Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un homme doit être assez grand pour admettre ses erreurs, assez intelligent pour apprendre de celles-ci et assez fort pour les corriger.» John C. Maxwell

Urbanisme au Burkina : « Aide-toi et le ciel t’aidera », enseigne Me Bénéwendé Sankara

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • vendredi 26 février 2021 à 23h35min
Urbanisme au Burkina : « Aide-toi et le ciel t’aidera », enseigne Me Bénéwendé Sankara

Le ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Ville, Me Bénéwendé Sankara, a animé une conférence de presse, ce vendredi 26 février 2021, pour annoncer les grands chantiers de son département. Des réformes sont attendues, a prévenu le ministre.

Après être installé aux affaires officiellement le 15 janvier 2021, Me Bénéwendé Sankara était face à la presse ce vendredi 26 février 2021 pour décliner les grands chantiers de son département. A l’en croire, il a été instruit par le président du Faso, Roch Kaboré, pour mettre en œuvre plusieurs réformes.

Le juriste de formation doit mettre en place une réforme des textes régissant le foncier urbain et rural, a-t-il dit. La contribution à l’évaluation pertinente du processus de mise en œuvre de la Réforme agraire et foncière (RAF) de 1984 à nos jours, est attendue. Pour Me Bénéwendé Sankara, il s’agit « d’en extraire le socle vertueux qui a permis la réalisation de multiples aménagements réussis » au Burkina Faso.

La promotion immobilière est l’une des patates chaudes entre les mains du nouveau ministre de l‘Urbanisme. Des voix se lèvent de plus en plus pour dénoncer des faits peu catholiques dans ce domaine. Me Bénéwendé Sankara semble en avoir conscience et fait la promesse d’entreprendre des révisions de plusieurs textes dont l’objectif global est « de mieux encadrer le secteur et en particulier l’activité de promotion immobilière avec pour but ultime d’offrir un logement décent à chaque Burkinabè ».

Pour le ministre Me Bénéwendé Sankara, les réformes doivent relever les défis et trouver des réponses aux nombreuses attentes des populations.

Quant aux autres réformes, il s’agit entre autres de la mise en œuvre des projets structurant dans chaque ville ; la création d’un environnement propice à l’accroissement de l’offre de logements publics et privé ; et l’élaboration et la mise en œuvre d’un programme quinquennal conséquent de production de logements sociaux et économiques en privilégiant les habitas à loyers modérés.

« Ce sont des capitalistes, ils aiment l’argent… »

« Aide-toi et le ciel t’aidera, prends en main ton destin, c’est ce que nous enseignons », a-t-il déclaré. Pour le ministre, le lotissement est d’abord l’affaire de la population et non celle des sociétés immobilières. « Quand j’ai rencontré les promoteurs immobiliers, je leur ai dit : quand on crée une société commerciale, c’est pour faire du profit, du business, ce n’est pas pour faire du social. C’est clair ! Ce sont des capitalistes, ils aiment l’argent ; plus ils en ont, plus ils en prendront »,a-t-il expliqué.

Des proches collaborateurs du ministre étaient présents à la conférence de presse.

Toutefois, lorsqu’il s’agit de « l’exploitation de la misère du peuple », le ministre, « en tant que sankariste », dit interpeller le peuple sur sa dignité. « C’est nous, puisque j’ai cette flexibilité d’être collé à nos traditions, jadis, on ne vendait pas la terre. Nos arrières grands parents ne vendaient pas la terre au Burkina. Mais aujourd’hui, la terre est devenue un instrument de thésaurisation », a-t-il indiqué.

Me Bénéwendé Sankara a reconnu que « la loi a blessé et a péché ». Il a rassuré que le gouvernement va s’assumer en arrêtant cette pratique. « Et de la belle manière pour que celui qui est avec la loi soit protégé. Celui qui n’est pas avec la loi, eh bien, ne comptez pas sur nous », a-t-il tranché.

Selon le ministre Bénéwendé Sankara, l’apparition de la notion « Ville » dans la dénomination de son ministère interpelle sur la nécessité d’une approche globale, du renforcement des actions de gouvernance et de cohésion urbaine des interventions des différents acteurs.

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 27 février à 00:39, par Sacksida En réponse à : Urbanisme au Burkina : « Aide-toi et le ciel t’aidera », enseigne Me Bénéwendé Sankara

    D’abord, nos encouragements au Ministre Benewende Sankara pour la mesure conservatoire qu’il a ete bien sur oblige de suspendre les traitements des dossiers face au desordre indecent et a l’accaparement des terres. A mon humble avis il faut reaffirmer que la terre est une propriete exclusive de l’Etat Burkinabe. Ainsi abolir la tendance a coutumiser ou feodaliser les terres et pour spolier le peuple Burkinabe. Ensuite, il faut appliquer bien sur le Programme National de Gestion des Terroirs en decoupant les 4 Zones a l’echelle des Villages : Zone d’abitations, Zone agricole ou de Culture, Zone d’elevage, Zone de bois ou de Forets des Villages du Burkina Faso ; et il faut s’en tenir aux respects strictes de l’objet d’utilisation de chaque Zone consernee. Deuxiement, il faut limiter le nombre des societes immobilieres sur la base d’un nouveau cahier de charges et de leur serieux dans le respect stricte des textes et de la Zone relatif au habitations. Beaucoup d’autres filieres economiques existent au Burkina Faso, ou bien sur les vrais promoteurs economiques burkinabe peuvent s’engager telles que : La tranformation des produits agroalimentaires, la promotion de l’artisanat tel que menuiserie, soudure metaliques et metaux,, les industries extratives, tapisserie, les textiles et les cuirs et peaux, la transformation des dechets plastiques, la confection des briques, des paves et des tuiles etc. Ils pourraient se regrouper en GIE pour travailler dans ces differents secteurs au lieu d’etre seulement des marchants de sommeil du Peuple Burkinabe ; ce qui est inacceptable car a long terme ca va provoquer des ’guerres civiles" dans cette situation ou une certaine jeunesse s’adonne au niveau du terrorisme pour se venger de l’injustice sociale de l’Etat Burkinabe. De meme, il faut fixer le prix des loyers et des terrains selon l’identification des zones dans les villes allant du minimum au maximum a ne pas depasser. C’est scandaleux car la terre est une creation de Dieu, et pour eviter des speculations captalistiques dangereux en brimant le Peuple, l’Etat doit devenir le Gerant exclusif des terres. En dehors des terres sacrees ou les chefs traditionnels font des rites coutumiers, si des chefs veulent des terres dans les villages bien sur qu’ils se soumettent strictement a loi comme tous les bons citoyens
    Je crois que c’est seulement a ce prix bien sur que l’Etat Burkinabe reintrodura l’integrite, la verite et la justice sociale dans notre societe en totale perdition et de maniere tres dangeureuse. Salut.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 06:51, par kiriki En réponse à : Urbanisme au Burkina : « Aide-toi et le ciel t’aidera », enseigne Me Bénéwendé Sankara

    J’ai lu juste les 2dernieres phrases. Vous savez, l’école n’apprends pas le pédantisme aux gens. Surtout lorsque votre mission a un caractère aussi technique, il faut faire appel aux personnes de ce domaine et même les personnes qui sont dans ces situations demande. Oubliez le gros français qui ne vous a apporté que incompréhension, confusion, échec. Arêtez de faire le cop. Parler un langage simple, léger, pour que tout le monde comprenne ce que vous dites. Me SANKARA, vous savez, vous étés appelés à gérer un problème du Bas peuple en fait. Vous vous souvenez vraiment de THOMAS ? Si oui, redescendez du gros français, et parler du problème en vrai. C’est tout ce qu’on vous demande.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 07:22, par SANOGO En réponse à : Urbanisme au Burkina : « Aide-toi et le ciel t’aidera », enseigne Me Bénéwendé Sankara

    Je pense que ça c’est un aveu d’impuissance de la part du gouvernement face à la problématique du logement et de l’accaparement des terres au BF. Mais nul n’est dupe (pas moi en tout cas) on sait qu’un simple gouvernement (n’en parlons de ministre) ne peut venir à bout de ce probleme dans un pays "democrtatique" comme Burkina ou rien ne compte si ce n’est l’argent. Moi je prefere plutot faire une proposition : à partir du moment ou c’est le gouvernement qui a lancé histoire de 40 000 logements il (le gouvernement) n’a qu’à racheter les cités construites par les stés imobilières et ceder ces logements à prix subventionnés aux populations

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 08:42, par LE COUSIN DU VILAIN En réponse à : Urbanisme au Burkina : « Aide-toi et le ciel t’aidera », enseigne Me Bénéwendé Sankara

    En plus il faudrait revoir les loyers car actuellement les prix sont trop vite montés. Une maison chambre salon avec douche et cuisine supérieur ou égal à 50 000 F C F A et une mini villa deux chambres salons, douche WC et cuisine entre 75 000 F C F A, 100 000 F C F A et voir plus. On est où là ? Monsieur le Ministre, montrez nous que vous incarnez l’idéologie du Président Capitaine SANKARA. Il faut amener une enquête et par rapport à ces prix vous allez demander à votre collègue des finances de fixer des taxes aussi comparativement aux coût des loyers au Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 09:37, par Sawadogo En réponse à : Urbanisme au Burkina : « Aide-toi et le ciel t’aidera », enseigne Me Bénéwendé Sankara

    Sankara,on compte sur vous pour que chaque burkinabe ai un terrain pour qu’il loge sa famille

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 10:13, par Gans-gans En réponse à : Urbanisme au Burkina : « Aide-toi et le ciel t’aidera », enseigne Me Bénéwendé Sankara

    Une seule chose et tout ce verbiage est résolu : l’informatisation du foncier Burkinabè, comme l’a prêché Mr BALA SAKANDE, c’est l’une des solutions concrètes pour désamorcer cette bombe foncière et immobilière.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 12:26, par James En réponse à : Urbanisme au Burkina : « Aide-toi et le ciel t’aidera », enseigne Me Bénéwendé Sankara

    Merci à Monsieur le ministre pour ce début.
    Si la terre appartient à l’état, mon souhait est que le prix des parcelles soient étudiés et une somme moyennante, raisonnable soit fixée par l’autorité pour l’acquisition des terrains aux citoyens.
    Les soi disant propriétaire terriens et les démarcheurs font de la terre leur binesse hors comme vous l’avez si bien dit, la terre ne s’achetait pas avec nos parents.
    Que ces démarcheurs trouvent d’autres activités lucratives et taches de compliquer la vie des citoyens.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 17:19, par HUG En réponse à : Urbanisme au Burkina : « Aide-toi et le ciel t’aidera », enseigne Me Bénéwendé Sankara

    Nous n avons a attendre de ce soit disant sankariste. Les promoteurs ont déjà atteint leur objectif. Le fait de suspendre leur activité est de la poudre aux yeux

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 17:51, par ollo En réponse à : Urbanisme au Burkina : « Aide-toi et le ciel t’aidera », enseigne Me Bénéwendé Sankara

    Pour résoudre le problème du foncier, il faut agir sur au moins 4 fronts :
    -  Revaloriser le salaire des travailleurs du public et du privé : la corruption et la débrouillardise de toute sorte est la conséquence du mauvais traitement du travailleur qui n’arrive plus à faire face au cout de la vie. Il faut que l’Assemblée Nationale fasse une enquête parlementaire pour apprécier la capacité du travailleur qui touche 250 000 en moyenne, marié avec 2 enfants à faire face à un loyer de 75 000 Fcfa par mois tout en projetant s’acquérir un terrain de 10 millions et y construire une maison de 10 millions durant sa carrière.
    -  Il faut taxer lourdement toute parcelle acquise pour des fins d’habitation mais exploitée à d’autres usages. Ces fonds serviront à construire des habitats à loyer modéré pour les travailleurs moyens.
    -  Il faut amener tous ceux qui ont pris de grandes superficies aux paysans à rétrocéder pour ne garder que la partie qu’ils peuvent objectivement exploiter. Pour les parties rétrocédées, l’Etat accompagnera les jeunes du terroir à installer des unités de production avec un cahier de charges.
    -  Il faut récupérer tous les terrains initialement destinés à des espaces verts ou à la construction d’infrastructures sociales.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février à 22:24, par Monsieur OUEDRAOGO En réponse à : Urbanisme au Burkina : « Aide-toi et le ciel t’aidera », enseigne Me Bénéwendé Sankara

    Cette situation résulte plus de notre gloutonnerie que des textes qui ne seront jamais parfaits. Si le domaine foncier national qui constitue un patrimoine commun de la nation et l’Etat en que garant de l’intérêt général, organisait sa gestion conformément aux 25 principes généraux énoncés à l’article 3 de la loi RAF de 2012 nous ne serons pas la. En principe on ne peut être attributaire plus d’une parcelle de même usage dans la même localité. Pays des hommes intègres que faisons nous ? L’informatisation n’est pas la panacée. Pensez-vous trouver le nom d’une personne plusieurs fois dans les documents d’attribution ? Combien ont établis des titres conformes à la loi ?. Aucun acquéreur de villas des cités de Bassinko ne dispose d’aucun titre d’occupation conforme à la RAF (PUH,titre foncier.°).? et restent redevables des droits de mutation Que dites vous des 105 000 parcelles irrégulièrement attribuées de l’enquête parlementaire et non encore disponibilisées ? Les déclarations et la réalité sont autres surtout que nous les burkinabè sont devenus experts en tout en lieu et place d’administration spécialisée dans son domaines. Ou sommes nous avec le bail locatif de 2015 et son décret d’application ? Dites nous au moins le nombre de baux signés et légalisés par les maires selon les décrets d’application.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février à 09:52, par Eli En réponse à : Urbanisme au Burkina : « Aide-toi et le ciel t’aidera », enseigne Me Bénéwendé Sankara

    Monsieur le ministe, le socialism n a jamais develloppe un pays.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars à 08:52, par Legrand En réponse à : Urbanisme au Burkina : « Aide-toi et le ciel t’aidera », enseigne Me Bénéwendé Sankara

    @Eli, Je suis tout a fait d’avis. Le socialisme ne peut jamais développé un pays.
    1- L’État n’est pas mesure d’attribuer des parcelles à toute la population. Il y’a ceux qui gagne et qui veulent troquer contre de l’argent. Permettez leur de revendre.
    2- Le prix de la location ne peut pas être plafonné, c’est en fonction de tes moyens tu loues le logement qui te convient. Partout dans le monde, le prix de la location augmente. Aussi, le coût de la construction augmente avec le coût de la vie.
    3- Ces jeunes qui vendent les superficies énormes dans veulent généralement travaillé la terre, ils veulent être employé et avoir un salaire à la fin du moi qu’il en soit ainsi

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Ramadan : La commission lune se réunira ce lundi 12 avril 2021
Jeûne musulman/Burkina : Ramadan market, une opportunité pour faire ses provisions à moindre coût
Agriculture : Un projet d’aménagement de la plaine de la Léraba pour améliorer la sécurité alimentaire dans les Cascades
Enfants en situation de rue : Une exposition-photo pour dire qu’une autre vie est possible
Lutte contre le cancer : Le Burkina Faso inaugure son premier centre de radiothérapie
Ouagadougou : La Police municipale rase une construction hors lotissement aux abords du canal Mogho Naaba
Burkina : La commission épiscopale « Justice et paix » organise un forum national sur la problématique du foncier
Féminisme au Burkina : « Nous ne voulons pas d’un courant qui cautionne le fait que des femmes transforment leur physionomie pour devenir des hommes », clame Dr Nestorine Sangaré
Prévention et gestion des conflits : L’association IQRA outille les responsables de ses cadres de dialogue
Evénement : Un panel pour un soutien aux initiatives et pour un ajustement des stratégies et des pratiques éducatives parentales
Burkina Faso : Un colloque sur la vie et l’œuvre du Cardinal Paul Zoungrana
Utilisation du gaz butane dans les taxis : « L’essence est plus dangereuse que le gaz », se défend le président des jeunes taximen du Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés