Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est bien d’être le meilleur, mais c’est meilleur d’être le plus original.» Youssoupha dans Mon Roi

Election présidentielle au Burkina Faso : La vision du candidat Sessouma

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Élections 2020 • Message du candidat Do Pascal Sessouma • samedi 31 octobre 2020 à 09h24min
Election présidentielle au Burkina Faso : La vision du candidat Sessouma

Décidément, il serait donc vrai l’adage selon lequel le journalisme mène à tout ? C’est au cours d’un reportage au Costa Rica, petit pays d’Amérique centrale, que Dô Pascal Sessouma a eu un déclic sur les politiques de développement en Afrique. Il y a découvert comment ce pays, sans ressources minières, a pu devenir plus riche que tous ses voisins, juste en misant une bonne partie de ses ressources à l’éducation et à la santé, et en minimisant les dépenses militaires.

Du Costa Rica au Pakistan, du Canada au Niger, du Nicaragua au Zimbabwe, au cours de sa carrière de journaliste international, M. Sessouma a eu l’occasion de confronter plusieurs expériences de développement, et il est arrivé à la conclusion que les maigres ressources déployées pour le développement de la plupart des pays africains, dont le Burkina, ne vont pas à l’essentiel. Et pour lui, l’essentiel c’est la satisfaction des besoins fondamentaux des populations que sont l’eau, la santé, l’éducation et les routes.

M. Sessouma est un novice en politique car depuis son retour au Burkina Faso en 1997 après un exil de 13 ans, notamment au Canada, il s’était volontairement mis en retrait de la politique, refusant d’adhérer à un quelconque parti.
En octobre 2014, les événements de l’insurrection populaire l’ont fait sortir de sa réserve, et c’est à partir de cette date qu’il prit la décision de franchir le pas.

Le 03 janvier 2020, il crée le parti « Vision Burkina – Parti Pacifiste », un parti qui, comme son nom l’indique, est résolument tourné vers la recherche de la paix, devenant ainsi le tout premier parti pacifiste du Burkina, qui fait de la recherche de la paix son credo, en refusant la guerre et la violence comme moyens de règlement des conflits.

Le 13 juin 2020, lors de la présentation de son programme de gouvernement et de son projet de société, il crée tout un émoi, par des prises de position audacieuses et inédites.

En effet, il propose une profonde réforme de l’armée, avec à long terme, sa suppression pure et simple après une juste et confortable indemnisation des militaires une fois que la paix sera retrouvée. Il ne garderait que 4.000 hommes pour la surveillance des frontières, appuyés par la technologie comme des drones. Les budgets militaires ainsi économisés iraient à des secteurs vitaux comme l’eau, l’éducation, la santé et les routes, et serviraient également à renforcer la police et la gendarmerie pour plus de sécurité à l’intérieur de nos frontières. Pour M. Sessouma, le Burkina Faso a plus besoin de sécurité intérieure que de défense extérieure.

Il propose la rotation du pouvoir selon les zones géographiques du Burkina pour dit-il « empêcher toute velléité de monopolisation du pouvoir par un groupe ethnique au détriment des autres groupes ».

Il propose la rotation de la « capitale » dans les différents chefs-lieux de région pour favoriser le développement de toutes les régions du Burkina.
Il plaide pour une réforme profonde de l’administration et de la justice.
Il préconise une politique de répression de la corruption par la mise en place d’une commission permanente de vérification physique des biens des citoyens.

Il penche pour la reconnaissance, l’encadrement et la rémunération de la chefferie coutumière pour empêcher l’ingérence des chefs coutumiers dans la politique.
M. Sessouma est le seul candidat, à date, qui propose de reconnaitre la faute de l’Etat dans cette tragédie du terrorisme, et il s’est engagé à dédommager les familles des victimes innocentes du terrorisme, par les fruits d’une loterie spéciale qu’il mettra en place en partenariat avec la loterie du Québec au Canada.

C’est pour mettre en œuvre ce vaste programme que M. Sessouma va solliciter le suffrage des Burkinabè pour la présidentielle de novembre 2020, avec comme priorité des priorités, le rétablissement de la paix et de la sécurité à l’intérieur de nos frontières. Pour ce faire, il préconise des négociations avec les groupes terroristes.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Elections couplées de novembre 2020 : Le PNUD et le NDI capitalisent l’accompagnement apporté aux candidates
Elections municipales de 2021 : Le parti HAWRE recommande des concertations inclusives pour éviter les crises
Législatives du 22 novembre 2020 : Le Conseil constitutionnel valide le scrutin
Processus électoral au Burkina : Une enquête révèle la place prédominante de l’argent pendant la campagne
Burkina : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% des voix (Conseil constitutionnel)
Scrutin du 22 novembre 2020 : Le Président chinois félicite Roch Kaboré pour sa réélection
Élections couplées 2020 au Burkina : Les désagréments « n’ont pas été faits à dessein », notent deux OSC
Elections couplées 2020 au Burkina : Le CISAG appelle à une réforme urgente de la CENI
Législatives de novembre 2020 : En dépit du score réalisé, le Mouvement « SENS » place sa confiance aux « graines semées »
Elections 2020 au Burkina : L’Organisation FASO NEEMA salue la maturité démocratique des acteurs
Elections législatives du 22 novembre 2020 : Liste provisoire des élu(e)s
Réélection de Roch Kaboré : La lutte contre la corruption aura-t-elle une oreille attentive ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés