Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les obstacles sont les choses effrayantes que vous voyez quand vous détournez les yeux de votre objectif. » Henry Ford

Retrait de la plainte de Zéphirin Diabré : La naïveté politique des Burkinabè !

Accueil > Actualités > Opinions • LEFASO.NET • mercredi 20 janvier 2021 à 22h30min
Retrait de la plainte de Zéphirin Diabré : La naïveté politique des Burkinabè !

La volée de bois vert contre "monsieur tunnel" continue de s’hypertrophier comme le ventre d’un ballon de baudruche. À peine Zéphirin Diabré a-t-il décidé de pardonner Simon Compaoré, le 19 janvier dernier, dans l’affaire dite "Tranquillos" et de retirer ipso facto sa plainte déposée contre lui, que l’opinion s’indigne en traitant le "professeur du canal de Suez" de comédien, de celui-là qui est tombé bas, etc.

Les gens n’ont décidément rien compris. Ils écoutent Zeph mais semblent ne pas l’entendre. Ils ne sont pas en fait attentifs à l’évolution constante des différentes sorties médiatiques du chef des lions depuis sa nomination au département de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale. Et aussi au poids des mots qu’il utilise dans lesdites sorties.

Dès la présentation des vœux de son parti, Zeph a bien martelé qu’il a "tourné la page". "L’UPC a décidé de manière souveraine de répondre favorablement à la demande du président du Faso", avait-il ajouté. Plus tard, sur RFI, il ressasse : "Nous avons décidé de manière souveraine notre trajectoire" nouvelle. À y regarder de près, Zeph assume sans sourciller sa nouvelle posture et entend agir conformément à la logique de ladite posture.

Pour ce côté harmonieux de sa démarche, Zeph mériterait plutôt des vivats qu’un lynchage sur les réseaux sociaux. Comment voulez-vous qu’il agisse en contradiction avec sa nouvelle posture assumée et revendiquée ? Comment voulez-vous qu’il soit toujours à coûteux tirés avec le patron du MPP dont il a rejoint le gouvernement où il a la lourde mission d’apaiser les cœurs meurtris ? Ceux qui ont été surpris de ce coup de théâtre, n’ont manifestement rien compris de l’emphase avec laquelle Zeph fait ses sorties médiatiques.

Zeph et ses plumes de canard

Si tant est que l’affaire "Tranquillos" est une "délinquance d’État, n’est pas une affaire banale et dépasse les compétences de Zeph" comme le pense mon confrère écrivain Adama Siguiré, et relève plutôt de celles de la justice, le bon sens aurait voulu qu’on ne fît pas trop de ramdam suite au pardon accordé par Zeph à Simon.

En outre, même si le procureur ne s’est pas saisi de l’affaire au nom de l’action publique et que chacun de nous y a droit, le retrait de la plainte de Zeph qui veut être logique avec lui-même ne saurait avoir un caractère rédhibitoire à la manifestation de la vérité dans ce dossier. Étant donné que chacun de nous peut se substituer à Zeph pour porter la plainte en justice. Tout se passe comme si Zeph est l’homme providentiel par qui l’aboutissement de l’initiative d’une telle plainte, doit forcément passer.

Au contraire, le rebondissement de cette affaire met à nu la naïveté politique d’une partie du peuple burkinabè de croire que Zeph ne pactiserait jamais un jour avec le MPP et est le Jésus Christ du Burkina au parcours immaculé qui porterait seul sur la croix le fardeau du peuple burkinabè. Tout comme Zeph, tous les citoyens qui pensent qu’ils sont lésés dans cette affaire, devaient aussi porter plainte.

Dans tous les cas, Zeph, le KKB du Burkina, est résolument aujourd’hui dans la posture du canard dont les plumes sont insensibles à l’eau de la pluie des critiques dont il fait l’objet. C’est la caravane qui passe nonobstant les aboiements du chien galeux. Ceux qui n’ont pas encore compris le poids des mots choisis par Zeph pour sa communication, notamment qu’il a réellement "tourné la page" et a décidé "de manière souveraine" d’opérer sa volte-face, peuvent continuer de s’égosiller et de jacasser comme des pies borgnes sur le supposé coup de théâtre dont relève le retrait de sa plainte.

Ce coup de théâtre n’est d’ailleurs que le 2e (après son entrée dans le gouvernement) qui pourrait en annoncer d’autres. À ce titre, il n’est pas exclu qu’un jour, Zeph annonce à l’opinion que son parti se fond désormais dans le MPP dans la perspective de la formation d’un gigantesque parti qui règnerait des décennies au Burkina Faso. Wait and see !

Adama KABORE
L’écrivain chroniqueur iconoclaste

Vos commentaires

  • Le 20 janvier à 21:50, par HUG En réponse à : Retrait de la plainre de Zéphirin Diabré : La naïveté politique des Burkinabè !

    En tout cas si on ne prend garde on risque de ne plus accorder de crédit aux politiciens burkinabè

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 02:57, par Vérité En réponse à : Retrait de la plainre de Zéphirin Diabré : La naïveté politique des Burkinabè !

    Je suis d’accord avec ton écrit . C’est du propre. Zeph s’assume en toute souveraineté et conformément aux fréquences imprévisibles de la politique sous nos tropiques. C’est l’histoire du crocodile dans le cours d’eau où il nage. Quant à ceux qui insultent Zeph, je suis désolé mais il a eu raison et fini par comprendre comme le prof Bado que ce peuple à sa marque propre à lui . L UPC et le MPP ne tarderont pas à l aboutissement de cette fusion. Il n’y a même pas d ambiguïté à ce sujet et tant mieux. C’est du reste salutaire, l’important est que la gouvernance s’améliore

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 05:32, par ARMAND En réponse à : Retrait de la plainre de Zéphirin Diabré : La naïveté politique des Burkinabè !

    Monsieur l’écrivain une partie des Burkinabés est naïve mais la majorité est vigilante. Se réconcilier avec Simon et dire que celui qui a des problèmes avec Simon peut continuer sa bagarre est ce une réconciliation nationale ? Du reste Zephirin dit que ce n’est pas un arrangement entre politiciens. Nous lui faisons des concessions mais nous ne badirons pas avec les assassinats. Qu’il se rassure. Le peuple sait ce qu’il veut. Pas et plus de tueries banales au Faso

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 09:19, par kwiliga En réponse à : Retrait de la plainre de Zéphirin Diabré : La naïveté politique des Burkinabè !

    "Comment voulez-vous qu’il soit toujours à coûteux tirés avec le patron du MPP"
    Hum, coûteux, vous pensez ?
    Il semble que les prix aient été tirés vers le bas...

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 10:32, par BIGA En réponse à : Retrait de la plainte de Zéphirin Diabré : La naïveté politique des Burkinabè !

    La seule solution pour Zéphirin d’être élu un jour Président du Faso est de s’allier avec le MPP. Une fusion entre le MPP et l’UPC n’est donc pas exclue dans les prochaines années. Et si Zéphirin réussit sa mission de réconciliation, il pourra se présenter en 2025 au nom d’une coalition MPP/UPC ou du parti issu de la fusion des ces 2 partis. Il aura alors un bilan à présenter au peuple Burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 12:00, par sheikhy En réponse à : Retrait de la plainte de Zéphirin Diabré : La naïveté politique des Burkinabè !

    oui, oui... il faut laisser les gens seulement parler comme on aime le faire au Faso sans analyse profonde des situations et sans introspection pour eux-même. Qu’on aime Zeph ou pas, lui au moins s’assume en bien ou en mal. N’oublions pas qu’être politicien est avant tout un engagement et une ambition personnels.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 15:31, par Ka En réponse à : Retrait de la plainte de Zéphirin Diabré : La naïveté politique des Burkinabè !

    Très belle analyse Adama Kaboré ! Rien à dire... Certes, le titre devait être ’’’’Enfin Z. Diabré l’a compris’’’’’ Surtout Z. Diabré devait même demander pardon au président Roch Kaboré pour les violences que les revanchards qui étaient camouflés dans l’opposition et l’on poussé à faire involontairement.

    Avant d’aller plus loin sur cette analyse pleine de philosophie dont beaucoup de lectrices et lecteurs avalerons sans peine ; mais est ce qu’ils la comprendront pour en cerner la profondeur ? Je vais essayer de développer la philosophie d’Adama Kaboré, afin qu’un jour, nous cessions d’être aux abois si Z. Diabré le Bissa devient candidat du MPP contre celui qui était à télé avant les élections de Novembre dernier, en parlant en mooré face à un journaliste décidé de lui faire dire toute la vérité, et il a dit que ’’le Naam est toujours au côté de ceux qui l’on toujours eu,’’ je veux parler d’Eddie du CDP, introniser au trône de Bokassa pour son investiture comme candidat. Et quand mon ami Kôrô Yamyélé confirmait sur ce forum, ’’’que les chefs coutumiers mossis disaient a Blaise Compaoré pourquoi laissé Thomas Sankara un Silmimooga nous gouverné avant qu’on l’assassine, était une réalité.’’’

    Je Profite dire à mon ami Damis qu’en tant que conseiller d’état sans portefeuille, mes conseils ont toujours étés accueillis par toutes et tous, soit de la majorité comme de l’opposition, que ça ne déplaise à un internaute qui dit qu’il n’accepte pas les mensonges mais qui les avale comme une couleuvre en tant qu’un partisan déçu, et qui a la paresse de lire mes commentaires très longs. Et que toi mon jeune ami Damis, tu sais quel internaute partisan je veux dire, si tu le lis. Car il disait dans un de ses commentaires à Roch Kaboré de ne pas m’écouter.

    Oui ! A notre rencontre en Autriche, et parlant d’un parti politique qui sera la racine solide de l’alternance politique accès à toutes et tous les Burkinabé sans aucune appartenance ethnique, me disait son excellence le feu Salif Diallo ambassadeur du Burkina dans ce pays, c’est après l’insurrection et à l’élection de Roch Kaboré que j’ai analysé mot pour mot les dires du politologue né pour diviser et régner, avant de rassembler pour mieux régner.
    Et tous ceux qui en veulent a Zépherin Diabré, il fallait qu’ils commençaient en 2004 de dire à ceux qui voulaient accaparer le CDP pour leur bien personnel en déniant ceux qui ont fait ce parti comme Salif Diallo et autres de ne pas le faire. Pour dire que François Compaoré et ses copains qu’ils devaient prier a un moment pour que le trio n’embrasse pas leur nouvelle carrière d’opposants au CDP.

    Toutes les initiatives pris après avoir abandonné le CDP, témoignent de la volonté du trio de développer un parti politique avec des racines solides et accès à toutes les ethnies pour l’alternance politique durable de notre pays étaient bonnes, surtout pour aller à l’apaisement et à la paix. Car, la paix est un état de conscience supérieur que nous ne pouvons atteindre qu’en travaillant à rendre nos pensées et nos sentiments plus désintéressés et plus généreux.

    Oui monsieur Adama Kaboré, ceux qui en veulent à Z. Diabré avec les critiques de dénigrements, ne sont que du griotisme qui nous perdra. Comment peut- on au nom d’intérêt partisan adouber un homme qui sa vie durant, n’a fait que faire profiter aux autres du système ? Comment le père des Tunnels et des centres nucléaires considéré comme un homme clairvoyant peut se tromper ? Non, il sait ce qu’il fait. Il n’a pas la clé de la réconciliation, mais en tant que membre de la majorité, il a la clé pour affronter à travers un parti politique bâti pour une alternance politique accès à toutes et à tous, sans aucune appartenance ethnique, ceux qui prennent le Burkinabé pour leur bien personnelle.

    Conclusion : Comme je ne cesse de le dire dans ce forum, ’’’ Nous avons besoin d’une catharsis nationale sans tabous, il faut mettre sur la table la naissance ethnique de cette Nation, entrer dans sa sociologie ethnique et arriver probablement à la conclusion que tous les 63 ethnies du pays ont les mêmes droits et devoirs dans ce Faso. Car, il me semble que certains Burkinabé pensent hélas qu’ils sont détenteurs du titre foncier de notre pays comme si les autres étaient de manière circonstancielle des faires valoir ou des citoyens de seconde zone.’’’

    Son honorable Z. Diabré en acceptant de rejoindre la majorité comme désirait Salif Diallo, je pense que l’endoctrinement politique d’une part, a sa propre capacité à l’ouverture d’esprit et de tolérance d’autre part, qui enclenche à des degrés divers ce genre de comportement des hommes politiques qui prennent consciences de leurs erreurs. ’’’’ Oui, nous aurons évolué dans nos mentalités à faire de ce pays un vrai Faso quand un Bissa comme Z. Diabré sera candidat du MPP, ou un Dagara candidat du CDP, d’ici là, il y a un énorme travail à faire au sommet de l’état pour impulser ce changement, peut-être en cours avec Z. Diabré qui sera une colossale révolution à effectuer pour chacun de nos concitoyens, pour se sentir Burkinabé avant d’être Mossi, Bissa, ou Dioula. Nous n’avons qu’un seul choix, ’’celui de vivre ensemble sur notre Faso à tous, surtout pour nos enfants et les générations future.’’

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 20:06, par ÉTIENNE En réponse à : Retrait de la plainte de Zéphirin Diabré : La naïveté politique des Burkinabè !

    Naïfs, oui parce la population croit qu’il peut encore exister un homme en qui elle peut croire puisqu’il en a déjà existé. THOMAS SANKARA, Norbert ZONGO et bien d’autres, anonymes sans doute. Qu’il ait décidé d’aller à la majorité est son droit absolu. Décider de retirer sa plainte pour un ministre en charge de la réconciliation pour laquelle on a de légitimes suspicions d’impunité est une imprudence, ce d’autant plus qu’il ne s’est pas assuré auprès de la justice que Simon ne détenait pas d’autres armes de guerre par devers lui. Au demeurant, sa plainte visait-elle sa propre sécurité à lui ou celle de tous les burkinabés dont il avait, en tant que CFOP une certaine légitimité de contre-pouvoir ? Pour finir, je puis dire que le ton de ses récents discours n’est pas rassurant pour la réconciliation pour ceux qui veulent bien y croire.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Terrorisme : Les populations civiles sont les premières victimes, se désole Boubacar Samba
Burkina Faso : C’est le moment de réussir à construire la cohésion sociale ou périr, estime Elhadji Boubacar
Terrorisme : Un avenir difficile pour le JNIM et l’EIGS
Insécurité : La procédure de flagrant délit est-elle applicable aux actes de grand banditisme ? interroge le magistrat Zakaria Bandaogo
Burkina Faso : Bâtir un nouveau leadership, préconise le journaliste et consultant André Marie Pouya
Burkina : « Pour une réconciliation nationale vraie et sincère, aucun type de justice ne devrait être une fin en soi ! », foi de l’ATR/DI
Renaissance africaine : Un citoyen plaide pour « une Afrique de demain nourrie à la pensée de Cheikh Anta DIOP »
Sommet de N’Djamena : Fin de partie pour les terroristes, exulte Ibrahim Keïta
Limitation des partis politiques : Formons plutôt des « citoyens techniquement compétents et politiquement conscients », avise Ousmane So
Enseignement supérieur : Quelques pistes pour des institutions réellement au service du développement du capital humain
Djihadisme au Sahel : Propagation ou repli ?
Rencontre des pays du G5 Sahel et de la France : La communauté peule du Sahel lance un appel
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés