Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les obstacles sont les choses effrayantes que vous voyez quand vous détournez les yeux de votre objectif. » Henry Ford

Burkina : Hadja Ouattara, Madame « Digital » du gouvernement Dabiré

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • vendredi 15 janvier 2021 à 23h35min
Burkina : Hadja Ouattara, Madame « Digital » du gouvernement Dabiré

Reconduite dans le gouvernement Christophe Dabiré 2 à la tête du ministère en charge de l’Economie numérique, fonction qu’elle occupe depuis février 2017, Hadja Ouattara/Sanon n’ira donc pas occuper son siège à l’Assemblée nationale. Un voilier vient d’être ajouté à sa flotte : celui de la transformation digitale. Portrait.

Dans le milieu des geeks et de la société civile, elle est connue pour son penchant pour les logiciels libres et son « militantisme » à travers le Réseau africain des logiciels libres et l’Association burkinabè pour Linux et les logiciels libres dont elle est membre fondateur. Toujours au titre de la société civile, Hadja Ouattara/Sanon est membre accréditée auprès d’ICANN, la société d’attribution des ressources critiques d’internet. En matière de gouvernance d’internet, elle s’y connait pour avoir organisé depuis six années, à travers l’ONG Initiative TIC et citoyenneté, le Forum sur la gouvernance de l’internet.

Ingénieure des travaux informatiques, Hadja Ouattara/Sanon est un produit de l’École supérieure d’informatique (ESI) de l’Université polytechnique de Bobo-Dioulasso devenue Université Nazi Boni. Elle a étudié également au Centre international d’études supérieures appliquées (CIESA) du Canada. Elle prépare actuellement une thèse en informatique à l’Université Joseph Ki-Zerbo.

Parcours professionnel

Pendant une douzaine d’années (2005-2017) elle est administrateur des TIC au Centre d’analyse des politiques économiques et sociales (CAPES), structure rattachée à la Présidence du Faso, après avoir occupé le poste de webmaster et chargée de programme du Réseau de gestion des connaissances au Burkina (RGC-B). Pendant ce temps, elle occupe de 2013 à 2015 le poste de conseiller technique TIC du ministre du Développement de l’Economie numérique et des postes ; et de 2015 à 2017, le poste de secrétaire technique du Guichet virtuel unique de l’Administration publique (ST GVAP).

Acquis engrangés de 2018 à 2020

C’est de là qu’elle dépose ses valises au ministère en tant que premier responsable en remplacement d’Aminata Sana/Congo, aujourd’hui ambassadeur du Burkina au Brésil. Durant ses trois années passées à la tête du département (l’administration étant une continuité), plusieurs chantiers ont connu une avancée tels que la construction de 6 886 km de fibres optique dont 1 937 km exclusivement par l’État burkinabè ; l’acquisition de 20 Gbps supplémentaires de capacité de la bande passante internationale, culminant le total à 60 Gbps sur le territoire national.

La couverture en réseaux d’accès Internet (3G) est passée de 128 localités en 2018 à 148 sur les 343 localités, soit un taux de couverture 3G de 43,13% au 30 juin 2020. La réalisation de deux infrastructures de stockage de la bande passante internationale appelées, points d’atterrissement virtuel (PAV) à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso.

La transformation digitale

Élue députée dans le Houet sous la bannière du Mouvement du peuple pour le progrès, à l’issue des législatives du 22 novembre 2020, Hadja Ouattara/Sanon ne siégera pas à l’Assemblée nationale. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 15 janvier à 19:40, par Maria de Ziniaré En réponse à : Burkina : Hadja Ouattara, Madame « Digital » du gouvernement Dabiré

    Bravo pour Madame Digitale du Burkina pour le travail abattu. Dommage que le PF RMCK n’est pas encore prix conscience de l’importance stratégique de ce ministère qui devrait être un ministère d’état rattaché directement à la Présidence du Faso. Le Burkina doit saisir l’opportunité de la digitalisation pour régler structurellement son déficit d’infrastructure dans l’enseignement en investissant à fond dans l’enseignement à distance notamment pour l’enseignement supérieur ce qui éviterait de construire des cités universitaires, d’acheter des bus pour transporter les étudiants.....etc. Le paradigme de l’enseignement présentiel au niveau supérieur doit être vite abandonné au profit de l’enseignement à distance. Le Burkina doit également opter pour une politique ambitieuse de digitalisation des services de l’état pour faire un saut technologique majeur et réduire le nombre pléthoriques de fonctionnaires ( hors secteur enseignement et médical) qui sont agglutinés dans les bureaux climatisés, touchent mensuellement des salaires pour du travail qui n’existe pas. Madame Digitale devrait enfin conseiller le gouvernement pour faire auditer sans complaisance l’infrastructure réseau qui supporte les services digitalisés de l’état : le taux d’indisponibilité desdits réseaux est très élevé et inacceptable pour un pays qui veut faire des TIC un accélérateur de croissance et de développement. Bon vent à Madame Hadja Fatimata Sanon OUATTARA.

    Répondre à ce message

  • Le 15 janvier à 22:52, par Africa En réponse à : Burkina : Hadja Ouattara, Madame « Digital » du gouvernement Dabiré

    Il est heureux de compter cette femme scientifique dans le Gouvernement et de surcroît à la tête d’un département stratégique comme le sien. Cette grande Dame dégage une sérénité et une assurance contagieuse ; elle me renvoie à une autre scientique de renom, à savoir la physicienne Angela Merkel, chancelière de la Rèpublique Fédérale d’Allemagne, peu bavarde mais très efficace et refléchie.
    Le jour où le Burkina Faso aura produit en nombre suffisant des femmes de cette stature, on ne parlera plus de quota ; les femmes s’imposeront en nombre et en efficacité dans tous les rouages de l’Etat. Et ce sera tant mieux pour le pays qui gagnera en vertus d’honnêteté, de probité et d’équité. Je ne fais pas des affirmations gratuites à ce sujet ; il suffit de jeter un regard rétrospectif sur les femmes ministres depuis l’indépendance de ce pays. Acune n’a fait l’objet de grief sur la sincèrité et la probité dans la gestion de la chose publique. Au contraire, certaines ont été tellement intrangigeantes qu’elles ont payé le prix.
    Que Dieu nous ouvre les portes à brève échèance pour une arrivée massive des femmes dans la gestion de la chose publique !

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier à 21:14, par lagitateur En réponse à : Burkina : Hadja Ouattara, Madame « Digital » du gouvernement Dabiré

    C’est très rare de pouvoir allier beauté, intelligence et compétence. Ces trois qualités font de cette dame une valeur sûre pour notre pays. Elle forge l’admiration à tout moment.
    Bravo madame et félicitations pour votre reconduction au Gouvernement.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 10:46, par Anssara En réponse à : Burkina : Hadja Ouattara, Madame « Digital » du gouvernement Dabiré

    côté professionnel bravo y’a rien à dire sé l’une des plus compétente. côté élégance elle est la plus belle la plus coquette du gouvernement Dabire. qd elle parle sé pour dire des choses qui convainc bravo ma soeur. au moins toi tu ne dit pas des âneries

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Réconciliation nationale : Le parti « La Marche pour la patrie » souhaite la suppression du HCRUN
Commune de Loumbila : « Nous avons 31 villages et une quarantaine d’écoles », se félicite le maire
Conseil des frontières : Les membres se concertent à Ouagadougou pour donner un nouveau souffle aux activités
Justice au Burkina : « Construire ensemble l’Etat de droit et avoir une justice équitable », s’engagent les acteurs
Rencontre statutaire avec le Conseil supérieur de la magistrature : Le président du Faso félicite les magistrats pour le travail abattu
Commission de l’Informatique et des Libertés : La présidente reçue par le Premier ministre
Cadre de concertation du CFOP : Eddie Komboïgo invite les partis de l’opposition à se manifester
Nécrologie : Le MPP pleure la mort de Martin Gustave Ouédraogo, directeur du siège national du parti
Burkina : Le président du Faso rencontre le Conseil supérieur de la magistrature
Aziz Dabo, vice-président de la NAFA : « Il faut toujours avoir du respect et de la considération pour ses adversaires »
Politique : L’UNIR/PS déclare son appartenance à la majorité présidentielle
Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés