Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ce sont nos choix qui montrent qui nous sommes, bien plus que nos capacités.» Joanne K.Rowling

Réélection de Roch Kaboré : Les Burkinabè attendent beaucoup du nouveau contrat

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Élections 2020 • LEFASO.NET • vendredi 27 novembre 2020 à 20h05min
Réélection de Roch Kaboré : Les Burkinabè attendent beaucoup du nouveau contrat

C’est parti pour cinq autres années d’aventure entre le Burkina Faso et Roch Marc Christian Kaboré. Comme le prétend-il lors de sa campagne, sera-t-il un nouveau contrat de paix et de cohésion sociale ? En tout cas les Burkinabè n’en attendent pas moins de lui. Mieux, ils espèrent une rupture complète avec l’insécurité, la vie chère et le chômage. Au micro d’une équipe de Lefaso.net, ce 27 novembre à Ouagadougou, quelques personnes donnent leurs attentes et celles des Burkinabè en général.

Michel Zango, rencontré à Ouidi

Je trouve la réélection du président Roch Marc Christian Kaboré objective du fait que ce nouveau mandat permettra au Burkina de consolider des acquis et de corriger plusieurs imperfections rencontrées au premier quinquennat. Pour un président qui a fait son premier mandat, cela ne peut pas le permettre de finir tout ce qu’il a commencé. Mais avec un second mandat, il pourra le faire et bien. Le premier mandat a introduit pas mal de changement, particulièrement dans le domaine des infrastructures, toute tendance confondue.

Donc il y a eu du positif. Maintenant pour les cinq prochaines années, les défis qui attendent le président, c’est concernant l’insécurité qui est un sujet très délicat. Je pense en particulier aux autres villes où il ne fait pas bon vivre à cause de ce phénomène. Je n’ai pas une idée de stratégie magique à proposer mais j’estime qu’en tant que président de tous les Burkinabè, il doit tout donner pour y parvenir. J’attends alors qu’il fasse son travail correctement pour que le pays puisse aller de l’avant.

Tindanogo Ouédraogo, rencontré à Tampouy

Je pense que la réélection du président permettra une consolidation des acquis engrangés avec lui. Si un nouveau président venait, c’est vrai que c’est une continuité, mais il y aura démarrage tardif des choses. Les cinq prochaines années doivent alors être meilleures aux cinq autres années en matière de sécurité surtout. A l’Est, au Centre-nord et au Sahel, il y a beaucoup de déplacés. Les préoccupations des Burkinabè de ces zones là c’est la sécurité. Mais tout comme eux, ici aussi personne ne se sent en sécurité.

C’est pourquoi lorsqu’on a une nouvelle d’attaque chacun à peur. Même si la peur a diminué, elle est toujours là et le président est appelé à porter un regard très attentif à ce sujet d’insécurité. Sinon à part cela c’est un président qui travaille bien et qui aime sa population. Il ne peut pas faire toutes les choses à la fois parce que beaucoup de choses sont prioritaires mais sur les questions de lutte contre la pauvreté, les famines et le chômage, il a fait des efforts.

Francis Ouédraogo, vendeur dans une boutique

Selon moi, pour les cinq années passées, comme il a succédé à une transition, c’était normal qu’il ait des difficultés. Mais la période n’a pas été totalement un échec. Il y a eu des avancées significatives qui sont des signaux d’espoir. Les cinq prochaines années à venir nous pensons qu’il pourra faire mieux et que les Burkinabè sortiront satisfaits.

Pendant ces cinq années moi je souhaiterais qu’il mise sur l’éducation qui n’est pas en phase avec les besoins en matière d’emploi. Un coach en développement personnel a dit que le système éducatif actuel est comme les télécentres en son temps ; c’est un système démodé. Donc nous, nous voulons du réel, du concret parce que ce qu’on nous enseigne à l’école, dès que nous sortons on ne rencontre pas ça sur le terrain. Il faut donc changer la façon de nous former à l’école.

Joachin Simporé, fonctionnaire à la retraite

Je souhaite juste bonne chance au président dans sa nouvelle fonction. C’est la population qui a jugé que le passé a été normal en lui renouvelant sa confiance dès le premier tour. Donc moi je lui souhaite bon vent. Cependant je trouve qu’il a comme défis, les dossiers brulant de la sécurité, de la réconciliation nationale et d’autres sujets à caractère économique comme la lutte contre le chômage, le sous-emploi et la lutte contre la pauvreté. Donc c’est au président de faire un effort considérable pour que son mandat soit un succès.

Il faut le dire, sur les questions de la réconciliation nationale, il a dit lui-même qu’il sera le président de tous les Burkinabè et c’est sur cet aspect qu’il est très attendu en dehors du dossier sécuritaire. Je dirai simplement qu’il doit incarner les aspirations du peuple burkinabè. Il faut donc qu’il respecte ce qu’il a promis dans son programme de campagne.

Quant à la question de la grogne sociale, c’est parce que dans la fonction c’est comme s’il y avait des supers fonctionnaires. Alors que tout le monde est important au même titre. Je pense que c’est à lui de trouver la sagesse qu’il faut pour pouvoir gérer tout cela. C’est donc une question de responsabilité, mais aussi de l’entourage. S’il est mal entouré il va de soi qu’il échoue en partie son mandat malgré sa bonne foi.

Aminata (noms d’emprunt), vendeuse de yaourt

Notre préoccupation c’est que le pays soit en paix. Il y a bien sûr d’autres préoccupations mais la priorité c’est la paix. En matière de commerce, le marché est devenu morose. Nos enfants n’ont pas d’emploi. Donc les charges s’augmentent alors que ce que nous gagnons dans ce commerce diminue au fur et à mesure.

Depuis 6 heures du matin je n’ai pu vendre qu’un kilogramme et demi de lait. Alors qu’auparavant j’avais tout au plus une heure pour vendre un kilogramme et demi de lait. Donc c’est également un souci mais comment une autorité peut agir sur de telles choses moi je ne vois pas. Donc s’il y a la paix le reste viendra. Le Burkina Faso est si grand, les préoccupations sont énormes. Le président ne peut pas tout régler, néanmoins il doit tout faire pour préserver la cohésion sociale.

Alidou Oubda, menuisier à Nonsin

Moi ma préoccupation ce sont les impôts qu’on soumet aux marchants qui n’arrivent même pas subvenir correctement à leur besoin. Je suis menuisier, c’est à peine si je vends un tabouret par semaine. Mais avec ça, l’on soumet mes produits à des impôts. D’autres personnes dans ma situation sont soumises aux mêmes conditions. Par la suite on trouve que certains fuient les impôts.

C’est vrai qu’il y a des personnes de mauvaise foi mais de façon générale chacun veut contribuer pour le développement de son pays. Nul ne veut se dérober mais si les préoccupations en famille sont énormes et le marché sur lequel tu comptes, il n’y a pas grand-chose, comment tu vas t’y prendre ? C’est vraiment une préoccupation majeure pour nous qui souhaitons qu’il y ait vraiment une relance de l’économie de sorte à ce que cela profite à tous.

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 28 novembre 2020 à 00:00, par Dedegueba SANON En réponse à : Réélection de Roch Kaboré : Les Burkinabè attendent beaucoup du nouveau contrat

    Un coup KO, le Simon national aurait dit :" tuk gulli" du temps de l’OD/MPT ou du CDP. J’avais espéré qu’il en soit ainsi, sans pour autant être un fanatique de Roch. Avant d’aller loin, je rappelle que j’ai toujours prôné sur cette plateforme " une casherisation" de notre classe politique.
    Elle est vieillissante et dans cette arène aucun ne peut jeter la pierre à l’autre. Tous sont comptables de la situation actuelle du pays. Et cela dure plus de 27 ans.
    J’avais espéré un report de ces élections, pour raison de sécurité, rêver que nos politiciens toutes tendances confondues feront front commun contre les fous qui nous attaquent. Car tous les partis ( opposition comme majorité) ont perdu des militants dans cette violence aveugle. Cela serait un signal fort à l’endroit de ceux qui rêveraient de détruire ce pays, mais hélas nos hommes politiques n’ont pensé qu’à se torpiller et à se prétendre chacun la solution. Il y en a même un, qui a fait du chantage aux populations de l’Est, voire à nous tous, en prétendant que lui président, aucun coup de feu ne sera entendu désormais. Voilà il n’y est pas, donc les coups de feux vont continuer et on va sans doute enterrer les habitants de l’Est ?
    Que cette opposition prie pour que Roch sécurise le pays dans ce mandat, qui je l’espère est son dernier ( on ne sait jamais), au besoin il faut même l’aider à bouter hors de notre pays ces assaillants. Car si ce problème n’est pas réglé et que dans cinq ans nous refaisons une élection à l’exclusion de certaines zones, il ne faudrait pas que cette opposition vienne alors nous brandir encore les mêmes arguments de leur échec. Une transition aurait eu le mérite que tout le monde aurait l’œil sur et dans cette CENI, et la transparence serait une vertue partagée. En refusant ce lenga, l’opposition s’est exclue elle-même, et comme en Afrique c’est rare chez les francophones d’organiser des élections pour les perdre ???
    Pour parler de cette CENI, je dirais que même si le pays ne va pas bien, l’organisation fut plus qu’approximative. Et cela m’a beaucoup étonné de Newton, lui qui est si critique et si prompt à dénoncer ? Et dire qu’il fut " présidentiable " sous la transition ? Poulo tu n’as pas vraiment assuré. Et nous t’attendons à l’heure du bilan,
    surtout financier. Maître KERE avait fait mieux...lui qui aurait pu pistonner son parent...
    J’espère vraiment que le " lenga" que l’opposition a refusé à Roch, ne s’imposera pas à elle dans cinq ans. Sinon au contraire de Soglo, qui parle de pays béni, moi je dirai pays maudit plutôt.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Elections municipales de 2021 : Le parti HAWRE recommande des concertations inclusives pour éviter les crises
Législatives du 22 novembre 2020 : Le Conseil constitutionnel valide le scrutin
Processus électoral au Burkina : Une enquête révèle la place prédominante de l’argent pendant la campagne
Burkina : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% des voix (Conseil constitutionnel)
Scrutin du 22 novembre 2020 : Le Président chinois félicite Roch Kaboré pour sa réélection
Élections couplées 2020 au Burkina : Les désagréments « n’ont pas été faits à dessein », notent deux OSC
Elections couplées 2020 au Burkina : Le CISAG appelle à une réforme urgente de la CENI
Législatives de novembre 2020 : En dépit du score réalisé, le Mouvement « SENS » place sa confiance aux « graines semées »
Elections 2020 au Burkina : L’Organisation FASO NEEMA salue la maturité démocratique des acteurs
Elections législatives du 22 novembre 2020 : Liste provisoire des élu(e)s
Réélection de Roch Kaboré : La lutte contre la corruption aura-t-elle une oreille attentive ?
Elections présidentielle et législatives : Voici les grands perdants du scrutin du 22 novembre 2020
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés