Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve» Antoine De Saint-Exupéry

Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

Accueil > Actualités > Opinions • Par Patinnema • lundi 18 janvier 2021 à 23h00min
Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

J’ai été amené à constater que la télévision nationale du Burkina Faso n’est pas entrée de la meilleure des façons en 2021. Est-ce spécial pour cette année que notre vitrine et porte-voix se soit laissée déconsidérée ? Je n’ai pas la réponse. Lisez plutôt !

Dans la nuit du 31 décembre 2020 au 1er janvier 2021 nous avons été choqués par les images de la RTB. Je passe le réveillon du nouvel an avec ma tendre mère. Son téléviseur est habituellement sur National Geographic Wild. Ce soir il est connecté sur la Radiodiffusion Télévision du Burkina (RTB). Comme dans la plupart des télévisions publiques généralistes du monde, il y a une émission spéciale de fin d’année. « Bye bye 2020 ». L’émission est subitement interrompue pour rediffuser le message présidentiel que je n’avais pas écouté. Après l’hymne national de fin, c’est un film qui prend le relais : « Le dernier Seigneur des Balkans ».

Cela m’intrigua mais je ne changeai pas de chaîne. Ma mère dans son sofa fait face au téléviseur. Entre temps elle s’était assoupie. Je pris mon téléphone pour réagir à quelques messages que je recevais car il était déjà le 1er janvier 2021 ailleurs. J’étais occupé à cet exercice quand j’ai été alerté du passage au nouvel an par les détonations de pétards. Je réveille alors ma mère en l’appelant et en lui disant qu’il était minuit. Dès qu’elle a redressé la tête, après quelques clignements d’yeux, toujours face à la TV elle déclare : « Voici ce que je déteste à la télé ! »

Je me retourne subitement je vois une scène d’érotisme explicite qui peut gêner surtout quand on est avec sa mère à 00:00 le jour de l’an. Je réponds par « Vraiment ! Bonne année Maman ! » Pendant qu’elle me formulait à son tour des vœux, je jetai un coup d’œil vers l’écran mural. La même scène se poursuivait et l’heure sous le logo de RTB 00:00. Une colère m’assaillit. Le 1er janvier 2021 à 00:00 c’est ce que la télé nationale montre. Incroyable. Il faut une preuve. « Excusez-moi Maman ! » Je me baissai vers la table pour ramasser mon téléphone pour faire des clichés.

Entre temps ma mère avait quitté la pièce me laissant songeur. Je ramassai la télécommande pour faire ce que j’aurais dû faire dès la fin du message présidentiel et de la non-reprise du Bye Bye. Avant, je fis deux derniers clichés qui célèbrent bien l’art vestimentaire turque.

Je laisserai la partie morale aux moralistes. Pas non plus l’intention de demander des excuses pour le moment familial perturbé. Mais tout de même, en tant que citoyen, je me permets de questionner le jugement des responsables de la RTB. Quel est le sens et le rôle d’une télé nationale dans notre contexte où notre cohésion nationale est ébranlée de l’intérieur comme de l’extérieur ? Pouvons-nous imaginer une télé turque ou autre diffuser à 00:00 du nouvel an un film qui traite du Burkina ou d’un autre pays africain ? Nous sommes entrés en 2021 en célébrant la bravoure de la Turquie d’antan. Une façon de souligner la pertinence de ces conquêtes d’aujourd’hui ?

M. Erdogan devrait décorer la RTB car la télé nationale de Turquie n’a certainement pas fait mieux. A-t-on un seul instant pensé à nos concitoyens qui sont à l’intérieur du pays où les options de divertissements sont limitées ? Que l’on ne me parle pas d’absence de ressources dans ce cas de la RTB ! Pourquoi n’avoir pas alors diffusé un film burkinabè déjà disponible ? Pourquoi pas un classique comme Buud-yam de Gaston Kaboré qui fait une majestueuse carte postale du pays dans sa diversité ? Bref, c’est une honte.

Cet épisode du réveillon ne fut d’ailleurs pas ma seule mésaventure télévisuelle en cette fin d’année 2020. J’ai été intrigué lorsque je me suis rendu deux fois dans une banque publique à Ouagadougou. Celle-ci diffusait en continu dans sa salle d’attente le programme d’une chaîne européenne. A chacune des fois, une émission dans laquelle des experts donnent des astuces pour séduire une femme... Cette matière étant probablement une ‘science universelle’, sa pertinence ne fait aucun doute dans une banque qui a vocation à financer le développement de l’agriculture du pays... je dis à haute voix que ce téléviseur aurait dû diffuser des images ou des reportages sur le potentiel agricole, les projets innovants dans le domaine, les produits financiers, … Bref, des sujets qui se rapportent plus à la raison d’être de cette banque et au développement du pays dans tous les domaines. Mes voisins acquiescèrent et firent des commentaires dans le même sens.

Quelques jours plus tard, soit le 31 décembre, lors d’une attente de 7 heures dans une salle à l’aéroport de Ouagadougou pour faire le test COVID-19, c’est la même chaîne de télévision qui est diffusée tout le temps. Je demande à mon voisin de circonstance, s’il n’eut pas été plus pertinent de diffuser des images du pays ? « Si, me dit-il, même si on a besoin de savoir ce qui se passe dans le monde ! » Tout est dit, notre formation nous a rendus plus universalistes que tout autre citoyen de n’importe quel continent. Être au courant de ce qui se passe ailleurs est tellement devenu important pour nous que cela frise l’obsession. C’est peut-être pour cela la Radiodiffusion télévision du Burkina (RTB) a décidé de sévir dans la soirée. Dans un pays qui vit une insurrection armée et dont la cohésion est à rude épreuve, ne peut-on pas profiter de cette soirée pour montrer quelque chose de rassembleur, de national ?

D’ailleurs, les terroristes et leurs alliés clament aussi qu’ils luttent contre l’occidentalisation de leurs sociétés. Ce n’est pas un refus des produits de la science et des technologies que promeut l’Occident. Il s’agit de ce qu’ils considèrent comme des dépravations de leurs mœurs. Une bonne partie de la population silencieuse et encore pacifique redoute également cela. Le nom « Boko haram » est tout un programme. Les analystes tendent à minimiser ce facteur des mœurs qui alimente aussi la violence. Les extrémistes légitiment cette violence en disant refuser des éléments culturels qu’ils désapprouvent. Quelques courageux penseurs comme Laurent BADO et Kemi SEBA le disent également. Le référentiel étranger comme norme indiscutable ne fait pas l’unanimité et il ne faut pas donner des arguments aux adversaires de notre mode de vie.

Un ami africain me dit qu’il n’est pas rare de trouver dans un service public dans nos pays bien aimés que les postes de télévision diffusent des émissions de chaines étrangères et hors africaines supposées internationales. Nous nous comportons comme si la communication était anodine et innocente dans ce monde où nous autres pays africains apparaissons comme des proies qui attisent la voracité des prédateurs de tout genre. Ce n’est pas vrai qu’un seul responsable digne de ce nom croit à l’innocence de ces « médias monde » ni celle de ces versions Afrique des journaux, radios et télévisions non africains. Si cet extraterrestre existe qu’il sache que ces médias, y compris les versions en langues africaines de certaines émissions n’ont d’autres but que d’occuper les mentalités et de les inoculer de toute sorte d’idées et de pensées dont elles ignorent les tenants et les aboutissants.

L’actualité internationale oui mais vue à travers des prismes qui reflètent des agendas pas toujours cachés. C’est cette vision subjective du monde que l’on promeut. Pourquoi les gouvernements français, allemand et anglais dépensent-ils respectivement 70 millions d’euros par an pour France 24, 200 millions d’euros pour Deutsche Welle et 600 millions d’euros pour BBC World ? Bien sûr, pour que les lettrés africains, autrefois appelés les évolués, puissent avoir accès à l’actualité internationale. Mais ce n’est pas ce que Jean-Pierre Raffarin avait dit à la création de France 24 : « Voulue par le Président de la République, la nouvelle chaîne […] favorisera l’expression d’une vision française plus que jamais nécessaire dans le monde d’aujourd’hui. »

Un député pourrait-il demander au gouvernement de justifier pourquoi on utilise des deniers publics pour payer pour des chaînes étrangères ? Même les hôtels devront faire l’effort de diffuser les chaînes nationales dans leurs halls et autre lobby. Libres aux clients de voir ce qu’ils veulent dans leurs chambres. Bien sûr que chez soi chacun peut regarder ce qu’il veut.

Mais de grâce que les maigres ressources du brave peuple ne contribuent pas à son propre égarement. On ne pourra pas se contenter d’un point de vu étriqué d’un ministre de la Culture qui résume la création artistique à un gagne-pain. Nombreux sont les Burkinabè qui attendent de voir les œuvres nationales : films, séries, documentaires, musiques centrées sur le développement. Et plus les productions nationales auront de l’audience, plus ils gagneront en visibilité, financement, améliorations, compétivité !

La domination du monde implique de grandes batailles culturelles et les investissements dans ce domaine sont immenses. Les batailles sont en cours. Nos attitudes amènent parfois à se demander dans quel monde vivons-nous et si nous n’avons pas perdu jusqu’à notre instinct de conservation !

Patinnema

Vos commentaires

  • Le 18 janvier à 12:46, par A qui la faute ? En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

    Il faut reconnaître que nos dirigeants n’ont pas besoin de faire d’efforts. Ils ont un peuple de moutons qui ne demandent qu’à se faire tondre. Comment allez-vous croire un seul instant en la sincérité des gens qui magouillent pour envoyer leurs enfants à l’occident et qui vous font chanter "impérialisme aba", qui boivent du champagne et qui vous répètent de consommer burkinabé, qui vont se soigner partout sauf au Burkina et qui font accepter qu’ils nous respectent.
    Mais comme nous sommes unanimement égoïstes et personne ne pense à l’avenir du burkinabé qui va naître dans 50 ans, nous allons élire tous les 5 ans les mêmes depuis une éternité.
    La vérité est que vous nos politiciens n’ont pas de vision. Ils disent ce que nous voulons entendre, et font exactement le contraire de ce qu’ils disent.
    Mais cher Monsieur, honnêtement, c’est la conséquence qui vous choque ou bien ce sont les causes qui devaient vous choquer ? De toute façon nous sommes en train de vendre tous les pans du pays au meilleur offrant : la Turquie, l’Arabie Saoudite, le Qatar, tous les pays rejetés par leurs propres voisins et leurs propres citoyens éclairés, nous leur déroulons aveuglement le tapis rouge contre des avantages individuels.

    Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 15:51, par Patinnema En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

      « Mais cher Monsieur, honnêtement, c’est la conséquence qui vous choque ou bien ce sont les causes qui devaient vous choquer ? »
      Les deux ! Je réfute d’ailleurs votre passage sur "un peuple de moutons " ! Tous les peuples sont partout pareils. C’est le leadership qui fait la différence. Dans notre cas ces leaders sont hélas comme vous le dites justement : "des gens qui magouillent".

      Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 12:47, par ali baba En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

    Merci M Patennema pour ton coup de gueule contre la RTB, je suis tout a fait d’accord avec toi. Tu n’étais pas seul et j’entais moi aussi sidéré de voir que le TNB diffusait des films comme si de rien n’était. J’espère que le DG de la RTB prendra les dispositions nécessaires pour améliorer les programmes pour le public burkinabè. En fait, il n’ y a pas la culture de résultat dans le comportement de nombreux fonctionnaires d’état

    Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 08:53, par Nidale En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

      Ailleurs, vous perdez votre poste de DG pour cette désinvolture. J’ai l’impression qu’au Burkina, il n’y a aucune orientation culturelle ; je dirait plutôt un seuil très faible de fierté nationale. Par exemple, il y a dix ans à Faso parc, l’animateur ne diffusait que de la musique sénégalaise en plein Ouagadougou pour nos petits ...burkinabè. J’ai fait le Sénégal il y a 20 ans et croyez moi, et si vous entendez la musique burkinabè sur leur média public, c’est un évènement.

      Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 12:49, par WES En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

    Patinnema ; très belle critique de ce qui s’es passé ce soir là. Comme vous le faites remarquer, c’est carrément toute une conception maladroite et inconséquente de la politique gouvernementale de la communication. C’est honteux !

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 13:25, par KABORE En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

    M. Patinnema Merci pour ces critiques qui sont très justes.

    Au que c’est gens prennent vos écrits comme une recommandation à mieux faire ils vont tenter de justifier ou penser que ce sont des propos politiques ou je ne sais quoi.

    Merci et bonne année !

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 13:54, par jeunedame seret En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

    Grand Merci Patinnema. Très patriotique comme opinion. Vraiment la RTB ? Je n’en étais pas au courant. Mais je suis atteinte dans mon orgueil de Burkinabè en lisant ce message. Dépersonnalisation, dépossession, destructuration, c’est l’image que nous réservent nos chaînes et bêtises aux lendemains de ce siècle des malheurs terroristes et colonialistes. Monsieur Patinnema, votre cri de coeur mérite une émission spéciale avec des entrevues aux responsables de la communication. C’est une stratégie d’instruction et de correction. Il faut vraiment que nos journaux en fassent un sujet à la UNE, avec des réactions des téléspectateurs ; et que madame la ministre de la culture et le directeur de la RTB apportent leurs mots. En attendant, j’aimerais lire la réaction du directeur de programme au moins. Car tout silence et toute indifférence à ce message d’identification insuffleraient le boycottage de l’écran RTB.

    Répondre à ce message

    • Le 18 janvier à 20:00, par Patinnema En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

      Croyez-moi, la rédaction de LeFaso.net a opté de diffuser 2 des 3 photos les moins choquantes dans le lot que je leur ai envoyé. Vous avez été épargné des seins nus, des fesses, ... tout y est. A la télé nationale !
      Vous avez raison, une réaction des autorités serait nécessaire pour nous permettre de comprendre quelque chose.

      Bonne année à vous,

      Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 14:12, par mkak En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

    Vous avez tout mon soutien pour ce coup de gueule. Etant expatrié, j’ai fait les memes constats que vous evoquez. Je suis fier de vous voir porter le mecontentement plus loin. Bravo !!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 14:19, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

    Très pertinentes observations. La culture et la communication ont été abandonnés, et les médias d’état ne sont plus considérés que des caisse de résonance pour donner écho aux "actions de développement" du régime en place. Comme s’ils voulaient nous dire : "Pour la distraction et l’information générale et internationale, allez vous abonner aux opérateurs diffusant des médias étrangers". Une erreur dramatique. Certaines antennes étrangères annoncent mêmes des évènements au Faso AVANT nos médias !

    Je disais tantôt que nous étions en train de perdre la bataille de la communication contre les terroristes parce que nous nous taisons et les laissons distiller leur "éléments de langage" dans les médias internationaux pendant que nous montrions des séminaires et des inaugurations.

    Mais j’ai une autre lecture de ce qui explique les programmations incohérentes de la RTB ces derniers temps. Je pense que nous avons affaire à un "mouvement d’humeur" qui ne dit pas son nom, un sabotage en bonne et due forme. Cela probablement dans le cadre de la guéguerre que se livrent les syndicats et leur ministère de tutelle. Une façon de dire : "Donnez nous plus de moyens, notre statut particulier et nos affectations si vous voulez du travail correct".

    Je voudrais ajouter que cela dure depuis des années maintenant. En particulier, vous remarquerez que les films qui passent à la RTB sont les mêmes depuis au moins dix ans ! Comment une direction des programmes peut-elle justifier une telle aberration sachant qu’en plus des recettes publicitaires, ils reçoivent une subvention d’état (que nous payons tous d’ailleurs sur nos factures SONABEL) ?

    Et dire que ce sont les mêmes qui étaient là sous la révolution et connaissent le pouvoir de la communication ! Vivement une reprise en main...

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 16:10, par ancien En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

    A quoi sert notre taxe télé prélevée depuis des années ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 16:59, par drd En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

    Personnellement, j’ai arrêté de suivre la RTB pour ma propre santé :
    - des documentaires étrangers que les auteurs mêmes ne regardent pas ;
    - un journal télévisé juste pour informer ; rien en terme d’esprit critique ;
    - des films dont presque tous les acteurs ne vivent plus.
    Je préfère suivre un documentaire animalier que de regarder des choses qui vont plus m’énerver que divertir.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 18:45, par KingBaabu En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

    Eh ! oui, mon cher Patinnema, c ;est cela le Burkina qui avance. L’irresponsabilite comme mode de gestion... Si ca se trouve, les preposes a cette tache avaient mis la chose en mode automatique pour aller ’’faire la fete’’, dans ce contexte de resurgence du Coronavirus 2.0. On regarde seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 21:34, par Baoyam En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

    On se demande effectivement si les responsables africains comprennent comment le monde fonctionne. Malheureusement bcp baigne dans l’aliénation mentale et tout ce que vous dénoncez
    leur semble normal. Regardez la partie internationale des journaux de la rtb : c’est une rediffusion de l’actualité produite par des médias occidentaux avec les commentaires intégrales. Y a t’il quelqu’un qui pense que l’information est neutre ?

    Merci pour le coup de gueule ! Le combat continue.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 06:43, par welore En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

    une heure sur une chaine privée vaut mieux qu’une journée sur RTB. je ne sait meme pourquoi les gens les régarde.
    la dernière fois j’ai régardé cette chaine c’était en 2017.
    merci beaucoup Mr Pateninma

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 09:24, par Le Pacifiste En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

    Je n’ai pas suivi la TNB ce jour là mais ce qui est dit dans ce écrit me laisse abassourdi à plus d’un titre : la ténébreuse (TNB) doit revoir sa copie

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 11:06, par CCCC En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

    Ce que vous regardez a une influence (positive ou négative) sur vous
    Ce que vous entendez a une influence (positive ou négative) sur vous
    Ce que vous croyez est déterminer par ce que vous voyez et entendez et ce que vous croyez détermine vos actes et vos actes déterminent votre avenir.
    Continuez à diffuser et écouter les points de vue des autres (le reste du monde) et vous réfléchirez et agirez comme les autres le souhaitent c’est-à-dire de parfaits consommateurs convaincus que vous êtes nés pour suivre les autres et que votre continent est pauvre pourtant vous dormez sur des ressources minières immenses. Pauvre Afrique !

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 11:28, par Somda En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

    Bravo et merci pour cette analyse pertinente. Le pire c’est que dans la pluspart des maisons, on zappe entre RTB et France 24. Le petit demon et son grand frere.
    Quand je suis a Ouaga, je regarde la chaine LCA qui diffuse presqu’exclusivement des films africains.
    Nous n’avons pas encore compris que les medias sont une arme puissante d’alienation et de domination.
    Tant que nous n’apprendrons pas de nos erreurs, nous serons condamnes a les refaire ad vitam aeternam.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 18:09, par boanga En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

    Merci à l’Auteur de ce coup de gueule. Je suis de la diaspora, résidant hors du pays depuis...1960 ! Chaque fois que je me connecte à la RTB pour les infos, c’est la tristesse et parfois la colère qui m’envahissent. Notre télé est la doyenne des télés nationales en Afrique francophone (depuis 1963), et elle traîne toujours dans la médiocrité. Tant que les Autorités de tutelle ne prendront pas courageusement la décision d’en faire une télé professionnelle, animée par des professionnels et dotée de matériel professionnel, la RTB continuera de nous servir des programmes de piètre qualité, avec un personnel peu créatif, revendicatif, incapable de traiter les informations livrées brutes aux téléspectateurs. Peut-être faut-il refaire un casting (recrutement) général pour renouveler le personnel, mettre les hommes et femmes qu’il faut à la place qu’il faut (compétence-résultat-mérite), encourager et sanctionner, renforcer régulièrement les capacités. Au lieu de nous servir de vieux navets européens, américains, indiens ou latinos, se déterminer à produire/consommer burkinabè, et prioritairement proposer des produits burkinabè, africains et, bien sûr, d’ailleurs. Sur la chaîne nationale, prioriser l’information, les débats de société, la formation civique, la large diffusion des œuvres et prestations culturelles, le sport..., et créer RTB2 pour les émissions en langues nationales, la publicité et le divertissement. La petite lucarne à la RTB à l’intention des sourds et mal-entendants a disparu pour quelle raison ? Je souhaite une refondation de la RTB sur les valeurs du travail, de la créativité, de la conscience professionnelle, d’une plus grande maîtrise de l’outil et de la langue de communication...Que la tutelle veille à mettre à la disposition des agents les instruments et les ressources nécessaires pour le travail d’investigation et les reportages sur le terrain.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 13:50, par Yampaala En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

    Refaire un casting (recrutement) général pour renouveler le personnel, mettre les hommes et femmes qu’il faut à la place qu’il faut (compétence-résultat-mérite), encourager et sanctionner, renforcer régulièrement les capacités.
    Sur la chaîne nationale, prioriser l’information, les débats de société, la formation civique, la large diffusion des œuvres et prestations culturelles, le sport..., et créer RTB2 pour les émissions en langues nationales, la publicité et le divertissement.
    TOUT EST DIT..

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 09:20, par Ka En réponse à : Quand la RTB célèbre la Turquie aux premières secondes du nouvel an

    Patinnema ; Belle remarque simplement citoyenne. Je retiens cette phrase qui m’interpelle : "Dès qu’elle a redressé la tête, après quelques clignements d’yeux, toujours face à la TV elle déclare : « Voici ce que je déteste à la télé ! » Oui il y a longtemps que chez moi à part les sorties du président ou les débats qui vont pour le peuple et l’avancer du pays, on oubli tous les autres programmes de la RTB. Et ta mère a raison, le programmateur ou programmatrice de la RTB oublie une seule chose, ’’90% de celles ou ceux qui regardent la RTB est une population primaire et illettré qui tiennent à leur culture. Et croyez-moi, l’illettrisme n’est pas signe de crétinisme, tout comme l’instruction n’est pas forcement signe d’intelligence ... il en va de même de la pauvreté et de la richesse. Je connais des villageois sans aucune instruction lumineux dans leur réflexion comme cette grand-mère, et des intellectuels bardés de diplômes mais sans aucun relief d’intelligence créatrice comme les programmeurs de la RTB qui ne savaient pas que les programmes du 31 Décembre au 1er janvier ne doivent pas ressembler aux autres. Et cette grand-mère disant ’’ voici ce que je déteste à la télé,’’’ est dites en ce moment par 90% de la population primaire qui regardaient la télé ce soir-là. Oui il est temps que cette RTB vire les incompétents et rénove cette RTB avec des idéologues en programmation des programmes télé, au bonheur des téléspectateurs.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Construire le pays sur le socle de l’intelligence collective, prône Jérémie Yisso Bationo
Burkina : Le découpage de l’administration territoriale doit être accompagné de la rationalisation des circonscriptions administratives, pense Sansan Tori Hien
Mali : Le Gourma vers une zone de droit
Décès de la députée Claudine Ouédraogo : Longue lettre à ma sœur défunte !
Terrorisme : Les populations civiles sont les premières victimes, se désole Boubacar Samba
Burkina Faso : C’est le moment de réussir à construire la cohésion sociale ou périr, estime Elhadji Boubacar
Terrorisme : Un avenir difficile pour le JNIM et l’EIGS
Insécurité : La procédure de flagrant délit est-elle applicable aux actes de grand banditisme ? interroge le magistrat Zakaria Bandaogo
Burkina Faso : Bâtir un nouveau leadership, préconise le journaliste et consultant André Marie Pouya
Burkina : « Pour une réconciliation nationale vraie et sincère, aucun type de justice ne devrait être une fin en soi ! », foi de l’ATR/DI
Renaissance africaine : Un citoyen plaide pour « une Afrique de demain nourrie à la pensée de Cheikh Anta DIOP »
Sommet de N’Djamena : Fin de partie pour les terroristes, exulte Ibrahim Keïta
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés