Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En élection, il faut à la fois espoir et audace.» François Hollande

Zone de libre-échange continentale africaine : Le Burkina veut se doter d’une stratégie nationale de mise en œuvre

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • lundi 26 octobre 2020 à 22h55min
Zone de libre-échange continentale africaine : Le Burkina veut se doter d’une stratégie nationale de mise en œuvre

Ouagadougou abrite, les 26 et 27 octobre 2020, l’atelier national de lancement des consultations pour la formulation de la stratégie nationale de mise en œuvre de l’accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf).

Après la signature, le 21 mars 2018 à Kigali, par les chefs d’Etat africains de l’accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), la phase d’opérationnalisation est prévue pour commencer en janvier 2021. Cela commande que les pays se dotent d’une stratégie nationale de mise en œuvre de la Zlecaf. Le Burkina Faso, à l’instar d’autres pays africains, se prépare donc à rejoindre cette Zone de libre-échange continentale africaine dont tous les bienfaits sont chantés par les différents partenaires au développement.

Une vue des participants à l’atelier.

Dans la journée de ce lundi 26 octobre 2020, des acteurs de la société civile, du gouvernement, du secteur privé, des institutions et des centres de recherche se sont retrouvés à Ouagadougou pour une série de consultations qui vont contribuer à l’élaboration de la stratégie nationale de mise en œuvre de la Zlecaf. « La tenue de cet atelier permettra de mener de larges consultations constructives avec tous les acteurs, en vue d’arriver à un document de stratégie nationale de la Zlecaf », a indiqué Boubacar Traoré, secrétaire général représentant le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat.

La Zlecaf, une aubaine pour les pays africains

Les activités de la Zone de libre-échange continentale africaine doivent débuter en janvier 2021. Pour Metsi Makheta, coordonnatrice résidente du Système des Nations unies au Burkina Faso, cette zone devra créer un marché commun en Afrique. « La Zlecaf vise l’élimination progressive des barrières tarifaires et non-tarifaires au commerce intra-africain. A terme, la Zlecaf devra créer un marché continental unique et intégrer de 1,2 milliard de personnes et un produit intérieur brut supérieur à 2 500 milliards de dollars américains, soit quasiment un niveau équivalent au PIB du continent en 2018 », a-t-elle relevé. La zone en création devra encourager à la longue la migration du secteur informel vers le secteur formel. Elle est l’un des grands projets du premier Plan décennal de la mise en œuvre de l’agenda 2063 de l’Union africaine.

Metsi Makheta, coordonnatrice résidente du Système des Nations unies au Burkina Faso.

Pour le Burkina Faso, les bénéfices seront énormes. « Selon les estimations de la CEA, une libéralisation ambitieuse devrait accroître fortement les exportations du Burkina Faso vers les autres pays de la région, et leur augmentation vers ces partenaires africains serait perceptible dans les secteurs de l’énergie, des mines et de l’industrie », selon Metsi Makheta.

Cependant, les recettes douanières vont connaître une baisse sensible. Mais il n’y as pas lieu de s’inquiéter. « Avec la mise en œuvre de la Zlecaf, cette baisse serait rapidement compensée par l’accroissement des recettes provenant de la hausse significative des exportations vers le marché africain », a résumé la coordonnatrice résidente du Système des Nations unies au Burkina Faso.

Au terme du processus d’élaboration de la stratégie nationale, le Burkina Faso rejoindra la Côte d’Ivoire, la Gambie, la Guinée, le Niger, le Sénégal, la Sierra Léone et le Togo qui disposent déjà de leurs stratégies de mise en œuvre de la Zlecaf.

J.B
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 27 octobre à 00:25, par Le pragmatique En réponse à : Zone de libre-échange continentale africaine : Le Burkina veut se doter d’une stratégie nationale de mise en œuvre

    Pourquoi le Burkina Faso veut-il toujours jouer le bon élève ? Qu’est-ce qui vous fait courir autant ? Pourquoi ce sont des bailleurs étrangers qui financent cette stratégie ? Je trouve que c’est assez prématuré de chercher à se doter d’une stratégie. L’expérience de l’UEMOA et de la CEDEAO a montré que nous sommes les seuls et toujours les premiers à appliquer exhaustivement les différents traités sans rien recevoir en retour. Il faut qu’on arrête ça. Car après ce sont les autres qui vont venir s’inspirer de notre stratégie pour aller améliorer et faire mieux que nous. Et après c’est nous qui auront l’air naïfs. Ouvrons l’oeil et le bon car beaucoup de pays ont signé et ratifié le traité de cette fameuse ZCLAF mais ils n’y croient pas du tout. Au contraire, il faut s’attendre à ce qu’ils prennent des lois et réglements pour contourner subtilement certaines dispositions.

    Répondre à ce message

    • Le 27 octobre à 20:12, par Tapsoba En réponse à : Zone de libre-échange continentale africaine : Le Burkina veut se doter d’une stratégie nationale de mise en œuvre

      Sans aucune stratégie, nous n’aurons aucune possibilité de visions ( évaluation) afin de légiférer au besoin pour ’’contourner’’ comme vous le dites.
      Pour les bailleurs étrangers je suis d’avis avec vous.
      A bien voir tant que nous serons régi par les règles de l’OMC, ce gros marché sera une aubaine pour les chinois et européens car, d’un nos taxes douanières ne sont pas assez fort pour annihiler les subventions acquis par leur entreprises et de deux, il leur suffirait de trouver des portes d’entrée dans les pays les moins onéreux en taxes pour inonder tout le marché.

      Répondre à ce message

  • Le 27 octobre à 20:30, par Tapsoba En réponse à : Zone de libre-échange continentale africaine : Le Burkina veut se doter d’une stratégie nationale de mise en œuvre

    J’aurai plutôt aimé que l’on developpe les infrastructures ( autoroutes, port et aéroport) nécessaire à cette zone.
    Zone d’échange du continent africain (zecaf)
    Et plutard de façon sélective sauter les barrières au fur et à mesure ( dans des sous zones géographiques ou économique) par type de produit que nous jugerons assez solide pour résister aux marchés étrangers.
    Autrement avec l’OMC nous allons plus perdre que gagner.
    Avoir une stratégie ’’d’entrée’’ dans cette zone est bien salutaire par ce que elle nous permettra a tout moment d’évaluer l’impact et ainsi de légiférer pour ’’contourner’’.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bobo-Dioulasso : Les actionnaires minoritaires outillés sur leurs droits dans les partenariats en entreprise
Sociétés commerciales : L’Agence burkinabè des investissements instruit les actionnaires minoritaires sur leurs droits
Corruption dans l’administration des douanes au Burkina : Un programme anti-corruption mis en place pour inverser la tendance
Transformation du coton burkinabè : Désormais des T-shirts made in Burkina
Investir au Burkina : La protection des actionnaires minoritaires préoccupe l’Agence burkinabè des investissements
Projets et programmes communautaires : Le Burkina Faso dans le viseur des experts nationaux et de l’UEMOA
Production de miel au Burkina : Les acteurs disposent désormais d’un référentiel technico-économique
Journée africaine de la statistique : Déclaration de Lassané Kaboré, ministre de l’Economie et des Finances
Filières économiques porteuses : La bonne moisson du Réseau des producteurs de beurre de karité
Élections 2020 au Burkina : Une mission conjointe de la CEDEAO et de l’Union africaine salue le dispositif mis en place
20e Concours d’agrégation en médecine : Le Dr Aimé Sosthène Ouédraogo sacré meilleur lauréat
Hauts-Bassins : L’ONG Action contre la faim plaide pour une amélioration des services WASH dans les centres de santé
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés