Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En élection, il faut à la fois espoir et audace.» François Hollande

Zéphirin Diabré à Banfora : « S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Élections 2020 • LEFASO.NET • mercredi 18 novembre 2020 à 18h25min
Zéphirin Diabré à Banfora : « S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire »

Pour son avant-dernier meeting régional, Zéphirin Diabré a fait rugir le lion à Banfora, chef-lieu des Cascades. C’était dans l’après-midi de ce mercredi 18 novembre 2020 devant de nombreux partisans sortis pour d’ores et déjà le "proclamer" président du Faso. A cette étape, Zéphirin Diabré a eu un ton de fermeté sur les "velléités" de fraudes.

Comme dans les onze étapes jusque-là parcourues, c’est avec slogans et cris de guerre, que le candidat a été reçu dans la cité du paysan noir, Banfora. Après des visites aux autorités coutumières et religieuses, la délégation a mis le cap sur le meeting.

A la tribune, Zéphirin Diabré a confié qu’on lui avait dit que dans les Cascades, le "lion" n’existait pas.
"Je vois qu’ils ont menti ; la région des Cascades est toujours la maison des lions", nargue-t-il en prenant à témoin la mobilisation.
Zéphirin Diabré est ensuite revenu sur le bilan du président sortant, qu’il a démonté.
"Lutte contre le terrorisme, 00/20. Lutte contre la corruption, 00/20. Réconciliation nationale, 00/20. (...). Préparation du 11 décembre 2020 à Banfora, 00/20... Il faut, dès le 23 novembre, commencer un nouveau Burkina", peint-il.

Avant de quitter le parloir, le chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso, Zéphirin Diabré, s’est voulu clair et ferme sur les questions de fraudes. "S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire".

Son intervention a été précédée de plusieurs autres, représentant les couches sociales. Djakaridja Soulama, responsable à l’organisation du meeting régional a soumis des doléances "au futur président". Il s’agit entre autres du redécoupage de la région des Cascades, dès son accession au pouvoir. En effet, selon M. Soulama, le découpage actuel de la région en deux provinces (la Comoé et la Léraba) est un handicap à son développement. Localité stratégique de par sa situation géographique (région frontalière), elle pourrait mieux profiter sa position, si des préalables sont levés, explique-t-il. Parmi ces conditions, les retenus d’eau, le désenclavement interne.

"Le pouvoir du MPP a eu le malheur d’installer un presimètre pour évaluer leur travail. Malheureusement, Roch Kaboré n’a jamais franchi la note de 4 sur 10. Alors, quand un élève doit redoubler et que vous le faites passer en classe supérieure, ne soyez pas surpris de ses résultats. A bon entendeur, salut !", a avisé le porte-parole des anciens.

"Le Burkina Faso vit l’enfer depuis cinq ans, l’heure est venue de prendre des décisions courageuses", corrobore le représentant des jeunes, qui égrène des maux à la charge du pouvoir Roch Kaboré tels que l’insécurité, les déplacés, la corruption.
Il est temps donc de changer de choix, et ce choix, c’est Zéphirin Diabré, appuie-t-il.
"Vous êtes le président de la jeunesse, des enfants, des femmes, des anciens. Vous serez au pouvoir à partir du 22 novembre 2020.

Alors, les femmes des Cascades me demandent de vous dire de ne pas les oublier, car elles souffrent", s’est confiée la représentante des femmes. Elle a en outre, et comme doléances, énuméré les problèmes d’accès aux terres par les femmes, les difficultés d’accès aux Fonds de financement aux activités génératrices de revenus...

Gaoua se mobilise pour "rectifier l’erreur de 2015"

Avant les Cascades, l’ancien directeur Afrique et Moyen-Orient du groupe AREVA était, la veille, dans la région du Sud-ouest, Gaoua. Là également, les militants, massivement, sortis, ont, à travers leurs représentants, exprimé un message de "ne plus commettre l’erreur de 2015".

"Nous sommes fatigués de la gratuité de soins gratuits sans médicaments. Nous sommes fatigués des Forces de défense et de sécurité tombées sur le champ de bataille. Notre intuition de mère nous dit que vous pouvez nous sortir de là.(...). La victoire est certaine. Nous faisons nôtre, notre slogan : Ensemble, sauvons le Faso", retient-on de l’intervention de la représentante des militantes du Sud-ouest.

"Zéphirin Diabré est un homme intègre, un homme loyal, un homme compétent, un rassembleur", magnifie le Samandin Naaba, pour qui, si la démocratie doit choisir, ce sera Zéphirin Diabré.

Le candidat Zéphirin Diabré, lui, a exprimé "satisfaction et admiration pour cette gigantesque mobilisation qui montre déjà que nous sommes résolument sur le chemin de Kosyam".
Moment idéal pour revenir sur les piliers de son offre politique : la sécurité, la réconciliation nationale, la lutte contre la corruption, la réorientation de la formation des jeunes, la mise en place d’une banque spécialement destinée aux femmes, la révolution industrielle et agricole.

"Dès le 23 novembre matin, ils (terroristes) vont savoir qu’il y a un garçon à Kosyam", a promis Zéphirin Diabré avant d’exhorter :
"Soyez des femmes et des hommes dignes du Sud-ouest. Cette fois-ci, on ne laissera personne voler notre victoire, ça c’est clair".

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 18 novembre à 18:37, par Charlie En réponse à : Zéphirin Diabré à Banfora : " S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire "

    Mon cher ami, tu peux t’agiter comme tu veux. Tu peux même remuer le ciel et la terre. Les élections seront libres et transparentes. A chaque burkinabé de s’assumer. Sache tout simplement que tu ne vas pas aller à Kossyam sur le sang des burkinabé. Franchement, il est pathétique ! Ça annonce déjà une déroute électorale !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 20:47, par Manuel En réponse à : Zéphirin Diabré à Banfora : « S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire »

    Bonjour
    Après les tunnels, c’est le refus de reconnaître les résultats ?
    Hie ! Cousin de Donald Trump, on gagne où on gagne !
    Un conseil à Zeph : fais tout pour être élu le 22 novembre sinon la CEDEAO, l’ Union africaine et la France féliciteront le vainqueur Ablasse Ouedraogo !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 21:56, par Le Vigilent En réponse à : Zéphirin Diabré à Banfora : « S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire »

    Discours pathétique d’un mauvais perdant !! En fait Zephirin Diabre sait déjà qu’il sera au mieux en 3e position aux élections du 22 novembre 2020. Alors il commence à s’agiter et à préparer le scénario qui lui permettra de contester les résultats et semer des troubles dans le pays. On dirait le lépreux qui ne peut pas traire le lait, mais peut renverser la calebasse de lait. Un tel personnage est-il digne de présider à la destinée de tout un peuple épris de paix ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 22:02, par SOME En réponse à : Zéphirin Diabré à Banfora : « S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire »

    "S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire".
    Cette fois-ci, on ne laissera personne voler notre victoire, ça c’est clair".
    voilà le vrai diabré, Voilà l’agent par qui l guerre civile post électorale sera déclenchée. Diabre ne devra jamais être président de ce pays. Jamais, jamais ! Ce alassane ouattara au Burkina est trop minble, décevant, pas du tout à la hauteur, ni intellectuellement, ni moralement,
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 22:08, par Lom-Lom En réponse à : Zéphirin Diabré à Banfora : « S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire »

    Avons-nous à un Donald Trump Burkinabe ? Si oui, alors la débâcle est ainsi annoncée ! Tout compte fait, les élections auront lieu dans la paix et dans la transparence ! Quand on est battu déjà dans la tête, la.vraie défaite effective s’en suivra forcément. Les politiciens sont avertis : si jamais un Burkinabè meurt ou est blessé à cause de ces élections, nous n’attendons plus la réconciliation ! Le peuple prendra ses responsabilités ! Alors, balle à terre !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 22:45, par Séraphin Pierre En réponse à : Zéphirin Diabré à Banfora : « S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire »

    Le Chef de File de l’Opposition a parfaitement raison.

    La précipitation sera source d’erreurs et favorisera la fraude qui ne passera jamais en 2020. Il vaut mieux prendre le temps et valider les résultats au lieu de se précipiter.

    Nous avons appris ce soir que le Logo d’un Parti politique (ODT) a été ôté du bulletin des législatives à Ouagadougou et remplacé par celui d’un parti qui n’est pas en compétition. Nous espérons que cela sera corrigé avant les élections et que les responsables, s’il s’agit d’une modification préméditée seront punis conformément à la loi. Sinon, vous allez reprendre les élections à Ouagadougou.

    Aussi, nous osons croire que c’est seulement à Ouagadougou que le problème existe. Nous vous invitons à faire les vérifications nécessaires dès demain et à faire les corrections nécessaires afin de ne pas semer les graines d’une crise postélectorale.

    Les fraudes ne seront pas tolérées en 2020 car, nous n’avons pas besoin d’un fraudeur comme Président ou Député. Que ceux qui s’y préparent le comprennent bien.

    Nous restons vigilants et aucune fraude ne sera tolérée.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 01:51, par caca En réponse à : Zéphirin Diabré à Banfora : « S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire »

    Les gens de ce pays veulent être des gouvernants à tout point, qu’ils sont prêt pour y arriver. En 2020 croire un coup ko comme un idéal dans une élection présidentielle au Burkina relève de l’utopie. Si une crise postélectorale vienne s’ajouter à celle déjà existante, ne soyez pas surpris des conséquences.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 08:42, par koh En réponse à : Zéphirin Diabré à Banfora : « S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire »

    ZEPH a toujours clamé qu’il est démocrate et les lois priment sur tout. Même s’il y a fraude, il y a des recours avec des preuves à l’appui.
    Ce n’est par ce que une foule vient à ton meeting qu’elle va forcement voter pour toi. La foule c’est la foule. Tous ceux qui remplissent les lieux des meeting ne son pas tous des votants.
    Zeph veut dire que s’il n’es élu il y a forcement fraude.
    Qu’il se prépare psychologiquement à un éventuelle défaite car peut être désagréablement surpris.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 08:59, par s En réponse à : Zéphirin Diabré à Banfora : « S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire »

    Le peuple ne toléra quiconque qui voudra mettre le feu au pays pour envie de pouvoir. Je crois que c’est clair.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 09:19, par Le Républicain En réponse à : Zéphirin Diabré à Banfora : « S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire »

    Acceptons pour l’intérêt national qu’il y a des velléités de fraude au regard de certains faits dénoncés par des partis en compétition.
    la récupération des cartes électorales de nombreux électeurs par des activistes de certains partis est une réalité. l’impression et la distribution de mauvais spécimens dénoncé par l’ODT peut être vérifié. Voilà un ensemble de situations pouvant amené des contestations et la reprise du scrutin par endroit en cas de procès gagnés par les plaignants. Pour un Etat qui peine à réunir le budget des élections c’est inacceptable. Vivement qu’il soit mené des investigations sur ces tentatives de fraude. On est fatigué que pour de sordides intérêts personnels l’argent du contribuable soit dilapidé.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 09:33, par kap En réponse à : Zéphirin Diabré à Banfora : « S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire »

    Quelqu’un qui parle de cohésion sociale et stabilité du pays nourrit de tel esprit ? Qu’il se batte d’abord pour la troisième place QUI RISQUE DE PASSE SOUS NEZ REVEUR

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 10:32, par Ka En réponse à : Zéphirin Diabré à Banfora : « S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire »

    Ici je suis désolé de dire aux internautes qui cautionnent les inquiétudes de Mr. Zépherin Diabré qu’ils sont d’une grande malhonnêteté intellectuel : Car, Mr. Diabré voyant qu’après le 22 Novembre le titre de chef de l’opposition l’échapperait pour atterrir soit dans les mains d’Eddie ou Zida, est le but de cette inquiétude de fraudes sans fondement et de faire passer la CENI et autres organes d’organisation de contrôle de cette élection de fraudeurs et incompétents.

    Et cette déclaration devant son public, montre un prétexte après l’élection pour créer l’anarchie et faire croire au monde entier que le Burkina est à feu et à sang à cause d’une élection truquée, et profiter faire un coup d’état à la maternelle dont il sera le président d’une transition imaginaire. C’est un mauvais calcul. Mr. Diabré a commencé déjà sans le savoir à être en conflit avec celui qui sera élu démocratiquement par les urnes " et aussi avec la Loi" comme incité ses partisans à la violence avec ses fraudes imaginaires.

    En disant a ses partisans qu’ils savent ce qu’il faut faire, est qu’après les résultats d’une élection transparente et honnête, les violences les plus sanguinaires et destructrices feront partie du mot d’ordre de Mr. Zépherin Diabré chef de l’opposition. Que Dieu nous vienne en aide.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 10:57, par Bao-yam En réponse à : Zéphirin Diabré à Banfora : « S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire »

    Dommage que les photos ne permettent pas de voir l’ampleur des mobilisations. Est-ce fait à dessein ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 13:30, par Ka En réponse à : Zéphirin Diabré à Banfora : « S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire »

    Je vois que les internautes de talent et de bonne foi ont déserté ces temps-ci Lefaso.net. ‘’’Kôrô yamyélé, Mme M. Guirma, Achille de Tapsoba, VeritéNo1, Mafoi, Trahison, et tant d’autres. Mais Ka et SOME sont là. Et en ce qui me concerne, le coup KO un slogan qui vient des partisans des anciens présidents Valéry Giscard d’Estaing, J. Chirac et de Macron, on pouvait les accusé surtout à tous les dirigeants Africains qui ont repris ce slogan pour intimidé leurs adversaires, mais qui veut souvent dire que c’est malhonnêtes et irresponsables, car de slogan bafoue la démocratie. Si c’est gagné avant le scrutin, cela signifie que tout est bouclé et "On gagne ou on gagne", c’est pareil.

    Mais les partisans de Roch Kaboré ont raison d’employé ce slogan pour celui qui s’est mis à nu depuis 5 ans devant son peuple. Et comme un internaute vivant en Suisse du nom de SIDNABA qui connait la démocratie synonyme de vérité chez les Suisses en disant que ’’le Président Rock est un bon père de famille comme son père du reste qui l’a bien éduqué au respect de son prochain est vrai. Et rares des personnes comme moi qui l’ont côtoyé diront le contraire’

    Et je considère que cet homme a un courage dont je n’aurais jamais été capable. Quelqu’un ne peut pas avoir pris tant de coups, avoir subi tant de haine, avoir été harcelé de cette façon, avoir été humilié de la sorte, et tenir encore debout, dressé face aux adversaires et aux ennemis ! Il faut reconnaître aux gens ce qu’ils sont. Roch Kaboré est un homme d’honnête. Et un homme qui a de telles performances, a forcément les moyens de tenir un pays. Parce que tenir un pays, c’est aussi être capable de rester debout face aux tempêtes. Devant les magouilles des grandes puissances, les pressions extérieures et crises qui éclatent à l’intérieur, les frondes extérieures, il faut que le leader soit debout. Car s’il baisse les bras en négociant avec les punaises, le pays plie l’échine".

    Et pourtant, ne déplaise a certains, c’est bien grâce à la franchise de Roch Kaboré que le peuple primaire fera que le coup KO soit une réalité et non pas les intellectuels revanchards devant les claviers.

    Oui je suis un farouche partisan de l’alternance politique du Burkina avec sa jeunesse, et autour de nous, des jeunes politiques se réveillent et sont de plus en plus dans l’élan démocratiques et la défense des convictions personnelles pour la relève. Mais en écoutant le président Roch Kaboré sur RFI pourquoi un deuxième mandat dont je vous donne des extraits que j’ai relevé, il mérite de continuer pour les cinq ans à venir et terminer ce qu’il à a faire avant de passer la main selon l’article 37.

    Retenu pour vous de ce qu’a dit le président Roch Kaboré sur RFI

     : « J’ai beaucoup de respect pour mes concurrents. Le 22 novembre, c’est le peuple qui tranchera. Je suis préparé à toutes les éventualités. Mais, ce que je demande tout simplement, c’est que chacun de nous prenne l’engagement de respecter les résultats », souligne le président Kaboré, qui affronte une douzaine de candidats à sa propre succession. ‘’’’’’N’en déplaise à ceux qui vilipendent son bilan, pour Roch Kaboré, le programme conçu pour le Burkina Faso a été exécuté sur l’ensemble du territoire dans tous les secteurs économiques et sociaux du pays. Mais, il pense que le meilleur sera à venir durant les cinq années à venir, avec le combat actuel qu’il mène contre le terrorisme. « On n’a pas tout fait. Ce serait une prétention de dire qu’on a tout fait ».

    Interrogé sur la réconciliation nationale, en particulier sur le retour au pays de l’ex-président déchu et en exil en Côte d’Ivoire, Blaise Compaoré, Roch Kaboré se montre très circonspect. « Tous ceux qui sont à l’extérieur peuvent rentrer. Ceux qui ont des procès à la justice passeront devant la justice et sacrifieront de leur mission de montrer qu’ils sont innocents ».

    Pour le président-candidat du Faso, la question de la présence de Blaise Compaoré au niveau de la réconciliation nationale n’est pas une nécessité absolue. Puisque, avance-t-il, « il y a un mandat d’arrêt qui a été lancé. Il faut d’abord lever ces obstacles avant que les choses ne puissent se faire ».

    En tout état de cause, M. Kaboré pense déjà à un geste de magnanimité. « Pour ma part, je considère qu’une fois que nous aurons fait les élections, nous verrons les modalités dans lesquelles il pourra rentrer en attendant de pouvoir faire face à la justice conformément aux textes en vigueur dans notre pays ».

    Blaise Compaoré pourra-t-il ainsi rentrer avant la table-ronde prévue pour la réconciliation et y prendre part ? Pas si facile et évident, semble dire Roch Kaboré. « Si la justice montre qu’il est coupable, il pourra répondre là-bas. Cela veut dire que sa participation serait difficile. La réconciliation nationale, c’est la vérité, la justice et la réconciliation. Quand on fait de manière cavalière la réconciliation, on revient au point zéro », prévient le tenant de l’Exécutif du Faso, qui rappelle la réconciliation faite au temps de son prédécesseur, Blaise Compaoré, qui a abouti à des décisions d’amnistie, lesquelles ont été remises en cause après l’insurrection.’’’’’

    Conclusion : Roch Kaboré ne veut pas que les autres candidats mènent la politique de la ruse. Que la vérité soit dite pour faire avancer le Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 14:57, par Mkouka En réponse à : Zéphirin Diabré à Banfora : « S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire »

    Zephyrin a tellement soif du pouvoir qu’il voit des fraudes partout. Comme Harpagon pour qui tout le monde est devenu suspect. Une phobie irritante. Et puis des propos de va-en-guerre au-dela de sa haine contre le MPP. Ya quelque mois il clamait que le MPP ne peut pas gagner sans fraudes. Aujourdhui, il dit quil y a fraudes et previent qu’il ne se laissera pas faire . Cela fait donc des mois qu’il prepare ses militants a la revolte en depis des disposition mises en place pour assurer une election paisible. Je trouve cela tres dangeureux pour le pays.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 16:29, par le fou En réponse à : Zéphirin Diabré à Banfora : « S’il y a fraudes, je vais refuser de reconnaître les résultats, et vous savez ce que vous devez faire »

    ZEPH pratique le jeu de pétanques.
    Il sait qu’il ne passera pas encore cette année le vote pour la présidence, il sait que son fauteuil du CFOP est en ballotage, alors il veut cogner dans la masse pour pouvoir s’installer au plus près de son objectif. Que la CENI, la justice , la gendarmerie et autres forces soient regardant afin de prendre toutes les dispositions durant la période post électorale pour éviter que des pyromanes embrasent le pays pour des mobiles de vengeances individuelles .Que Dieu bénisse le Burkina.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
EN DIRECT - Elections 2020 au Burkina : Proclamation des résultats provisoires des législatives
Résultats des législatives du 22 novembre : Le NTD enjambe l’UPC, le CDP revient en force
Présidentielle et législatives 2020 au Burkina : Leçons des élections
Législatives 2020 au Burkina : Les dissidents de l’UPC reviennent à l’hémicycle sous la bannière du MBF
Elections 2020 au Burkina : « L’intérêt égoïste a pris le dessus sur l’intérêt général », regrette Me Ambroise Farama
Assemblée nationale : Le PAREN, une voix éteinte !
Législatives 2020 au Burkina : Liste provisoire des députés MPP 2020-2025
Élections législatives 2020 au Burkina : Maxime Koné rempile dans la Kossi avec le MPP
Burkina : « L’élection du 22 novembre s’est révélée libre, fiable et transparente » selon une coalition d’ONG et associations africaines
Élections 2020 au Burkina : “ Le double scrutin est réputé libre, sincère, crédible, fiable et démocratique” pour l’Institut Africa Solidarité
Élections couplées 2020 au Burkina : La mission d’observation de l’institut Africa solidarité félicite les acteurs
Législatives 2020 au Burkina : A Banfora, une plainte en justice contre le Nouveau Temps pour la Démocratie accusé de fraudes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés