Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme» Winston Churchill

Monitoring des médias en période électorale : Le CSC forme 110 observateurs

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET • mardi 27 octobre 2020 à 22h30min
Monitoring des médias en période électorale : Le CSC forme 110 observateurs

Dans le cadre des élections présidentielles et législatives du 22 novembre prochain, le Conseil supérieur de la Communication organise une formation de monitoring au profit de ses observateurs, du 27 au 29 octobre 2020 à Ouagadougou. Leur mission sera de veiller à l’application des principes d’équilibre et d’égal accès des partis politiques aux médias et de relever tout manquement qu’ils viendraient à constater dans les médias.

Conformément au code de bonne conduite signé par les parties prenantes aux élections du 22 novembre 2020, lundi 26 octobre 2020, le Conseil supérieur de la Communication (CSC) s’est engagé à faire le monitoring des médias. Mais vu l’insuffisance de son personnel, l’institution de Mathias Tankoano a fait appel à des observateurs externes pour ce monitoring durant les 21 jours que dure la campagne électorale. Au nombre de 110, ces observateurs seront répartis en deux groupes au cours d’une formation qui se tient du 27 au 29 octobre 2020.

Modules

Selon le directeur de l’instruction des plaintes et des études au CSC, Dao Abdoulaye, la formation sera divisée en deux phases, théorique et pratique. Les observateurs apprendront davantage sur le rôle du CSC en période électorale, avant de prendre connaissance du code de bonne conduite. Il leur sera enseigné également l’éthique et la déontologie du journalisme et la publicité en période électorale et enfin un module sera la méthodologie du monitoring. Pour la phase pratique, les observateurs s’essayeront à la collecte et au traitement des données aussi bien pour la radio, la télévision, la presse écrite que la presse en ligne.

Dao Abdoulaye, directeur de l’instruction des plaintes et des études au CSC

Un système d’alerte sur les discours haineux

A en croire le président du CSC, Mathias Tankoano, la mission des observateurs sera de veiller à l’application des principes d’équilibre et d’égal accès des partis politiques aux médias. Ils devront suivre, au jour le jour, tout ce qui est écrit et dit dans les organes, dans toutes les localités où ils seront déployés. Il a également indiqué qu’un système d’alerte sera mis en place pour que les propos empreints de haine ou de stigmatisation soient instantanément relayés au niveau de Ouagadougou pour que le collège des conseillers puisse se réunir rapidement et prendre une décision.

Mathias Tankoano, président du Conseil supérieur de la Communication

La neutralité, un principe à préserver

S’adressant aux observateurs, Mathias Tankoano les a invités à toujours respecter les mesures barrières et sécuritaires sur le terrain. « Même si vous n’avez rien à faire, au lieu de vous balader, restez là où vous êtes et respectez les mesures sanitaires et sécuritaires », a-t-il conseillé. Pour ce qui est de la neutralité dans le monitoring, le président du CSC a déclaré ceci : « Quand vous travaillez pour le CSC, faites attention à votre comportement sur le terrain. Même si vous avez un parti politique, sur le terrain, laissez tomber les activités de votre parti. Gardez votre neutralité parce que si l’un d’entre vous se comporte mal, ce sera comme si c’était le CSC qui se comportait mal. Si vous avez choisi de faire ce travail, alors vous devez respecter les règles qui régissent l’institution. Nous comptons sur vous », a conclu Mathias Tankoano.

Les observateurs ont été invités à respecter les mesures barrières et sécuritaires

En rappel, le Conseil supérieur de la Communication bénéficie de l’accompagnement du Programme des Nations unis pour le développement (PNUD) pour la formation et le déploiement des observateurs.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Médias en ligne : L’Association des éditeurs et professionnels expose les réalités du secteur au ministre de la Communication
L’application africaine de messagerie ayoba assure aux utilisateurs une protection complète de la confidentialité et de la sécurité des données
Applications de messagerie : Ces solutions africaines qui veulent se frayer un chemin
Réseaux sociaux : Les gens sont plus réceptifs à des messages partagés par des amis ou des parents, selon la Banque mondiale
Autorité du bassin du Niger : Le Burkina Faso a un nouveau réseau de journalistes et communicateurs pour plus de visibilité
WhatsApp repousse la modification de ses conditions d’utilisation au 15 mai 2021
Dialogue social : Ousséni Tamboura tâte le terrain à la SEP
Télévision : Un incendie dans les locaux de BF1 fait d’importants dégâts matériels
Ministère de la Communication : « La priorité, c’est la qualité du service public (…). Cela passe par l’amélioration des conditions de vie et de travail », Aboubakar Sanfo, SG adjoint du SYNATIC
Ministère de la Communication et des Relations avec le Parlement : Ousséni Tamboura promet de nouveaux chantiers
A la Une de l’Evènement du 10 janvier 2021
AstuceTic : Decrypto, l’application qui dévoile les messages codés
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés