Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Perturbations de cours à Ouagadougou : Le Gouvernement "fera tout" pour traduire les auteurs en justice

Accueil > Actualités > Société • • vendredi 4 décembre 2020 à 11h08min
Perturbations de cours à Ouagadougou : Le Gouvernement

Dans le contexte sécuritaire difficile que connait notre pays, des individus, essentiellement des jeunes portant des cagoules, se déplacent à motos dans des établissements scolaires de la ville de Ouagadougou pour poser des actes de vandalisme et y semer le désordre par des jets de pierre, des perturbations de cours et des scènes d’intimidation diverses.

Ces actes qui constituent des troubles à l’ordre public, compromettent le bon déroulement des enseignements/apprentissages dans les établissements publics et privés touchés et mettent en danger l’intégrité physique des élèves et des acteurs du monde éducatif.

Le Gouvernement condamne avec fermeté ces comportements attentatoires aux principes et règles qui régissent les libertés publiques.

Il rassure la communauté éducative que toutes les dispositions sont prises pour assurer la sécurité et la quiétude dans tous les établissements scolaires pour un bon déroulement des activités pédagogiques.

Le gouvernement met en garde les auteurs desdits actes et fera tout pour qu’ils en répondent devant la justice.

Le Gouvernement invite les parents d’élèves, les élèves, les personnels de l’éducation à oeuvrer ensemble pour éradiquer les actes de vandalisme et d’incivisme dans nos établissements.

Vos commentaires

  • Le 4 décembre 2020 à 11:37, par kiemad En réponse à : Perturbations de cours à Ouagadougou : Le Gouvernement "fera tout" pour traduire les auteurs en justice

    C’est chaque fois la même qui est avancée, mais sur le terrain il n’ y a rien de concrêt. La situation a trop duré. Ce matin du 4/12/ 2020 dans un établissement aux 1200 logements les grévistes sont arrivés dans un établissement cagoulés jusqu’aux dents avec des chaines des chicottes, des petards des motos qui font plus de 100 km/h. Les élèves de l’établissement ont réfusé de partir. Les perturbateurs ONT COMMENCE A CASSE PORTES ET FENETRES. Dans leur violence et les bruits de petards des élèves se sont blessés et d’autres évanouis. Les CRS alertés sont arrivés en retard. Ils étaient déjà repartis pour un autre établissement. Quel dommage. A Saaba selon les dirs des établissements auraient fait recours aux Koglweogo pour les secours.

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2020 à 11:40, par Le réaliste En réponse à : Perturbations de cours à Ouagadougou : Le Gouvernement "fera tout" pour traduire les auteurs en justice

    Ces comportements de voyous à la solde de certains politiciens véreux et syndicalistes délinquants s’opèrent depuis le régime déchu, et se sont pérennisés durant le premier quinquennat du Président KABORE. Cependant, il est temps qu’une certaine fermeté soit observée dans l’application de la loi pour que ces auteurs, complices et commanditaires soient traqués jusqu’à leurs derniers retranchements.
    En fait, il faut réellement répondre enfin à cette violence illégitime par une violence régulière pour l’endiguer en ce début d’année scolaire.
    C’est le lieu ici de féliciter la frange réaliste et consciencieux du personnel responsable et digne de l’éducation qui, contrairement à beaucoup d’entre eux qui avaient décidé de sacrifier l’avenir des millions d’élèves pour leurs seuls intérêts égoïstes en décidant de prendre les examens scolaires passés en otage, se sont dressés vaillamment contre ces voyous, ce qui a permis la tenue réussie desdits examens. Ce même personnel intègre peut être d’un apport essentiel pour la traque des acteurs de terrain de ces comportements véritablement inciviques aux objectifs obscurs. Vive le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2020 à 11:43, par TANGA En réponse à : Perturbations de cours à Ouagadougou : Le Gouvernement "fera tout" pour traduire les auteurs en justice

    Vous ne devez pas perdre du temps à faire des déclarations de ce genre.
    Il faut placer des hommes au niveau des établissement. Ils seront charger de prendre et ramener ceux qu’ils auront pu prendre en flagrand délit. Vous les montrer à la presse avec leurs cagoules puis sans leurs cagoules. Chacun devra se prononcer et expliquer pourquoi il a fait ça, puis vous les garder sans mot dire pendant une semaine si ce ne sont que des enfants, ou vous les jugez si il se trouve qu’il ont agit sous contrôle.
    Ce qui est sûr, l’arrestation doit se faire en bastonnade pure et dure.

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2020 à 12:40, par karansamba En réponse à : Perturbations de cours à Ouagadougou : Le Gouvernement "fera tout" pour traduire les auteurs en justice

    C’est simple : mettre deux ou trois policier/gendarme en civil et à moto avec son cagoul en poche. Dès qu’ils arrivent, se mélanger à eux et les suivre ; alerter les CRS sur leur point de regroupement. Les attraper et les chicotter copieusement. Mettre en garde à vue.

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2020 à 13:38, par Touré En réponse à : Perturbations de cours à Ouagadougou : Le Gouvernement "fera tout" pour traduire les auteurs en justice

    Du blablablablaaa !!! Ce sont ces mêmes propos qu’on a tenus quand il s’agit de lutter contre la prolifération des taxis à gaz. On est fatigué maintenant, laissez-nous en paix.

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2020 à 14:22, par Manuel En réponse à : Perturbations de cours à Ouagadougou : Le Gouvernement "fera tout" pour traduire les auteurs en justice

    Bonjour
    Internaute Touré, comme il s’agit de blabla, je vous demande de vous mêler à cette meute de loups et essayer de perturber les cours, alors là votre témoignage sera pris en compte !
    Des délinquants qui veulent empêcher les autres d’étudier et on leur trouve des circonstances atténuantes ; en attendant que l’état sevisse, chaque parent doit aussi assumer ses responsabilités, c’est comme ça que fonctionne un pays civilisé !

    Répondre à ce message

    • Le 4 décembre 2020 à 17:14, par Mitibkiéta En réponse à : Perturbations de cours à Ouagadougou : Le Gouvernement "fera tout" pour traduire les auteurs en justice

      Le gouvernement doit sévir, mais il faut aussi que les parents jouent leur rôle d’éducateurs : La semaine passée, au Lycée Municipal de Tanghin, des jeunes sont venus bastonner un élève dans la cour de l’école. Le lendemain, ils sont revenus menacer le professeur (une dame) de l’élève pendant le cours en ces termes : "Dites à vos imbéciles d’élèves là de ne pas s’amuser avec nous. La prochaine fois qu’ils provoqueront un d’entre nous, ils sauront qui nous sommes."
      Sans hésiter, la bonne dame a mis en garde ses élèves devant les malfrats avant que ceux-ci libèrent les lieux.

      Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2020 à 15:57, par LUI En réponse à : Perturbations de cours à Ouagadougou : Le Gouvernement "fera tout" pour traduire les auteurs en justice

    IL faut créer le KOLWEOGO des écoles ;il y’ a des officines dans ce pays qui veulent le voir s’écrouler,parce que ceux ce ne sont pas eux au gouvernail. ABAS les syndicats aux dents crochues qui manipulent les enfants. .ABAS les politiciens véreux au yeux d’ hibou qui pensent toujours mettre le pays à genoux. Vive le choix libre du peuple pour que vive la démocratie au burkina-Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2020 à 16:15, par Bigbale En réponse à : Perturbations de cours à Ouagadougou : Le Gouvernement "fera tout" pour traduire les auteurs en justice

    Même les élèves ont fini par comprendre que ceux qui font ça ne sont pas de élèves mais des gens utilisés pour commettre ces actes de violence pour blesser les enfants et les administrateurs des établissements. La seule réponse qui vaille c’est de s’organiser dans chaque établissement pour répondre à la violence par la violence pure. Ma maison fait face à un établissement et depuis plus de 20 ans, nous subissons les désagrément liés à ces manifestations violentes. Il n y a pas d’autre alternative car ces casseurs semblent être payés pour faire ce travail et l’école Burkinabe et la société Burkinabe ne pourront s’en sortir qu’en payant le prix qu’il faut
    C’est avec le coeur en peine que je dis de répondre à la violence par la violence sinon la vie de nos innocents enfants sont en danger durant chaque mois de décembre !

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2020 à 16:46, par Walai En réponse à : Perturbations de cours à Ouagadougou : Le Gouvernement "fera tout" pour traduire les auteurs en justice

    Toujours le carressement. Rien digne d’autorité. C’est le même comportement vis à vis de la corruption et des détournements. Après, on exhibe des réalisations infrastructurales pour corroborer leur bilan, comme si cela était ce qu’on attendait après l’insurrection. Infrastructures oui, mais sur fonds de valeurs humaines sans lesquelles les infrastructures réalisées ne survivront pas. Mais on comprends pourquoi le Regime Roch ne sévit pas le rétablissement des valeurs. D’abord parce qu’il ne veut décourager des d’électeurs. Constitués pour la plupart de gens égoistes et insensibles au bien-être de tous, ces électeurs se fâcheraient si les bonnes valeurs étaient appliquées. Ensuite, bien sûr le régime ne veut pas rétablir les valeurs, parce que ça lui sera désavatageux. Cela voudra dire que désormais l’attribution fallacieux de marché n’aurait plus lieu. Les pourcentages que les caciques du régime retiennent dans les marchés, n’auront plus lieu. La conséquence de mettre les infrastructures en avant, et pas les valeurs, c’est : éternel recommencement de la plupart des infrastructures à cause de : mauvaise réalisation (laxisme, imcompétence, attribution de marché à des ivrognes), incivisme des usagers (transporteurs, employés de bureau). Ainsi in ferme les yeux sur le bafouement des valeursles plus élémentaires, juste pour le pouvoir, tant pis pour l’avenir du pays.

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2020 à 16:55, par jeunedame seret En réponse à : Perturbations de cours à Ouagadougou : Le Gouvernement "fera tout" pour traduire les auteurs en justice

    FERA TOUT ?? futur simple de l’indication bien conjugué. C,est le propre de nos gouvernants. Sauf que : « Qui prédit l’avenir est trompeur ou trompé. »

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2020 à 17:17, par @@GOG En réponse à : Perturbations de cours à Ouagadougou : Le Gouvernement "fera tout" pour traduire les auteurs en justice

    Le gouvernement ne lit jamais vos postes et n’a jamais rien fait à propos des ces élèves cagoulés qui cassent chaque année.Moi @@GOG,je n’en veux pas aux élèves inciviques,j’en veux à leurs complices et commanditaires tapis dans l’ombre .Une bonne enquête suffirait à les démasquer et à les traduire en justice une bonne fois pour toute. Si le gouvernement n’attaque pas le mal à la racine c’est peine perdue.Je propose même de laisser les élèves inciviques coupables et d’enfermer le gang caché dans l’ombre démasqué.

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2020 à 19:45, par Walai En réponse à : Perturbations de cours à Ouagadougou : Le Gouvernement "fera tout" pour traduire les auteurs en justice

    Toujours le carressement. Rien digne d’autorité. C’est le même comportement vis à vis de la corruption et des détournements. Après, on exhibe des réalisations infrastructurales pour corroborer leur bilan, comme si cela était ce qu’on attendait après l’insurrection. Infrastructures oui, mais sur fonds de valeurs humaines sans lesquelles les infrastructures réalisées ne survivront pas. Mais on comprends pourquoi le Regime Roch ne sévit pas le rétablissement des valeurs. D’abord parce qu’il ne veut décourager des d’électeurs. Constitués pour la plupart de gens égoistes et insensibles au bien-être de tous, ces électeurs se fâcheraient si les bonnes valeurs étaient appliquées. Ensuite, bien sûr le régime ne veut pas rétablir les valeurs, parce que ça lui sera désavatageux. Cela voudra dire que désormais l’attribution fallacieux de marché n’aurait plus lieu. Les pourcentages que les caciques du régime retiennent dans les marchés, n’auront plus lieu. La conséquence de mettre les infrastructures en avant, et pas les valeurs, c’est : éternel recommencement de la plupart des infrastructures à cause de : mauvaise réalisation (laxisme, imcompétence, attribution de marché à des ivrognes), incivisme des usagers (transporteurs, employés de bureau). Ainsi in ferme les yeux sur le bafouement des valeursles plus élémentaires, juste pour le pouvoir, tant pis pour l’avenir du pays.

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2020 à 22:36, par Yadega En réponse à : Perturbations de cours à Ouagadougou : Le Gouvernement "fera tout" pour traduire les auteurs en justice

    Bla bla bla Bla bla bla Bla bla bla Bla bla bla Bla bla bla Bla bla bla Bla bla bla Bla bla bla Bla bla bla Bla bla bla Bla bla bla Bla bla bla Bla bla bla Bla bla bla Bla bla bla Bla bla bla

    Répondre à ce message

  • Le 5 décembre 2020 à 08:10, par caca En réponse à : Perturbations de cours à Ouagadougou : Le Gouvernement "fera tout" pour traduire les auteurs en justice

    Avec un coup ko de 57,87% chanter la victoire d’un guerrier David, et voilà léthargie sécuritaire prolongé dans un coup ko élèves. Mais ce sont la responsabilité des 1.654.982 de votants qui est engagés. La réélection ne pas synonyme sécuritaire avec les attaques terroristes sur le terrain, si les élèves margouillats reviennent à charge sécuritaire, je crains l’épisode IBK du Mali. En Afrique de l’Ouest francophone surtout, un coup KO électoral n’est pas la garantie d’un mandat présidentiel. L’insurrection rappel qu’un chef d’état eut être prier de rendre sa démission en plein jour. Heureusement que nos chefs d’état au Faso ont des épouses étrangères où la belle-famille est la refuge idéale pour le genre. Espérons que la guillotine lancée par le gouvernement ralentira l’ardeur des uns, et le calme reviendra après le beau coup ko électoral.

    Répondre à ce message

  • Le 5 décembre 2020 à 10:21, par Le Faso n’est pas une aire de jeux En réponse à : Perturbations de cours à Ouagadougou : Le Gouvernement "fera tout" pour traduire les auteurs en justice

    J’espère vivement que Roch pour son 2ème mandat, va se décider à gérer le pays avec plus de fermeté. Fermeté ne voulant pas dire dictature ! Il faut protéger les braves citoyens qui ne demandent qu’à vivre en paix contre les délinquants.
    certaines gens ont dans leur esprit qu’avec Roch, on peut tout se permettre en termes de désordre, de casse, de violence sans craindre grand-chose voire sans rien craindre. On ne peut vraiment pas continuer comme ça. Du désordre, il y a en eu de tout temps mais ce qui se passe aujourd’hui au Burkina comme désordre, violence et terreur, est effarant.
    Il nous faut en face une gouvernance forte et ferme et des mesures très sévères pour faire féculer chez certains burkinabè cette envie désormais ancrée du "" je m’énerve, je me cagoule, je frappe, je casse, je blesse, je tue et il n’y a rien"". Non, non et non. Roch, de grâce et par pitié pour le peuple burkinabè qui t’a reconduit, il te faudra nous trouver les hommes qu’il faut aux places qu’il faut, taper fort du poing sur la table et sévir avec la plus grande sévérité pour que les gens comprennent qu’il est temps que ça cesse et qu’on n’a pas besoin de ça ici au Burkina. Quand on n’est pas content, on peut le dire autrement que par la casse et par la violence gratuite. Quand on casse, ce sont les investissements du pays qu’on casse et par la violence, ce sont des humains qu’on blesse et/ou qu’on tue. Merde !!!
    Le terrorisme ne nous laisse pas. Maintenant, c’est nous-mêmes qui en plus, instituons pagaille, désordre et violence entre nous dans ce pays. Au nom de quoi, pourquoi, pour qui ?!
    Roch, si tu n’es pas capable d’être ce président très ferme face aux désordres de toutes sortes dans ce pays, dis-nous le franchement et maintenant et rend-nous le tablier car on a marre du désordre et de la violence gratuites ici au Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 5 décembre 2020 à 14:36, par Amoless black power En réponse à : Perturbations de cours à Ouagadougou : Le Gouvernement "fera tout" pour traduire les auteurs en justice

    L’accusé prend la parole en ces termes. Je vous remercie monsieur le président, je vous remercie de l’occasion que vous m’offrez de parler au nom de toutes les victimes du dérapage éducatif et de la traîtrise politicienne. Fin de citation Black So Man

    Répondre à ce message

  • Le 5 décembre 2020 à 21:14, par YAAM SOBA En réponse à : Perturbations de cours à Ouagadougou : Le Gouvernement "fera tout" pour traduire les auteurs en justice

    On se demande bien s’il existe encore un gouvernement dans ce pays . Jamais l’autorité de l’état n’a aussi été bafouée que sous le régime Kaboré. Toujours dans les discours politiques mais jamais dans l’action.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Eglise évangélique Baptiste de Bobo-Dioulasso : Le torchon brûle entre des fidèles et leur pasteur
Ramadan 2021 : L’Aid el fitr sera célébrée au Burkina Faso le jeudi 13 mai 2021
Sécurité routière : Des conducteurs de tricycles et de quadricycles formés pour l’obtention de permis de conduire
Gaoua : L’Agence nationale de biosécurité sensibilise les étudiants sur la biotechnologie
Santé animale : Les vétérinaires se penchent sur la réglementation du secteur
Colonel-major Pierre Tiendrébéogo, premier DG de l’ONI : « Les exigences de la technique ne sont pas toujours en synergie avec les contraintes financières »
Ministère en charge de la Femme : Les organisations syndicales dénoncent au Premier ministre la « dégradation du climat social »
Éducation : Le personnel du Lycée Philippe Zinda Kaboré manifeste ce 10 mai 2021
Religions : Le chrétien face aux sectes et aux sociétés ésotériques
UEMOA : Le président de la commission et ses sept commissaires prennent fonction
Burkina Faso : Des associations formées sur la promotion du don de sang
Affaire de Pazani : Selon le ministre Clément Sawadogo, le propriétaire légal a cédé volontairement son terrain
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés