LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Les Burkinabè placent l’insécurité, la santé, et l’eau à la tête des priorités auxquelles le gouvernement doit s’attaquer

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Publié le lundi 28 décembre 2020 à 08h30min

PARTAGER :                          
Les Burkinabè placent l’insécurité, la santé, et l’eau à la tête des priorités auxquelles le gouvernement doit s’attaquer

Les Burkinabè placent l’insécurité au top des problèmes les plus importants auxquels le gouvernement doit s’attaquer, viennent ensuite dans l’ordre, la santé et l’eau, selon la plus récente enquête d’Afrobarometer. En fin, mais pas les moins importants, suivent l’insécurité alimentaire, le chômage, et l’éducation.
Dans un contexte marqué par des attaques terroristes, les citoyens expriment ainsi leur inquiétude quant au problème d’insécurité. Les besoins fondamentaux tels que la santé et l’eau se trouvent encore loin d’être comblés et la pandémie de la COVID-19 en a mis les défis à nu.

L’enquête montre également que les citoyens pensent que la création d’emploi devrait être la plus haute priorité du gouvernement si les autorités décident d’augmenter les dépenses publiques pour les programmes en faveur des jeunes.
Ces données Afrobarometer présentent au Président du Faso des pistes de politiques chères aux yeux des Burkinabè qu’il pourrait considérer durant son nouveau mandat dont il vient d’être crédité.
Résultats clés

§ Les problèmes que les citoyens burkinabè mentionnent le plus fréquemment comme priorités pour l’action gouvernementale sont l’insécurité (cité par 56% des répondants), la santé (50%), et l’eau (39%). Alors suivent l’insécurité alimentaire, le chômage et l’éducation (Figure 1).
§ Si le gouvernement devait augmenter ses dépenses pour les programmes d’aide aux jeunes, les Burkinabès mentionnent la création d’emploi (38%), suivi de la formation professionnelle (27%), l’éducation (14%), et les prêts à la création d’entreprises (14%) comme étant les secteurs au niveau desquels il faudrait investir prioritairement.

§ D’ailleurs, six Burkinabè sur 10 (62%) seraient « quelque peu » ou « fortement » favorables à l’idée d’augmenter les impôts ou taxes afin de pouvoir soutenir des programmes d’aide aux jeunes (Figure 3).
Enquêtes d’Afrobarometer

Afrobarometer est un réseau panafricain et non-partisan de recherche par sondage qui produit des données fiables sur les expériences et appréciations des Africains relatives à la qualité de vie, à la gouvernance, et à la démocratie. Sept rounds d’enquêtes ont été réalisés dans un maximum de 38 pays entre 1999 et 2018. Les enquêtes du Round 8 en 2019/2021 sont prévues pour au moins 35 pays. Afrobarometer réalise des entretiens face-àface dans la langue du répondant avec des échantillons représentatifs à l’échelle nationale.

L’équipe d’Afrobarometer au Burkina Faso, conduite par le Centre pour la Gouvernance
Démocratique, s’est entretenue avec 1.200 adultes citoyens du Burkina Faso en décembre

2019. Pour assurer la sécurité des agents enquêteurs, Afrobarometer a ajusté son échantillon initial en remplaçant 12 communes dans les régions du Sahel, de l’Est, du Nord, du Centre Est, et de la Boucle du Mouhoun par des communes plus sécurisées à l’intérieur des mêmes régions. Alors que ces substitutions pourraient avoir un léger impact sur les réponses à certaines questions (telles que celles liées à la sécurité), cette approche n’entache pas la représentativité de l’échantillon ni au niveau national ni au niveau régional.

Un échantillon de cette taille produit des résultats nationaux avec des marges d’erreur de +/-3 points de pourcentage à un niveau de confiance de 95%. Des enquêtes précédentes ont été réalisées au Burkina Faso en 2008, 2012, 2015, et 2017.

Figures
Figure 1 : Problèmes les plus importants|Burkina Faso|2019

Question posée aux répondants : A votre avis, quels sont les problèmes les plus importants auxquels le pays fait face et auxquels le gouvernement devrait s’attaquer ? (Jusqu’à trois réponses par répondant, raison pour laquelle les pourcentages somment à plus de 100%).

Figure 2 : Investissement pour les programmes d’aide aux jeunes|Burkina Faso|2019

Question posée aux répondants : Si le gouvernement pouvait accroitre ses dépenses dans des programmes d’aide aux jeunes, lequel des domaines suivants devrait être de la plus haute priorité pour des investissements additionnels ?

Figure 3 : Augmentation des impôts ou taxes en faveur des programmes d’aide aux jeunes|Burkina Faso|2019

Question posée aux répondants : Si le gouvernement décidait d’augmenter les impôts ou les taxes afin de pouvoir soutenir des programmes d’aide aux jeunes, seriez-vous pour ou contre cette décision ?
Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Centre pour la Gouvernance Démocratique
Augustin Loada
Telephone : +226 76673232
Email : aloada@hotmail.com

Veuillez consulter :
www. www.cgd-burkina.org
www.afrobarometer.org

Suivez nos résultats à #VoicesAfrica.

/Afrobarometer @Afrobarometer

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Cours d’anglais intensifs au Centre américain de langue
Avis de recherche : Documents d’identités et clé de voiture