Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il ne peut y avoir d’aujourd’hui, sans d’hier ou de lendemain, sans aujourd’hui.» Kim Jong-un

Insécurité au Sahel : Le conseiller municipal du village de Ferel tué

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • • dimanche 29 novembre 2020 à 23h22min
Insécurité au Sahel : Le conseiller municipal du village de Ferel tué

Assaleh Ag Youssouf, conseiller municipal du mouvement du peuple pour le progrès (MPP), a été assassiné ce 29 novembre 2020 aux environs de 15h. Selon les informations, les bourreaux sont d’un groupe armé terroriste (GAT). Le village de Ferel dont il est le conseiller municipal est situé à 22 Km de Gorom-Gorom, chef-lieu de la province de l’Oudalan.

Assaleh Ag Youssouf se serait rendu à un baptême lorsque le GAT, venu du côté de Fourkoussou (province de l’Oudalan) est arrivé sur les lieux en très grand nombre. On parle de 10 motos sur lesquelles ils étaient. Les mêmes informations indiquent qu’ils l’ont interrogé avant de l’abattre sur place et devant tous ceux qui étaient présents au baptême.

Pour l’heure, pas de confirmation officielle de cette information.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 30 novembre 2020 à 00:44, par caca En réponse à : Insécurité au Sahel : Le conseiller municipal du village de Ferel tué

    Mes condoléances à la famille du défunt et que son âme repose en paix. Premier martyr post-électoral jusque après la proclamation des résultats législatifs. Comment comprendre cette attaque en plein jour au moment d’un baptême ? La victime, un conseiller municipal du MPP quand on sait que ce parti est hostile à la négociation avec ces hanis. Je comprends le discours guerrier à défier l’ennemi, mais si la non violence était aussi une alternative ?

    Répondre à ce message

    • Le 30 novembre 2020 à 12:52, par Le Vigilent En réponse à : Insécurité au Sahel : Le conseiller municipal du village de Ferel tué

      Monsieur @caca, vous parlez de non violence comme alternative possibl. Mais non violence de la part de qui et par rapport à quelle revendication ou contentieux ?
      Si préconisez la non violence de la part de l’état burkinabé l’égard de ceux qui nous attaquent, cela voudrait-il dire que le Burkina devrait donner la liberté à ceux qui nous attaquent de faire tout ce qu’ils veulent dans ce pays, pourvu qu’ils cessent de nous n’attaquer plus ?
      Ne pensez-vous pas que votre appel à la non violence devrait s’adresser àux chefs des groupes qui nous attaquent notre pays et non pas aux dirigeants de notre pays ? Ce sont ceux qui ont des griefs quelconques notre pays qui doivent nous le faire savoir par une attitude non-violente.
      Vous parlez de refus de toute négociation de la part du Président Kabore. Ou et quand avez-vous entendu ou lu que le président Kabore refuse la négociation ? Seuls les gens de mauvaise foi tiennent ce langage en s’appuyant sur la déclaration du président Kabore qui était claire et sans ambiguïté « il n’y pas de négociation avec ceux qui ont pour but LE DEMANTELEMENT DU BURKINA ». Si vous êtes d’avis contraire, dites-le nous. Si vous connaissez des leaders politiques qui, une fois au pouvoir, seraient prêts à sacrifier l’intégrité territoriale de notre pays à travers des négociations avec les groupes qui nous attaquent dites-le nous.

      Répondre à ce message

      • Le 30 novembre 2020 à 17:29, par caca En réponse à : Insécurité au Sahel : Le conseiller municipal du village de Ferel tué

        Mon cher Le Vigilent
        Voyez vous que ce lundi était bien la journée de l’armée française contre les terroristes. Trois attaques contre les camps de l’armée française. J’adore bien la théorie du guerrier, je ne négocierait pas et en plus on prend la théorie complotiste de négociation en ridicule. Si ces mécréants sont capables d’attaquer trois camps de l’armée française en une journée, je ne dis pas qu’il faut négocier, mais un groupe propose une négociation comme une alternative pour mettre fin à ces attaques. Jusqu’à présent notre armée a été non stratégique face l’ennemi, au début elle pensait même qu’il s’agissait un groupe de délinquant à combattre une journée comme le défis lancer au RSP de l’époque. Ces terroristes ont quand même un réseau de contact et tout le monde ne sont pas leur ennemis. Depuis un an ils n’attaquent plus le Niger voisin.

        Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2020 à 02:32, par Papa En réponse à : Insécurité au Sahel : Le conseiller municipal du village de Ferel tué

    Bandes de lâches et ennemis de Dieu, vous vous rabattez sur des civils non armés . Si vous voulez le paradis alors presentez-vous face à face aux FDS. Bandes de charognes ambulants, que Dieu vous maudisse

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2020 à 06:49, par ZONGO Al-Hassan En réponse à : Insécurité au Sahel : Le conseiller municipal du village de Ferel tué

    Bonjour le Journal. Vraiment cette question d’insécurité, nourrie par ces typess d’ exécutions répétés, interpelle la conscience du parti au pouvoir. La dignité et la sécurité du peuple burkinabé doivent prévaloir. Se faire succéder ne devrait pas se négocier, c’est une question de conscience et de dignité humaine.

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2020 à 07:01, par Sylas En réponse à : Insécurité au Sahel : Le conseiller municipal du village de Ferel tué

    C’est des drogués ! Une bande qui n’a rien à voir avec Dieu le créateur.

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2020 à 07:13, par PIONG YANG En réponse à : Insécurité au Sahel : Le conseiller municipal du village de Ferel tué

    Paix à l’âme du disparu. Les ennemies du peuple burkinabè sont de retour. Il pensaient imposer le changement à la tête de l’État par la terreur. Il ont échoué et ils échouerons à jamais. Ils reprennent leur actes ignobles tout en se cachant. Mais nous vaincrons.

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2020 à 09:09, par Le réaliste En réponse à : Insécurité au Sahel : Le conseiller municipal du village de Ferel tué

    Paix à son âme. Ce conseiller patriote a refusé de rejoindre les GAT ou comploter avec eux à partir de son village. Sa mémoire demeurera dans nos esprit jusqu’à la victoire finale. Vivement que l’unité nationale se retrouve entièrement afin nous puissions faire face collégialement et efficacement au fléau du terrorisme.
    Courage à sa famille

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2020 à 09:37, par Dedegueba SANON En réponse à : Insécurité au Sahel : Le conseiller municipal du village de Ferel tué

    La parenthèse des élections fermée, et nous revoilà repartis pour notre quotidien d’insécurité. Si j’étais Roch, humblement, et ce n’est même pas obligatoire entre anciens camarades et forcément associés dans les deals juteux du pays, humblement dis-je, je lui demanderai de me filer en "hors antenne " (sans temoins), la recette qu’il comptait utiliser pour qu’il n’y ait plus de coup de feu, s’il était élu.
    J’ai déjà écrit ici, que ces fous tuent tout le monde. La prochaine fois que la victime de ces forcenés serait du CDP, je me demande comment les militants du CDP prendraient cela ? Rejeter la faute au pouvoir alors que votre chef a la solution ???
    Non à une politique qui prend en otage notre sécurité. Toute personne qui déclare officiellement pouvoir arrêter le massacre, et qui ne fait rien, parce qu’elle n’est pas au pouvoir, n’aime pas le pays et n’aime pas les burkinabè, donc n’aime pas ses propres militants. Lui seul s’aime.

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2020 à 10:40, par Miniroun En réponse à : Insécurité au Sahel : Le conseiller municipal du village de Ferel tué

    Paix à l’âme de la victime.
    La scène laisse penser que :
    1) la victime connaissait les bourreaux qui aussi connaissaient ses va-et-vient
    2) la victime a probablement divulger une information ou a manqué d’executer une instruction
    3) ce groupe est connu dans la region et est pistable.
    4) la population traumatisée à probablemeny peur de divulguer quoi que ce soit.

    Les services de renseignement doivent se donner une autre forme d’intelligence pour recuperer des informations utiles sans exposer la population.

    Il faut du tact.

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2020 à 12:54, par YAAM SOBA En réponse à : Insécurité au Sahel : Le conseiller municipal du village de Ferel tué

    Pendant ce temps des militants d’un parti politique n’ont pas fini de fêter le coup K.O.

    Répondre à ce message

    • Le 30 novembre 2020 à 20:24, par Dedegueba SANON En réponse à : Insécurité au Sahel : Le conseiller municipal du village de Ferel tué

      Et aussi d’autres partis qui ont la solution, qui attendent d’être au pouvoir pour nous sécuriser. Pendant ce temps on continuera à nous massacrer sans distinction de ceux du coup KO ou non.
      Nous devons montrer un front uni face à ces gens sinon ils ne nous laisseront jamais en paix.
      Surtout que le Mali n’y arrive pas, et avec le jeu plus que trouble que joue la France chez nos voisins ??? Ces mêmes français nous avaient décrit comme " le ventre mou" du terrorisme dans le sahel....

      Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2020 à 16:52, par Sacksida En réponse à : Insécurité au Sahel : Le conseiller municipal du village de Ferel tué

    Dans cette grave crise securitaire, il est bien plus que temps de mettre en place un gouvernement de la Reconciliation Nationale meme si cela est une Idee de Zephirin Diabre. Dotez cet outil de professionnels agueris, surtout dans les Ministeres des Affaires Etrangeres, de la Defense Nationale et puis de la Securite Interieure. Personne parmis nos politiciens n’a deja declare qu’il cedera une partie du territoire a qui que ce soit, car l’integrite du territoire du Burkina Faso est non negociable. Mais le Burkina Faso est une victime collaterale du Terrorisme et donc sa persistence est due a une mauvaise strategie. Avez vous deja entendu les terroristes clamer haut et fort de ce qu’ils revendiquent ? De plus, il faut suspendre les mandats d’arrets contre Blaise compaore et Yacouba Isaac Zida et autres pour une discution dans le cadre de la Conference de Reconciliation Nationale et avant toute action judiciaire en ce qui les concerne. Ainsi, l’on pourrait dans la transparence totale discuter de toute les questions de crimes de sang et autres. Sinon, le Burkina Faso ne peut pas continuer dans ce clair obscur dans lequel des citoyens sont entrain de mourir tout le temps du fait de ce terrorisme. Salut.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Victimes d’attaques de groupes armés : Des femmes racontent leur calvaire
Cinq ans après les attaques de Cappuccino, une ex-employée de Splendid Hôtel confie : « Souvent, j’entends des tirs »
Cinq ans après les attaques de Cappuccino, un rescapé confie : « Je fais toujours des cauchemars les nuits »
Attaque de Splendid Hôtel et de Cappuccino : Il y a cinq ans l’horreur au cœur de Ouagadougou
Opérations de sécurisation des forces armées : Côté ennemi, 11 terroristes ont été neutralisés
Opération Barkhane : Des groupes armés terroristes mettant en oeuvre des engins explosifs improvisés mis hors d’état de nuire
Burkina : Que se passe-t-il dans l’Oudalan ?
Situation des opérations de sécurisation du 28 décembre au 3 janvier 2021 : 4 terroristes neutralisés, 50 opérations de sécurisation de marchés et lieux de cultes
4 janvier 2021 : Nuit de combat dans l’Oudalan ?
Rétrospective sécuritaire au Burkina : 2020, une année moins sanglante
Sécurité : Cinq militaires de la Force Barkhane tués au Mali
Niger : Cent morts dans une attaque simultanée de deux villages
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés