

Une situation qui avait plus au moins contraint les leaders de l’opposition de tenter d’aller en rang serré en proposant une candidature unique contre le président sortant, mais qui malheureusement n’a pas donné suite avec l’implosion de la coalition pour finir par se morceler. Au regard du climat tendu, plusieurs partis d’opposition et la société civile ont alors appelé à des manifestations pacifiques pour empêcher le scrutin.

De ce fait, les partisans du boycott, regroupés au sein de la Coordination d’actions citoyennes, dénonçaient l’absence de transparence du processus en soutenant que « les conditions ne sont pas réunies pour assurer un scrutin crédible et transparent ». Ils ont alors tenté d’organiser des protestations pour dénoncer la candidature du président sortant. Mais très vite maitrisées.

Un scrutin calme, malgré la tension

Si le climat tendu qui a régné pendant la campagne était perceptible depuis plusieurs jours avec le déploiement massif de militaires stationnés dans les ronds-points et les grandes artères de la capitale N’djamena, entrainant l’inquiétude des organisations de défense des droits de l’homme dont la FIDH sur les arrestations d’opposants, le scrutin s’est déroulé dans un certain calme avec des opinions divergentes.

En effet, si certains regrettent n’avoir pas pu accomplir leur devoir civique par manque de cartes d’électeur, d’autres par contre ne se sont pas déplacés à cause de la forte chaleur. A ceux-ci s’ajoutent ceux qui ne voient pas l’utilité de voter, car quelle que soit l’issue du vote, le président sortant l’emportera toujours. Une vision battue en brèche par ceux qui estiment que le vote permettra au Tchad d’avoir la paix, la stabilité et une émergence.

Si pour le moment le taux de participation n’est pas encore connu, il est certain que cette ambiance impactera de façon générale ce premier tour dont les résultats provisoires sont attendus pour le 25 avril 2021 et les résultats définitifs le 15 mai 2021.

Le Tchad est classé au 187e rang sur 189 selon l’Indice de Développement Humain (IDH) du programme des Nations-unies pour le développement (PNUD) en 2020. En 2018, ce sont 42 % de la population qui vivaient sous le seuil de la pauvreté, selon la Banque mondiale. Cette élection présidentielle intéresse bien au-delà des frontières tchadiennes, le pays du Maréchal Déby s’étant également investi dans la lutte contre le terrorisme. En effet, le Tchad fournit des soldats et appuis financiers à des forces internationales comme le G5 Sahel et la Force multinationale mixte (FMM) au lac Tchad, et se bat aux côtés de l’armée française dans le cadre l’opération Barkhane, dont le siège est à N’Djamena.

J.E.Z
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Tchad : Le matériel des reporters de RFI saisi au cours de manifestations réprimées par la police
Somalie : L’ancien président ghanéen, John Mahama, nommé Haut représentant de l’Union africaine
Sécurité : « La mort de Déby donne une belle leçon pour l’avenir du G5 Sahel », pense le commissaire Rachid Palenfo
États-Unis : Le couple Bill et Mélinda Gates divorce
Tchad : Le Collectif des Tchadiens indignés au Burkina exige une transition purement civile
Idriss Déby : Apocalypse chapitre 13, verset 10 (4e partie)
Tchad : 71 Organisations africaines contre la mise en place du Conseil militaire de transition
Tchad : Le général Mahamat Idriss Deby annonce la création d’un Conseil national de transition
Tchad : La France et la RDC condamnent la répression des manifestations
Tchad : Deux personnes tuées dans des manifestations
Tchad : Albert Pahimi Padacké est nommé Premier ministre
Idriss Déby : Apocalypse chapitre 13, verset 10 (3e partie)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés