Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est bien d’être le meilleur, mais c’est meilleur d’être le plus original.» Youssoupha dans Mon Roi

Province de la Gnagna : Les communes de Liptougou et de Coalla, les fiefs des terroristes

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET • lundi 29 mars 2021 à 23h22min
Province de la Gnagna : Les communes de Liptougou et de Coalla, les fiefs des terroristes

La province de la Gnagna dans la région de l’Est compte sept communes. Deux de ces communes ne connaissent plus la quiétude depuis 2018. Liptougou qui est située à l’extrême Est de la province, fait frontière avec les provinces de la Komondjari et le Yagha dans le Sahel. Ensuite Coalla, au Nord-Est de la Gnagna, arbore le Seno et aussi le Yagha. Ces deux communes n’ont pratiquement plus d’écoles pour les enfants. Les Hommes armés non identifiés (HANI) font la loi dans ces localités qui sont sans système de défense. La paix au quotidien est troublée et si rien n’est fait ces zones vont basculer au rouge.

A Liptougou, particulièrement, aucune école n’est fonctionnelle. Les enseignants et autres administratifs ont déguerpi les lieux. Le mardi 6 mars 2021, les HANI visitaient le village de Souloungou pour la troisième fois. Un jour de marché, ils ont surgi et rassemblé tout le village et ont commencé à prêcher le port du voile pour les femmes et du pantalon sauté pour les hommes qui devront en plus cultiver l’amour pour la barbe, en signe d’appartenance à l’Islam, selon eux.

Un peu plus loin, au Nord-Ouest de ce lieu, à quelques 17 km, c’est le village de Kodjéna qui a aussi reçu les HANI, pour la troisième fois également, le 4 mars 2021. C’était à la suite du décès d’un vieillard dans le village que ces hommes ont fait irruption pour interdire la "célébration" du défunt. Le mercredi 7 mars 2021, ces derniers revenaient pour la quatrième fois consécutive.

« Ils sont arrivés, ils ont commencé à rassembler quelques hommes dans une des mosquées de la place et ont commencé à prêcher le port du voile pour les femmes, le pantalon sauté pour les hommes qui devront aussi laisser la barbe pousser sans raser », a rapporté Salma (nom d’emprunt) un jeune sur place. Qui sait comment seront leurs prochaines visites ? S’inquiètent quelques personnes sur place qui se demandent que faire ? On se souvient qu’en mars 2019 les HANI sont arrivés dans le même village et ont abattu l’aide-forestier. C’était en plein midi, un jour de marché. Ils se sont ensuite rendus dans l’unique école qui était toujours ouverte où ils ont encore fait entendre les bruits de leurs armes.

Avant leur arrivée dans l’école, l’établissement avait eu le temps de se vider de ses occupants qui avaient eu les échos des armes quand ces individus abattaient l’aide-forestier. Pour le cas de l’aide-forestier, les populations racontent que les hommes armés sont arrivés à son domicile. L’homme a reçu au moins deux balles mais n’a pas succombé sur place. Il se serait enfui et ils l’ont poursuivi pour le descendre à une centaine de mètres devant le domicile d’un autre habitant. « Ce jour-là, ce fut la débandade dans le marché. Kodjéna a baigné de jours entiers dans la terreur », rapporte Manou, un autre jeune du village, pour qui nous trouvons convenable un tel nom d’emprunt.

Un autre village très visité par les HANI est celui de Dadunga situé à 17 km au Nord de Liptougou. Les HANI ne manquent guerre à ces endroits, sillonnent les lieux en remontant vers Sebba dans le Yagha ou pour descendre vers la commune de Coalla, confie une autorité. La véritable inquiétude des populations, c’est que cette zone ne remplace Namsiguiya-Djibo puisqu’il n’y a plus de présence administrative dans ces localités, encore moins une présence militaire.

Si les HANI en viennent à interdire tout passage dans ce couloir, la zone balancerait dans une situation de non-droit, remarque Djakoli, pour qui la zone est faiblement sécurisée. A Liptougou, le centre de la commune, le maire et plusieurs membres de son conseil ont abandonné les lieux pour se réfugier à Bogandé, chef-lieu de la province.

28 écoles sur 46 sont fermées dans la commune de Coalla

Dans la commune de Coalla et celle de Manni, les faits sont aussi flagrants qu’ils n’en font échos. Les enlèvements sont monnaie courante et les visites des villages incessantes. L’on apprend qu’en début février 2021, le village de Kulfuo dans la commune de Manni a été visité par les HANI qui sont repartis avec trois hommes dont le plus grand boutiquier de la place.

« Est/Gnagna : ce jour 10 février, des HANI ont fait irruption dans le village de Kulfo, commune de Manni. Après avoir ramassé les affaires d’un vacataire, ils ont visité la direction de l’école primaire. Le 3 février, ils avaient enlevé trois personnes dans le même village », écrivait un ressortissant de la commune de Coalla sur les réseaux sociaux.

Un second internaute a aussi écrit, sept jours plus tard sur les réseaux sociaux, après un enlèvement dans un village de Coalla. « Il y a quelques jours, c’était à Kulfuo que les IANI sévissaient par enlèvement de personnes. Aujourd’hui c’est à Boulyendé dans notre village où ils ont enlevé un chef de famille. C’est triste. On parle d’une éventuelle présence des HANI dans la zone depuis longtemps.

Malheureusement, il n’y a rien pour les inquiéter. L’éloignement des FDS fait de l’espace entre Manni, Bogandé, Liptougou, Gayeri, Coalla, une zone sans force de l’ordre. Du coup, ces forces du mal profitent de l’espace. Malheureusement, il n’y a pas de système de VDP (volontaires pour la défense de la partie) dans la zone », a-t-il écrit.

En 2019, c’est devant la caisse populaire de Manni qu’un policier (qui montait la garde sur les lieux) avait été abattu en pleine journée. C’est une situation critique dans la contrée comme partout ailleurs où les assaillants ont pris le dessus. Mais contrairement à Liptougou, à Coalla le conseil municipal est sur place et continue de travailler. Cependant, informe un ressortissant de la localité, sur 46 écoles primaires, 18 continuent de fonctionner. Toutes les 28 autres sont fermées. Quant aux établissements post-primaires, sur cinq collèges d’enseignement général, trois fonctionnent toujours.

Que voulez-vous que l’Etat fasse pour vous ?

Pour Armen (nom d’emprunt), un résident à Bogandé, « ce qu’il faut retenir de cette situation sécuritaire au niveau de la Gnagna, ce sont des gens qui se promènent sans être inquiétés. Ils se promènent de village en village pour prêcher leur soit disant bonne nouvelle. Et c’est entre Liptougou et Coalla, entre Coalla et Manni, entre Liptougou et Mansila dans le Yagha et entre Liptougou et la Komondjari que ces gens se promènent en pleine journée. Les écoles sont fermées progressivement.

Les Collèges de Mopienga, de Kulfuo, celui de Boukargou, ce sont des établissements qui sont fermés l’un après l’autre dans une impuissance totale des populations locales. Pareil pour Liptougou où tout est fermé. Et pour moi, il n’y a pas d’efforts au niveau du gouvernement pour faire un ratissage. Pourtant, c’est du rôle de l’Etat de garantir une sécurité de base à tous les citoyens sans distinction. Donc je pense que si nous faisons partie du Burkina Faso, il faut revoir pour permettre aux populations d’être dans la quiétude ».

Un autre de la commune de Coalla confie : « C’est la même situation partout. Mais nous, nous évitons d’en parler, pour ne pas être leurs cibles. Mais il n’y a pas d’efforts et leurs hommes le savent. Dieu merci à part les quelques enlèvements ils n’en viennent pas aux armes pour l’instant, mais personne ne sait le jour ». Il évoque les attaques surprises qu’il y a par moments au Niger, où la dernière a fait plus de 180 morts, pour prévenir le drame dans la province.

« Moi je demande au gouvernement de ne pas attendre qu’il y ait des attaques qui feront des centaines de victimes comme au Niger avant de commencer à courir à gauche à droite pour fournir une sécurité à la localité. Ce serait le médecin après la mort pour des populations et beaucoup de familles dans notre province. Venez, aidez-nous, même s’il faut que l’on contribue par n’importe quel moyen, pour sécuriser la zone avant que l’irréparable ne se produise », a-t-il lancé ce cri du cœur.

"Système ambigu des VDP"

Un ressortissant de Bonseiga à Liptougou s’est attaqué au système des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP). Pour ce dernier, le système des VDP est ambigu pour ce qui est de la plupart des communes de la Gnagna. « Si ceux-là mêmes qui peuvent mettre en application cette décision sont en manque de matériel et de personnel, comment pourront-ils vous aider ? Nous avons entendu dire qu’ils ont demandé aux volontaires de se signaler pour être formés, pour ce qui est de Liptougou. Je me demande comment cela pourrait se faire ? Dans ces genres de situation, s’il y avait des forces de défense et de sécurité sur place qui patrouillent tout en proposant aux volontaires de les former et les appuyer, il n’y aurait pas que des jeunes. Mais toute la communauté se mobiliserait et on gagnerait cette bataille pour la sécurité. Mais à l’état actuel des choses, personne ne veut aller se donner gratuitement à la mort », avait-il déploré.

Mais ce qu’il convient de souligner c’est que toutes les personnes interrogées ont loué le courage de ces braves hommes (gendarmes et policiers ndlr) qui sont toujours-là malgré la menace qui pèse encore plus sur eux.

L.E
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 30 mars à 05:55, par Kinkester En réponse à : Province de la Gnagna : Les communes de Liptougou et de Coalla, les fiefs des terroristes

    J’espère que le gouvernement et surtout le ministère de la défense vont réagir à cette situation. Volez au secours de ces gens là s’il vous plaît. Pitié

    Répondre à ce message

  • Le 30 mars à 06:18, par L’artiste En réponse à : Province de la Gnagna : Les communes de Liptougou et de Coalla, les fiefs des terroristes

    Cest legitime d’attendre que l’Etat assure la sécurité de tous les citoyens mais quand ils comprendront que cela est impossible, alors ils s’organiseront mieux. Je suis certains que rien ne peut être plus efficace que les vaillants VDP mais quand dans une localité, certaines personnes notamment des religieux jouent aux "coeur noir" devant les actes des ces Djihadistes, il ne reste plus qu’à conclure que ces localités vont encore souffrir pour longtemps. Les peuples libres sont les peuples qui savent se battre !

    Répondre à ce message

  • Le 30 mars à 07:40, par Laabia En réponse à : Province de la Gnagna : Les communes de Liptougou et de Coalla, les fiefs des terroristes

    Merci au journal Lefaso.net pour ce reportage qui alerte déjà. Ce que je voudrais ajouter c’est que la situation est plus que ça. C’est toute la région de l’Est qui connait cette situation d’insécurité. Dans les départements de Logobou, Partiaga, Botou aucune école n’est fonctionnelle. Les autorités administratives se sont repliées vers le chef lieu de la province qui est Diapaga.
    La question qu’on est en droit de se poser est pourquoi l’État est aussi absent dans ces localités en proie au Djihadisme. Aujourd’hui beaucoup ne peuvent plus se rendre dans leurs localités pour une visite de famille ou à l’occasion d’un événement. C’est vraiment triste quand on apprend comment nos frères villageois souffrent sur la terre de leurs ancêtres.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mars à 08:43, par TANGA En réponse à : Province de la Gnagna : Les communes de Liptougou et de Coalla, les fiefs des terroristes

    On se demande si nos dirigeants complices de ces HANI ou peut être peureux.
    Les FDS n’ont jamais refusé de mission ; alors, pourquoi laisser le pays à des bandits ?
    Regarder bien la zone, elle correspond à la partie que les occidentaux et les français en particulier ont tracé pour couper et former un pays. Nos autorités ont ils été d’accord ? Si non quoi ?

    Répondre à ce message

  • Le 30 mars à 10:18, par Beouco En réponse à : Province de la Gnagna : Les communes de Liptougou et de Coalla, les fiefs des terroristes

    Trop parle , c s enerver.
    kossyam tranquille , ou Ouagadougou trankile , hakuna Matata.
    citoyens burkinabe, epris de paix, levez vous, organiser vous pour defendre vos villages, vos villes, .
    Meme les vdp doutent aujourdhui du government.
    trop de dilatoire , accuser Blaise compaore ,pour rien.
    expedier diendere Gilbert en prison plus vite que les meneurs de l insurrection.
    chanter la reconciliation, se mentir pendant 5 ans et se chatouiller encore pour 5 ans a venir.
    denigrer la France pour rien.sans barkhane on etait cult.n est ce pas le cas de la Palma au Mozambique.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mars à 10:36, par Ka En réponse à : Province de la Gnagna : Les communes de Liptougou et de Coalla, les fiefs des terroristes

    ’’’’’’Le mardi 6 mars 2021, les HANI visitaient le village de Souloungou pour la troisième fois. Un jour de marché, ils ont surgi et rassemblé tout le village et ont commencé à prêcher le port du voile pour les femmes et du pantalon sauté pour les hommes qui devront en plus cultiver l’amour pour la barbe, en signe d’appartenance à l’Islam, selon eux.’’’’’’’

    Nous y voilà Internaute ‘’’R,’’’ un internaute qui m’attaque inutilement dans l’analyse sur la ‘’’’’’’’’Crise à la communauté musulmane du Burkina Faso.’’’’’’’’’ ’’’R :’’’ Quand on ne maîtrise pas à 100% un sujet, on ne traite pas les autres des ignorants. Et comme tu m’as provoqué, je vais te poser une ou deux questions après cette attaque : ‘’’’Pourquoi cette année la jeunesse Chrétienne du monde entier surtout les protestants, demandent la suppression du dernier chapitre du nouveau testament de la bible, des versets considérés violents a lire ? Comme en Suisse quelques jeunes conseillers fédéraux demandent que la question religieuse soit retirer de leur constitution ? Sans oublier que la jeunesse musulmane comme les femmes musulmanes demandent la révision de quelques textes du coran ? Il fallait s’informer.
    Mais avant tout, je te donne une de mes opinions qui résume que toutes les guerres qui surviennent à part le monde depuis les disparitions de Jésus et Mohamed, viennent des religions. Et ceux-ci à cause des paroles mal interprétées par les nouveaux maîtres de la parole de Dieu du coté christianisme ‘’prêtres et pasteurs, et les imams radicaux du côté de l’Islam.

    ‘’’R,’’’ ce qui ne regarde que Ka, beaucoup de personnes comme toi qui ne sont pas de la religion chrétienne sont libres de dire tout ce qu’ils veulent des religions, du christianisme a l’Islam. Et je vais éclairer un peu ta lanterne concernant ces deux religions à commencer par celui du Christ : ‘’Aucun chrétien ne prononcera une fatwa contre sa vie, ni on ne leur coupera pas la gorge ! En tant que croyant, je pense que le Christ est assez grand pour se défendre lui-même. Ceci dit, tout blasphème contre lui sera pardonné, seul le blasphème contre le Saint-Esprit ne sera point pardonné, ni dans ce siècle, ni dans le siècle à venir, Quand à Jésus il était un fils de l’homme comme Mohamet d’ailleurs.
    Des croyant comme vous ‘’’’R,’’’’ vous direz que Jésus n’était ni pacifique, encore moins pacifiste, qui, pour celui qui croit en Dieu, reste une liberté d’opinion et de la démocratie. Mais que vous nous montrez là où Jésus avait une épée à la main quand il enseignait la parole de Dieu dans ce monde ?

    C’est pourquoi, personne ne peut démontrer la violence guerrière de Jésus, sabre à la main, en train de massacrer des gens pour quelque raison que ce soit. Ainsi, a-t-on vu Jésus porter une épée en main un seul instant, ou même demander de frapper quelqu’un coupable de péchés ? Au contraire, disait-il que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre à la pècheresse. Ce qui permit de la sauver de la lapidation. Quand bien sentant ses ennemis s’approcher de lui dans le jardin de Gethsémani, Jésus n’a pas cherché à s’enfuir. Il a demandé que la volonté de son Père Dieu s’accomplisse, alors qu’il était envahi par le sentiment humain de la peur. Mieux, lorsque l’un de ses apôtres s’empara d’une épée pour trancher l’oreille d’un des soldats venus l’arrêter, il s’y opposa et remit l’oreille tranchée à sa place. Même sur la croix, il a prié pour ses ennemis, afin qu’ils soient pardonnés, car ils ne savent pas ce qu’ils font. Si on confirme sans hésitation qu’il Parlait en parabole c’est par exemple, ‘’’je suis venu jeter le feu sur la terre » (Luc 12,49) ; « Je suis venu non pas pour apporter la paix, mais l’épée » (Matthieu 10,34). Jésus traite ses contemporains de « race de vipères »(Matthieu 12, 34), manie l’imprécation (« Malheur à toi. »), chasse les marchands du temple de Jérusalem et les invective : « Ma maison sera une maison de prière, mais vous, vous en avez fait une caverne de bandits » (Luc 19,46). Il rudoie son premier disciple, Pierre, qui fait de lui le « Messie » annoncé par les prophètes juifs, mais un Messie « triomphant », en prononçant le fameux « Vade retro Satanas (Derrière moi, Satan) »(Marc 8,33). Jésus demande enfin à ses disciples de se munir d’une épée quand ils auront à témoigner de lui dans le monde"’’ qui n’est qu’une parabole.

    Contrairement au Coran, dans le nouveau Testament Jésus parlait toujours en paraboles, afin de donner les différentes interprétations idoines à chaque époque.

    Quand a Mahomet, armé d’épée ou de sabres, à la tête de ses apôtres, comme les Saha bas, Mahomet est monté à l’assaut des caravanes de commerçants allant vers Jérusalem. Mahomet en a ordonné pas moins de 67, dont 37 expéditions guerrières commandées par lui-même en tant que Général. Internaute ‘’’’R,’’’’ ceux qui obligent nos populations primaires à porter des voiles et pantalons au nom de l’Islam, comme toi qui les traite de mécréants par ce qu’ils ne sont des musulmans, vous n’êtes pas des vrais musulmans.

    Conclusion : Quelques musulmans eux-mêmes jouent à l’Autruche, se disant ne pas être concernés, car les terroristes ne sont pas de vrais musulmans. Pourtant, ils utilisent les paroles du Livre saint de l’Islam pour endoctriner et commettre leurs abominations qui ne viennent pas de DIEU. Ainsi, chacun fuit sa responsabilité comme toi, laissant le champ libre aux Djihadistes trafiquants de drogue et d’êtres humains, traumatisé des villageois comme à Souloungou au nom de l’Islam.

    Encore une fois, et ce qui ne regarde que Ka, les extrémistes ne représentent pas les musulmans du monde et encore moins ceux du Burkina ou ailleurs qui ont des approches très variées du Coran. Si tu me lit internaute ‘’’’R,’’’’ alors, sans rancune : Car, ce sont nos différences qui font la richesse du forum de Lefaso.net.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mars à 16:12, par koh En réponse à : Province de la Gnagna : Les communes de Liptougou et de Coalla, les fiefs des terroristes

    Il faut que les habitants de ces localités s’organisent pour se défendre. Comment quelques individus peuvent venir avec armes à la main et terroriser tout un village ? Ce qui est sûr ces bandits ne peuvent pas tuer tout le village. Nos FDS seuls ne peuvent pas sécuriser tout le pays. Il faut que tout homme valide soit un VDP

    Répondre à ce message

  • Le 30 mars à 19:25, par Bourdon En réponse à : Province de la Gnagna : Les communes de Liptougou et de Coalla, les fiefs des terroristes

    Merci pour cet article fort instructif. Vous évoquez à un moment des sources sur "les réseaux sociaux". De quel réseau social s’agit-il ? Est-il possible d’obtenir les pages sur lesquelles les informations ont été récupérées ? Je sais que vous êtes surement contraint au respect de la vie privée de ces sources, mais j’aimerais pouvoir les suivre afin d’avoir de plus amples informations dans le cadre de mes recherches.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Mali : Environ 300 militaires de la Force Barkhane mobilisés pour sécuriser un convoi de ravitaillement dans le nord
Recrudescence des attaques terroristes : L’État islamique au grand Sahara (EIGS) augmente son emprise au Liptako-Gourma
Attaque contre le village de Kodyel : L’Union européenne condamne fermement ces actes barbares
Recrudescence des attaques à l’Est : « Il pourrait y avoir un lien avec la mort d’Idriss Déby », selon Mahamoudou Savadogo, expert des questions d’extrémisme violent
Situation hebdomadaire des opérations de sécurisation : Huit terroristes neutralisés et du matériel récupéré
Région de l’Est : Deux VDP et plus d’une dizaine de civils tués à Kodyel
Opération Barkhane : Plusieurs terroristes neutralisés dans le Gourma
Insécurité : Le MPP appelle à un sursaut salvateur pour juguler le regain terroriste
Kompienga : Des journalistes occidentaux tués par leurs ravisseurs
Seno : Des attaques ont fait 20 morts dans plusieurs villages
Terrorisme : Interrogeons nos limites et tirons leçons du départ des soldats tchadiens de la zone des trois frontières
Opérations de sécurisation du territoire du 19 au 24 avril : Des terroristes neutralisés et plusieurs motos saisies
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés