Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est bien d’être le meilleur, mais c’est meilleur d’être le plus original.» Youssoupha dans Mon Roi

Panel sur le « consommons burkinabè » : Des légumes et du cinéma au menu

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • mardi 27 octobre 2020 à 16h30min
Panel sur le « consommons burkinabè » : Des légumes et du cinéma au menu

Dans le cadre de la foire du « consommons burkinabè » ou Burkin’Daaga organisée par Burkina Wa-Mêdô, le président du Conseil régional du Centre, Eric Tiemtoré, a livré une communication ce mardi 27 octobre 2020. Elle a porté sur la contribution du projet de développement de la filière maraichère à l’atteinte de la sécurité alimentaire dans la région du Centre.

Du 26 au 31 octobre 2020, Ouagadougou vibrera au rythme de la foire du « consommons burkinabè » ou Burkin’Daaga, initié par Burkina Wa-Mêdô, une faitière regroupant plus de 200 associations. En marge de la rue marchande installée au siège du FESPACO, cette foire se veut également une tribune de réflexion sur la problématique de la consommation des produits locaux. Pour ce faire, un panel a réuni plusieurs personnalités pour échanger autour de la problématique du « consommer local » et de ce que cela implique.

Le président du Conseil régional du Centre, Eric Tiemtoré, l’un des panélistes, a abordé la contribution du projet de développement de la filière maraichère à l’atteinte de la sécurité alimentaire dans la région du Centre. Il a partagé avec les participants l’expérience de sa région. Comme il le souligne, « Généralement pour le commun des mortels, quand il s’agit des collectivités, commune ou région, on voit la production des actes d’état civil, les lotissements. Au-delà, il y a des choses qui sont faites, notamment au niveau de la région du Centre », a-t-il relevé de prime abord, avant d’expliquer qu’avec le soutien d’un partenaire, la région du Centre a accompagné de nombreux maraichers.

Eric Tiemtoré, président du Conseil régional du Centre

Ils ont été organisés en neuf coopératives, dont six dans les communes rurales de la région et trois dans la commune de Ouagadougou, pour la production de fruits et légumes. Cet accompagnement a permis d’augmenter la production, mais aussi d’améliorer la qualité des fruits et légumes produits. « Nous avons doté ces coopératives maraichères qui vont de 50 à 200 producteurs par coopérative, de centres de conditionnement au niveau des communes rurales pour leur permettre de stocker et de conserver la surproduction. En aval, nous avons rénové l’ex-UCOBAM en plateforme de chambres froides pour stocker la surproduction de ces maraichers, de sorte à leur permettre d’avoir des prix beaucoup plus offrant et dans le temps », a indiqué M. Tiemtoré.

Avec ces chambres froides, les producteurs ne sont plus obligés de brader à vil prix, leurs productions aux acheteurs étrangers et peuvent par conséquent se faire plus de marge sur la vente de leurs produits. En outre, les populations, elles disposent à tout moment de fruits et légumes locaux.

Consommer nos productions cinématographiques

Rasmané Ouédraogo, acteur, a quant à lui abordé la question de la consommation de la production cinématographique burkinabè. Il a indiqué qu’en ce qui concerne le cinéma, les Burkinabè consomment plus ce qui vient de l’extérieur, que leurs propres productions « Nous le faisons au dépend de notre propre économie. Sur le terrain de l’échange, nous n’apportons rien (...) Notre espace culturel est envahi. À la télévision, ce sont des films venus d’ailleurs, ce sont des télénovelas qui ne sont pas de bons exemples pour notre vie ici. », déplore-t-il.

Une vue des participants au panel

Néanmoins, reconnait-il, pour que les Burkinabè consomment leur cinéma, encore faudrait-il que la production soit de qualité. Ce qui n’est pas toujours le cas. « Si on n’a rien à offrir, vous voulez que les gens consomment quoi ? C’est ce qui leur tombe dans la main. Mais il y a aussi une volonté politique à imprimer. Il faut accepter que la culture est importante, incontournable. Il faut donc donner de l’importance à la culture », a conclu Rasmané Ouédraogo.

C’est sous le thème « Process, innovations et transferts technologiques ; quelles stratégies nationales pour intégrer les chaines de valeurs régionales et internationales », que se tient la 3e édition du Burkin’Daaga au siège du FESPACO et ce, jusqu’au 1er novembre 2020.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Fiscalité internationale : Bientôt, le deuil des paradis fiscaux ?
Amélioration du climat des affaires au Burkina : Le MICA et la SFI renforcent leur partenariat
Songa Market : Une nouvelle plateforme digitale de transfert de biens et de services au profit des Burkinabè
Initiative Choose Africa : Une convention de plus de 654 milliards de Fcfa au profit des PME-PMI burkinabè touchées par le Covid-19
Ministère des Transports : Las d’attendre la satisfaction de leur plateforme revendicative, les agents observent un arrêt de travail du 27 au 29 avril 2021
Commerce transfrontalier : Le PNUD lance un projet pour consolider la paix dans trois pays du Sahel
Economie et développement : Le Burkina réfléchit à l’élaboration d’un nouveau Document de stratégie pays
UBA Burkina et Orange lancent le Service Bancaire Orange Money
UBA BURKINA : Mise en place d’un dispositif de gestion des réclamations des clients au sein de la banque
Franc CFA : Une farce de mauvais goût de Macron et Ouattara ?
Commune de Yako, province du Passoré : Le ministre des Ressources animales inaugure le nouveau marché à bétail
Relance économique du Burkina : Le CISAG envisage une « grande » marche de soutien dans les jours à venir
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés