Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve» Antoine De Saint-Exupéry

Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • mardi 16 février 2021 à 14h27min
Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

Il est dur de constater que, depuis 2008, le pays des hommes intègres a essayé de mettre un peu d’ordre dans les rémunérations des grands serviteurs de l’État. Non seulement cette volonté ne passe pas chez les premiers concernés mais en plus c’est une idée qui n’est pas partagée publiquement par les partis politiques et leurs militants.

Quelles sont les causes de ce refus persistant et obstiné de la majorité des ministres de se voir appliquer le décret 2008-891/PRES/PM/MEF du 31 décembre 2008 ? Alors qu’ils aiment à se présenter pour des patriotes qui viennent au gouvernement par amour de leur pays et de ses hommes et non pour les ors de la République !

Le Centre d’information, de formation et d’études sur le budget(CIFOEB) vient de mettre sur la place publique la rémunération des ministres et ses conséquences sur le budget. On peut parier que cela ne quittera pas les publications médiatiques et glissera comme de l’eau sur les costumes des ministres pour vite sécher dans l’indifférence générale. On se souvient que lors du grand débat vite avorté sur la mise à plat des salaires des fonctionnaires avec dans le viseur la suppression des fonds communs, les syndicats avaient demandé que ce débat ne concerne pas que les fonctionnaires mais la répartition des ressources de l’État en général pour voir les proportions du gâteau que chacun prend. De débat, il n’en eût point, de la suppression des fonds communs non plus. La ministre qui jouait à la sankariste en se présentant comme celle qui veut offrir de l’eau à tous et non du champagne à certains, a été priée d’aller le faire sous d’autres cieux ; puisqu’elle n’a pas renoncé elle-même au champagne. Et les choses ont repris leur cours normal.

Les ministres veulent être des serviteurs de l’État, sans s’oublier eux-mêmes

Chez-nous, la politique est une arme de conquête du pouvoir et de la richesse. Faire de la politique, c’est pour avoir : gloire, pouvoir et richesse. Et c’est pourquoi, l’argent prend de plus en plus de place dans la conquête du pouvoir. C’est un investissement qui peut rapporter gros, puisqu’une fois au pouvoir on peut prétendre à un salaire conséquent. Le salaire des ministres est de 1 155 000 Fcfa, c’est peut-être une broutille pour certains, mais il faut 33 mois de SMIG (2019) qui est de 34 644 Fcfa pour l’obtenir, soit plus de deux ans et demi de travail pour l’ouvrier. Mais nos ministres ne sont pas satisfaits du décret qui fixe ce montant. On va nous expliquer que tel ministre qui vient de telle institution internationale avait un salaire de 10 000 000 Fcfa, ou que tel enseignant d’université avait 6 000 000 Fcfa. À ce train, c’est l’exception qui devient la règle. Avec une telle pagaille dans la rémunération, quel est le principe qui fait l’égalité des ministres, peut-on avoir une collégialité dans ce gouvernement, où chacun a négocié son salaire, sa part du gâteau ? Qui est celui qui arbitre ses contrats d’embauche et sur la base de quels textes ? Quel sentiment d’équité peut se dégager de cette gestion ?

On entend des commentateurs dire que les ministres qui sont payés plus, le sont sur une base légale. Et pourquoi le gouvernement n’est pas transparent sur ces autres textes qui contredisent le décret ou le complètent ? S’il y a une base légale à ce traitement différentié, il faut la publier comme le décret.

C’est le gouvernement qui serait en faute par son silence, qui présente les autres comme des fautifs alors qu’il n’en est rien. Quoiqu’il en soit, la balle est dans le camp du gouvernement, et qu’il se rappelle du dicton qui dit « qui ne dit mot consent ». Sur la base du long silence passé on peut dire qu’il faudrait mettre fin à ses arrangements qui n’honorent ni ceux qui les pratiquent ni ceux qui en bénéficient, et se rappeler qu’être appelé au plus haut niveau de l’État fait de vous un serviteur de tous et particulièrement des plus humbles.

On peut trouver une excuse sociologique qui explique cette conception qui associe pouvoir politique et fortune économique. Celle de la conception traditionnelle du pouvoir qui est prégnante dans la société, où le « naam » (la chefferie) donne accès à tout. Cet atavisme culturel persiste dans l’imaginaire populaire encore. Nous sommes en République au Faso, mais les dirigeants ne se voient pas comme des serviteurs de l’État, mais des princes, des naaba (des chefs), des rois soleil, qui doivent avoir plus de prestiges, plus d’honneurs, plus d’argent que ceux grâce à qui, et pour qui, ils sont au pouvoir.

La rémunération est le premier des avantages où ils ne veulent rien concéder. Ne me parlez pas d’amour de la patrie, j’aime bien mon pays mais j’aime aussi l’argent, et c’est même un sacrifice que je fais pour ma carrière en venant au gouvernement, pensent-ils. Ce n’est pas une opinion individuelle, c’est un non-dit au niveau des partis. À preuve dans les programmes politiques et les promesses de campagne lors des dernières élections couplées présidentielle et législatives, à notre connaissance, aucun des partis politiques ne s’est engagé à respecter ce décret, où à baisser le montant du salaire des ministres.

Le Burkina Faso, n’est pas la Suède, où les politiciens ne veulent pas se servir en allant au gouvernement. Ils mettent un point d’honneur à être transparents sur tout ce que l’État leur donne. On ne demande pas à nos ministres de conduire eux-mêmes leurs véhicules comme au pays de Olaf Palme, car dans notre pays, compte tenu de la faible qualification générale, les chauffeurs des ministres sont utiles à la lutte contre le chômage.

Le document du CIFOEB qui circule sur les réseaux sociaux n’est pas à jour sur le nouveau gouvernement, car il manque des informations sur certains postes ministériels, il y a 20 alors que le nouveau gouvernement compte 33 ministres, dont 3 ministres d’État, dont celui de l’administration territoriale, celui de la défense dont les salaires sont plus élevés de 50 000F à qui le CIFOEB a donné 1 155 000 Fcfa. Il est difficile d’obtenir ces informations qui devraient être publiques, consultables en un clic de souris, parce que c’est un devoir de transparence nécessaire dans l’utilisation des fonds publics que nos responsables devraient accepter.

Plus de transparence dans la gestion des fonds publics

Le débat sur le décret numéro 2008-891/PRES/PM/MEF du 31 décembre 2008 portant rémunération du premier ministre, des présidents d’institution et des membres du gouvernement ne doit pas être vu et entendu comme une réclamation de la baisse des salaires des ministres, c’est une revendication de la transparence. Car les revenus des ministres contribuent aussi au développement de l’économie nationale. C’est une exigence de transparence et de la fourniture des informations au public.

Lors du compte rendu du Conseil des ministres du 16 avril 2020, pour participer à la mobilisation des ressources pour la lutte contre le Covid-19, le président du Faso a décidé de céder six mois de salaire, le premier ministre quatre, les ministres d’État deux et les autres ministres un mois. Le compte rendu ne dit pas où ces versements seront faits, ou si ce sera des retenues à la source. Comment vérifier que ces braves et généreux ministres qui ont battu le tam-tam pour dire qu’ils vont donner, ont donné ?

C’est le hic quand on parle d’argent, la transparence n’est pas toujours de mise. Et cela ne va pas pour les ministres seulement, on aime tous avoir des signes extérieurs de richesse, mais afficher sa feuille de paie, personne ne le veut. C’est cette mentalité qu’il faut changer, quand on a des pudeurs, on évite de se faire payer par les fonds publics car vous devrez montrer patte blanche.

Sana Guy
Lefaso.net
.

Vos commentaires

  • Le 15 février à 22:54, par COB En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

    Moi, j’aime bien les équipes professionnelles de football. Rarement, on en trouve deux qui ont le même salaire. Et pourtant c’est une équipe. Et elle gagne. Certains joueurs sont mieux payés que l’entraîneur et tout le monde est d’accord. Le joueur qui se sent lésé se fait embaucher ailleurs s’il peut. Et bien sûr que le joueur qui ne peut plus justifier son salaire prend la porte.
    Nous, nous voulons des gouvernement avec des ministres alignés sur le bas. Et on veut des résultats. Tiens ! Combien touche l’entraîneur des étalons et un directeur commercial à Orange Burkina ? C’est vrai qu’ils sont trop compétents pour être dans un gouvernement burkinabé.

    Répondre à ce message

    • Le 16 février à 12:01, par A qui la faute ? En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

      @COB, quel hors sujet ! Figurez-vous que nos dirigeants sont tous Sankaristes donc de bord communiste/socialiste et critique le monde occidental capitaliste. Démonstration : dans ces pays capitalistes l’écart en le salaire du ministre et le plus petit salaire du citoyen lambda n’est pas aussi énorme. 2) Dans ces pays le salaire du ministre et du président est clairement connu, et celui qui se fait prendre au-delà a systématiquement des problèmes avec la justice. 3)Dans ces pays les caisses noires et la corruption n’ont pas aussi explosées.
      Nous qui sommes le pays des hommes intègres, qui donnons des leçon d’intégrité, il est impensable qu’en pleine crise sociale, sécuritaire, économique les ministres ne respectent pas les textes. Personne n’est indispensable. Que celui qui gagnait mieux reparte et nous foute la paix.
      - La conséquence immédiate de cette situation est que ça amène tous les citoyens à passer par tous les moyens pour mettre le maximum d’argent dans leurs poches. Comment les commerçants et nos parents vont payer toutes ces taxes pour que le gouvernement se mettent l’équivalent d’un collège ou une maternité dans la poche chaque mois ?
      - Les petits brigands qu’on attrape chaque semaine, les jeunes terroristes, les jeunes prostitués sont la conséquence immédiate de cette situation. Les problèmes ne viennent pas du ciel ni de l’occident. C’est la malhonnêteté et la cupidité de nos dirigeants qui amène chaque citoyen à un moment à passer par tous les moyens pour se frayer un chemin. On parle d’un des pays les plus pauvres du monde alors qu’on a abondamment d’or et que la douane raquette, avec les taxes aussi qui explosent chaque année !!!
      Vous devez être l’enfant d’un ministre. Mais nous on ne mange pas chez vous

      Répondre à ce message

    • Le 16 février à 12:54, par issouf En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

      Ce n’est pourtant pas une prouesse ce que vous racontez. Ici les salaires sont légiférés alors que dans le football on discute et on convient. Vous devriez alors suggérer d’annuler les décrets qui instituent les salaires dont on parle sinon autant proposer que l’Etat fonctionne comme une jungle. Pourquoi les gens refusent de réfléchir ?

      Répondre à ce message

    • Le 16 février à 15:48, par Anta En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

      Ce n’est pas le montant qui cause problème, c’est le respect des textes. Les salaires des footballeurs ne sont pas fixés au hasard et ne viennent pas des ressoucres publiques.Si tu as ton entreprise et tu veux payer des milliards aux gens c’est ton problème.Mais l’argent du contribuable respectent des normes dans sa dépense. Il y a une grille salariale, une grille indemnitaire , même pour les fonds souverains il y a un texte.Pourquoi sortir du cadre de ces textes pour s’octroyer d’autres salaires. Ou alors qu’ils relise le decret pour qu’on n’en parle plus !

      Répondre à ce message

    • Le 16 février à 21:56, par RV En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

      Je vous demande humblement un résultat de ce gouvernement. Pardon un bon résultat. Le sujet est très grave pour qu’on fasse de l’humour. Qu’on ne nous parle plus d’incivisme. Franchement, je ne comprends pas Roch. Franchement !

      Répondre à ce message

  • Le 15 février à 23:06, par Momo En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

    Un minimum de rigueur aurait dû emmener les accusateurs à prendre en compte l’inflation dans leurs calculs. Quand on s’engage dans le terrain économique et comptable, les précautions ou la collaboration d’experts du domaine donnent du crédit au discours. Apprenons à travailler autrement si l’on veut avoir du crédit au-delà des zélés de tous bords. Pour faire simple prix de tôle de 2008, ce n’est pas prix de tôle de 2021. C’est admirable d’avoir retrouvé et compilé les données mais « le petit cube » a manqué à la fin. C’est donc ça mais c’est pas arrivé. Adjoignez d’experts de différents domaines et votre parole gagnerait beaucoup en crédibilité. Merci d’avoir osé et de nous fournir les chiffres pour l’analyse. Dommage c’est d’autres qui risquent de profiter de votre sueur.

    Répondre à ce message

    • Le 16 février à 07:31, par Welore En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

      Bonjour. En vous lisant on a l’impression que l’inflation ne concerne que les membres du gouvernement. Hé bien, sur ce même espace géographique, ils ne sont qu’une cinquantaine sur l’ensemble de la population 22 millions ou encore un très petit groupe sur environ 300milles personnes qui émergent au budget de l’État. Le journaliste a simplement dit que si il y a des textes complémentaires au décret de 2008 de publier et il a raison. Parce que les décrets se publient en général au moins une semaine avant sont entrée en vigueur.
      CIFOEB merci !
      Cher journaliste merci !
      Le faso.net merci ! Bonne journée

      Répondre à ce message

    • Le 16 février à 07:36, par Le Vigilent En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

      Cher Momo, vous avez tiré une leçon fort pertinente à la fin de votre commentaire : « Dommage c’est d’autres qui risquent de profiter de votre sueur ». Et si les gars du CIFOEB faisaient partie intégrante des « autres » ou si le CIFOEB avait tout simplement rempli un contrat passé avec les « autres » et reçu à votre partie qui lui est dur ?

      Répondre à ce message

    • Le 16 février à 09:05, par Wendmi En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

      Cher Momo, il est bien vrai que l’analyse peut n’est pas être complète ; mais parlant d’inflation, je pense qu’elle existe pour tous les travailleurs (du privé comme du public) et mieux ce sont les travailleurs à revenus faibles qui ressente beaucoup plus cette inflation. Ici, il s’agit du respect de texte règlementaire en tant hauts responsables. Comment comprendre que l’on demande on travailleurs de surseoir aux revendications d’ordre pécuniaire alors que soi-même on s’octroie illégalement des rétributions. Quelle image voulez-vous que le citoyen lambda ait de vous ? Je pense que le sujet devrait être traité avec beaucoup plus d’égard par le président et son premier ministre.

      Répondre à ce message

      • Le 16 février à 19:00, par Le Vigilent En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

        Wendmi, dites quels fonctionnaires du public ou du privé était rémunéré, durant la période 2016-2020, sur la base de barèmes de salaires et indemnités fixés en 2008 ? Êtes-vous sincères quand vous dites que le gouvernement est sourd face aux revendications des travailleurs ? Que l’on n’ait pas donné satisfaction à certaines revendications visiblement maximaliste, j’en conviens, mais dire que rien n’est concédé, c’est manquer d’honnetete.
        Est-ce que les rémunérations actuelles des magistrats, enseignants, médecins, financiers, policiers et autres encore par rapport aux salaires de ces différents en fin 2008 ?

        Répondre à ce message

  • Le 16 février à 08:25, par le révolutionnaire En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

    Je prends la défense du gouvernement sur les salaires attribués aux différents ministres. il faut simplement changé le DECRET pour le rendre conforme. Ce qu’il faut demander aux Ministres c’est de justifier leur salaire par le travail, par ce qu’ils auront contribué au développement du Pays. Chacun peut négocier son salaire il suffit seulement de justifier. Même à la fonction publique les travailleurs doivent être payé en fonction du travail fourni en fonction des résultats atteins et surtout l’impact de ces résultats sur le progrès du pays. Nimporte qui ne peut pas être Ministre donc chaque ministre doit négocier son salaire et on lui fixe un objectif à attendre. Si l’objectif n’est pas atteint non seulement il va rembourser l’argent mais en plus il n’aura plus de responsabilité au Burkina Faso. c’est la seule façon de résoudre le problème

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 09:52, par sidwaya En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

    Pour ceux qui n’ont jamais lu le DECRET N° 2008-891/PRES/PM/MEF du 31 décembre 2008, ci-dessous le draft disponible sur le net.!

    "BURKINA FASO


    Unité - Progrès - Justice
    DECRET N° 2008-891/PRES/PM/MEF
    du 31 décembre 2008 portant
    rémunération du Premier Ministre, des
    Présidents d’Institutions et des
    Membres du Gouvernement
    LE PRESIDENT DU FASO
    PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES

    Vu la Constitution ;

    Vu le décret n° 2007-349/PRES du 04 juin 2007 portant nomination du
    Premier Ministre ;

    Vu le décret n°2008-517/PRES/PM du 03 septembre 2008 portant
    remaniement du Gouvernement ;

    Vu le décret n°2007-424/PRES/PM/SGG-CM du 13 juillet 2007 portant
    attributions des membres du Gouvernement ;

    Vu la loi n° 006-2003/AN du 24 janvier 2003 relative aux lois de finances ;

    Vu la loi n° 013/98/AN du 28 avril 1998 portant régime juridique applicable
    aux emplois et aux agents de la fonction publique ;

    Vu la loi n° 019-2005/AN du 18 mai 2005 portant modification de la loi n°
    013/98/AN du 28 avril 1998 ;

    Le Conseil des Ministres entendu en sa séance du 24 décembre 2008 ;

    D E C R E T E

    Article 1 : Pour compter du 1er janvier 2009, la rémunération du Premier
    Ministre, des Présidents d’Institutions et des Membres du Gouvernement est
    fixée ainsi qu’il suit :

    A -Premier Ministre :

    - Rémunération brute mensuelle : 833 000
    - Indemnité de représentation : 300 000
    - Indemnité de fonction : 175 000

    1
    B - Présidents d’Institutions :
    - Rémunération brute mensuelle : 650 000
    - Indemnité de représentation : 250 000
    - Indemnité de fonction : 135 000
    - Indemnité de logement : 80 000
    - Indemnité compensatrice : 100 000 (eau, électricité, téléphone)

    C- Membres du Gouvernement :

    - Rémunération brute mensuelle : 650 000
    - Indemnité de représentation :
    o Ministre d’Etat : 250 000
    o Autres Membres : 200 000
    - Indemnité de fonction : 125 000
    - Indemnité de logement : 80 000
    - Indemnité compensatrice (eau, électricité, téléphone) : 100 000

    Article 2 : La rémunération ci-dessus fixée s’applique uniformément à toutes les
    hautes personnalités occupant les mêmes fonctions quels que soient leur
    provenance professionnelle et le niveau de rémunération antérieurement acquis.
    Elle fera l’objet d’un contrat individuel entre l’Etat et chaque personnalité appelée
    aux hautes fonctions.

    Article 3 : Eu égard à leurs fonctions particulières, seules ont droit à la gratuité des
    fournitures d’eau, d’électricité et de téléphone, les personnalités ci-après :
    - le Président du Faso ;
    - le Premier Ministre ;
    - le Président de l’Assemblée Nationale ;
    - le Président du Conseil Constitutionnel ;
    - le Médiateur du Faso ;
    - le Président du Conseil Economique et Social ;
    - le Grand Chancelier des Ordres burkinabè ;
    - le Président du Conseil Supérieur de la Communication.
    2
    Article 4 : Lorsque la personne avant sa nomination est employée dans une société
    d’Etat, une société d’économie mixte ou dans un Etablissement public de l’Etat, elle
    est d’office mise à la disposition de l’Etat et retrouve son emploi d’origine à la fin de
    sa fonction politique.
    Pendant toute la période de sa mise à disposition, l’organisme employeur continue
    de gérer la personne sur le plan administratif

    Article 5 : Le Premier Ministre, les Présidents d’Institutions et les membres du
    Gouvernement conservent leur rémunération et leurs avantages pendant une
    période de six (6) mois après la fin de leur fonction politique, sauf si l’interruption est
    consécutive à une cause autre que la fin normale de la fonction.

    Article 6 : Toutes dispositions antérieures contraires à celles du présent décret sont
    abrogées.

    Article 7 : Le Ministre de l’économie et des finances est chargé de l’exécution du
    présent décret.

    Ouagadougou, le 31 décembre 2008

    Blaise COMPAORE

    Le Premier Ministre
    Tertius ZONGO

    Le Ministre de l’économie et des finances
    Lucien Marie Noël BEMBAMBA

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 09:59, par SPC En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

    L’ analyse du journaliste SANA est très pertinente à mon sens. De deux choses l’ une. Soit on abroge le decret de 2008 soit on le révise. La loi est faite pour être respectée sinon pour quoi concevoir des textes de lois ? Il ne s’agit pas de demander aux Autorités du Faso de raser les murs mais de dire que l’ Exécutif doit donner le bon exemple en matière de respect des lois. La pédagogie par l’ exemple est la meilleure, disent les enseignants !

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 10:03, par BILII-BILI En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

    Il faut que le RENLAC se saisisse de ce dossier ! Tôt ou tard, il faut qu’ils remboursent cet argent ..même si c’est après 2025.
    Voilà des gens qui pensent que c’est parce qu’ils sont hyper intelligents que les autres Burkinabés qu’ils sont nommés.
    Mon ami, si tu es vraiment fort et que tu veux vraiment servir ton pays,deviens un EBOMAF..un NASSA..ALI BABA..un DIAWARA,..un DANGOTE. oubien si l’intelligence te déborde, il faut créer pour toi comme les BILL GATE ou le pétit de Face Book. Là tu auras tous les honneurs.Sans quoi, rester dans cette savane se cacher derrière la politique et vouloir se jouer les intelligents..rusés ;mon ami là ou toi tu vois , nous on dort labas.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 10:17, par Verité En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

    A regarder de très près il n’y a pratiquement rien à dire dans ces salaires. Je suis même pour qu’on double ces salaires pour les permettre de bien travailler. Nos journalistes sont en manque d’inspiration ; arrêter de chercher des poux sur des cranes rasés.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 11:22, par OCy En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

    Merci à l’internaute 1 et 2. Notre problème après l’insurrection c’est de blâmer, de diaboliser les gouvernants et les hommes en général. Comme des gens vont vouloir que des hauts cadres qui avaient 10 millions, 6 millions touchent 1.5 million parce qu’il y a un décret de 2008. Et les bonus des ministres sous la transition ? Sont ils illégaux ? Quand les syndicats revendiquent, ce sont la des revendications de patriotes, ni la presse ni la société civile ne bronchent. Publier par exemple tous les salaires des magistrats du plus hauts gradés aux plus petits, eux qui n’ont pas d’activités politiques et qui on eu des augmentations sur la base de la corruption. Un patriote se laisse t il corrompre ou bien les juges ne sont pas des patriotes ? Pour moi soit on annule ce décret de 2008, soit on alligme tous les agents publics sur les textes de 2008. Les gens d’aujourd’hui sont en majorité des jaloux, sans franchisse intellectuel.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 12:04, par CCCC En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

    SACRE GONDWANA :
    - les ministres sont payés au-delà de ce que la loi prévoit et dans les kiosques à café quand tu abordes le sujet on te dit que si tu n’es pas content, faut grouiller être ministre !
    - à diplôme égal, B qui vient de sortir d’une école de formation professionnelle est payé 04 fois le salaire de A qui a plus de 10 ans de service (et chaque année on diffuse les rumeurs de remise à plat pour calmer la frustration des MAL PAYES de la fonction publique)
    - dans certains ministères, on a des primes de tous genres et dans d’autres, la formule est "ça va aller".
    Ce que je viens de dire ne concerne que le Gondwana ! Il est situé à l’est, au sud du nord et à l’ouest du sud.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 12:11, par koh En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

    en rappel, sous la révolution, les ministres qui étaient appelés au gouvernement conservaient leurs salaires d’origine. et on leur ajoutait une indemnité de responsabilité. les salaires des particuliers qui était appelé au gouvernement était proposé.
    POURQUOI NE PAS FAIRE LA MÊME CHOSE. Cela ne fruste personne.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 12:32, par Passakziri En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

    Je souscris à l’analyse de l’auteur ;
    Je pense qu il ne faut pas dénaturer les débats. Le CIFOEB a fait un bon travail et il appartient à qui de droit d#en prendre acte. Beaucoup de Questions doivent à mon sens être repondues et ce serait au parlement d’interpeller le Gouvernement à justifier ces écarts. Comment un ministre qui doit percevoir la somme X se retrouve Avec la somme X+a chaque fin du mois ? qui a pris la décision de passer par X à X+a ? D’un autre côté je me demande si un médecin ou un Chauffeur qui a un salaire fixe peut, parce qu’il travaille à Tongomael ou a Kantchari se retrouver Avec un salaire de Y+b au lieu de Y et qui déciderait d’un tel changement ? je trouve les révelations très scandaleuses qu’une enquête parlementaire devrait rapidement tirer les choses au clair, sinon si chacun doit se servir dans les caisses de l’état , on se demande qui sert qui à la fin. je ne trouve aucune explication acceptable jusque là. Désolé.
    On ne demande pas aux " Serviteurs" ( pardon aux servis ) de l’état de vivre dans la clochardise. Non ;- S’il n’en tient qu’à moi, qu’on fixe leurs salaires à 50 millions par mois, mais il faudra que ce montant soit respecté. Sinon les lois et decrets on peut les jetter à la poupelle.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 12:52, par Kamjon En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

    Qu’est-ce qui empêche le Gouvernement actuel de réviser le fameux décret qui règlemente leur grille salariale, ce devrait prendre en compte les réalités actuelles ? Cela va permettre de dissoudre toutes ces questions et ces embrouilles qui empoisonnent les débats !

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 13:21, par KingBaabu En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

    Franchement ce decret est depasse. Ces remunerations doivent etre doublees, voire triplees. Inacceptable que dans le Burkina Faso de 2021, un ministre touche un salaire de 1million et demi. Si on continue comme ca, il n’y aura bientot plus personne de vraiment qualifie et capable pour accepter d’etre ministre dans ce pays. Il faut changer le decret, et Roch doit le faire avant de quitter la presidence en 2025.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 13:51, par Omar Dao En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

    Comme certains l’ont dit avant moi, ce qui choque, ce ne sont pas les montants reçus mais c’est le fait de ne pas respecter un texte alors que le Gouvernement est le garant du respect de l’ensemble des textes règlementaires du pays.

    Pour décanter la situation, je pense qu’il faut saisir la justice. Le RENLAC doit saisir la justice dans cette affaire.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 14:40, par figo En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

    Monsieur Vérité, restez dans le sujet. La question ne porte pas sur les montants des salaires mais plutôt sur le principe cardinal de respect des textes de lois. Certains intervenants ont fait de bonnes propositions : si la Loi n’est plus d’actualité (et là je suis d’accord avec vous) qu’on la révise tout simplement au lieu de la violer. C’est aussi simple que ça.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 14:51, par Paix et reconciliation En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

    Il faut qu’on arrête de parler de réconciliation de paix, laissons les choses évoluées naturellement. S’il s’agit des autres (ingénieurs de recherche et enseignants à temps plein) on brandit un faux décret et on demande de respecter ce décret, mais s’il s’agit de salaires de ministres c’est le silence total alors qu’il existe un décret qui fixe les salaires. Finalement qu’est ce que ces gens veulent pour ce pays ? la paix et la réconciliation ou le désordre ?.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février à 22:48, par jeunedame seret En réponse à : Fiche de paie : Pourquoi le salaire des ministres n’est pas dans le débat public ?

    Réponse : parce qu’ils s’évertuent à se moquer de la loi et de ses votants ; qui ne créent aucun mérite de respect après chaque cérémonie. Les gouvernants doivent jouir de leur pouvoir. Et les gouvernés doivent souffrir de leurs pourboires. C’est le Faso.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso : Le bilan des activités réalisées en 2020 jugé satisfaisant
Transparence dans la gestion des finances publiques : Un forum national se penche sur les mécanismes de contrôle citoyen
Projets et programmes au Burkina : La Banque mondiale revoit les outils et instruments pour améliorer son portefeuille
Entrepreneuriat : Les partenaires du projet JDEYA au Yatenga (Ouahigouya) satisfaits de sa mise en œuvre
Organisation mondiale du commerce : La Nigérianne Ngozi Okonjo-Iweala, nouvelle directrice générale, a pris fonction ce 1er mars 2021
Gestion des comptables publics : La Cour des comptes lance le « jugement accéléré » des dossiers
Forum de la Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE) : Un nouveau bureau pour plus de dynamisme
IB Bank : L’agence Prestige inaugurée pour offrir plus de commodités aux clients
Maison de l’Entreprise du Burkina Faso : Le nouveau bureau du Conseil d’administration reçu par le Premier ministre
Premier CASEM 2021 du MINEFID : La relance économique au coeur des réflexions
Ecole nationale des régies financières (ENAREF) : Les élèves outillés à la numérisation de l’économie
Blanchiment de capitaux : Une tendance croissante au Burkina depuis 2016, relève le Conseil économique et social
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés