Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les obstacles sont les choses effrayantes que vous voyez quand vous détournez les yeux de votre objectif. » Henry Ford

Burkina : Ce que sous-entend le report du FESPACO

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • dimanche 31 janvier 2021 à 22h15min
Burkina : Ce que sous-entend le report du FESPACO

La 27e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) est reportée à une date ultérieure. C’est l’une des principales décisions prises par le Conseil des ministres du vendredi 29 janvier 2021.

« Le Conseil des ministres burkinabè a adopté la décision de reporter la tenue du Fespaco à une date ultérieure ». C’est en ces termes que le porte-parole du gouvernement, Ousséni Tamboura, a informé l’opinion nationale et internationale du report de ce grand rendez-vous continental du 7e art. Ce report s’explique selon lui par la situation sanitaire que traverse le pays .

En effet, le Burkina a dépassé la barre des 10 000 cas confirmés de Covid-19 depuis le début de la pandémie, le 9 mars 2020, pour 120 décès. De plus, il connaît, à l’instar d’autres pays de l’Afrique, depuis quelques mois, une deuxième vague plus importante que la première. Pire, le Burkina enregistre également d’autres variantes du Covid-19.

Face à cette situation, le gouvernement burkinabè a logiquement pris la décision du report du FESPACO, sans date précise pour sa tenue. Rappelons que dans ce contexte de crise sanitaire mondiale, le festival de Cannes et de la Berlinale, ces grands rendez-vous mondiaux du cinéma, ont été reportés.

Avec le Covid-19, très peu de productions prévues ont été réalisées. A cela s’ajoute la suspension, le report ou l’annulation pure et simple des tournages de certains films. Ce qui a causé d’énormes pertes sur toute la chaîne de production cinématographique africaine, argumente le ministre Tamboura. Ce que le délégué général du FESPACO, Alex Moussa Sawadogo, décrit en ces termes au micro de RFI : « J’ai vu un gros impact sur les tournages, les productions et les post-productions. Vous savez que pour la plupart des films africains, la post-production se fait au nord et la situation a empêché beaucoup de producteurs et de réalisateurs d’aller dans les pays européens pour pouvoir finir. Et donc, les post-productions locales n’ont pas pu tenir le coup. Par ailleurs, dans certains pays africains, il y a eu aussi des confinements et également des pays où des Etats étaient beaucoup plus concentrés sur la lutte contre la pandémie que sur le soutien des films. Tout le secteur cinématographique a donc été impacté ».

Un budget de plus d’un milliard de FCFA

La tenue de la 27e édition du FESPACO était l’une des principales préoccupations du ministère de la Culture, des Arts et de l’Artisanat. « Le budget de l’activité est d’un milliard trois cent millions FCFA alors que la dotation au titre du budget 2021 est de 500 000 000 FCFA, d’où un gap de 800 000 000 FCFA à rechercher notamment auprès des partenaires techniques et financiers », avait fait savoir en septembre 2020, le ministre de la Culture d’alors, Abdoul Karim Sango, devant la Commission des finances et du budget (COMFIB) de l’Assemblée nationale. Le ministre Sango plaidait ainsi pour des ressources beaucoup plus conséquentes pour la tenue du FESPACO de 2021.

Créé en 1969, le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) est devenu un rendez- vous international des acteurs du cinéma africain et de la diaspora. Il est devenu biennal en 1979 et donne l’occasion à chaque édition de voir plusieurs films de tous formats en compétition pour briguer la récompense suprême, l’Étalon d’or. C’est aussi une occasion de magnifier les talents africain (acteurs, réalisateurs, metteur en scène…), et une opportunité pour les jeunes acteurs de se faire connaître et émerger à travers de nouveaux contacts. Son annulation représente ainsi un coût dur pour ces acteurs.

Judith SANOU
LeFaso.net.

Vos commentaires

  • Le 31 janvier à 14:38, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Burkina : Ce qui sous-entend le report du FESPACO

    Hum...
    Ce QUI sous-tend ? ou
    Ce QUE sous-entend ?
    A la lecture de l’article ce serait plutôt le premier...

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 05:36, par l’observateur En réponse à : Burkina : Ce qui sous-entend le report du FESPACO

    grand merci Mr Sidpawalemde Sebgo, sinon je vous assure qu’on était un peu perdu en lisant cet article.

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 07:20, par Bra2fer En réponse à : Burkina : Ce qui sous-entend le report du FESPACO

    Les Génies du FESPACO ont encore frappé... hihihihi

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 10:45, par kouliga En réponse à : Burkina : Ce que sous-entend le report du FESPACO

    Report acté depuis le 12 octobre 2020. St Sango avait déjà rejeté l’organisation selon un plan A et un plan B proposés par la direction du Fespaco et validée par les professionnels lors d’un atelier INTERNATIONAL. le 13 octobre il rejette les résultats des travaux d’une rencontre voulue par lui même, parachute un DG qui logiquement veut bien du report pour mieux s’organiser. On va dire que la Covid a bon dos...
    croyez-le ou non, la survie du festival est fortement engagée !!! On parle de l’impact sur la production alors qu’il y a plus de 700 films déjà inscrits et que des initiatives rivales sont actuellement en cours dans d’autres pays ...je crois qu’on avait dit d’apprendre à vivre avec la maladie, non ???

    Répondre à ce message

    • Le 1er février à 12:07, par l’intègre, lui même En réponse à : Burkina : Ce que sous-entend le report du FESPACO

      @Kouliga, j’espère que tu comprends bien l’expression "parachuter un DG", connais-tu le profil et l’expérience de ce nouveau DG ? Attend de le voir à l’œuvre avant de porter des jugements précoces. Les initiatives rivales n’ont qu’à continuer, en attendant au BF, cherchons le bien-être de tous (en NOUS protégeant) dans notre situation de conditions précaires sur le plan plateau médical, FESPACO peut attendre, ce n’est qu’un report et ca ne sera pas la fin du monde.
      En attendant encore, respectons les mesures barrières.

      Répondre à ce message

  • Le 1er février à 14:55, par Alternative En réponse à : Burkina : Ce que sous-entend le report du FESPACO

    La nature ayant horreur du vide, une possibilité peut être d’envisager une organisation à la forme digitale comme alternative. Un espace en ligne pour les inscriptions et dépôts de films en compétition, un jury (les membres dispersés) qui regarde et se prononce en ligne, des conférences en ligne (webinaires), un espace publique en ligne (gratuit/payant) pour les cinéphiles avec une audience (pouvant voter) qui peut s’étendre sur toute la planète. Le modèle économique peut-être étudié.

    Répondre à ce message

  • Le 7 février à 17:17, par jeunedame seret En réponse à : Burkina : Ce que sous-entend le report du FESPACO

    Et si célèbre COVID nous défiait continuellement la vie avec autres variantes et chiffres terribles ; sous-tendrait-il la suppression du FESPACO ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Promotion et vulgarisation du Festival des Solidarités Internationales (FESTISOL) au Burkina Faso : Les acteurs de l’organisation en conclave à Ziniaré
Culture : Meek Man, un espoir de la musique chrétienne
Culture : Sana Bob, l’artiste qui a tout surmonté pour s’imposer dans l’arène musicale burkinabè
Musique : Maria Bissongo chante « Mousso », un hymne à la femme
Musique : La « Consécration » de Tiness la Déesse
Décès du musicien et économiste Ki Jean : Des proches témoignent
Artisanat : Instituteur de formation, Abdoulaye Ouattara fait de la teinture sa passion
Ministère de la Culture : Elise Foniyama Thiombiano Ilboudo demande les bénédictions du Mogho Naaba
Burkina : L’Académie nationale des sciences, des arts et des lettres accueille 18 nouveaux académiciens
Bi Nabié, artiste musicien : « La musique peut servir de catalyseur à la réconciliation entre des fils en situation de déchirement »
Culture : « La situation du cinéma aujourd’hui, c’est comme si on tombait du 50e étage », Evariste Pooda, directeur du cinéma et de l’audiovisuel
Ismo Vitalo : De chauffeur de bus à la prison, il trouve sa voie dans la musique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés