Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ce sont nos choix qui montrent qui nous sommes, bien plus que nos capacités.» Joanne K.Rowling

Festival ciné droit Libre : La population de Koudougou sensibilisée pour la tenue d’élections apaisées

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • mercredi 11 novembre 2020 à 13h50min
Festival ciné droit Libre : La population de Koudougou sensibilisée pour la tenue d’élections apaisées

Dans le cadre de la décentralisation du festival Ciné droit libre, Koudougou a reçu du 5 au 7 novembre 2020, une série d’activités placée sous le thème" pourquoi la démocratie ?". Cette série d’activités s’inscrit en phase avec la période électorale dans le but de sensibiliser tous les acteurs pour des élections apaisées.

Durant 4 jours, Koudougou a abrité une série d’activités avec le festival Ciné droit libre lancée à la veille des élections présidentielle et législatives pour sensibiliser la population pour des élections apaisées. Projection de films, débats publics, parade animée et concert live sont entre autres les activités menées dans la cité du cavalier rouge du 5 au 7 Novembre 2020.

Placé sous le thème "pourquoi la démocratie ?", cette activité vise à sensibiliser tous les acteurs de la scène politique pour la tenue d’élections libres et apaisées. Selon le coordonnateur régional du festival Soutonoma Dimanche Yaméogo, ce festival national qui se tient chaque année a été décentralisé cette année dans 5 villes dont Fada, Koudougou, Ouahigouya, Dori et Bobo Dioulasso. « A quelques pas des élections présidentielle et législatives, c’est de pouvoir sensibiliser les uns et les autres pour qu’il y ait des élections apaisées, et que tous les partis politiques acceptent les résultats au soir du 22 novembre. » précise M. Yaméogo.

Coordonnateur régional du festival, Soutonoma Dimanche Yaméogo

Pour lui, les attentes à l’issue de ces 4 jours d’action sont de voir une population qui comprend que les élections sont des débats d’idées et non un rapport de force. Aussi, c’est également de voir les partis politiques jouer un rôle de fair-play et laisser les électeurs faire leur choix le soir du 22 novembre.

« Kemtiyu » de Cheik Anta Diop, « la guerre des terres » de Aziz Nikièma, « On a le temps pour nous » de l’artiste Smockey sont entre autres les différents films qui ont été projetés lors de ces activités de sensibilisation. Projection qui a vu la mobilisation massive des élèves, des étudiants mais également des populations de certains quartiers de la ville.

Projection-débats du film "On a le temps pour nous" à la cité universitaire Ouédraogo de Koudougou en présence de l’acteur principal Smockey.

La journée du 7 novembre a été ponctuée par une parade animée qui a conduit plusieurs jeunes à arpenter les rues de la ville, à partir de la place de la nation jusqu’à l’université Norbert Zongo pour terminer devant la mairie. Ce fut l’occasion de faire passer une fois de plus des messages de sensibilisation pour interpeller la population à accepter les résultats des urnes. Le coordonnateur n’a pas manqué d’interpeller tous les candidats à savoir raison garder, et de pouvoir se donner la main dans la main pour bâtir le Burkina.

Une parade animée pour passer des messages de sensibilisation pour des élections libres et apaisées

C’est par un grand concert dans la soirée, qui a réuni sur le même plateau musical plusieurs artistes musiciens tels que Smockey, Sibi Zongo, Welby et des troupes traditionnelles, que l’étape de Koudougou a pris fin.

P.O
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Métiers des artisans : L’École Olilor internationale professionnalise les acteurs de cinq pays à Ouagadougou
Condition féminine des artistes : Des danseuses et comédiennes parlent des blocages qu’elles vivent
Festival Basga de Zorgho et organisateurs d’événement : Une convention pour mieux promouvoir la musique burkinabè
Musique : Toksa, le rappeur dont le flow va s’exporter en France
Poésie : L’enseignant Rassomane Savadogo dénonce l’exploitation minière avec des proses
Humour burkinabè : Il est temps d’arrêter la perversité et la mendicité
Watiti Watoma : L’artiste congolais qui veut conquérir le cœur des mélomanes burkinabè
Conte et éducation des enfants : « Le conte est incontournable pour la structuration de la vie de l’enfant », enseigne Kientéga P. Gérard dit KPG
Prix Goncourt des Lycéens et Prix Orange du Livre en Afrique : Critiques sur le sacre de Djaili Amadou Amal
Festival international de Danse de Ouagadougou (FIDO) : La 9e édition aura lieu du 23 au 30 janvier 2021
Culture du niébé au Burkina : Des chercheurs publient un livre sur sa progression des cinquante dernières années
Littérature : "Toute Chose est belle en son temps" une oeuvre de Ranipoma Bernard Zoungrana
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés