Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Système de téléphonie-mobile au Burkina : La commission d’enquête parlementaire livre les résultats de son enquête

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET • jeudi 24 décembre 2020 à 17h49min
Système de téléphonie-mobile au Burkina : La commission d’enquête parlementaire livre les résultats de son enquête

Dans sa dynamique de contrôle de l’action gouvernementale, l’Assemblée nationale a créé une Commission d’enquête sur le système de la téléphonie-mobile. La commission qui a débuté ses travaux le 17 février 2020 avait pour principal objectif d’investiguer sur les activités de la téléphonie-mobile au Burkina Faso. Au terme de sa tâche, la commission a livré, ce jeudi 24 décembre 2020 à Ouagadougou, ses résultats.

Il s‘agissait d’investiguer, de façon spécifique, sur la qualité des services offerts (notamment la qualité du réseau) par les sociétés de téléphonie-mobile ; le système de facturation des sociétés de téléphonie mobile ; la couverture du territoire national par les réseaux des sociétés de téléphonie-mobile et le respect, par lesdites sociétés, de la réglementation fiscale, financière et comptable en vigueur.

Il ressort de l’enquête, et pour justifier la mauvaise qualité des prestations, l’opposition des populations à l’implantation de pylônes, des difficultés liées à la coupure récurrente de la fibre optique, la fraude sur le trafic international, la situation sécuritaire dans certaines localités, l’instabilité de la fourniture d’énergie et la qualité des terminaux (téléphones-portables).

« Par ailleurs, la CEP (commission d’enquête parlementaire) a relevé l’inadéquation entre les investissements et l’évolution croissante du trafic des abonnés, de même que le non-respect des dispositions légales en matière de partage et d’exploitation des pylônes. Ces deux constats sont le fait des opérateurs de téléphonie-mobile », lit-on dans le rapport, présenté par le député Issaka Congo, président de la commission.

Issaka Congo, avec à sa gauche, Issa Barry, vice-président de la commission et Lassina Ouattara, membre, spécialiste des télécommunications.

La commission, qui dit s’être appuyée sur des auditions et de la documentation, indique par exemple que pour la facturation, elle s’est référée aux sociétés elles-mêmes qui affirment s’inscrire dans la fourchette de la sous-région.

Des propos corroborés, expliquent les membres de la commission, par le ministère du Développement de l’Économie numérique et des postes. La commission d’enquête parlementaire dit n’avoir cependant pas pu effectuer les sorties d’études comparatives qui avaient été prévues, du fait de l’apparition du COVID-19.

Les enquêteurs ont également révélé que certaines populations, évoquant des risques sanitaires, s’opposent à l’installation des pylônes dans les sillages de leurs concessions. Une attitude qui cacherait parfois des relents égoïstes ; chacun voulant profiter des droits liés à l’installation des pylônes sur son terrain.

Sur le supposé risque sanitaire, les membres de la commission disent n’être informés que les pylônes jouent sur la santé des populations riveraines. Néanmoins, la commission recommande une étude sur le sujet afin de situer tout le monde.

Par ce travail, et à la suite de plusieurs autres rapports sur des sujets d’intérêt national, les membres de la commission estiment que l’Assemblée nationale a joué sa partition ; la séparation des pouvoirs étant consacrée, il revient au gouvernement de prendre le relai.

Mieux, par la commission de suivi des politiques sectorielles et des recommandations (innovation de la septième Législature), l’Assemblée nationale dispose de mécanismes de remise au goût du jour de toutes ces préoccupations.

Le rapport, qui est assorti de recommandations adressées essentiellement au gouvernement et aux sociétés de téléphonie-mobile a porté sur six régions à savoir, le Centre, le nord, la Boucle du Mouhoun, l’Est, le Centre-ouest et le Centre-sud.

Plus de détails dans le rapport, ci-joint.

O.L

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 24 décembre 2020 à 21:02, par Bao-yam En réponse à : Système de téléphonie-mobile au Burkina : La commission d’enquête parlementaire livre les résultats de son enquête

    Ce rapport se contente d’énumérer les prétextes des opérateurs. En province où il y a beaucoup de zones libres le réseau est aussi médiocre. Est-ce parce que les gens refusent l’installation de pylônes ? Et les annonces intempestives ? Et les facturations trompeuses ? Et les promotions et formules de souscriptions tellement nombreux que les opérateurs eux-meme oublient de les faire fonctionner ? Et les appels qui ne passsent pas sans aucune raison ? Le Burkina a le pire réseau mobile de la sous région et c’est la faute au régulateur et à l’Etat.

    Répondre à ce message

  • Le 25 décembre 2020 à 05:04, par Eleve de maternelle. En réponse à : Système de téléphonie-mobile au Burkina : La commission d’enquête parlementaire livre les résultats de son enquête

    Aucun chiffre aucune mesure effectuée. Comment peut on faire un enquête dans un domaine technique sans mesurer et donner les chiffres des indicateurs techniques de chaque opérateur ?. C’est de la littérature journalistique sans plus. Aucune crédibilité à ce type de travail juste du bruit pour toucher des perdiemes ce sont des habitués de ce type de "travail". Avec en plus un Président de l’Assemblée qui se rabaisse pour devenir le coursier du PF pour allez déposer sa candidature à la CENI, il ne faut rien attendre de sérieux de cette institution.

    Répondre à ce message

  • Le 27 décembre 2020 à 11:49, par Honronya@gmail.com En réponse à : Système de téléphonie-mobile au Burkina : La commission d’enquête parlementaire livre les résultats de son enquête

    Félicitations à CEP.
    Je n’ai pas vu la vision consultable du rapport. Mais dans cet article et le document en annexe, je note en tant que spécialiste des énergies renouvelables photovoltaïques et du rayonnement non ionisant, deux points importants :
    1- la qualité des services est affectée par la fourniture de l’énergie,
    2- mettre en place une équipe pour étudier l’impact sanitaire et l’impact sur l’environnement.
    Je pense que cela est nécessaire et nouveau par rapport aux autres enquêtes.
    La CEP souligne des aspects importants à approfondir pour situer tout un chacun. Bravo à la CEP.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Assises nationales sur l’éducation : La démarche expliquée au président du Conseil supérieur de la communication
Éducation des jeunes au numérique : La CIL et le ministère de l’Education nationale signent un protocole d’accord
L’Évènement du 10 mai 2021 vient de paraitre !
Nouvelles mises à jour de WhatsApp : En cas de refus, le compte ne sera pas supprimé mais...
Etude d’audience des médias : A Ouagadougou, BF1 en tête des télés et Savane FM en tête des radios
Lettre au fondateur de Jeune Afrique : Le président ADO au cœur de tes échanges actuels avec Siradou Diallo !
Béchir Ben Yahmed : Mort d’un patron de presse
Béchir Ben Yahmed est décédé : Le magnat de la presse panafricaine a cassé sa plume
Journée mondiale de la liberté de la presse : Le rayon venu de Marie-Soleil Frère
Liberté de la presse au Burkina : Une situation « plutôt bonne », selon le rapport 2020
Béchir Ben Yahmed, fondateur de Jeune Afrique, est décédé
Burkina : L’AJB consternée par l’assassinat des journalistes par des groupes terroristes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés