Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les obstacles sont ces choses que vous apercevez lorsque vous détournez les yeux de vos objectifs.» Henry Ford

Boucle du Mouhoun : Le projet PATRIP prône la cohésion sociale dans les zones transfrontalières du Mali et du Burkina

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 28 octobre 2020 à 19h30min
Boucle du Mouhoun : Le projet PATRIP prône la cohésion sociale dans les zones transfrontalières du Mali et du Burkina

Les initiateurs du Projet de renforcement des capacités transfrontalières des communautés menacées de déstabilisation (PATRIP) ont organisé un atelier, ce mardi 27 octobre 2020 à Dédougou, pour faire le bilan à mi-parcours de la mise en œuvre des activités. Les bénéficiaires et les autorités administratives et locales venus des communes du Mali et du Burkina ont fait le déplacement de la cité de Bankuy pour s’imprégner de l’état des lieux des activités, après 11 mois d’exécution du projet.

Porté par Welthungerhilfe et l’Association la Voute nubienne (AVN), le projet dénommé PATRIP est destiné aux zones transfrontalières du Mali et du Burkina. Un atelier-bilan à mi-parcours s’est tenu ce mardi 27 octobre 2020 à Dédougou, dans la région de la Boucle du Mouhoun, l’une des régions bénéficiaires du projet. Les porteurs de ce projet d’actualité, au regard du contexte sécuritaire fragile au niveau des frontières, ont tenu à réunir les populations bénéficiaires des dix communes du Mali et du Burkina.

Une vue des participants.

La cérémonie a été placée sous la présidence de Sahabani Zeba, haut-commissaire des Banwa, et a connu la participation des autorités provinciales de la zone d’intervention. Les élus locaux et les communicateurs des radios communautaires étaient aussi présents pour s’approprier le contenu du projet, prendre connaissance des axes et domaines d’intervention et surtout interagir pour le bon déroulement des activités programmées dans le cadre de la mise en œuvre du PATRIP.

Avant d’entamer les échanges, le directeur pays de Welthungerhilfe, Jean Philippe Jarry, par le biais de son représentant, Mouni Konombo, a rappelé que son ONG a été créée en 1962 sous l’égide de l’Organisation mondiale pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). C’est plus tard, en 1967, qu’elle sera baptisée Deutsche Welthungerhilfe (WHH). Il a ensuite expliqué que la vision de WHH, c’est un monde dans lequel chacun peut mener une vie indépendante avec dignité, équité, à l’abri de la faim et de la pauvreté.

La présentation du projet.

« Faim zéro partout où nous travaillons, d’ici 2030 », c’est l’objectif qui a poussé WHH et l’Association la Voute nubienne (AVN) à initier le Projet de renforcement des capacités transfrontalières des communautés menacées de déstabilisation.

Ce projet, selon le haut-commissaire Sahabani Zeba, vise à promouvoir l’intégration et le développement socio-économiques des populations tout en encourageant la coopération et les échanges transfrontaliers entre les peuples du Mali et du Burkina.
De façon directe, ce sont trois régions du Burkina et du Mali qui sont couvertes par le projet. Issa Ouattara, le chef de projet, a relevé que ce sont directement plus de 4 100 personnes et indirectement 60 000 personnes qui seront touchées par le projet dans les communes de Djibasso, Tansila, Faramana, Sami et Doumbala au Burkina ; et les communes de Mahou, Boura, Benena, Koula et Mandiakuy au Mali.

Issa Ouattara, le chef du projet.

« A travers ce projet, nous réaliserons des infrastructures communautaires sous le modèle de la Voute nubienne, nous appuierons les OSC et les jeunes. Nous ferons la promotion de la cohésion sociale, du cash for work et de la création artistique assortis de sensibilisations », a dévoilé Issa Ouattara.
Il faut dire que toutes ces différentes activités, qui s’étaleront sur 20 mois, nécessiteront la somme de plus 982 millions de F CFA.

Sahabani Zeba, haut-commissaire de la province des Banwa.

Les bénéficiaires et les partenaires de mise en œuvre du projet n’ont pas voulu se faire conter cet atelier. Sekouba Samaté est le maire de la commune de Mahou au Mali. Pour lui, « ce projet est le bienvenu dans notre commune. Nous avons des problèmes de bâtiments communautaires pour les jeunes et les femmes. Ce problème sera résolu avec le volet cash for work. Nous souhaitons un plein succès à ce projet qui fait la part belle à la cohésion sociale et au volet artistique. Ce projet fond les barrières entre nous, populations du Mali et du Burkina, car le brassage, c’est tous les jours. Ce projet vient renforcer ce qu’on avait de commun avec les populations transfrontalières ».[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Bienvenu DEMBELE
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 29 octobre à 09:25, par Ivo Issa L’écrivain En réponse à : Boucle du Mouhoun : Le projet PATRIP prône la cohésion sociale dans les zones transfrontalières du Mali et du Burkina

    Bonjour
    Merci pour ce message très clair qui apporte une lumière à la conscience. Vos actions de tous les jours et la sincérité qui les enveloppe est ce qui va insuffler à la jeunesse musulmane et la jeunesse en général cette flamme d’amour et du devoir. La violence en aucun cas n’est pas une solution et puissions nous ignorer les dénigrants car parfois nos réactions à leur dénigrement leur portent de l’importance... Notre prophète, ainsi que Mirza Ghulam Ahmad et Jesus ( paix paix paix soient sur eux) sont les exemples d’Amour à suivre, dont il faut révéler les véritables enseignements originels, enseignements riches beaux et intelligents imprégnés de la vie qui circule en tout...
    Merci encore et que vos actions quotidiennes portent fruits pour les vies...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Individu tué vers le camp militaire Gal Baba Sy : Le parquet militaire explique
Ouagadougou : « Nous pouvons confirmer la mort d’un citoyen américain », un porte-parole du département d’État américain
Syndicalisme au Burkina : La F-SYNTER rend hommage aux devanciers
Zonta club de Ouagadougou : Une nuit consacrée à la passation de charge et d’accueil de nouveaux membres
Lutte contre le mariage d’enfants au Burkina : Des organisations de la société civile plaident pour la légalisation de l’âge à 18 ans
Participation citoyenne et redevabilité politique : Le Projet JERP accompagne des associations et mouvements de jeunes
Entrepreneuriat agricole : Des acteurs outillés sur le Code d’investissement agro-sylvo-pastoral, halieutique et faunique
Réduction des inégalités et élections : Les femmes juristes plaident pour le droit à la santé à Koudougou
Bobo-Dioulasso : Issa Traoré remporte plus de 84 millions de Fcfa au 4+1 de la LONAB
11-Décembre à Banfora : L’idée du report des festivités divise les citoyens
Gouvernance vertueuse au Burkina : Le REN-LAC souhaite plus d’engagement des candidats à l’élection présidentielle
Caricatures du prophète Mahomet : « En islam, on ne se moque pas de Dieu, de ses prophètes et de ses lois », selon l’imam Ilboudo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés