Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut savoir s’instruire dans la gaieté. Le savoir triste est un savoir mort. L’intelligence est joie. »  Voltaire

Conseil constitutionnel du Burkina : Trois "sages" prêtent serment pour un mandat de neuf ans

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • vendredi 8 janvier 2021 à 23h55min
Conseil constitutionnel du Burkina : Trois

Sophie Sow, Moctar Tall et Véronique Bayili sont les trois membres qui ont prêté serment ce vendredi 8 janvier 2021, au cours d’une cérémonie solennelle à Ouagadougou.

" Je jure de bien et fidèlement remplir mes fonctions, de les exercer en toute impartialité dans le respect de la Constitution, de garder le secret des délibérations et des votes, de ne prendre aucune position publique et de ne faire aucune consultation sur des questions relevant des compétences du Conseil constitutionnel ». C’est à cette formule que les nouveaux membres du Conseil constitutionnel se sont soumis, devant le président du Faso, garant de l’indépendance de la justice, et le Président de l’Assemblée nationale.

Selon les textes, la présence de ces deux personnalités est requise pour la cérémonie de prestation.

Proposée à cette nomination par le ministre de la justice,
Véronique Bayili est une magistrate de grade exceptionnel, qui siégeait déjà au Conseil constitutionnel, en achèvement du mandat de Bamitié Michel Karama, décédé le 12 mai 2019.

JPEG

Moctar Tall a été nommé par le président du Faso, dont il était jusque-là le conseiller spécial chargé des affaires juridiques. Enseignant à la retraite, M. Tall fut entre autres, directeur général de l’école nationale d’administration et de la magistrature (ENAM) de 2001 à 2012.

Quant à Sophie Sow, elle a été nommée par le Président de l’Assemblée nationale. Elle a occupé plusieurs hautes fonctions, dont celle d’ambassadrice du Burkina auprès de plusieurs pays.

Tous auréolés de distinctions nationales, ces trois entrants ont un mandat unique de neuf ans.

En rappel, le Conseil constitutionnel a pour entre autres missions, le contrôle de constitutionnalité, la régulation du fonctionnement des institutions et de l’activité des pouvoirs publics, le contrôle des partis politiques, le contrôle de la régularité des opérations référendaires et de révision de la Constitution, les élections présidentielle, législatives et la prestation de serment du président du Faso.

Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 9 janvier à 03:42, par LAMIZANA Souleymane En réponse à : Conseil constitutionnel du Burkina : Trois "sages" prêtent serment pour un mandat de neuf ans

    Chers(e) aînés(e), c’est avec beaucoup de joie que j’ai appris la nouvelle de vos nominations.Félicitations. Vos mérites ont été reconnus et cela fait me fait énormement plaisir.
    Qu’Allah puisse vous guider et vous assister tout au long de ce mandat.

    Souleymane LAMIZANA

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 04:44, par Yako En réponse à : Conseil constitutionnel du Burkina : Trois "sages" prêtent serment pour un mandat de neuf ans

    Seule Mme Bayili n’est pas membre du bureau politique du mpp les 2 autres sont casés du fait de leur appartenance au mpp de surcroît touvs les deux sont membres fondateurs du mpp.Vu que c’est des retraités il va falloir bien les récompenser d’une manière ou d’une autre.Dans la forme les textes ont été respecté mais dan le fond....Ça s’appelle république des copains. Yako

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 09:24, par OCy En réponse à : Conseil constitutionnel du Burkina : Trois "sages" prêtent serment pour un mandat de neuf ans

    Il est utile que le conseil constitutionnel se prononce sur constitutionnalité des augmentation de salaires ces cinq dernières années. Elles n’ont pas été faites sur des critères justes et crédibles mais sur la base de la loi de la jungle et sur des intérêts égoïstes et inavoués. En effet les syndicats ont profité de la pagaille sociale post insurrection pour mettre la pression sur les gouvernants.
    1er : les augmentations des magistrats sa été faites pour éviter la corruption dans le milieu judiciaire, il faudrait alors distribuer de l’argent à tous ces gens qui dans des difficultés se mettent à voler par exemple.
    2eme : la loi 013 devenue 081.qui consiste à faire de tous les agents publics des fonctionnaires a octroyé des salaires qui dépassent les salaires des contractuels aux fonctionnaires.
    3eme : vu le nouveau statut des magistrats des revendications de jalousie se sont poursuivis ces cinq dernières années provoquants des dépenses de dizaines de milliards par an qui auront dû sévir à plus de routes et autres infrastructures vitales. Il y a des gens qui méritent d’être interpeller pour crimes économiques des 5 dernières années.
    des agents publics n’ont même pas eu honte de comparer leur statut aux pays de la sous régions comme si le B F pouvait se comparer au Sénégal ou à la RCI par exemple. De même qu’un joueur de1er division au BF ne peut se comparer à un joueur de la sous région, africain, européen, ou ailleurs chacun de nous doit vivre selon les réalités de son milieu.

    Répondre à ce message

  • Le 9 janvier à 19:00, par Ka En réponse à : Conseil constitutionnel du Burkina : Trois "sages" prêtent serment pour un mandat de neuf ans

    Un conseil constitutionnel est le poumon de nos lois et ses articles : En prêtant serment devant cette institution de s’engager à bien, et fidèlement à remplir la fonction de ses membres, instaurez-vous dans le strict cadre du respect de la loi de notre pays. Bon vent aux nouveaux arrivants. Mes félicitations à Madame Sophie Sow, vous l’aviez mérité.

    Répondre à ce message

  • Le 10 janvier à 05:35, par @OCy En réponse à : Conseil constitutionnel du Burkina : Trois "sages" prêtent serment pour un mandat de neuf ans

    Le PREKA lui meme a reconnu que cette pagaille la vient de lui. Si on augmente pour les magistrats qui ne sont pas plus intelligents que les autres pour les empecher de voler, il faut aussi augmenter pour les autres pur les empecher de voler. Dans tous les cas, on a cvu qu’ on a mene la mauvaise lutte. Pour empecher qu’ on se laisse corrompre ou qu’ on vole, i ;l fallait frapper fort et donner l’ exemple. En augmENTANT DE FACON SURREALISTE LE SALAIRE DES JUGES, VOUS CROYEZ QUE LES AUTRES VONT S’ AsSEOIR ?
    Le PREKA est seul responsable de cette chienlit. Ne me parlez pas de jalousie. Ce n’ est pas unde notion rationnelle.. Parlez plutot de justoice sociale car ce qui est bon pour le juge ou sa femme ou son enfant est aussi bon pour le prof d’ universite, le militaire, l’ agronome, le financier, etc.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lotissement : Des populations de la commune de Liptougou s’insurgent contre les attributions anarchiques de parcelles
Mouvement d’humeur à l’ENSP : « Le fond du problème, c’est les réformes, l’universalisation et l’harmonisation des curricula », selon Dr Emile Paré
Eau potable à Tangaye (Région du Nord) : USAID réhabilite 10 forages pour les habitants
Allaitement maternel exclusif : Une campagne régionale lancée à Fada N’Gourma
Ministère des Ressources animales et halieutiques : Tegwendé Modeste Yerbanga officiellement installé dans ses nouvelles fonctions
Santé : Six chirurgiens orthopédistes-traumatologues, entièrement formés au Burkina Faso, prêts à servir
Sciences de la population : L’ISSP forme une trentaine de personnes sur l’analyse descriptive des données quantitatives
Sécurisation urbaine : Le Contrôleur de Police municipale, Aimé Bado rend hommage aux policiers municipaux du Burkina
Education au Burkina : L’Union nationale des établissements d’enseignement privés laïcs réclame ses dettes à l’Etat
Exclusion sociale pour cause de sorcellerie : La pauvreté, un facteur favorisant
« Sans un climat social apaisé, il ne sera pas possible d’atteindre les résultats escomptés », Emmanuel Ouédraogo, secrétaire général du SAMAB
Réconciliation nationale : « Tout le monde y trouvera son compte », se convainc le journaliste Lookmann Sawadogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés