Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Plus il y a de candidatures pour une élection présidentielle, moins on préservera l’environnement.» Édith Boukeu Journaliste-fact Checker, Cameroun

Grand banditisme : Cinq présumés malfaiteurs dans les mailles de la police judiciaire du Centre

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 19 novembre 2020 à 11h16min
Grand banditisme : Cinq présumés malfaiteurs dans les mailles de la police judiciaire du Centre

Le Service régional de la police judiciaire du Centre (SRPJ-C) a démantelé un réseau de malfaiteurs spécialisés dans les vols à main armée et opérant dans les espaces verts, les commerces et les domiciles. Ce jeudi 19 novembre 2020, ils ont été présentés à la presse.

Sur une dizaine de membres, cinq ont été interpellés et seront présentés au procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Ouagadougou, a indiqué le commissaire principal du Service régional de la police judiciaire du Centre (SRPJ-C), Sayibou Galbané. Ils sont composés majoritairement des repris de justice, communément appelé « récidivistes ». Et le commissaire Moussa Diéni d’ajouter qu’ils ont tissé les liens étant à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO).

Selon le commissaire Sayibou Galbané, la spécialité du présent groupe, c’est la jeunesse des membres et l’extrême violence dont ils usent pour dépouiller leurs victimes. Leurs âges varient entre 21 et 34 ans. « Pour preuve, le sieur Somé, employé d’une boulangerie de la place, a reçu plusieurs coups de machette avant d’être dépossédé de la somme de 850 000 francs dans la nuit du 30 juin au 1er juillet 2020 aux environs de 2 heures », a-t-il confié.

Le commissaire principal du Service régional de la police judiciaire du Centre (SRPJ-C), Sayibou Galbané

Ces présumés malfaiteurs opéraient dans la ville de Ouagadougou, précisément dans les quartiers de Toudbwéogo, Nagrin, Karpala, Yagma, Goughin, Baskuy et dans la commune de Ziniaré (région du Plateau central). Ils étaient spécialisés dans les vols à main armée dans espaces verts, les boutiques, les domiciles et autres commerces.

Environ trois millions dépouillés

Les investigations ont permis de saisir en leur possession, un pistolet automatique de calibre 9 millimètres et des munitions, des armes blanches, des vélomoteurs et divers autres matériels volés. Le cerveau de la bande, C.S., est un corps habillé qui, disant se trouver dans des difficultés financières, a proposé aux autres de mettre à leur disposition le pistolet qu’il aurait frauduleusement acquis lors d’une mission à l’étranger contre une compensation pécuniaire, a rapporté Sayibou Galbané.

Les objets saisis au cours de l’enquête présentés à la presse

A en croire les conférenciers, une dizaine de plaignants déjà identifiés auraient été dépouillés d’une somme d’environ trois millions de francs CFA ainsi qu’une dizaine d’engins à deux roues et près d’une vingtaine de téléphones portables. Déjà à ce stade, le SRPJ-C signale que le nombre des victimes non encore identifiées dépasse largement le nombre de celles identifiées.

Cette dame est heureuse d’entrer en position de sa moto volée il y a deux mois

L’occasion a été choisie par la police de rappeler la population à la vigilance et à la collaboration en appelant aux numéros verts : le 17 pour la Police nationale et le 16 pour la Gendarmerie nationale.

LC2
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 19 novembre à 14:25, par ô pays mon beau peuple En réponse à : Grand banditisme : Cinq présumés malfaiteurs dans les mailles de la police judiciaire du Centre

    Il est vrai que la peine de mort a été abolie mais un homme de tenue qui donne son arme pour servir dans des braquages, on peut quand même faire quelque chose même si ça sera non officiel.

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre à 10:47, par arsène bamogo En réponse à : Grand banditisme : Cinq présumés malfaiteurs dans les mailles de la police judiciaire du Centre

    On n’en est pas à une première. Il y a quelques années débutait cette forfaiture avec un gendarme footballeur en son temps. Ce qui intrigue dans tout ça, c’est cette fatwa juridique qui ne voudrait pas que ces malfrats soient présentés au grand jour au motif qu’ils seraient présumés innocents. Innocents pour innocents, dès lors que les objets qui ne sont pas leur propriété se retrouvent dans leurs mains et qu’ils avouent les avoir retirés chez autrui, le crime est consommé. Alors on attend quoi pour lever cette mesure qui, je n’en doute pas un seul instant, contribuera à amenuiser ces délits car chacun y réfléchira par deux fois avant de se lancer dans cette aventure .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Santé : La prématurité constitue la 3e cause de décès dans les formations sanitaires du Burkina
Bobo-Dioulasso : Des acteurs de l’éducation renforcent leurs capacités dans l’exécution de la dépense publique
Démographie, paix et sécurité : L’UNFPA au chevet des Etats du Sahel
Protection des enfants en situation d’urgence : SOS Villages d’Enfants et ses partenaires réfléchissent à une synergie d’actions
Festivités du 11 décembre à Banfora : Me Pacéré Frédéric Titinga plaide pour le maintien
Suspension des conférences pédagogiques : Le Synateb dénonce un mépris à l’égard des organisations syndicales
Individu tué vers le camp militaire Gal Baba Sy : Le parquet militaire explique
Ouagadougou : « Nous pouvons confirmer la mort d’un citoyen américain », un porte-parole du département d’État américain
Syndicalisme au Burkina : La F-SYNTER rend hommage aux devanciers
Zonta club de Ouagadougou : Une nuit consacrée à la passation de charge et d’accueil de nouveaux membres
Lutte contre le mariage d’enfants au Burkina : Des organisations de la société civile plaident pour la légalisation de l’âge à 18 ans
Participation citoyenne et redevabilité politique : Le Projet JERP accompagne des associations et mouvements de jeunes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés