Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les obstacles sont les choses effrayantes que vous voyez quand vous détournez les yeux de votre objectif. » Henry Ford

Coopération au développement : La France et la Banque mondiale, premiers partenaires du Burkina en 2019 en matière d’aides bilatérale et multilatérale

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • mardi 16 février 2021 à 14h30min
Coopération au développement : La France et la Banque mondiale, premiers partenaires du Burkina en 2019 en matière d’aides bilatérale et multilatérale

L’aide publique au développement au Burkina Faso s’est établie à 1 549 millions de dollars US en 2019 soit 900 milliards de FCFA environ. Cette aide a été octroyée sous forme de dons pour 65,6% et de prêts pour 34,4% et a été absorbée par cinq secteurs de planification dont l’environnement ; eau et assainissement ; la santé ; la production agro-sylvo-pastorale ; le travail, l’emploi et la protection sociale, et enfin le secteur de l’éducation. Mais qui sont ces partenaires en 2019 qui ont été d’un grand appui pour le Burkina ?

En 2019, l’aide publique au développement a atteint environ 900 milliards de F CFA, contre environ 860 milliards en 2018. Le rapport de la direction générale de la coopération a fait ressortir les dix premiers bailleurs de fonds du Burkina en 2019. En première position arrive la Banque mondiale avec un portefeuille de 331,90 millions de dollars, soit 21,4% de l’aide publique obtenue par le Burkina en 2019.

Elle est suivie dans l’ordre par le Système des Nations-Unies (11,4%), l’Union européenne (11,4%), la France (6,8%), le Fonds mondial (5,9), l’Allemagne (4,8%), les Etats-Unis (4,7), la Banque islamique de développement (4,3%), le FMI (3,2%) et enfin Banque africaine de développement (3,1%). L’ensemble de ces dix premiers détiennent 77,3% des parts contributives à l’aide publique au développement, soit environ 1196,33 millions de dollars.

Les partenaires techniques et financiers sont repartis en trois catégories d’aide suivant la source de financement, dont l’aide multilatérale, l’aide bilatérale et les aides provenant des ONG/AD (Associations de développement).

L’aide multilatérale a représenté 64,5% des aides

L’aide multilatérale représente 64,5% de l’aide publique au développement en 2019 au Burkina Faso. Au premier rang se trouve naturellement la Banque mondiale, qui a apporté à elle seule dans le cadre de l’aide multilatérale, plus de 331,90 millions de dollars en 2019. Elle est suivie dans cette catégorie par le Système des Nations-Unies et l’Union européenne avec respectivement 179,58 millions de dollar et 176,24 millions de dollars d’apport.

Le top 5 des partenaires techniques et financiers multilatéraux est clôturé par le Fonds mondial et la Banque islamique de développement. Les institutions financières panafricaines et sous régionales telles la BAD et la BOAD, occupent respectivement les sixième et septième places avec des contributions qui s’élèvent à 48,74 millions de dollars pour la BAD et 25,51 millions de dollars pour la BOAD.

Au niveau de l’aide bilatérale, la France passe devant avec une contribution à hauteur de 105,55 millions de dollars en 2019. Elle est suivie de l’Allemagne (74,10$), les Etats-Unis (73,23$), la Suède (36,35$), la Suisse (29,43$), le Canada, le Danemark, le Luxembourg, la Belgique et la Banque de Chine.

Quant aux ONG, le montant total de leur contribution s’élève à 76,09 millions de dollar en 2019, contre 64,61 millions de dollars en 2018. Dans l’ordre ce sont Compassion internationale, Plan international, Catholic reliefs services (CRS), Save the children, Wateraid, Helvetas Burkina Faso, Hellen keller international et Res Publica.

L’Allemagne, le chef de file des assistances techniques

En termes d’assistance technique dans la catégorie des autres formes de coopération, le nombre a plus que doublé en 2019, s’établissant à 334 contre 159 en 2018. L’Allemagne arrive en tête avec près de la moitié des assistances techniques soit 166. Elle est suivie du Canada (78 assistances techniques), du Luxembourg (34), du Danemark (25), de l’Union européenne (16), de l’UNFPA (10), de la France (03), de l’Autriche (01) et de l’Italie (01). Les assistances techniques sont encore appelées coopération technique pure ou autonome. En 2019, sa valeur a été d’environ 15,15 millions de dollars.

La course est relancée en 2020 et 2021. Qui va le plus apporter de l’aide au Burkina ? Quels seront les nouveaux partenaires qui viendront s’ajouter ? Le rapport de 2020 est attendu dans les mois qui suivent. Avec la crise liée au covid-19 et l’insécurité qui sévit, l’aide publique en 2020 est partie pour dépasser son niveau en 2019. Fort heureusement pour l’économie burkinabè, en 2019 des 1549 millions de dollars, les dons ont représenté 65,6% de l’aide totale.

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
IB Bank : L’agence Prestige inaugurée pour offrir plus de commodités aux clients
Maison de l’Entreprise du Burkina Faso : Le nouveau bureau du Conseil d’administration reçu par le Premier ministre
Premier CASEM 2021 du MINEFID : La relance économique au coeur des réflexions
Ecole nationale des régies financières (ENAREF) : Les élèves outillés à la numérisation de l’économie
Blanchiment de capitaux : Une tendance croissante au Burkina depuis 2016, relève le Conseil économique et social
Inclusion financière et numérique au Burkina : Sabine Mensah dresse un bilan satisfaisant
Distribution d’énergie solaire : La société « Mousstakbal Négoce » veut être le leader au Burkina et dans la sous-région
Union des chauffeurs routiers du Burkina : Le mot d’ordre de grève suspendu pour un mois
Transport routier : La grève du 22 au 26 février 2021 suspendue, informe le Regroupement des Mouvements du Burkina Faso
Burkina : Le Centre africain d’études supérieures en gestion (CESAG) délocalise à travers l’Ecole des affaires de la Chambre de commerce
Maison de l’entreprise : Oumarou Yugo installé dans ses nouvelles fonctions de PCA
Civisme fiscal au Burkina : Un forum national pour promouvoir la nouvelle stratégie
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés