Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme» Winston Churchill

Menaces contre des journalistes : Le Centre national de presse Norbert Zongo tire la sonnette d’alarme

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET • jeudi 24 décembre 2020 à 23h00min
Menaces contre des journalistes : Le Centre national de presse Norbert Zongo tire la sonnette d’alarme

Le Centre national de presse Norbert Zongo a dénoncé ce jeudi 24 décembre 2020, les menaces dont sont victimes les journalistes ces temps-ci. C’était au cours d’une conférence de presse organisée à cet effet. L’activité de mise en garde des forces rétrogrades s’est tenue en collaboration avec le collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques.

En l’espace de quelques semaines, trois journalistes ont fait l’objet d’intimidation. Le premier, c’est Siriki Drame, secrétaire général du syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture. Celui-ci a reçu des menaces de mort dans la nuit du 27 au 28 novembre 2020 à travers un tag sur sa porte. La deuxième victime est Séry Baoula. Le 2 décembre, son domicile a essuyé des tirs de balle selon les conférenciers. Le 10 novembre, le journaliste d’investigation Yacouba Ladji Bama a reçu un projectile au niveau de la vitre d’un véhicule dans lequel il se trouvait. Il quittait Dori pour Ouagadougou.

Sans pouvoir connaitre les auteurs de ces faits, selon Guezouma Sanogo, président de l’Association des journalistes du Burkina, le Centre de presse et le collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques mettent l’État face à son devoir de protection de l’ensemble des citoyens et particulièrement des journalistes. Pour Chrysogone Zougmoré, président du MBDHP, il s’agit à ce stade avec cette sortie, de tirer sur la sonnette d’alarme. Pour lui, le Burkina ne peut pas se permettre une autre crise en plus de l’insécurité et du Covid-19.

Les journalistes présents à la conférence de presse

Le collectif met en garde donc toute personne qui tenterait d’attenter à la vie d’un de ses militants.
Chrysogone Zougmoré appelle à ne pas minimiser les menaces. Il en veut pour preuve le sort de Norbert Zongo. Sur ce point, il est appuyé par Bassolma Bazié, secrétaire générale de la confédération syndicale, CGTB. Il a rappelé que le journaliste avait reçu des menaces depuis 1994. Mais, le crime odieux s’est produit en 1998. Au début, des gens ne croyaient pas à ses alertes. Déjà, les autorités en charge de la sécurité sont interpellées.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 24 décembre 2020 à 19:48, par Nabiiga En réponse à : Menaces contre des journalistes : Le Centre national de presse Norbert Zongo tire la sonnette d’alarme

    N’ayez pas peur. L’assassin notoire des journalistes se cherche ailleurs. Vous vivez le gouvernement du vrai fils de la patrie où la liberté d’expression est garantie, et où ce même fils, est garant de toute liberté. Écrivez comme vous voulez, critiquez le, même sévèrement, comme vous voulez ; restez assuré que vous rentrerez dormir sans vous soucier de quoi que ce soit. De nos jours, il n’y a pas de petit président encore moins des assassinats occultes orchestrés par le RSP de triste mémoire.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2020 à 09:00, par warzat En réponse à : Menaces contre des journalistes : Le Centre national de presse Norbert Zongo tire la sonnette d’alarme

    Ce gouvernement est comme on dit de l’autre coté ’’un cabri mort’’. C’est dire qu’il ne peut pas avec ses problèmes : insécurité, covid, chômage massif des jeunes, déplacés affamés qui veulent retourner dans leur village...etc....s’occuper de journalistes qui constatent et écrivent sur des politiques, hauts cadres indélicats, maffieux de tout bord qui captent les maigres deniers publics. A mon humble avis, ces menaces viennent sans doute de la fraction maffieuse, prête à tout pour voler en toute impunité. C’est l’affaire de la justice et les informations actuelles semblent permettre aux structures de lutte contre ces délits de saisir la justice. Et il n’est pas certain que ’’cabri mort’’ interfère pour sauver un délinquant.
    Il est donc exagéré de faire une analogie quelconque à Norbert Zongo, les politiques actuels ne peuvent pas tuer une mouche et les journalistes le savent. Encore une fois c’est la fraction maffieuse.

    Répondre à ce message

  • Le 27 décembre 2020 à 07:30, par Armand En réponse à : Menaces contre des journalistes : Le Centre national de presse Norbert Zongo tire la sonnette d’alarme

    Je vois Bassolma assis là bas. L’homme des frappes chirurgicales en syndicalisme. Le journalisme ce n’est pas chercher a salir coute que coute le régime en place. Actuellement tout le monde fait et dit ce qu’il veut sans être inquiété. Sous le régime Blaise ce n’est pas seulement les journalistes qui ont subit les tueries. N’oublier pas les Clément et autre Nebié et j’en passe.

    Répondre à ce message

  • Le 27 décembre 2020 à 08:29, par Le Vigilent En réponse à : Menaces contre des journalistes : Le Centre national de presse Norbert Zongo tire la sonnette d’alarme

    Agitations fébriles d’apprentis journalistes et d’activistes en manque de publicité. Certains journalistes sont plus préoccupés par la publicité sur leur propre personne que sur le devoir d’informer et d’éduquer. Il suffit qu’un journaliste ou un activiste aie un petit accrochage dans la rue avec un quelconque individu ou qu’il qu’on entende une petite détonation dans le quartier pour qu’on crie à une tentative d’assassinat, en y voyant un prétendu plan machiavélique de bâillonnement de la presse et d’atteinte aux droits de l’homme de la part du pouvoir en place. Et de faux rapports rapports sont constamment produits autour de ces non événements pour alerter la communauté internationale pour s’attirer des appuis de toutes sortes. C’est que beaucoup de gens se nourrissent de ça !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Médias en ligne : L’Association des éditeurs et professionnels expose les réalités du secteur au ministre de la Communication
L’application africaine de messagerie ayoba assure aux utilisateurs une protection complète de la confidentialité et de la sécurité des données
Applications de messagerie : Ces solutions africaines qui veulent se frayer un chemin
Réseaux sociaux : Les gens sont plus réceptifs à des messages partagés par des amis ou des parents, selon la Banque mondiale
Autorité du bassin du Niger : Le Burkina Faso a un nouveau réseau de journalistes et communicateurs pour plus de visibilité
WhatsApp repousse la modification de ses conditions d’utilisation au 15 mai 2021
Dialogue social : Ousséni Tamboura tâte le terrain à la SEP
Télévision : Un incendie dans les locaux de BF1 fait d’importants dégâts matériels
Ministère de la Communication : « La priorité, c’est la qualité du service public (…). Cela passe par l’amélioration des conditions de vie et de travail », Aboubakar Sanfo, SG adjoint du SYNATIC
Ministère de la Communication et des Relations avec le Parlement : Ousséni Tamboura promet de nouveaux chantiers
A la Une de l’Evènement du 10 janvier 2021
AstuceTic : Decrypto, l’application qui dévoile les messages codés
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés