Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les obstacles sont les choses effrayantes que vous voyez quand vous détournez les yeux de votre objectif. » Henry Ford

Sorcellerie au Burkina : « Il faut réviser la législation pour la rendre véritablement répressive », recommande Bali Nébié.

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 23 février 2021 à 23h05min
Sorcellerie au Burkina : « Il faut réviser la législation pour la rendre véritablement répressive », recommande Bali Nébié.

Le sujet est d’actualité pourtant il demeure un tabou : la sorcellerie. Au Burkina Faso, plusieurs personnes, en particulier des femmes, sont victimes d’accusation de sorcellerie. Pendant plusieurs années, Bali Nébié, un professeur certifié en SVT (Sciences de la vie et de la terre) à la retraite, dénonce les « effets pervers » de cette sorcellerie. Cette démystification de la sorcellerie, il la mène avec la méthode scientifique.
Nous l’avons reçu sur le plateau de LefasoTV. Bali Nébié critique mais propose également des pistes de solution.


Lire aussi Sorcellerie en Afrique : « Les personnes accusées d’avoir mangé des âmes de personnes sont absolument innocentes », confie Bali Nébié


Question : Cryspin Laoundiki
Vidéo : Bonaventure Paré
Montage : Jacques Sawadogo

Vos commentaires

  • Le 24 février à 08:47, par Kenichi En réponse à : Sorcellerie au Burkina : « Il faut réviser la législation pour la rendre véritablement répressive », recommande Bali Nébié.

    M.NEBIE. la sorcellerie, ou magie noire est propre à l’Afrique . Je pense qu’au lieu de la combattre , nous Africains aurions pu chercher à l’orienter à notre avantage.. Les blancs ont améliorer leur magie blanche en fabriquant toutes sortes d’armes de défense et en volant vers d’autres planètes et etc.. On aurait pu nous aussi voler vers d’autres cieux, nous teleporter , lancer des missiles ballistiques. Mais comme nos sorciers sont combattus par des gens comme vous , helas, ils disparaissent avec leur technologie.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février à 08:59, par YAWOTO En réponse à : Sorcellerie au Burkina : « Il faut réviser la législation pour la rendre véritablement répressive », recommande Bali Nébié.

    Affirmer que la sorcellerie n’existe pas, c’est comme affirmer que les forces surnaturelles n’existent pas, c’est pousser une conception purement matérialiste du monde jusqu’à l’absurde, les faits prouvant clairement le contraire, autant vouloir nier l’existence même de l’âme, l’éternel conflit ( qui disparaitra un jour) entre la science et la religion. Comme tout ce qui relève de l’invisible, relève de la croyance et de la foi, le sujet demeurera toujours objet à polémique parce que n’ y ait accès que les initiés ; le profane se contentera des croyances auprès de ceux qui sont ou prétendent être initiés (qui garderons toujours le silence parce que tel est l’axiome du sage : OSER-VOULOIR-SAVOIR-SE TAIRE. Il en est ainsi des savants de la lumière comme de ceux des ténèbres.
    Le Christ a dit Mathieu 7:6 : Ne donnez point les choses saintes aux chiens, et ne jetez point vos perles devant les pourceaux, de peur qu’ils ne les foulent à leurs pieds, et que se retournant, ils ne vous déchirent.
    L’acquisition de forces surnaturelles donne la puissance, et la puissance sans la sagesse conduit à la destruction (sorcellerie), la force en elle même étant neutre, le résultat et le mode opératoire qui découle de l’intention du manipulateur, détermine in fine, la nature maléfique ou bénéfique de la force. Détruisez les fosses croyances, mais ne nier pas l’existence de la force, vous n’y arriverez même pas.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février à 09:10, par PARENT A PLAISANTERIE En réponse à : Sorcellerie au Burkina : « Il faut réviser la législation pour la rendre véritablement répressive », recommande Bali Nébié.

    Chaque personne a droit à la défense de ses droits et à la protection. Je pense que les instruments juridiques existent, il reste la mise en application. La grande question serait de comment légiférer objectivement sur un domaine qu’on ne connait pas, autant commencer par initier nos députés à la sorcellerie, en commençant par M.BALLA Sakandé ( c’est une idée qui m’a échappée). On pourrait pour se faire lancer un appel d’offre de service.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février à 11:09, par Passakziri En réponse à : Sorcellerie au Burkina : « Il faut réviser la législation pour la rendre véritablement répressive », recommande Bali Nébié.

    Mr Nebie aborde ici un pan de la sorcellerie, notamment cette partie où on parle d âmes mangées, qui ne touche que les femmes les plus pauvres et sans protection. Ou bien quelqu’un a déjà entendu que la mère du roi , la reine, ou la mère du Richard du village a été accusée de sorcellerie ? C est un machin duquel nous devrions rapidement nous départir. Les occidentaux ont aussi brûlé bêtement des femmes à une période de leur histoire. Et des morts par Wack, personnellement je crois qu une bonne partie n est que tromperie ( meurtre par empoisonnement)
    Dans ce sens il a parfaitement raison.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 24 février à 19:18, par Paul En réponse à : Sorcellerie au Burkina : « Il faut réviser la législation pour la rendre véritablement répressive », recommande Bali Nébié.

    Le propre de la sorcellerie est d’accuser les personnes les plus fragiles, seules, ou âgées et marginalisées dans les villages lorsqu’un malheur apparait comme décès d’enfants... Sinon, pour le commentaire 1 Kenichi. La sorcellerie existe partout et, probablement, depuis la nuit des temps. Elle a existé en Europe jusqu’au 20ème siècle, notamment dans les villages ! S’il faut compter sur cette dernière pour se développer, vous risquez d’attendre la nuit des temps !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Santé : « La dysfonction érectile est un signe de maladie cardiovasculaire », Dr Boukary Kabré, urologue-andrologue
Urbanisme au Burkina : « Aide-toi et le ciel t’aidera », enseigne Me Bénéwendé Sankara
Entrepreunariat : Les lauréats du « Prix Idrissa Nassa » pour l’innovation reçoivent leurs chèques
Frontière Côte d’Ivoire-Burkina : Des véhicules burkinabè interdits d’entrer sur le territoire ivoirien
Projet « Voix et leadership des femmes » : Equipe technique et bénéficiaires harmonisent leurs positions
Cité de la diaspora : Des souscripteurs reçoivent leurs clés à Ouagadougou
Cadre sectoriel de dialogue défense-sécurité : Fin d’une phase…, début d’une nouvelle ère !
Marchés agricoles : Les acteurs font le bilan du projet AMIAGRI
Ganzourgou : Le FONA-DR se dévoile aux travailleurs déflatés et retraités
Ouagadougou : Les demandes d’occupation de la voie publique suspendues
8-Mars, édition 2021 : Vers la mise en place d’un numéro vert pour dénoncer les cas de violences basées sur le genre
Santé : Le Burkina reçoit 134 milliards de FCFA pour quatre ans du Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés