Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un homme doit être assez grand pour admettre ses erreurs, assez intelligent pour apprendre de celles-ci et assez fort pour les corriger.» John C. Maxwell

Burkina Faso : Une loi pour prendre en compte le régime de sanction dans le cadre des traitements des données à caractère personnel

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • jeudi 1er avril 2021 à 18h56min
Burkina Faso : Une loi pour prendre en compte le régime de sanction dans le cadre des traitements des données à caractère  personnel

L’Assemblée nationale du Burkina a examiné deux projets de loi, le mardi 30 mars 2021, au cours d’une séance plénière. Le premier projet de loi est relatif à la protection des personnes à l’égard du traitement des données à caractère personnel et le second est relatif au projet de loi portant modification de la loi du 24 mars 2016 portant création d’une Commission nationale des droits humains en vue de renforcer son rôle. Ces deux projets de loi ont été votés à l’unanimité par les 125 députés votants. Les travaux de la plénière ont été dirigés par le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé.

En 2004, le Burkina Faso a adopté la loi portant protection des données à caractère personnel, qui a consacré la création de la Commission de l’informatique et des libertés (CIL), intervenue en décembre 2007. Depuis plus d’une dizaine d’années, la CIL a fonctionné avec pour seules références la loi du 20 avril 2004 portant protection des données à caractère personnel et le décret du 18 mai 2007 portant organisation et fonctionnement de la CIL. Ce sont les insuffisances liées à l’application de la loi du 20 avril 2004, qui ont milité en faveur de sa relecture, pour conduire au changement de l’intitulé de la loi qui devient « loi portant protection des personnes à l’égard du traitement des données à caractère personnel ».

La commission des affaires générales, institutionnelles et des droits humains (CAGIDH), qui a travaillé sur le projet de loi, a justifié dans son rapport que le changement de l’intitulé de la loi se justifie par la volonté de se rapprocher des intitulés des textes internationaux mais surtout mettre en exergue le fait que la loi a pour objet de protéger les personnes dont les données personnelles sont manipulées. Il s’agit, précise-t-elle, de mettre l’accent sur la personne humaine dans la mesure où seules les personnes physiques peuvent avoir des données personnelles à l’exclusion de toute autre personne.

Les principales innovations introduites par cette loi, sont entre autres, l’élargissement des droits des personnes en prévoyant notamment le droit à l’oubli ; le régime des sanctions, avec plus de précisions relativement aux sanctions administratives que peut prononcer la CIL ; le renforcement de la coopération internationale et l’entraide entre autorités de protection ; l’institution d’une redevance pour l’accomplissement des formalités préalables et de contrôle, etc.

L’honorable Sayouba Ouédraogo, président de la CAGIDH

Le député Sayouba Ouédraogo du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), président de la commission, a souligné que la plupart des personnes entendues ont d’abord apprécié positivement l’initiative du projet de loi en ce qu’il innove dans la protection des personnes à l’égard du traitement des données à caractère personnel. Dans un monde du numérique où la cybercriminalité constitue un danger, relève-t-il, la nécessité d’une protection légale s’impose.

Le pouvoir de la Commission nationale des droits humains désormais renforcé

En sa séance plénière du mardi 30 mars 2021, l’Assemblée nationale a aussi adopté la loi portant modification de la loi n°001-2016/AN du 24 mars 2016 portant création d’une Commission nationale des droits humains. Selon la Commission des affaires générales, institutionnelles et des droits humains (CAGIDH), l’application de la loi portant création de la commission et rémunération de ses membres fait apparaitre des incohérences entre la rémunération du président de la CNDH et celle des autres membres, suite à la réforme de la rémunération des magistrats en 2016.

Le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, présidant la plénière

C’est pourquoi le projet de loi portant modification de la loi portant création de la CNDH, a été introduit pour corriger la préoccupation que l’application en l’état des textes réglementaires pose, et qui fait que la rémunération du président de la CNDH qui a rang d’un président d’institution est moindre par rapport aux autres commissaires. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Dr Bachir Ismaël Ouédraogo : « Si ça va pour le jeune du Burkina Faso, ça va pour le jeune du MPP »
Mouvement pour le Changement et la Renaissance : Tahirou Barry prend les commandes du parti
Burkina : Le parti au pouvoir ( MPP) se penche sur des « cas d’inconduite »
6e mandat d’Idriss Deby : Le Collectif de Tchadiens indignés exige devant leur ambassade à Ouagadougou, l’arrêt du processus électoral « non inclusif »
Mise en œuvre du programme de Roch Kaboré : La jeunesse du MPP sollicite l’accompagnement des jeunes de l’opposition et de la société civile
Vie politique : La jeunesse du MPP en rangs serrés pour la mise en œuvre du programme de Roch Kaboré
Palais de Kosyam : Les présidents de conseil d’administration du CBC et de la CORAB chez Roch Kaboré
Burkina Faso : L’Assemblée nationale adopte une loi pour améliorer la pension des retraités du privé
Vie politique : La NAFA lancée dans une nouvelle dynamique
Burkina : Le Faso Autrement plaide pour sauver la vie du journaliste Adama Ouédraogo dit Damiss
Sécurité sociale des travailleurs du public : Une nouvelle loi adoptée
Réconciliation nationale : Le CDP rejoint la majorité
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés