Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • vendredi 9 avril 2021 à 23h55min
Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

La Police municipale de Ouagadougou poursuit son opération de déguerpissement et de démolition des installations anarchiques. Ce vendredi 9 avril 2021, elle a rasé une construction hors lotissement, dans l’arrondissement 1, aux abords du canal Mogho Naaba.

Débutée très tôt ce matin aux environs de 7h, l’opération de démolition a été dirigée par le directeur de la sécurité publique, Victor Bazié. A l’en croire, cette démolition intervient après plusieurs convocations et mises en demeure adressées au propriétaire de la construction, qui abritait plusieurs boutiques.

Dans ces boutiques, l’équipe de démolition a trouvé des jeux d’enfants, des décorations de mariage [...] et une quantité importante de dynamites. « Le matériel a été transféré à la direction de la sécurité publique. De commun accord avec l’huissier, on verra la procédure à enclencher », a indiqué M. Bazié.

Bazié Victor, directeur de la sécurité publique à la police municipale de Ouagadougou

C’est impuissant que le propriétaire des lieux, un certain Jules Nazemsé Ouédraogo, a assisté à la démolition de son bâtiment. Difficile de lui arracher un mot. Également médusés face à cette situation, des riverains disent ne pas comprendre cette démolition, au regard des investissements importants réalisés par leur « frère » sur un terrain qui n’était alors qu’une « forêt ».

Pour la démolition, une seule machine de terrassement a été déployée

« Au début de la construction, alors que le mur n’avait que trois couches, la mairie est venue écrire ‘’Arrêt des travaux’’. Après il (Jules Ouédraogo) est allé voir la mairie. Ils se sont compris et la mairie lui a donné l’autorisation de poursuivre le travail. Les travaux étaient presque achevés jusqu’à ce qu’il y ait cette démolition », a indiqué Dénis Compaoré, proche du propriétaire du bâtiment.

Selon certaines sources, l’investissement réalisé par le propriétaire des magasins avoisinerait les 200 millions de francs CFA.

Une vue du bâtiment avant sa démolition

Au cours de la démolition, l’engin de terrassement a endommagé un tuyau d’eau. Mais l’écoulement de l’eau a été vite maîtrisé. C’est avec un air ahuri que le bâtiment démoli était alimenté en eau et en électricité à partir d’une conduite souterraine qui traverse le canal Mogho Naaba. La cour d’où part le branchement d’eau et d’électricité appartiendrait également au propriétaire du bâtiment démoli, selon les riverains.

La police municipale a inspecté les lieux et pourrait mener une seconde opération. Wait and see !

HFB
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 9 avril à 12:36, par kinda En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    A quelque part quelqu’un ne fait pas son travail. pourquoi avoir attendu la fin de la construction pour démolir ? la construction ne s’est pas faite en un jour j’imagine !!! n’aurait-on pas du arrêté les travaux pendant la construction ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 12:47, par kap En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Avec quelle source de financement peut on risquer ses 200 millions sur ces genres d’espaces dont on n’est attributaire ?
    Burkinabè aiment trop jouer au PM’U dèh .

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 13:37, par K S En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Des constructions similaires sur le bd Charles de Gaulle, en cours et en métallique à raser.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 13:40, par ollo En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Je suis d’accord avec Kinda. La construction s’est fait au vu et au su de la mairie et des services de l’Urbanisme.. Pourquoi avoir attendu la fin pour entreprendre la démolition. Supposons que le propriétaire attaque l’Etat et gagne un procès qui le dédommage à plus du milliard ! Il faut un jour penser à une instance qui juge les agents qui font perdre trop d’argent à l’Etat. La nouvelle constitution doit prévoir des dispositions pour punir les formes de laxisme ou d’irresponsabilité qui font perdre des ressources à l’Etat.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 13:57, par TANGA En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Vous aussi, on ne peut pas défendre l’indéfendable. Depuis quand doit on laisser les gens faire ce qu’ils veulent puis venir les entendre dire il faut faire pardon comme c’est déjà fait.
    Quelque soit la source de l’argent utilisé, on attend d’avoir toutes les autorisations en main avant de construire !
    Monsieur le maire, il faut aller à l’intérieur des quartiers pour voir la merde qui s’y fait. Il y a des gens qui occupent les maigres 6m pour faire des garages auto et autres.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 14:13, par Wendmi En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Avec 200 millions, tu peux te trouver un terrain loti en zone commerciale et bâtir un projet qui te tient à coeur.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 14:26, par Alfred KABORE En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Il faudra regarder aussi les magasins qui poussent au milieu des maisons d’habitation dans les quartiers surtout au centre (Bilbalogho, gounghin, etc.). Allez regarder du côté nord de l’échangeur de l’Ouest (Gounghin), vous verrez un magasin construit nez à nez avec le flan de l’échangeur. C’est inadmissible. Que la Maire sévisse.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 14:27, par ancien En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Je tire mon chapeau à toute la cellule impliquée dans ce processus de démolition.il faut restaurer l’autorité de l’état. Les Ouagalais ont besoin de circuler librement dans leur capital. Il faut fermer les yeux et mettre de l’ordre. Dakar est passée par là, Abidjan est passée par là…

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 14:51, par Passakziri En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Pas facile !
    D’une part je compatis à la douleur du "propriètaire" des locaux, d’autre part force doit rester à la loi. Si chacun se lève parce qu’il a eu de l’argent ( de quelles sources ) pour brader les réserves on risque fort de ne pas s’en sortir. Le maire doit rester conséquent en anéantissant toute Oeuvre illégale. Les autres maires devraient suivre le pas.
    Mais quant même l’image est un peu bizzare :nous pouvons avoir de puissants bulldozzers comme ca pour démolir, alors que mon cousin gratte encore saison pour saison les sols de ses champs à la daba ? on devrait être capable de trouver les voies et moyens de mécaniser notre agriculture à travers les coopératives agricoles par exemple.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 15:09, par Ka En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Enfin nous y voilà ! En 1975 quand un ami enseignant du CHEC (Centre des hautes études de la construction (Paris, France) est venu pour la première fois au Burkina, et que je lui ai fait visité Ouagadougou et la Direction et contrôle des grands travaux, il a trouvé qu’ici 30 ans il faudrait tout recommencer pour que Ouagadougou trouve sa vraie face de développement. Mais ce qui nous arrive est de l’entière responsabilité de l’administration communale de la ville d’Ouagadougou ou la distribution des terrains publics est anarchique comme les installations sont anarchiques.

    Si je dis que ce qui arrive est de l’entière responsabilité de l’administration communale de la ville d’Ouagadougou, c’est que les plaintes vont pleuvoir sur cette administration dans les jours à venir, puisque les agréments donnés aux propriétaires des installations dites anarchiques, étaient des agréments par la corruption, surtout par copains-copains, des agents de la mairie proches du maire. Des personnes qui distribuaient les terrains sans aucune expérience technique de la ville et les conséquences qui vont suivre par la suite, surtout quand on n’a empoché quelques billets de banque de celui qu’on n’a signé son dossier en tant que futur proprio.

    Il fallait qu’au départ, donner les agréments aux bons endroits qui ne gêneront pas le développement futur de la ville, et non aux copains affairistes qui promettent de reverser une partie des bénéfices a un serviteur de l’état malsain. Il faut aussi contrôler pendant les travaux (et pas quand ils sont terminés ) que les constructions sont conformes aux plans de la ville, qu’il n’y a pas dévoiement des espaces prévus pour autres choses ou les INDISPENSABLES espaces verts, qu’on ne donne pas des agréments en zone protégée ou inconstructible (à flanc de ravin ou au milieu du passage naturel des eaux, comme on le voit dans tout Ouagadougou : C’est le manque d’expérience technique des agents de la commune qui délivrent les agréments anarchiques qui est la défaillance de cette administration communale et qui sera indexée.

    Avec expérience mais a la retraite, je peux confirmer que le constat d’une urbanisation galopante n’est plus à démontrer dans les villes africaines : d’après les prévisions des Nations Unies et de l’OCDE, en 2050, environ 60 % des Africains devraient vivre dans des villes. Les villes s’urbanisent à outrance, car elles sont perçues comme des lieux d’opportunités économiques et sociales, comme des eldorados qui offrent des conditions de vie meilleures aux populations modestes, provenant principalement des zones rurales (plus de 50 % des ruraux migrent vers les villes : exode rural). Cette forte urbanisation massive qui prend forme depuis 1960 - date à laquelle plusieurs pays africains sont devenus indépendants - n’est pas proportionnelle au niveau de développement économique des villes concernées. Ainsi se pose le problème de l’occupation anarchique, informelle des espaces périurbains comme de nos jours ‘’’’Ouagadougou.’’’’ La majorité des grandes villes a une configuration spatiale duale - voire marxiste - avec d’une part, un pôle urbain qui abrite les principaux services publics, privés et les quartiers résidentiels aux alentours pour les riches et d’autre part une périphérie qui s’étale horizontalement, animée par des habitations éparpillées d’une couche de population primaire a l’exemple des quartiers comme Ouaga 2000 et Tampouy. La prise en compte de cette configuration spatiale - appelée autrement centre-périphérie - est particulièrement intéressante pour comprendre le processus de fabrication des villes africaines. En effet, si des plans d’urbanisme et d’aménagement existent depuis les indépendances dans la plupart des villes, leur application est défaillante, car des dysfonctionnements sont constatés dans l’espace vécu. Les documents d’urbanisme existants sont appliqués dans les différentes politiques urbaines - cela renvoie à la dimension formelle de la planification des villes - cependant, les villes africaines sont également fabriquées foncièrement par l’informel. Ce qui ne regarde que moi, les maires Mafieux retardent les développements de nos villes. Mon encouragement va a cette action, même si les conséquences seront énormes pour certaines personnes, ’’’le développement dans le norme technique de la ville est la priorité.’’’’

    Répondre à ce message

    • Le 10 avril à 10:09, par caca En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

      Vieux Ka, n’est ce pas votre faute et responsabilité dans cette merde enregistrer aujourd’hui. Vous autres comme conseiller du développement devaient être poursuivis d’avoir menti. Ce que tu raconte ici est assez grave en tant que conseiller du développement depuis belle lurette dans notre pays. je te dis cite : "En 1975 quand un ami enseignant du CHEC (Centre des hautes études de la construction (Paris, France) est venu pour la première fois au Burkina, et que je lui ai fait visité Ouagadougou et la Direction et contrôle des grands travaux, il a trouvé qu’ici 30 ans il faudrait tout recommencer pour que Ouagadougou trouve sa vraie face de développement. Mais ce qui nous arrive est de l’entière responsabilité de l’administration communale de la ville d’Ouagadougou ou la distribution des terrains publics est anarchique comme les installations sont anarchiques".
      Si des plaintes sont déposées l’ex Maire Simon Compaoré devait être entendu et d’ailleurs tous les maires qui vendent des agréments aux copains. C’est là où on commence à comprendre la politique de réconciliation nationale voulu par le MPP. J’imagine le nombre de plaintes contre la Maire et le ministère des travaux publics du Burkina.

      Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 15:10, par Time Will Tell En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    je paris que si quelqu’un construit en une nuit un bâtiment à la place de la nation, il y’aura des gens pour le défendre a cause de son investissement.
    Que "c’etait une forêt. donc on n’a pas droit aux arbres ??? comment peut-on construire un bâtiment de 200 millions sur un terrain qui ne t’appatient pas.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 15:14, par Time Will Tell En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    devant l’université de Ouagadougou, à coté du canal il y a des box métalliques en construction. il faut déjà les interdire avant qu’ils ne terminent. la beauté du coin a pris automatiquement un coup.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 15:19, par Jean MOULIN En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Je suis partagé entre l’espoir et la peur.

    Toute action étant interprétée sous l’angle politique avec des groupes de pression.
    La commune pourrait-elle continuer dans cette lancée ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 15:23, par Bofo En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Les riverains défendent leur "frere". Quand son stock de dynamite va exploser et tuer des gens, lui il sera condamné, il ne sera plus le frère. La mairie aussi sera condamné.

    On nous a dit que la mairie n’agissait pas assez. Et voilà elle agit.

    Continuer ainsi : après les salons de massage, la chicha la circulation alternée, maintenant les démolition de construction anarchiques et stocks de dynamite interdite à l’exportation.

    Au fait, c’est de la fraude ou un douanier à valider ça ????? A Jules la parole...

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 15:54, par Tomy-tozy En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Même s’il attaque l’État, il perdra,car on ne construit pas en matériaux définitifs sur l’espace public. L’octroi de l’espace public pour exploitation est précaire et est généralement basé sur un an renouvelable s’il ya lieu.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 15:59, par Saw En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Pourquoi on démolit pour les uns et on laisse pour les autres ? Courage à la mairie mais pas de complaisance. Quid des maquis qui sont sur le domaine public ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 18:28, par gestion propre En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Maintenant, que l’on commence à remettre de l’ordre dans la gestion de la cité, CONTINUEZ. Votre bulldozer risque de tourner 24 heures sur 24. Talom au Bénin l’a fait en 2 mois à Cotonou pour enlever tout ce qui encombre l’espace public. Tous les vilains kiosques sur les trottoirs sont à déblayer. Le piéton expose sa vie à chaque pas car il n’a pas le choix de marcher que sur la voie des 2 et 4 roues. S’il y a bien une symbolique si on veut vraiment le faire et c’est maintenant : prendre la rue Charles de Gaulle et racler tous les kiosques et autres installations anarchiques sur les 2 côtés. Et, prendre la rue qui longe l’université et du Lycée Technique de Ouaga. Les trottoirs sont encombrés de kiosques et marchandises diverses. Si vous le faites dès maintenant, tout le monde va vous prendre au SERIEUX et vous respecter dès que vous allez faire une annonce. Recrutez des jeunes volontaires rattacher à la brigade verte pour sillonner dans les rues des quartiers pour amender les bruleurs d’ordure. L’air est devenu irrespirable le matin et le soir à cause de ces bruleurs d’ordure qui le font devant tous et ne s’abonnent pas pour ramasser leurs ordures alors que l’abonnement est de 1.000 F CFA/mois dans les ménages.

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 20:33, par Hubert En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    À quelque part, quelqu’un n’a pas fait son travail ! Pourquoi attendre à la fin de la construction pour venir démolir ?
    Ces derniers temps, on assiste à des démolitions par ci, des déguerpissements par là ! Les élections municipales approchent et il faut impressionner l’électorat. Sinon, le nombre des boutiques qui font nez à nez avec le goudron est inestimable. Wait ans see

    Répondre à ce message

    • Le 13 avril à 11:24, par Desi Camille En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

      C’est exactement la fin de la construction qu’il faut attendre et demolir dans la mesure ou la notification d’arret des travaux a ete faite depuis le debut. Quand ces vereux vont perdre X fois des millions, ca les rendra sages et moins arrogants. On connait la mentalite des gens qui se livrent a de telles pratiques : copinage, corruption ... Ils oublients souvent que les arrangements qu’ils font ne leurs donnent pas les documents officiels et essentiels de propriete. Trop c’est trop. le laxisme des politiciens a assez dure, passons au travail.

      Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 20:51, par Maria de Ziniaré En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Entre le Lycée Marine N’Gouabi et le Siège du Fespaco il y’a une désordre mafieux à corriger : les vendeurs d’électroménager d‘occasion ont squatté tout le trottoir ils exposent même sur le goudron leurs marchandises sans que l’autorité municipale ne bronché il y’a leur cousin les vendeurs de motos qui pense que OUAGA c’est le champs de leur papa : il faut qu’ils exposent tout leur stock de moto dehors jusqu’au goudron, on dirait qu’ils sont des protégés de Armand BEOUINDE le maire businessman qui ne gère que les contrats de la mairie et a complètement oublié la ville notamment les piétons Ouagalais. Il va falloir créer une organisation de défense des droits du piéton à OUAGA parque la rue c’est pour les la mobilité des voitures des motos .....des vélos et également des piétons qui sont oubliés

    Répondre à ce message

    • Le 12 avril à 13:40, par HORUDIAOM En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

      Je partage ton avis Maria. Pour traverser une rue à Ouagadougou, il faut faire des sacrifices. On délimite les zones piétonnes pour la forme, aucun respect pour le piéton. Et pourtant la règlementation est claire, il faut céder le passage au piéton dans la zone piétonne. Quand on ralentit pour laisser passer les piétons, c’est la galère, on klaxonne à tue-tête et des usagers contournent pour foncer sur les passants. Je me demande où vont les gens en courant de cette façon ? Tout le monde est pressé !!!! J’ai cédé le passage à une voiture l’autre fois, le monsieur m’a lancé ; tu es Burkinabé ? tellement il se cherchait depuis une quinzaine de minute. Il faut changer cette situation.

      Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 21:41, par Saint Thomas En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Alléluia ! Finalement, le Bourgmestre ’’crédit-bailleur’’ Armand Béouindé, au terme d’un mandat fait de voyages inutiles, de deals douteux et de sommeil sans fin, se réveille enfin ou fait semblant de se réveiller, sans doute obligé par le cours des choses. Hum ! Félicitations, et pourvu que cela dure, parce qu’il y a encore énormément à détruire à Ouaga. Continuez comme ça, M. Bazié, on a envie de revoir des hommes courageux dans ce pays à la fin. Megd’alors !

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 08:10, par ninda En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Regardez la passerelle à piétons de l’échangeur du Nord, à kologh Naba. Garage de voitures pourries qui encombrent la place. Quel maire a donné l’autorisation d’occuper cet espace ?

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 08:40, par Tougouma En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Félicitations au Maire et son équipe !!!!
    Il y’a aussi la question des nuisances sonores avec les maquis et bars ainsi que les stations et pompes à essence installés anarchiquement dans les quartiers. Les panneaux de signalisation anarchiquement implantés dans les croisements des rues ; ainsi que les kiosques et vendeurs autour des habitations.

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 09:56, par lewang En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Merci à la mairie. Mais il faut commencer vite. Imaginez que ce soit une mosquée ou un temple....les fidèles allaient nous faire pomper l’air car un domaine sensible. Voyez ces occupations anarchqiues surtout dans les réserves publics

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 13:16, par citoyen Lambda En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    En même temps ,on a envi de dire, bravo Monsieur le Maire ,en même temps, on a l’impression, que les choses se font à la tête du client comme l’a dénoncé le maire de l’arrondissement 10 Jérémie SAWADOGO à propos d’une autre démolition du genre dans son arrondissement .
    Aussi idiot que soit ce Monsieur ,je ne pense pas, qu’il ait pris la décision d’investir autant de sous dans un projet incertain . Certainement ,soit il a eu des assurances au sein de la mairie même avant de s’engager ou d’entreprendre ces travaux après le premier message de la mairie d’arrêt des travaux ,soit, il y a des en dessous politiques dans cette affaire par rapport à l’appartenance ou au comportement politique de ce Monsieur propriétaire du bâtiment . Dans tous les cas, si on gratte bien ,on découvrira qu’il y a beaucoup de non dits dans ce dossier . Par ailleurs, si le Maire ne veut pas conforter les gens que les choses se font à la tête du client ,il gagnerait à entrer dans certains quartiers où la pagaille ,l’incivisme sont devenus des normes de comportements sociétaux . Allez voir à DAPOYA et aux alentours de SANKARIAYARE .
    Enfin, à présent qu’on a aménagé des gares normales dans la ville et en périphérie de OUAGA pour les compagnies de transport en commun ,il faut obliger toutes ces compagnies à rejoindre ces gares ( OUAGA Inter ,Gare de l’Est, Gare de Pissy etc. Bref il y a beaucoup d’ordre à mettre dans OUAGA . Quant à ce qui est arrivé à ce Monsieur dont on a détruit le bâtiment ,cela fera réfléchir les uns et les autres .

    Répondre à ce message

  • Le 10 avril à 16:37, par Gohoga En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Maria de Ziniare bonjour. Habituellement je ne suis d’accord avec vous. Ici je suis entièrement d’accord avec vous. Je suis partant pour créer une association pour la libre mobilité urbaine des piétons du BF. J’invite tous les piétons intéressés.

    Répondre à ce message

  • Le 11 avril à 21:30, par Ka En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Toutes ou tous, qui ne maitrisent pas le sujet des destructions des installations anarchiques, doivent s’abstenir de vomir des salades.

    Ici je me permets de féliciter nos ainés qui, avant et au début de notre indépendance, ont contribué à signaler la forte urbanisation massive qui prenait forme dès 1960 - date à laquelle plusieurs pays africains sont devenus indépendants.

    Des ainés Voltaïques devenus Burkinabé, ingénieurs et conseillers techniques aux développements, avec le concours des premiers ingénieurs colons qui ont compris que sans ouvertures des routes et chemins de fer, le continent n’avancera pas.

    Les plans du développement de l’AOF par les Français comme Georges Hardy au XXe siècle concernant les administrations coloniales, surtout les vrais principes de la colonisation Française, étaient le partage du continent avec des capitales et des projets d’urbanisme pour mieux améliorer la vie des indigènes afin de mieux les exploités aisément : ‘’’Ce Qui a vu la naissance de l’office du Niger, même si la chambre de commerce Française a refuser d’accorder des crédits a cette organisme pour des études des développement, nous avons persévéré pour avoir des plans, même virtuel, vu le surpeuplement des dites villes de l’AOF, dont les archives des villes comme Bobo et Ouagadougou sont visibles de nos jours, et prouvent les soucis de nos ainés dits des conseillers techniques aux développements, qui nous ont laissé des trésors comme plans de développements.

    Le XXe siècle, ou un siècle des colons de René Caillé Barth et Laing, nous a ouverts le chemin du développement avec des archives qui ne se trompent pas. Mais nos ainés qui ont laissé des trésors pour les développements de nos villes, n’ont pas oublié que grâce à l’ingénieur Français E. L. Beline des grands Tavaux Français, qui a séjourné en Egypte et en Inde, et a vu comment les Anglais font pour faire avance ces pays, proposa plusieurs projets pour l’AOF : A commencer par les chemins de fer, a ne citer que celui d’Abidjan Niger avec ses travaux forcés, qui a permis d’acheminer nos marchandises au développement de la Cote d’Ivoire en Haute Volta, et que ce pays voisin reste jusqu’à nos jour un de nos meilleurs débouché maritime.

    Que ça soit nos ainés conseillers techniques aux développements, que ça soit de ma génération, ou les jeunes experts aux développements des projets du territoire Burkinabé, accrédités, ou disons des collaborateurs de Monsieur Bruno Dipama Directeur général du Fonds Permanent pour le Développement des Collectivités Territoriales (FPDCT), ne distribuent pas des terrains, mais font des expertisent techniques et financiers. Si après la réalisation des projets, comme la rue Goudronnée que l’internaute Maria de Ziniaré dénonce qui est entre le Lycée Marine N’Gouabi et le Siège du Fespaco, qui y’a un désordre mafieux à corriger dont les vendeurs d’électroménager d‘occasion ont squatté tout le trottoir vu de toutes et de tous les habitants de la capitale depuis la nuit des temps, et qui exposent même sur le goudron leurs marchandises, sans que l’autorité municipale ne réagisse pas, ça n’a rien à voir avec nous les conseillers technique aux développements qui ont confirmé de faire cette rue dans les normes technique de l’époque. La faute revienne aux autorités communales qui sont en charge des rues qui, actuellement réparent leurs erreurs en détruisant les installations anarchiques.
    Et si un borné qui n’analyse pas les sujets comme il faut, et se met à accuser les conseillers techniques aux développements, qu’il l’a ferme pour de bon, ou dire ce qu’il a fait pour le pays que de profiter au denier publique volé par des criminels en puissance et être leur griot.

    Répondre à ce message

  • Le 12 avril à 11:58, par Nana Saga En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Il y’a aussi deux site sur le canal du Mogho sur la nouvelle voie de construction de satom. Il y’a deux site où c’est écris arrêt chantier mais les gens continuent de construire. Sur le pont du lycée ex trikouni. Au quartier cissin. Vivement les abus de construction tout simplement parce qu’on a l’argent et que le pays sois disant vous appartient.

    Répondre à ce message

  • Le 20 avril à 11:52, par Made En réponse à : Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba

    Ouagadougou ne se limite pas uniquement au centre ville et aux alentours du Canal du Mogho Naba. Nous avons des lois et textes aussi bêtes que les gens qui les ont fabriqué, et qui laissent aux autorités, l’appréciation de leur exécution. Ces genres de constructtion, il ya en par milliers a Ouaga.
    Sur la ceinture a Marcousis, il ya des constructions de villas en parpings qui ont plus de valeurs que les maisons des quartiers lotis. Pourquoi on les démoli pas ?
    Ensuite, quand il s’agit de démolir il y a les moyens a la Mairie, mais depuis 20 ans que mon quartier est loti, personne na déjà vu une machine laba pour faire semblant de tracer une route.... Donc je ne félicite pas la Mairie, nous sommes dans un monde ou l’argument de la force prime sur la force de l’argument.....

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Colonel-major Pierre Tiendrébéogo, premier DG de l’ONI : « Les exigences de la technique ne sont pas toujours en synergie avec les contraintes financières »
Ministère en charge de la Femme : Les organisations syndicales dénoncent au Premier ministre la « dégradation du climat social »
Éducation : Le personnel du Lycée Philippe Zinda Kaboré manifeste ce 10 mai 2021
Religions : Le chrétien face aux sectes et aux sociétés ésotériques
UEMOA : Le président de la commission et ses sept commissaires prennent fonction
Burkina Faso : Des associations formées sur la promotion du don de sang
Affaire de Pazani : Selon le ministre Clément Sawadogo, le propriétaire légal a cédé volontairement son terrain
Affaire "mosquée de Panzani" : L’Union des jeunes avocats dénonce une remise en cause du principe de laïcité de l’Etat
Ziniaré : La campagne de souscription aux parcelles de la cité des forces vives ouverte du 10 au 16 mai 2021
Litige à Panzani : Les avocats exigent l’exécution « stricte des décisions de justice rendues contre l’Etat »
Bitumage de la route Dori-Gorom Gorom : Les travaux avancent malgré les difficultés sécuritaires
Lassané Savadogo, DG de la CNSS, à propos des cotisations sociales : « Nous disposons des prérogatives de la puissance publique pour contraindre l’employeur qui n’est pas en règle »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés