Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les obstacles sont les choses effrayantes que vous voyez quand vous détournez les yeux de votre objectif. » Henry Ford

Coût salarial des gouvernements de 2016 à 2020 : Plus de deux milliards « servis anormalement », selon le CIFOEB

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • vendredi 12 février 2021 à 11h33min
Coût salarial des gouvernements de 2016 à 2020 : Plus de deux milliards « servis anormalement », selon le CIFOEB

Le Centre d’information, de formation et d’études sur le budget (CIFOEB) a rendu public le coût salarial des membres du gouvernement, au cours d’une rencontre avec la presse, ce vendredi 12 février 2021, à Ouagadougou.

Selon l’analyse du CIFOEB, globalement 4 354 811 505 FCFA ont été servis en moyenne comme rémunération salariale à l’ensemble des ministres de tous les gouvernements de 2016 à 2020.

« Par ailleurs, l’analyse des trop-perçus de salaire, au mépris des dispositions du décret, montre qu’en moyenne, le salaire de chaque ministre a été majoré de 1 068 886 FCFA », a indiqué le directeur exécutif du CIFOEB, Youssouf Ouattara.

En considérant la période du premier mandat du régime actuel, le montant total des trop-perçus de salaire au regard des dispositions du décret est ressorti à 2 090 741 505 FCFA, montre l’analyse du CIFOEB.

L’analyse du CIFOEB s’est fondée sur le décret numéro 2008-891/PRES/PM/MEF du 31 décembre 2008, portant rémunération du premier ministre, des présidents d’institutions et des membres du gouvernement.

Actuellement, si le décret n’est pas respecté, ce gouvernement pourrait percevoir 36 342 133 FCFA de trop chaque mois, soit l’équivalent du coût d’une maternité ou d’un bloc de trois salles de classe », conclut le document.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 12 février à 12:20, par Utam’si En réponse à : Coût salarial des gouvernements de 2016 à 2020 : Plus de deux milliards « servis anormalement », selon le CIFOEB

    Les premiers responsables s’entêtent dans l’incivisme(non respect des textes).

    Répondre à ce message

    • Le 12 février à 14:47, par R En réponse à : Coût salarial des gouvernements de 2016 à 2020 : Plus de deux milliards « servis anormalement », selon le CIFOEB

      Tôt ou tard, ces ministres qui ont été rémunérés au mépris des textes vont devoir rembourser leurs trop perçus. C’est une question d équité. Quand un fonctionnaire est admis à un concours professionnel, si on ne lui coupe pas ses indemnités pendant sa formation, après on lui fait payer le trop perçu. Tous les agents de l État connaissent ces 2 mots : trop perçu. Il n est donc juste que les ministres échappent à cette règle. Quant aux ministres qui ont signé des contrats non conformes au décret, je dirai que ces contrats sont illégaux. Vous allez devoir rembourser vos trop perçus. Moi je n’ai toujours pas compris pourquoi le Président Roch n a pas encore modifié le texte pour accorder de bons salaires ( salaire de oiseau rare) à ses ministres. Arrêtez l hypocrisie, n est pas Sankara qui veut

      Répondre à ce message

  • Le 12 février à 12:42, par SAWADOGO Yasmina En réponse à : Coût salarial des gouvernements de 2016 à 2020 : Plus de deux milliards « servis anormalement », selon le CIFOEB

    J’ai un problème avec mes frères financiers. Vous devrez savoir qu’il ya eu un nouveau régime qui est arrivé au pourvoir depuis 2016. Le président doit gouverner selon selon son programme et avoir des hommes de confiances autour de lui... Ne regardez pas la énumération des Ministres, regardés plutôt les nombreuses réalisations qui se font nuit et jour....en terme d’infrastructure....
    Je demande au pro Blaise de lui rejoindre à Abidjan et de nous laisser travailler....
    Le fonds commun que vous percevez indimment...pourquoi n’en faites vous pas cas....
    Laissez Rock travailler et nous construire en plus de routes, d’écoles et de dispensaires...
    Abas les jaloux...

    Répondre à ce message

  • Le 12 février à 12:49, par À qui la faute ? En réponse à : Coût salarial des gouvernements de 2016 à 2020 : Plus de deux milliards « servis anormalement », selon le CIFOEB

    Roch c’est une catastrophe pour la corruption particulièrement pour les premiers responsables du pays. Les politiques savent qu’ils ne risquent rien. Sinon le maire de Ouaga ne serait pas là tranquillos. Les Bouda ont dû faire quelque chose qui déplait en interne ; sinon quelques centaines de millions ne t’envoient pas en prison quand tu es du pouvoir. Chaque mois vous detounez une maternité pour après venir dire aux burkinabé normaux de faire des sacrifices ? Et on ne parle pas des passage de marché. Un pays qui traverse une crise sécuritaire qui tent la main, même aux pays que vous n’appréciez pas... L’intégrité ne vous concerne pas ?
    Vous devriez savoir que toutes les crises de ce pays sont dues à la misère

    Répondre à ce message

  • Le 12 février à 13:25, par ollo En réponse à : Coût salarial des gouvernements de 2016 à 2020 : Plus de deux milliards « servis anormalement », selon le CIFOEB

    Voilà qui va poser un gros problème de conscience au Ministre d’Etat, Ministre de la réconciliation nationale. Va-t-il faire du deux poids deux mesures. Pour les besoins de la réconciliation, Monsieur DIABRE a voulu jouer à l’apaisement en retirant sa plainte contre Monsieur COMPAORE Simon. Maintenant que va-t-il faire avec ces situations de trop perçus des gens supposés donner l’exemple en matière de gouvernance et qui passent souvent le temps à vouloir donner des leçons aux agents publics de l’Etat ! Et si l’on fait un rapprochement avec les 10 heures de cours de Monsieur BAZIE Bassolma, qu’est-ce que cela donne ? Doivent-ils oui ou non rembourser sur le principe de la réconciliation ? Sinon comment poursuivre le débat sur la réconciliation dans ces conditions ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 février à 16:17, par Adakalan En réponse à : Coût salarial des gouvernements de 2016 à 2020 : Plus de deux milliards « servis anormalement », selon le CIFOEB

    Détournement, corruption, i sécurité etc, le peuple burkinabè est en grande partie complice de ses propres malheurs. On voit tout et on fait rien. A qui la faute c’est une partie de la population se partage les richesses du pays. Vous êtes complice vous et moi

    Répondre à ce message

  • Le 12 février à 16:36, par tengen-biiga En réponse à : Coût salarial des gouvernements de 2016 à 2020 : Plus de deux milliards « servis anormalement », selon le CIFOEB

    De quoi mettre fin au débat sur la masse salariale ?

    Est-ce à ça que sert l’IUTS ?

    Les ministres ont le droit de se sucrer. Pas vous les pauvres travailleurs.

    Répondre à ce message

  • Le 12 février à 17:47, par Sidpassata Veritas En réponse à : Coût salarial des gouvernements de 2016 à 2020 : Plus de deux milliards « servis anormalement », selon le CIFOEB

    Voilà le seul domaine où il y a une crise nationale qui demande une réconciliation nationale, c’est le problème de la gestion rigoureuse du denier public. La corruption et le laxisme constituent un terrorisme pire que le djihadisme, parce que se terrorisme est comme un cancer qui ronge le cœur de la nation en ruinant tous les efforts.
    Quand sait que la majorités de paysans burkinabè grattent un sol aride et ingrat pour lui arracher de maigres récoltes céréalières pour leur survie annuelle, la preuve est faite que nos dirigeants sont sans cœur. Ils n’aiment pas leurs populations puisque le taux de leur rémunérations, même légale, le montre d’une manière écœurante. On a de la nausée quand, avec tout ce grand écart, des "erreurs" se produisent, non pas dans le sens du moins perçu, mais plutôt du trop perçu. Ces "bénéficiaires" n’en ont pas honte. Et au lieu de se précipiter pour s’excuser et restituer ce qui est perçu en trop, ils laissent à quelques disciples le soin de tenter de leur trouver des justifications. Que peut-on espérer de tels prédateurs qui détiennent le destin de la nation ! Dans ces conditions, faut-il encore s’étonner des frondes sociales qui durcissent ?!!!! Je suis révolté !

    Répondre à ce message

    • Le 13 février à 09:54, par Mafoi En réponse à : Coût salarial des gouvernements de 2016 à 2020 : Plus de deux milliards « servis anormalement », selon le CIFOEB

      Bien parlé@Sidpassata Veritas.Tu comprends mieux pourquoi tous ces charognards suceurs de sang sont tous là crier "réconciliation" à tue tête.C’est pour pouvoir encore vivre dans l’impunité la plus totale.Donc leur affaire de réconciliation nationale est une grosse escroquerie

      Répondre à ce message

      • Le 13 février à 18:32, par Ka En réponse à : Coût salarial des gouvernements de 2016 à 2020 : Plus de deux milliards « servis anormalement », selon le CIFOEB

        Mafoi : Heureux de lire. En disant que, ’’’’’Tu comprends mieux pourquoi tous ces charognards suceurs de sang sont tous là crier "réconciliation" à tue-tête. C’est pour pouvoir encore vivre dans l’impunité la plus totale. Donc leur affaire de réconciliation nationale est une grosse escroquerie,’’’’’’ tu as tout dis. Comme je l’ai déjà dit, s’il y avait une réelle volonté de créer les conditions de la réconciliation nationale, cela aurait dû être fait dès les premiers jours de l’installation du ministre de la réconciliation en allant voir la justice pour que les dossiers des crimes impunis accélères, a ne citer que celui de thomas Sankara, aussi demander que la corruption et les fraudes soient sanctionnés très sévèrement.’’’’ Et à mon avis, cette affaire de "réconciliation démagogique instrumentale" n’est que de la foutaise. "La réconciliation et le rassemblement, ‘’’oui"’ mais pas à n’importe quel prix. L’impunité n’est pas acceptable.’’

        Répondre à ce message

  • Le 12 février à 18:16, par HUG En réponse à : Coût salarial des gouvernements de 2016 à 2020 : Plus de deux milliards « servis anormalement », selon le CIFOEB

    Vous avez voté ce ancien nouveau pouvoir.Donc assumons car chaque peuple mérite ses dirigeants

    Répondre à ce message

  • Le 12 février à 18:58, par Le Vigilent En réponse à : Coût salarial des gouvernements de 2016 à 2020 : Plus de deux milliards « servis anormalement », selon le CIFOEB

    C’est bizarre que le CIFOEB se base sur un barème de salaires de 2008 pour tirer des conclusions sur des prétendus trop-perçus ut la période de 2016-2020. Le CFOEB serait plus crédible si, à titre de comparaison, il faisait cas de l’évolution des rémunérations des agents de la fonction publique sur la même période et en référence au niveau de ces rémunérations en 2008.
    Qu’en est-il des rémunérations des membres des gouvernements sur la période 2008-2014 par rapport aux barèmes fixes par le décret de 2008 ?
    Loin de moi un quelconque soupçon d’intention de nuire de la part des gars du CIFOEB !!!

    Répondre à ce message

  • Le 13 février à 10:42, par ollo En réponse à : Coût salarial des gouvernements de 2016 à 2020 : Plus de deux milliards « servis anormalement », selon le CIFOEB

    Attention et attention ! Il y a un virus plus dangereux pour l’Afrique que la COVID-19. C’est le virus du manque de vérité, de l’hypocrisie, de la lâcheté et de l’irresponsabilité. C’est un virus pernicieux et très destructeur. C’est ce virus qui a longtemps conduit les africains à rendre toujours coupables les autres de ses problèmes l..En dehors de l’Afrique aucun autre peuple au monde n’a jamais opté de se libérer d’un joug uniquement par les bavardages et les insultes et les critiques inutiles. . Le jour où les africains décideront d’agir face à leur destin, le vaccin sera tout trouvé et une nouvelle ère poindra pour ce continent..

    Répondre à ce message

  • Le 14 février à 13:46, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Coût salarial des gouvernements de 2016 à 2020 : Plus de deux milliards « servis anormalement », selon le CIFOEB

    Qu’on se comprenne bien : Il y a des incohérences et des injustices dans les traitements salariaux au Burkina.

    Mais braquer les projecteurs uniquement sur les salaires "négociés" des ministres est réducteur et tendancieux.
    Ceux qui ont rejeté le projet de remise à plat des rémunérations sont mal placés pour critiquer cette situation qui va bien au delà du gouvernement.

    De façon générale, le Burkina Faso est un des pays du monde où l’écart entre les plus gros revenus et les plus faibles sont les plus grands, public et privé confondus. Mais aussi où on est payés très différemment pour faire le même travail

    1°) Des fonctionnaires ayant la même catégorie, même échelon, même ancienneté ont des différences de salaires du simple au triple. Y a-t-il "trop perçu" ?

    2°) Dans un même ministère, des gens ne sont pas payés selon la grille de la fonction publique, et certains touchent plus que le ministre. Des magistrats gagnent plus que leur ministre de tutelle. Trop perçu ?

    3°) Dans des sociétés d’état, des sociétés mixtes, des établissement publics de l’état, des libertés existent avec la grille générale de la fonction publique et généralement à la hausse. Sans compter les "indemnités de téléphone" à la tête du client. Ko "autonomie de gestion"...

    4°) Les grosses sociétés privées de pétrole, de transit, de téléphonie, de mines, de médias, des ONG ont des salaires dont certains au dessus d’un salaire de ministre.

    5°) Plusieurs cadres "complètent" leur salaire par des activités parallèles (légales) de sorte que leur revenu total dépasse celui d’un ministre. Ils sont obligés d’y renoncer en entrant au gouvernement. C’est donc ce revenu total qu’ils revendiquent comme salaire.

    C’est cette situation qui se transporte au gouvernement, parce que les ministres se recrutent dans tout ce beau monde. Vouloir exclure les "gros revenus" limite beaucoup le choix.

    Ce battage médiatique est donc inutile et injuste si on ne corrige pas les autres inégalités, dont l’impact budgétaire est bien pire. Car ce sont des centaines ou milliers de personnes émargeant au budget de l’état qui sont concernées et non une dizaine de ministres.

    Tout ce qui va se passer, c’est qu’ils vont sortir un texte (s’il n’existe pas déjà) pour dire que si le ministre nommé touchait plus que ce que dit le texte, on lui servira l’équivalent de son ancien salaire. Point barre !
    On ne va pas détruire la vie de plusieurs "hauts" serviteurs de l’état pour satisfaire des gens.

    Maintenant, si on veut décider qu’il faut désormais être fonctionnaire "ordinaire" pour devenir ministre, c’est un choix aussi...
    Mais il faut penser qu’ils seront aussi plus corruptibles. Et se rappeler qu’avec un tel choix, des gens comme Roch Kaboré, Issouf Ouédraogo, Jean-Baptiste Compaoré, Ablassé Ouédraogo, Salif Kaboré, Lucien Bembamba, Kadré Désiré Ouédraogo, Tahirou Barry, Chérrif Sy, Rémi Djandjinou, Alpha Barry, Paul Kaba Thieba, Rosine Coulibaly/Sory, ne seraient jamais devenus ministres.

    P.S. : "On parait que" quand Roch Kaboré est passé de DG de la BIB à ministre, son salaire a... diminué !
    Yon wan sakdamin sida ?!?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Commission de l’Informatique et des Libertés : La présidente reçue par le Premier ministre
Cadre de concertation du CFOP : Eddie Komboïgo invite les partis de l’opposition à se manifester
Nécrologie : Le MPP pleure la mort de Martin Gustave Ouédraogo, directeur du siège national du parti
Burkina : Le président du Faso rencontre le Conseil supérieur de la magistrature
Aziz Dabo, vice-président de la NAFA : « Il faut toujours avoir du respect et de la considération pour ses adversaires »
Politique : L’UNIR/PS déclare son appartenance à la majorité présidentielle
Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré
Burkina : « Chacun est porteur d’une responsabilité pour cette réconciliation nationale », encourage l’émir Ousmane Amirou Dicko
Vie politique : Un ancien ‘’élément’’ de sécurité de Roch Kaboré lance son parti politique dénommé « Sidwaya »
Burkina : La CENI offre 400 ordinateurs à l’Office national d’identification
Burkina : Le MPP appelle la classe politique et la société civile à plus de solidarité et de dialogue
Burkina : Zéphirin Diabré échange avec la commission chargée de la réconciliation nationale sous la transition
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés