Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

Accueil > Actualités > Opinions • • mercredi 31 mars 2021 à 12h13min
Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

Le 26 mars 2021 en Côte d’Ivoire, 19 mineures burkinabè victimes de traite transfrontalière ont été rapatriées au Burkina. Lors d’une conférence de presse le 29 mars pour les présenter et les remettre à leurs parents, la ministre en charge de l’Action sociale, Laurence Ilboudo Marchal, était sortie de ses gonds pour marteler qu’il fallait « que les parents comprennent que l’Etat ne peut pas tout faire » et qu’il va falloir qu’ils « prennent leurs responsabilités face à leurs progénitures ».

Elle ajoutait que lesdits parents devaient comprendre « que ces mêmes enfants sont souvent sources d’enrôlement pour les hommes armés et forces du mal ». Une sortie mal accueillie par une partie de l’opinion. Mais pour le journaliste Sayouba Traoré, la ministre n’a fait que dire la vérité.

"Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper". Madame la ministre de l’Action humanitaire. Excuses : je cite de mémoire.

Je ne connais pas cette dame. Je ne l’ai jamais rencontrée. Ce que je sais d’elle, c’est ce que je lis dans les publications. Reconnaissez que ce n’est pas suffisant pour se faire une opinion valable.

Mais je dis et je soutiens que là, madame la ministre dit vrai. Ça peut ne pas nous plaire, ça peut même nous irriter, mais c’est la vérité. Voyons ça de plus près !

Dans toutes les familles, on a aujourd’hui des gros gaillards oisifs, qui vivent sur le dos du papa gérant chichement une petite retraite, et sur la maman harassée par mille tâches quotidiennes. Eh bien, ces parasites sociaux se permettent d’aller faire des enfants.

Faire des enfants alors qu’on ne parvient pas à se prendre soi-même en charge, vous appelez ça comment ? N’ayons pas peur des mots. C’EST DE L’IRRESPONSABILITÉ.

Irresponsables, et ils ont la bouche pour parler. Il y en a un qui m’a dit un jour que "Les oiseaux ne cultivent pas, mais ils mangent". Je lui ai demandé s’il savait combien de kilomètres un oiseau fait par jour pour se nourrir et nourrir ses petits ?

Quand vous, qui êtes déjà fatigué de ponctionner votre budget familial pour venir en aide à ces irresponsables, vous osez une objection, on vous répond que c’est Dieu qui donne les enfants.

C’est Dieu qui a ouvert ta braguette ?
C’est Dieu qui a plongé ta quéquette là où il ne faut pas ?
Si c’est Dieu qui est cause de cette situation, pourquoi emmerder la famille ? Pourquoi téléphoner aux parents expatriés pour demander des Western union ? Pourquoi alors aller emmerder les agents de l’Etat ? Donc l’Etat va aller contrôler les braguettes des gens alors !

Vas voir ton Imam !
Vas voir ton Prêtre !
Vas voir ton Pasteur !

Du temps de notre jeunesse, personne ne te parlait de sexualité. Les adultes eux-mêmes ne connaissaient pas grand-chose sur la reproduction, encore moins la contraception. Un jeune ou une jeune fille devait faire sa propre initiation, à coups d’erreurs souvent monstrueuses. La seule solution pour éviter des situations délicates, les mamans tenaient les jeunes filles serrées dans un périmètre étroit. Je suis certain que des sœurs peuvent témoigner.

Aujourd’hui, les jeunes sont plus informés sur ces choses. Parfois, mieux que leurs propres géniteurs. Ils ont toutes les connaissances à disposition. Ils disposent de moyens contraceptifs. Et pour les conseiller et les guider, des structures existent. ILS N’ONT DONC AUCUNE EXCUSE.

Une dernière chose. Quand je séjourne au pays, je vois des pères qui ne vont à l’école de leurs enfants que sur convocation. Le soir, ils rentrent de grandes vadrouilles à l’heure où les enfants dorment déjà. Ça veut dire qu’ils jettent de temps à autre un regard distrait sur les cahiers des enfants. UN HAUT DEGRÉ D’IRRESPONSABILITE.

Pourquoi refusons-nous les vérités qui nous dérangent ? Comment voulons nous opérer un changement qualitatif de la société, si nous-mêmes nous ne sommes pas disposés à changer ? Ces questions, chaque parent doit les avoir constamment en tête. Il n’y a pas d’autre issue. Parce qu’en matière d’éducation des enfants, on ne peut pas tricher. Si on triche aujourd’hui, les enfants vont le payer demain. Alors qu’il sera trop tard pour corriger.

Je n’écris pas ces mots pour faire plaisir à quelqu’un. Je ne dis pas ces choses pour heurter quelqu’un. Je le dis parce que je le crois fermement. TRÈS FERMEMENT.

Sayouba Traoré
Journaliste-Ecrivain

Vos commentaires

  • Le 31 mars à 12:52, par Moumouni011 En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    Elle a raison ! Connaissant mes revenus mensuels et mes 2 enfants, j’ai peur d’en faire car un enfant est un gros investissement en temps, financièrement et physiquement !

    Répondre à ce message

    • Le 7 avril à 04:11, par Patinnema En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

      Madame la Ministre et M. Traoré sont à côté de la plaque. Quel dommage surtout de la part de la ministre qui semble ne rien comprendre de son pays !
      Les gens oublient une chose : combien de personnes ont les capacités de contrôler leur procréation au Burkina ? Le pays est largement rural et illettré ! Combien d’enfants qui sont du nombre ont des parents instruits ? combien ont des parents fonctionnaires ? employés de l’industrie et du commerce ? Combien de ces enfants avaient une scolarité bien suivie ?
      On attend de nous des solutions pour aider le peuple à avancer malgré cette réalité ! Notre réalité. Sinon ça finit par être une certaine classe aisée qui s’acharne sur les classes plus vulnérables de la société. Combien d’entre ces parents ont des rapports sexuels pour avoir des enfants ? Faut-il interdire les pauvres et les ruraux d’avoir des rapports sexuels ? Au nom de quoi ? Soyons humains un temps soit peu.
      Mme la Ministre, ce n’est pas bien élevé de manquer régulièrement du respect à son peuple sous prétexte de dire la vérité. Si vous ne pouvez pas trouver des solutions, si vous ne pouvez pas aider le peuple à avancer malgré son niveau, démissionnez s’il vous plaît.

      Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 12:55, par TANOS En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    Merci laba Monsieur TRAORE.
    J’ai toujours dit que mettre un enfant au Monde est un grand projet qui mérite une sérieuse étude "profonde" de faisabilité.
    Parce que même Dieu, après avoir créé Adam et Eve les premiers hommes, ne les a pas jeté dans le vide dans le cosmos. Il les a mis sur la planète Terre et de surcroit on nous dit dans un Jardin (Eden) pas au désert.
    Des IRRESPONSABLES et même plus des "criminels" qui trouvent tout le temps des bouc émissaires.
    Non mais je ne vous dit pas, j’ai la ferme conviction que dans le futur, procréer ne sera plus autorisé à qui le veux seulement.
    N’importe quoi.
    Merci encore à Madame le Ministre et à vous Monsieur TRAORE.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 13:21, par SOME En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    Sayouba, comprends que cette opinion soit disant « bien pensante » ne fait que relayer une certaine opinion occidentale qui trouve en notre sein des valets de leur imperialisme pedocrimininel. En effet on sait que c’est ces genres de visions qui engendre et fournit la chair a canon pour des soi disants jihadistes. On sait tres bien que ce sont ces memes marchands de chair humaine qui alimentent en chair fraiche les bordels de pedophiles en europe et ailleurs ainsi qu’aux marchands d’armes.

    Oui ! on sait aussi les commerces des organes des jeunes enfants a travers les reseaux de medecins affairistes et proxenetes au benefice des riches et des pedophiles au sommet des etats et organismes internationaux. Ce sont ces memes pedophiles au sommet des etats et organismes internationaux qui viennent nous parler de droits de l’enfant afin de mieux commettre leurs forfaits. Ayant fait des recherches dans le domaine du genre et de l’enfant a un niveau international, je sais de quoi je parle. D’ailleurs les scandales au sein des missions de l’ONU ou meme au sein des forces armées etrangeres ne vous disent rien ? Ne vous souvenez vous pas de la mascarade il y a quelques années de enfants tchadiens orphelins soi disants, alors que cela n’etait qu’un traffic d’enfants et d’armes.

    Sayouba, la ministre a eu tort, tres tort : elle devrait administrer une sanction exemplaire a ces parents qui se presenteront pour recuperer leur enfant et qui devraient expliquer comment cela se fait ainsi ? En cas d’explications peu convaincantes, ils devraient etre punis severement pour leur apprendre une lecon de vie et rembourser ne serait-ce qu’une partie de l’argent investi pour recuperer leur enfant.

    Sayouba, il n’y a aucune objection a t’opposer : on se connait dans ce pays et les magouilles de corruption endemique et d’irresponsabilité face a la société. Oui dans l’ancienne société traditionnelle, quand on faisait un enfant, c’était pour toute la communauté familiale et meme villageoise. Aujourd’hui qui connait ca encore ? Alors celui qui va niquer a tort et à travers et au hasard doit assumer toutes les consequences de ses comportements irressponsables.

    « Pourquoi refusons-nous les vérités qui nous dérangent ? Comment voulons nous opérer un changement qualitatif de la société, si nous-mêmes nous ne sommes pas disposés à changer ?... Je n’écris pas ces mots pour faire plaisir à quelqu’un. Je ne dis pas ces choses pour heurter quelqu’un. Je le dis parce que je le crois fermement. TRÈS FERMEMENT. »
    Voila notre probleme. Et meme si ca heurte quelqu’un c’est que tu as raison ! Sous la revolution, l’avenir c’etait nos enfants. On avait lancé cette gigantesque operation : « Instruisons nos enfants » avec comme lots les luxueuses mercedes des ministres et directeurs afin de financer l’avenir de nos enfants (dommage que je n’aie pas eu la change d’en gagner une !). Aujourd’hui ce sont nos enfants que nous vendons !
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 13:27, par A qui la faute ? En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    Comme c’est un compatriote qui dit ça j’ose réagir. Sinon on m’aurait traité de tous les noms avec les slogans débiles de valets locaux, et autres puisque tous nos problèmes sont la faute de l’occident. Nous sommes dans un pays d’hypocrites. Si c’est Macron qui dit ça deux ans auparavant c’est inacceptable. Faire des enfants ne doit pas être un sport. C’est un projet à bien mener. Et qui mieux que nous même pour dire la vérité à nos parents ? Mais tout le monde a défilé pour traiter le président français de mal diagnostiquer notre problème. La chine est passée par là pour se stabiliser et réussir. On ne peut pas maîtriser les facteurs externes à notre développement si non ne se maîtrise pas nous-même.
    Des classes de plus de 100 élèves, des hôpitaux sous tension, des universités qui refuse de monde, même pas d’eau potable, incidents meurtriers pour la gestion de la terre cultivable et d’élevage. Malgré tout nous pensons que notre problème c’est le manque d’enfants. On passe tellement de temps à colmater la misère qu’on ne fait rien pour se développer. On survit dans notre propre pays pendant se développent. Nous survivons d’abord.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 14:39, par koh En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    MOI JE DIRAI QU’IL FAUT COMMENCER A ÉDUQUER LES PARENTS. FAIRE DE LA PARENTALITE et ceux qui sont aptes peuvent concevoir et ceux qui ne son pas aptes doivent suivre des cours avant de concevoir. Beaucoup diront que c’est une utopie. Moi répondrai que c’est impératif.
    Ou le plus facile c’est commencer dès la maternelle pour donner dans vingt ans des hommes et des femmes intègre

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 14:56, par Sacksida En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    Dire que quand on met enfant au Monde, l’on doit s’en occuper est une lapalissade depuis la nuit des temps. Dans nos societe traditionnelle, le bon comportement social de l’enfant est transmis bien sur de generation en generation et avec les principes rigoureux. Il y’avait des valeurs communes et des valeurs sociales strictes specifiques des garcons et des filles. Il se trouve que notre societe a mutee depuis l’introduction bien sur du systeme colonial et ses pratiques qui ont fait que nos valeurs positives et societales sont entrain de partir. De plus, la politique politicienne a oriente notre societe sur le tout capitaliste avec son cortege de contre valeurs : Corruption, Vols, Detournements, enrichissements illicites et bien sur d’autres mauvaises pratiques jadis rejetees comme sous la Revolution Democratique Populaire qui magnifiait l’integrite, la verite et la dignite. L’on peut dire qu’aujourd’hui ce ne sont les parents seuls qui seulement eduquent leurs enfants ; d’autres espaces que la famille tels que la Rue, la societe capitaliste, les mauvaises frequentations etc sont des lieux de depravations des moeurs. Pour combattre cela afin d’eviter les derives de notre societe tout le monde est interpelle : Parents, Ecoles, Religieux et Coutumiers et egalement l’Etat dirigeant de la societe qui doit aussi impulser l’exemplarite dans tous les domaines de la republique pour instaurer des valeurs positives et d’integrite. C’est seulement a ce prix que des dechets sociaux consequences de nos mauvaises politiques seraient amoindris ; sinon la majorite des parents a mon avis ne fuient leurs responsabilites. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 15:35, par ollo En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    Il y a un mal au Faso plus pernicieux que la peste : c’est de laisser tout se gâter avant de commencer à agir. La Ministre Ilboudo/Marshall semble être abandonnée dans ce combat comme si c’était son problème personnel. La situation des enfants, comme le disait le Président Kafando quand il parlait de la jeunesse en général, nous semble être une question urgente. De la crise de l’école, en passant par la drogue, le chômage etc, tout semble être prêt pour que cette jeunesse se constitue come une armée contre la nation et ses fondements. Il faut cesser de chanter la responsabilité des parents et aller à des actes forts, car il y a péril en la demeure. De la même façon qu’on a mis en chantier la Réconciliation nationale, il faut se pencher urgemment sur la question de la jeunesse en associant les autorités coutumières et religieuses. Lorsque nous suivons l’actualité sur le terrorisme, nous voyons effectivement comment la jeunesse est instrumentalisée. Quelle valeur voulez-vous qu’une grande partie de cette même jeunesse défende ? En dehors de ce que propose les marchands d’illusion, tout semble l’avoir exclu, abandonné, donc mauvais et satanique, et ne méritant pas d’exister.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 15:42, par Le réaliste En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    Analyse très pertinente et réaliste. En effet, notre grande difficulté actuellement est que les plus hautes autorités hésitent toujours à renouer et entretenir l’art de la vérité, afin que les populations puissent également s’en approprier. Le mensonge n’a jamais aboutit à un bonheur ni au succès. Après les élections où tout semble être permis ou autorisé par les politiciens pour conquérir les voix, il faut nous revenons tous à la vérité après les campagnes électorales, ne serait-ce que pour honorer la mémoire de nos aïeux grâce auxquels notre pays a été reconnu comme étant celui des "HOMMES INTEGRES".
    Revenons donc sur la vérité, rien que la vérité afin que la génération actuelle, l’avenir de ce pays, puisse avoir les rudiments élémentaires pour tenir notre nation demain. L’exemple de cette vérité doit venir de la haut.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 16:00, par Sayouba Traoré En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    Dans le cas qui nous occupe, ill faut vous demander comment ces enfants sont arrivés dans ces mines. Ce n’est pas seulement en RCI. Chez moi au Nord, il y a l’orpaillage artisanal partout. Je suis allé personnellement sur ces sites. C’est à moins de 200 kilomètres de Ouagadougou. Je vous assure que l’exploitation des enfants est immonde. Quelqu’un doit bien empocher le fruit de leurs souffrances. Un père conscient de ses devoirs, tu ne peux pas trouver son enfant dans cette situation terrible. Il faut savoir que ces mines artisanales ne sont pas étayées. Là aussi c’est pour faire des économies. Eh bien sachez que ce sont les enfants d’autrui qu’on envoie dans les boyaux menaçant de s’effondrer. J’ai personnellement perdu trois petits frères dans un éboulement. On fait nos conneries, et ensuite on veut mettre les conséquences sur le dos des autorités. Ça ne marche pas, et les choses ne devraient pas se passer de la sorte. Au départ de tout cela vous trouverez la paresse, la rapacité et la responsabilité des parents. Je peux dire la même chose pour les jeunes filles qui se prostituent. Mais ça, c’est un autre volet.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 16:05, par El_monstro En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    L’écrivain albanais Mila Kundera disait : Que faire un enfant ne doit pas être un acte gratuit. C’est se poser la question "j’ai goûté à la vie et elle mérite être reproduite". Et que l’on devrait même pas autoriser tout le monde à avoir des enfants....

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 16:07, par verité absolue En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    En réalité l’africain de nature n’aime pas qu’on lui dise la vérité. Il préfère persister dans ses erreurs. Macaron nous a dit cela et on a vu les réactions. Personnellement je gère la scolarité de 11 enfants chaque année sans compter les fournitures et autres. Et parmi les 11, deux sont mes propres enfants. Les autres sont mes frères et les enfants de mon frères qui se souci pas de l’avenir de ses enfants (aucun d’entre eux n’étaient scolarisés et c’est pas son problème). Du coup mon projet de vie c’est d’épargner durant chaque année pour pouvoir payer la scolarité des enfants. Ma vie se résume à cela et c’est frustrant. Si j’étais à la place de la ministre j’allais repérer tous les parents qui ont leurs enfants dans la rue et les jeter en prison.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 16:24, par kami En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    ça me fait mal quand je vois que ceux qui sont supposés nous diriger ne valent pas en réflexion que ceux qu’ils dirigent. Rien que des solutions et des propos de facilité. Le problème n’est pas tant le nombre d’enfants que la justice sociale, il faut arrêter de faire la politique de l’autruche. Le problème se trouve dans la gestion efficace du peu de ressources (naturelles, humaines et matérielles) dont nous disposons. Arrêtez les solutions de nivellement par le bas.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 16:39, par saam En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    D’accord avec Koh.
    Il faut rééduquer les parents et éduquer la jeunesse ! Il faut que les parents prennent leur responsabilité ! On ne fait pas un enfant pour ensuite laisser son éducation à l’extérieur. Soyez présents, donnez-leur le bon exemple, trouvez du temps pour vos familles bon Dieu !! Ne sacrifiez pas l’éducation de vos enfants à cause des petits plaisirs de la vie ici-bas.
    La plupart des enfants de nos jours ont pour parents des jeunes adolescents élèves, étudiants ou chômeurs vivant eux-mêmes aux crochets de leurs propres parents ! Qu’est-ce-qui n’a pas marché ? L’éducation, la société, les parents, nos autorités : novelas par-ci (à longueur de journée), internet par là (obscénité à gogo à moindre coût, violence, drogue, prostitution), chicha à gogo, facilités(l’argent, gros portables, grosses motos) pour certains et les parents qui regardent !!
    Éduquons nos enfants : un enfant de moins de 18 ans ne doit pas posséder tel ou tel portable ou moto, est interdit dans certains lieux publics à partir d’une certaine heure, est interdit en ville à partir d’une certaine heure, etc.....c’est une question de volonté et d’organisation !

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 16:55, par Kaka En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    Laury, merci. Que de courage ! que d’audace ! Vous devez être soulagée après cette déclaration, une vérité que beaucoup pensent bas, mais n’osent pas dire haut. Et pourtant, et pourtant... Haya, le bal est ouvert... comme africain aime qu’on lui mente.... Chacun selon son angle d’attaque. Dieu vous donne longue vie dans la santé pour entendre plus tard les compliments de ces mêmes qui vous condamneront aujourd’hui, car ce qui est sûr, ils vous donneront raison.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 17:56, par André Eugène Ilboudo En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    Quand Sayouba Traoré, que je n’ai jamais eu le bonheur de serrer la pince, écrit, je me mets au garde vous. Je sais que des vérités vont jaillir.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 18:23, par Nabiiga 1er En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    Voilà un sujet qui va faire jaser. Je suis tout à fait d’accord avec M. Traoré.
    Juste une opinion. Il faut que les gens comprennent certains faits :
    -  Révolus les temps où on faisait beaucoup d’enfants pour nous aider dans les travaux champêtres (il n’y a plus de terres arables à proximité et je ne pense pas que les enfants aiment cultiver.)
    -  Que nous le voulons ou pas, on est dans un monde où le modernisme semble nous avoir surpris. Tout est monétarisé et notre politique ne suit pas avec, ce qui devrait nous réadapter tous.
    Aujourd’hui tout est payant ; je dis bien tout. Faire un enfant et attendre que de la famille s’en occupe n’est plus chose facile. C’est ce qui nous ramène à demander à l’Etat. Loin de moi l’idée d’approuver ceux qui disent que l’Afrique doit baisser sa natalité car je sais qu’un peuple se construit par sa population. Mais une population éduquée s’il vous plait ! Soignée. Ces enfants laissés à eux même sont des bombes à retardement. Ils sont sans pitié car dans une jungle qui occulte tous sentiments. A qui la faute ? Ceux qui les font ?
    Un internaute a dit qu’il fallait éduquer les parents. Eh ben…oui ! L’Afrique et le Burkina en particulier a perdu de ses valeurs chères. Et je pointe du doigt en partie, ces satanés feuilletons que toutes ces chaines de télé diffusent au regard de notre ministère de la culture. Que gagne-t-on à regarder cela ? Dans les écoles aujourd’hui, des élève menacent des enseignants et lorsque les parents arrivent à se présenter, la plupart sorte la phrase suivante : « moi-même je ne le moyen pas. » incroyable mais c’est triste. Des enfants en quête d’éducation, font des enfants. Pourquoi ? Les histoires de droits là…c’est très mal compris
    On ne demande pas à l’Etat des dons et des prises en charge, mais des mesures strictes. La chine avec sa politique de l’enfant unique, est arrivée à quelque chose. Pas forcément le même chez nous mais des mesures. N’est pas parents qui veut, mais qui peut. Ayons une grande population, mais de qualité. Réveillons-nous !!!

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 20:40, par André Eugène Ilboudo En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    Il y a des parents et il y a des géniteurs. Le parent met son enfant au monde et s’en occupe. Le géniteur, lui, parce son devant est debout ou gratte, il te pond un enfant et compte sur quelqu’un d’autre.

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 20:47, par Sage En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    Petites questions.
    Comment sait-on de combien d’enfants peut-on s’occuper sans que ce ne soit une simple vue de l’esprit ?
    Vous avez des moyens à un instant T. Comment vous assurer que ses moyens vont continuer jusqu’à ce que les enfants puissent s’en sortir ? Vous pouvez mourir laisser les enfants, vous pouvez perdre votre emploi, vos gains peuvent baisser pour mille raisons ( je suppose que vous n’aller pas tuer vos enfants parce vos revenus ont baisser ?).
    Est ce que le Burkina est un pays surpeuplé par rapport à son potentiel de création de richesse ?
    Est ce que le problème de la pauvreté n’est pas lié à la mauvaise gestion des ressources (corruption, vol, etc...)

    Répondre à ce message

  • Le 31 mars à 21:58, par jeunedame seret En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    Vérité vraie. Mais c’est que l’État lui même est nonchalant et donc conspirateur. Il est toujours prêt et zélé à servir les fabricateurs d’enfants et se retourner ensuite pour des woba woba de reproches. Est-il sûr que ces propriétaires des enfants ne sont pas eux-mêmes les initiateurs ou comploteurs de ce trafic ? Quand ça marche, on appelle cela exil dur. Quand c’est menacé, on court au secours de l’État pour trafic d’enfants. Et si l’État négligeait le phénomène pour plus de conscientisation ? Et si l’État réclamait une amende aux différents auteurs des enfants ? Il faut vraiment une rigueur de nettoyage moral. Car notre mentalité, faire des enfants et demander soutien au plus nanti. Ce n’est pas pour rien que des membres de la diaspora redoutent le retour à domicile ; car ils savent que tout le monde se rue sur eux pour toutes solutions aux problèmes. Une fuite de responsabilité inhérente. Pourquoi cette insouciance ? De qui le remède ? De nos enseignements, moeurs, principes et droits de vie.

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 00:50, par verite no1 En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    Salut les amis ! Je pense que les responsabilites sont partagees ! Pour moi, si la France n’avait pas tue Thomas Sankara peut-etre que ces enfants n’allaient pas se retrouver en RCI !!!!!!! Si la France n’avait pas pris en otage notre CFA, ces enfants n’allaient pas se retrouver en RCI ou meme traverser la mer. Si la France n’avait pas pris en otage nos ressources naturelles, ces enfants n’allaient pas se retrouver en RCI. Si la France n’avait pas envoye leur grand parent combattre, ils n’allaient pas se retrouver en RCI. Si la France n’avait pas decide de faire du Burkina un sous pays au yeux de la RCI, ces enfants n’allaient pas se retrouver en RCI (C’est Sankara qui a dit qu’on doit traiter d’egal a egal, que ca soit avec la RCI ou avec la France elle meme). Si la France n’avait pas cree le terrorrisme, ces enfants n’allaient pas se retrouver en RCI. Tant que la France sera toujours dans notre back yard, elle sera toujours dans nos collimateurs. Chaque nation doit encourager les naissances. Je suis d’accord qu’il faut encadrer ces naissances et meme eduquer les parents comme quelqu’un l’a dit. Au Burkina, on doit surtout eduquer les hommes. On doit demander a ces hommes de s’occuper financierement de leurs enfants. Si vous avez remarque, l’education et la prise en charge de nos enfants sont entre les mains de nos braves mamans pendant que l’homme sillonne de bars en bars avec des maitresses !!!!!!! Cet argent pouvait bien s’occuper des enfants mais non, c’est la mere qui doit avec son petit salaire ou petit commerce s’occuper des enfants. Et meme jusqu’aux villages, ce sont les meres qui s’occupent financierement des enfants.
    Femmes du Burkina, vous etes de braves dames !
    Chaque nation doit avoir une bonne politique pour amener les parents a beaucoup plus investir dans l’education et la prise en charge des enfants. Cela passe par une sensibilisation. Souvent, ce ne sont pas les moyens qui font defaut. J’ai vu des villageois qui ont plus d’une centaine de tete de boeufs mais jurent qu’ils n’ont rien pour payer la scolarite de leur enfant. Une sensibilisation s’impose et comme l’a dit le grand frere Sayouba, il ya une certaine irresponsabilite quelque part. J’etais de ceux qui s’en fichaient pas mal de comment leurs enfants evoluent en classe. C’est ma belle mere qui m’a recadre sans me blesser mais ca m’a blesse quand meme car je voulais la remettre sa fille et ses petits enfants mais j’ai vu que c’etait la verite. Elle m’a dit qu’il suffit pas de deposer l’argent pour les depenses et ne meme pas se soucier de l’evolution des enfants. Je ne me rapellais meme pas de l’anniversaire de certains enfants mais apres ses conseils, meme si tu me reveilles a minuit et me demande, je te dirai. Ce n’est pas un probleme de nombres d’enfants, c’est un probleme de mentalite !!!!!!
    Si la Coree du Nord n’a pas ete attaquee par l’administration Bush Junior, c’est grace a sa population. Condoleezza Rice avait demande a ce que la Coree du Nord soit attaquee mais les chefs militaires ont dit que ce n’est pas une bonne idee dans la mesure ou elle a plus d’1 million de militaires actifs et plus d’1 million de revervistes qui savent manipuler n’importe quelle arme. Croyez-moi si c’etait un grand pays avec peu d"habitants, ils allaient attaquer sans meme reflechir car on peut facilement occuper de tels pays sans craindre des embuscates a chaque minute !!!!!!

    Répondre à ce message

    • Le 1er avril à 13:14, par lepeul En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

      @verite no1
      Les problèmes se sont les autres ce n’est pas moi ! vous êtes sérieux verite no1 ?
      — - La France par là La France par ci.
      Omar Bongo a acheté un appartement une miss 800000 euros. Alors que au Gabon il y’a pas de route ou dispensaire ou école : c’est immature voilà notre problème.
      Qui a tué Sankara physiquement et qui profite réellement aujourd’hui se sont les mêmes au pouvoir. Pendant 27 ans vous avez vu la tombe de Sankara, comme c’était entretenu, comme s’il n’a jamais été Président ceci est à l’image du Burkinabé ...

      Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 10:05, par lepeul En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    Je crois que tout le monde est d’accord avec le principe de faire moins d’enfant etc.... Une fois que on a dit ça , on fait quoi ? :
    - Demander au gouvernement d’agir avec un réel programme de planning familial pas envers la bourgeoisie mais destiné aux familles pauvres.
    - Demander aux chefs religieux et coutumiers de s’impliquer, pour leur histoire de réconciliation ils savent bien demander leur aide pourquoi pas dans ce cas si ?
    - Lutter contre la polygamie c’est un cluster à proliférer des gosses.
    Car la morale ne résout pas tout,
    Dans un poste une femme voilée étudiante dénonçait une pratique de business des ordinateurs à l’université :
    personnellement je ne le ferai pas (où alors je le prends et fait bénéficier une association ou famille défavorisée) :
    ceci étant les étudiants ont droit à un ordinateur pourquoi refuser c’est leur droit d’en bénéficier, après ils font ce qu’ils veulent avec.Je crois que on confond la morale et le droit, non ,ce sont deux choses différentes :
    il y’ a des ministres hyper riche dans le gouvernement (mr Barry)vous croyez qu’ils crachent sur salaire ?
    Il y’a budget pour ça, cela fait partie du fonctionnement de l’économie du pays la consommation.

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 13:57, par SANOU En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    Un cercle vicieux, Parents peu éduqués peu responsables, enfants mal éduqués irresponsables ; par quel bout commencer pour défaire le cercle ? Je propose la maitrise des effectifs à éduquer.

    L’école est le cadre d’éducation complémentaire au cadre familial, cependant l’Etat est débordé par les effectifs pléthoriques d’enfants à encadrer. D’accord avec nos valeurs africaines de c’est Dieu qui donne les enfants, mais un homme couché tout seul et la femme couchée toute seule ne font pas d’enfants.
    Il faut maitriser la fécondité au moyen de l’instruction : selon les chiffres de l’INSD (vérifiables sur leur site) la fécondité varie d’un minimum de 3,1 enfants par femme chez celles ayant atteint le niveau secondaire ou plus à 6,6 enfants chez celles sans instruction.
    Il y a des familles à effectifs réduits où les enfants sont de grands délinquants tout comme des familles nombreuses où tout le monde est correct, ce sont des exceptions qui confirment la règle. c’était ma contribution au débat.

    Répondre à ce message

  • Le 1er avril à 14:12, par SANOU En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    Pour compléter les lieux de culte (mosquées, temples, églises) débordent de pratiquants : les leaders religieux sont de prédicateurs sûrs pour diffuser les messages sur la responsabilité des parents et des jeunes.

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 03:18, par Manon Yele En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    "Delanda Catago" (il faut détruire Cartage).
    M. Ouedraogo Sayouba burkinabè (expatrié) vivant en France prône que seules les capables aient le droit de procréer. Un peu comme prônait Hitler et d’autres perfectionnistes (avant et après lui). A terme on aurait une société "toute responsable" un communauté humaine faite de bons gens de bonne famille. Comme Hitler et les beaucoup d’adeptes des hommes tous parfaits, ils oublient souvent de se comparer au model parfait qu’ils voudraient "créer".
    La deuxième guerre mondiale a été in fine une farouche opposition à la sélection humaine et il faut veiller au grain de sorte que toute idée de se substituer au créateur soit étouffer tôt.
    La position de M. Ouedraogo contient insidieusement, meme si ca peut être naïvement, ces visés positives que rien que des hommes parfaits meme si ils ne seraient plus du fait naturel et du droit à la pérennisation de son espèce, peuplent la terre.
     ???????????????

    Répondre à ce message

    • Le 6 avril à 10:54, par Sayouba TRAORE En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

      Manon Yele. J’ai lu avec stupeur votre commentaire. Où avez vous pu voir dans mon écrit que j’ai préconisé que "seules les capables aient le droit de procréer" ? Je souhaiterais que vous puissiez m’éclairer à ce sujet. Vous devez me dire quel passage, quel chapitre de mon écrit véhicule une telle idée. A ce niveau, c’est tout simplement de la mauvaise foi. Car si vous n’êtes pas capable de répondre à ces questions simples, admettez que vous usez de dilatoire, à la limite de la diffamation. Vous allez jusqu’à mentionner Hitler. C’est consternant ! A quel moment j’ai bien pu parler "insidieusement" d’"hommes tous parfaits’" ? Je prends tous les lecteurs à témoin. Et j’estime que je suis en droit d’attendre des excuses de votre part.

      Répondre à ce message

      • Le 6 avril à 14:34, par Ka En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

        Très belle contribution mon jeune frère Sayouba Traoré. Une contribution véridique dont il était inutile de ma part de commenter là-dessus. Mais l’intervention de l’internaute ‘’’Manon Yele’’’ m’interpelle pour te dire à toi mon petit frère que ces insultes gratuites qui ne s’appuient sur aucun élément factuel et vérifiable sont une occasion en or pour lancer des poursuites judiciaires contre ce prétendu internaute dont son illettrisme montre le signe de son crétinisme, tout comme son instruction n’est pas forcément un signe de son intelligence.

        Mon jeune Sayouba Traoré : quand on lit 90% des réactions diverses, et surtout enrichissantes, la précision est que sauf ce dernier, personne n’a juger l’auteur de l’analyse, mais ont des appréciations, positives, surtout le critiquer aussi bien dans son fond que dans sa forme : C’est pourquoi j’ai estimé pourquoi ajouter un commentaire a une analyse qui a tout dit avec courage ? Telle est, en effet, ma vision du sujet que tu as développé.

        Malheureusement la haine de l’autre est si forte, que le problème de certains internautes, c’est qu’ils font partie de ces personnes qui ne prennent pas leurs temps d’analysés des analyses aussi enrichissantes comme la tienne ; des personnes qui n’initient rien, mais qui sont très alertes pour briser les bonnes analyses de ceux qui osent comme toi. Savoir faire une analyse comme tu l’as fait, impose un réveil, et cela dans tous les sujets. Et je confirme qu’un internaute comme Manon Yele n’est qu’un fossoyeur. Si seulement il savait encourager ce réveil et cette prise de conscience comme il sait dénigrer les autres, on y gagnerait, car après tout, il ne manque pas de talents.

        Conclusion : Je dis a Manon Yele, comme mes commentaires, Toi mon petit frère Sayouba Traoré, tes articles ne sont pas "people" mais sont conceptuellement structurés et s’adressent à un public d’un certain niveau intellectuel et moral auquel Manon Yele n’appartiens manifestement pas. Dont il ne pas obliger de les lire et de commenter.

        Répondre à ce message

        • Le 7 avril à 04:42, par Patinnema En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

          Grand frère KA,
          Je suis en désaccord avec vous sur le fond. La forme de ‘’’Manon Yele’’ est extrême et nuisible à l’échange. Ceci dit, on ne peut pas dire que seuls les instruits, nantis ou fortunés ont le droit de procréer. Le propos de la ministre et la sortie de M. Traoré se résument à cela. Je parie qu’aucun parent de ces enfants ne lira, ni ne pourra lire ce que sieur Traoré a écrit. Alors on parle de quoi...
          Que ceux qui ont encore leurs parents vivants, essaient de savoir si leur propre conception avait été planifiée et programmée ? Mieux, ceux qui sont instruits, les hommes, combien d’entre nous ont programmé, crayon à la main, le jour de l’ovulation de leur conjointe pour faire un enfant ? Personnellement je suis à 1 programmation sur 4 enfants. Là encore, le calcul a été fait par la future mère. Bravo à tous ceux qui ont mieux fait ! Mais soyons honnêtes avec nous-mêmes. Le contrôle des naissances est fonctionnel seulement là où il y a une éducation sexuelle généralisée, avec des méthodes et des ressources contraceptives accessibles et les avortements autorisées. Avons-nous cet arsenal au Burkina ?

          Grand frère, ne dit-on pas en mooré que celui qui prétend qu’une tête est charnue tâte la sienne ? Merci.

          Répondre à ce message

          • Le 7 avril à 14:21, par Ka En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

            Patinnema : Comme je le dis très souvent dans ce forum, ’’ce sont nos différences qui font les richesses des débats :’’ Et je te comprends parfaitement. J’ai toujours partagé les analyses de l’auteur très enrichissantes. Ici je lui tire encore le chapeau pour avoir eu le courage d’évoquer un sujet sensible dans un pays ou le féodalisme tire toujours les ficelles, surtout quand on voit la polygamie chez nos conservateurs, et surtout du côté de l’Islam ou les hommes se permettent de s’entourer de plusieurs épouses, j’avoue que je n’étais pas enclin a donné un commentaire à la sortie de madame la ministre par rapport à mes préjugés : Mais avec ce que mon petit frère Sayouba Traoré a osé, je lui dis ‘’’’toutes mes félicitations pour cette contribution de haute facture.’’’’ C’est ainsi que devraient intervenir nos intellectuels sachant, au lieu de verser quelquefois des sujets dans les polémiques stériles. C’est pourquoi, depuis que je lis les contributions du petit frère, je confirme qu’il est digne d’un véritable intellectuel de haut rang. Merci de me lire.

            Répondre à ce message

  • Le 5 avril à 22:13, par Martine En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    article très intéressant, et les commentaires encore plus...
    Mais tout cela me fait sourire car pendant que des "parents sont jugés d’irresponsables" pour avoir manqué à leur devoir fondamental, moi je me bats avec le dit ministère pour pouvoir adopter un petit orphelin entassé dans les nombreux orphelinats du pays tout simplement parce que les lois ne sont pas faites pour une réelle protection de l’enfant.

    Répondre à ce message

  • Le 6 avril à 14:55, par Ka En réponse à : Sayouba Traoré : « Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper, madame la ministre dit vrai »

    "Quand on fait des enfants, c’est qu’on peut s’en occuper". Madame la ministre de l’Action humanitaire. Excuses : je cite de mémoire.’’ Je confirme.

    Mais il faut aussi une réflexion profonde sur les causes du phénomène de la fécondité qui n’est pas le seul paramètre qui caractérise la démographie. Il faut également tenir compte de l’espérance de vie, de la répartition et de la moyenne d’âge ("pyramide des âges") et d’un certain nombre d’autres grandeurs statistiques. La démographie est dynamique, ce n’est pas une simple photo à un instant donné. Si l’économie n’est pas en rapport avec la démographie et sa dynamique prévisible, on court à la catastrophe, sachant que les ressources de la planète ne sont pas extensibles à l’infini, malgré l’agriculture intensive, l’aquaculture, les pesticides, les OGM et toutes ces sortes de "progrès" contre-productifs. Statistiquement, avec 2 enfants par femme, on renouvelle les générations et la population reste stable. Comme on ne peut pas couper les enfants en morceaux, c’est pour cette raison qu’on parler de "3 enfants par femme", ce qui correspondrait à une légère augmentation de la population. Cela étant, la statistique permet tout. Ce qui me permet de prendre l’exemple de la France, dont ‘’’la fécondité après les deux guerres mondiales était de 2,01 enfant par femme, après avoir grimpé à 2,89 dans les années 1960. En Allemagne, elle n’est que de 1,5 enfant par femme, ce qui signifie une décroissance sensible de la population. Une natalité incontrôlée, c’est plus de "d’enfants dans les champs de café et de cacao en CI", plus d’analphabètes, plus d’enfants travailleurs dans les champs au Burkina, il vaut mieux une population parcimonieuse, soignée, bien formée et heureuse que des hordes de pauvres, malades et malheureux. La surpopulation va souvent de pair avec le sous-développement. Quant au "dividende démographique", c’est une notion que je trouve malsaine et qui, de toutes manières, n’est que temporaire. On a vu ça dans les pays développés avec le "baby boom" des années 50-60, qui se transforme maintenant en un "papy-boom" problématique, c’est-à-dire des retraités sans des remplaçants : Ce qui nous arrivera dans 60 ans.

    Dans tous les cas mon jeune frère Sayouba Traoré, merci pour cette contribution enrichissante, même si par moment certains ne voient que simplement du bout de leur nez. On dit la goutte d’eau qui tombe sur le rocher le plus dur finit par le percer .Telle est ma philosophie de voir la profondeur de ton analyse bien fondée cher petit frère Sayouba Traoré. P. Ouédraogo et moi connaissons pourquoi tu faisais partie des premiers détenteurs des cartes de CNR CDR Paris a une époque.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Pazani, une autre zizanie dans le lot des jurisprudences
Burkina : Quelle pertinence de construire une latrine à 180 000 Fcfa pour un ménage qui a moins de 150 000 Fcfa/an ?
Non-respect du délai d’établissement de la carte consulaire burkinabè en Côte d’Ivoire : Ousmane So écrit au ministre Alpha Barry
Guy Sanou à Ousmane DJIGUEMDE, Secrétaire Technique de l’Institut des Peuples Noirs : " Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! "
Lettre au président Déby : Une auréole ternie !
Burkinabè : Super-insurgés, super-paradoxaux
Réforme du « Code du travail » : Commençons par le commencement !
Marteen Rusch, ambassadeur des Pays-Bas au Burkina : "L’homosexualité est un droit et il y a des collègues ambassadeurs qui sont homosexuels"
Trois mesures visant à favoriser des économies post-COVID-19 plus résilientes et inclusives
Marche du 24 avril à Fada : Sachons raison garder !
IRAPOL : Un puissant outil de lutte contre l’insécurité à soutenir
Ouagadougou : Que deviendra l’aéroport actuel après sa délocalisation à Donsin ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés