Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ce sont nos choix qui montrent qui nous sommes, bien plus que nos capacités.» Joanne K.Rowling

Gestion des ressources pastorales : Le projet SOM présente les résultats de ses recherches

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 26 novembre 2020 à 20h00min
Gestion des ressources pastorales : Le projet SOM présente les résultats de ses recherches

Dans le cadre de ses activités de sécurisation de la production des espaces pastoraux, le projet SOM a organisé, le 24 novembre 2020, un atelier de restitution des résultats de ses recherches. Cette rencontre a connu la présence des représentants du secteur public, des ONG, des centres de recherche, des universités, mais aussi des agents des différents ministères concernés par la thématique. La cérémonie d’ouverture a connu la présence du président de l’Université Joseph-Ki-Zerbo, Pr Rabiou Cissé.

L’espèce végétale « Senna obtusifolia », encore appelée « Cassia tora » ou « Oulô » en fulfuldé, « Katre Nangouri » ou « Sôgôda » en mooré, ou encore « Kirikiri » en dioula, est une plante de faible qualité fourragère. Pourtant, elle abonde dans les espaces pastoraux. Sa présence impacte négativement les activités d’élevage et, partant, l’économie du pays.

Pour comprendre les causes de l’expansion de cette plante, ses impacts sur les services écosystémiques et également les méthodes pour contrôler ce phénomène, le projet Senna obtusifolia Management (SOM) a été initié par le Laboratoire de biologie et écologie végétales de l’Université Joseph-Ki-Zerbo. Selon le coordonnateur du projet, Dr Oumarou Ouédraogo, il vise à contribuer à une utilisation durable des systèmes naturels de production fourragère, notamment les espaces pastoraux.

Dr Oumarou Ouédraogo, coordonnateur du projet SOM.

Pour lui, beaucoup de défis se présentent au secteur de l’élevage qui reste un pilier essentiel de l’économie nationale. Il s’agit notamment de la gestion des ressources fourragères pour soutenir un élevage extensif avec un cheptel croissant en effectif.
Le présent atelier, placé sous le thème « Ressources pastorales et résilience des populations », s’inscrit dans cette dynamique de permettre aux participants issus des différents secteurs, de s’approprier les résultats de recherche obtenus dans le cadre du projet SOM, sur la gestion des ressources fourragères au Burkina Faso et la résilience des populations locales.

C’est aussi une manière de permettre aux participants de consolider les collaborations existantes entre structures, ou de nouer des partenariats entre les structures invitées et les enseignants-chercheurs, les chercheurs, les doctorants et les mastorants. Toute chose qui permettra le développement d’initiatives pour une synergie d’action favorable à la résilience du secteur.

Mettre en évidence la problématique de la gestion durable des ressources pastorales

Présent à cette rencontre, le président de l’Université Joseph-Ki-Zerbo, Pr Rabiou Cissé, a félicité les acteurs de ce projet qui permet à l’université de jouer pleinement son rôle d’institution de recherche au service du développement de la nation. Il estime que la dégradation des espaces naturels de pâturage est l’une des principales causes des conflits entre agriculteurs et éleveurs.

Pr Rabiou Cissé, président de l’Université Joseph-Ki-Zerbo.

Ainsi, les résultats de recherche d’un tel projet permettront de mettre en évidence la problématique de la gestion durable des ressources pastorales et d’aborder les stratégies à adopter afin d’aider les populations à mieux s’adapter et à être plus résilientes aux effets des mutations environnementales continues. Tout en souhaitant plein succès aux travaux, le Pr Rabiou Cissé a émis le vœu que ces résultats servent aux programmes de développement dans le domaine du pastoralisme et de l’élevage en général.

Initié en 2017, le projet Senna obtusifolia Management (SOM) est mis en œuvre au Burkina Faso grâce au financement de la fondation allemande de recherche Volkswagen, pour une durée de trois ans. Il a permis de conduire des recherches, de produire des publications scientifiques, des fiches techniques et des manuels de bonnes pratiques. A cela s’ajoute la formation des étudiants en licence professionnelle et en master, et de deux doctorants respectivement en écologie et en sociologie.

Judith SANOU
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Dispensaire Saint Jean Malte de Ouagadougou : L’Association pour la Promotion de la Citoyenneté et le Développement offre des équipements
Cardinal Philippe Ouédraogo : "Au-delà des distinctions de religions, d’ethnies, des options politiques..., que nous soyons tous frères et sœurs !"
Dialogue inter-religieux : « Cette rencontre permet d’habiter nos existences, de nous rapprocher », Père Basile Paré
Burkina : « La cohésion sociale ne pourra venir que si nous nous écoutons, si nous nous réconcilions », lance Pasteur Henri Yé de la FEME
Assemblée générale de la F-SYNTER : L’exclusion des enseignants à temps plein et les ingénieurs de recherche du CAMES, le point qui fache
"Un salaire ne doit en aucun cas être un moyen de chantage", Bassolma Bazié à propos de sa démission de la fonction publique
55e journée mondiale des communications sociales : Le pape François invite les journalistes à aller sur le terrain
Santé bucco-dentaire : Les chirurgiens-dentistes appellent à en faire une priorité
Fonction publique burkinabè : La lettre de démission de Bassolma Bazié
Canal+ Burkina : Un portefeuille de plus de 50 000 nouveaux abonnés en 2020
Appui aux personnes vulnérables : Le diocèse de Ouagadougou lance son fonds de solidarité Alfred Diban
Cultures fruitières face au changement climatique au Burkina : « Si dans dix ans rien n’est fait, on court vers la catastrophe », avertit Dr Souleymane Nacro
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés