Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Plus il y a de candidatures pour une élection présidentielle, moins on préservera l’environnement.» Édith Boukeu Journaliste-fact Checker, Cameroun

Elections 2020 au Burkina : La CNDH salue l’esprit pacifique qui a guidé les acteurs et les invite une fois encore au respect des droits humains et des libertés fondamentales

Accueil > Actualités > Société • • jeudi 19 novembre 2020 à 08h30min
Elections 2020 au Burkina : La CNDH salue l’esprit pacifique qui a guidé les acteurs et les invite une fois encore au respect des droits humains et des libertés fondamentales

A quelques heures de la fin de la campagne électorale ouverte depuis le 31 octobre 2020 et qui a été l’occasion pour les différents acteurs politiques et candidats aux élections couplées présidentielle et législatives de solliciter le vote des électeurs, la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH), conformément à son mandat de suivi de la situation des droits humains, constate un déroulement apaisé des activités de campagne. La CNDH salue l’esprit pacifique qui a guidé les acteurs, militants et sympathisants des candidats aux différents scrutins durant cette période.

De façon générale, les observateurs et moniteurs des droits humains déployés par la CNDH dans les régions de la Boucle du Mouhoun, du Centre, du Centre-Nord, de l’Est, des Hauts-Bassins, du Nord et du Sahel, n’ont pas rapporté jusque-là d’incidents portant sur de graves violations et abus des droits humains en lien direct avec le déroulement de la campagne. Pour cela, la CNDH félicite les acteurs ayant contribué à un environnement apaisé.

Cependant, sur la base des situations observées et des informations reçues et vérifiées, un certain nombre d’actes qui portent atteinte aux droits humains et aux libertés fondamentales ont été relevés. Il s’agit notamment :

-  des propos menaçants et des intimidations proférés pendant des réunions publiques par des acteurs politiques et des leaders coutumiers à l’encontre de citoyens, y compris des femmes et des populations déplacées, pour décourager leur vote et leur participation à des activités au profit d’adversaires politiques ;

 des propos stigmatisants, insultants et ethnicistes contre des candidats et des populations ;
 la distribution d’argent, de vivres, de non vivres et de gadgets ;
 des menaces de représailles formulées par des individus armés non identifiés contre des populations en cas de participation aux élections du 22 novembre 2020 ;
 l’organisation de réunions à proximité et dans des établissements scolaires avec comme conséquence l’annulation ou la suspension des cours ;
 l’inobservation des directives du Ministère de la santé relative aux mesures de prévention contre la covid-19 ;
 l’arrachage d’affiches de campagne des candidats.

La CNDH invite une fois encore les responsables et les acteurs politiques au respect des droits humains et des libertés fondamentales, en particulier le droit pour tout électeur de voter librement pour le candidat de son choix.

La CNDH salue les efforts déjà déployés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et lui recommande de prendre toutes les dispositions nécessaires pour le respect et la mise en œuvre des mesures préventives contre la covid-19 dans les centres de vote.

La CNDH invite les acteurs politiques à respecter scrupuleusement le Code de bonne conduite qu’ils ont librement signé le 26 octobre 2020.
La CNDH encourage le Gouvernement à renforcer et garantir la sécurisation de l’ensemble du processus électoral.

Fait à Ouagadougou, le 20 novembre 2020.

Le Président

Kalifa Yemboado Rodrigue NAMOANO

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Santé : La prématurité constitue la 3e cause de décès dans les formations sanitaires du Burkina
Bobo-Dioulasso : Des acteurs de l’éducation renforcent leurs capacités dans l’exécution de la dépense publique
Démographie, paix et sécurité : L’UNFPA au chevet des Etats du Sahel
Protection des enfants en situation d’urgence : SOS Villages d’Enfants et ses partenaires réfléchissent à une synergie d’actions
Festivités du 11 décembre à Banfora : Me Pacéré Frédéric Titinga plaide pour le maintien
Suspension des conférences pédagogiques : Le Synateb dénonce un mépris à l’égard des organisations syndicales
Individu tué vers le camp militaire Gal Baba Sy : Le parquet militaire explique
Ouagadougou : « Nous pouvons confirmer la mort d’un citoyen américain », un porte-parole du département d’État américain
Syndicalisme au Burkina : La F-SYNTER rend hommage aux devanciers
Zonta club de Ouagadougou : Une nuit consacrée à la passation de charge et d’accueil de nouveaux membres
Lutte contre le mariage d’enfants au Burkina : Des organisations de la société civile plaident pour la légalisation de l’âge à 18 ans
Participation citoyenne et redevabilité politique : Le Projet JERP accompagne des associations et mouvements de jeunes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés