Accueil > Actualités > Nécrologie

Dernier ajout : 21 janvier.

Bougouraoua Ouédraogo : Un pionnier de l’indépendance s’est éteint

 mercredi 27 juillet 2005

Bougouraoua Ouédraogo, celui qu’on appelait affectueusement le "Vieux Bougouraoua", s’est éteint le mardi 26 juillet 2005 à 6h30 à la clinique Notre Dame de la Paix de Ouagadougou à l’âge de 87 ans. L’inhumation aura lieu demain jeudi 28 juillet à Ouahigouya, sa ville natale .
Il laisse derrière lui une veuve, 9 enfants et plusieurs petits et arrière-petits-fils ainsi que de nombreuses personnes inconsolables qui ne reverront plus la silhouette de cet homme qui a fait partie de cette légion de (...)

Maxime Nébié : La voix de « kalakuta » s’est éteinte

 mardi 19 juillet 2005

Le 10 juillet, Maxime Nébié, alias Dj Max, est décédé. Dimanche, la Maison des associations rendait hommage au célèbre chroniqueur et dj de Couleur 3 (Génève).
Ils étaient tous là, dimanche à la Maison des associations, pour rendre hommage à dj Max, une des voix les plus appréciées de Couleur 3, notamment pour l’émission Republika kalakuta. Le groupe Farafina, ses amis des communautés brésiliennes et colombiennes, des danseurs, des curieux, des connaissances et bien sûr ses compatriotes burkinabè.
Il faut (...)

Mort de l’artiste Jeanne BICABA : Adieu à la princesse du Mouhoun

 jeudi 23 juin 2005

Partie en Côte d’Ivoire le pays qui l’a vu naître et où elle a fait ses premières armes, Jeanne BICABA en est revenue dans un cercueil. Cruel destin, elle a été victime d’un grave accident de la circulation qui prive ses nombreux fans, ses parents et ses amis de sa présence physique.
Désormais celle qu’on avait surnommée à juste titre la princesse du Mouhoun repose au cimetière de Gounghin-Ouagadougou.
Elle a été accompagnée à sa dernière demeure le samedi 18 juin par une foule nombreuse. Ses collègues (...)

Obsèques de Jeanne Bicaba : les larmes des artistes

 lundi 20 juin 2005

Le corps de l’artiste-musicienne Jeanne Bicaba est arrivé le vendredi 17 juin dernier à Ouagadougou suivi de l’enterrement le lendemain samedi dans la matinée, au cimetière de Gounghin. A l’occasion, un accueil digne de ce nom a été réservé à la dépouille mortelle.
Ancien poste de police (route de Bobo Dioulasso) où notre équipe était stationnée. Il était 14h30mn ce vendredi 17 juin quand, apparut un long cortège de voitures avec à sa tête, une bonne vingtaine de motocyclettes.
Dans ce cortège (...)

Arrivée du corps de Jeanne Bicaba à Bobo

 samedi 18 juin 2005

Décédée le 14 juin 2005 à la suite d’un accident de la circulation en territoire ivoirien, la dépouille mortuaire de notre compatriote Jeanne Bicaba est arrivée jeudi 16 juin aux environs de 23 heures à Bobo-Dioulasso.
C’est à bord d’un corbillard ivoirien que le corps de l’artiste a été transporté jusqu’au poste de police route de Banfora où la relève a été assurée par un véhicule de Burkina Secours.
Le lendemain 17 juin, les autorités locales, conduites par le gouverneur de la région des Hauts- Bassins, (...)

Décès de Jeanne Bicaba : Baz Bill raconte ce que Jeanne a dit la veille de son décès

 vendredi 17 juin 2005

Baz Bill, le secrértaire général de l’Association des jeunes musiciens du Burkina (AJMB), structure à la tête de laquelle la défunte avait été portée le 26 mai dernier, nous a confié qu’il a eu un entretien téléphonique avec Jeanne Bicaba la veille de la tragédie.
"Jeanne que nous appelons tous affectueusement "la vieille mère" est une artiste vraiment aimée de ses collègues. Elle a été portée à la tête de l’Association des jeunes musiciens du Burkina (AJMB) le 26 mai 2005 par acclamation. Toute (...)

Décès de Jeanne Bicaba : "Mort, où est donc ta victoire ?"

 vendredi 17 juin 2005

C’est une grande perte pour la musique burkinabè. Jeanne Bicaba est décédée dans la nuit du 14 au 15 juin aux environs de 2 h du matin dans un accident sur la route de Katiola (vers Bouaké, au nord de la Côte d’Ivoire).
Pour le moment, nous ne disposons pas d’informations précises ni sur les causes de l’accident ni sur les obsèques de la disparue. Jeanne Bicaba s’est éteinte mais son oeuvre demeure "Mort, où est donc ta victoire ?" Les Editions "Le Pays" présentent à la famille éplorée, leurs (...)

Mort de l’artiste Jeanne Bicaba

 jeudi 16 juin 2005

Selon des informations de source bien informée, l’artiste-musicienne Jeanne Bicaba est décédée hier mercredi 15 juin en Côte d’Ivoire (où elle était allée rendre visite à ses parents) par suite d’un accident.
Jeanne Bicaba dont le père est burkinabè et la mère ivoirienne, est rentrée au Burkina depuis une dizaine d’année.
Ancienne choriste de la Radio télévision ivoirienne (ORTI), elle a mis sur le marché discographique plusieurs albums :
1985 : “Dombéni”
“La caravane passe”
2002 : “Dombéni-Za” (...)

Bam/Décès du général Sangoulé Lamizana : Des Mossis présentent leurs condoléances aux Samos

 vendredi 10 juin 2005

Suite au décès de l’ancien chef de l’Etat, le Général Sangoulé Lamizana, un groupe de femmes mossis s’est rendu le dimanche 05 juin 2005 au domicile de M. Nagnan Lamoussa Traoré, préfet PDS de Kongoussi .
Conduit par Mme Ouermi Alizèta de l’Association des veuves et orphelins du Bam, le groupe comprenait des femmes de ladite association, de la Marche mondiale des femmes, section du Bam et du groupement Relwendé.
Au nombre d’une quarantaine, elles sont allées présenter leurs condoléances aux Samos (...)

Gal A. Sangoulé Lamizana, portrait d’un combattant (3)

 mercredi 8 juin 2005

En 1971, les civils sont de retour au pouvoir à Ouagadougou. Enfin presque. Les militaires sont présents au gouvernement et le chef de l’Etat est un général de division : Sangoulé Lamizana. Mais le RDA, majoritaire à l’Assemblée nationale, dirige le gouvernement. A Paris, tout baigne.
Pour Pompidou, qui ne s’intéresse guère à l’Afrique, Lamizana est "un brave type [...] qui rigole tout le temps" ; pour Jacques Foccart, qui s’y intéresse beaucoup, c’est un "très bon garçon".
Le mardi 27 octobre 1970, (...)

Gal A. Sangoulé Lamizana, portrait d’un combattant (1)

 lundi 6 juin 2005

Il laisse deux volumes de "mémoires", monumentaux, et un grand trou dans l’Histoire du Burkina Faso. Il faisait partie des "incontournables" ; de ceux qui sont dépositaires d’une partie essentielle de la mémoire de ce pays.
Avec, sans doute, l’abbé Séraphin Rouamba, Gérard Kango Ouédraogo, Joseph Ki-Zerbo, Martial Ouédraogo, Frédéric Guirma, etc.
On croisait encore le vieux Lamizana, en boubou et calot, lors des manifestations officielles ; il appartenait à ce comité des sages mis en place après la (...)

Doa du président Lamizana : Du benga chaud pour les Mossis

 lundi 6 juin 2005

La cérémonie religieuse du 7e jour de la disparition du général Sangoulé Lamizana a eu lieu le vendredi 2 juin à son domicile à la Zone du Bois. Une cérémonie qui a drainé du monde venu des quatre coins du Burkina.
Dès 7 h, les nattes installées devant la cour du défunt étaient prises d’assaut par les fidèles musulmans. En face d’eux, des chaises disposées sous des tentes et sur lesquelles on pouvait lire "membres du gouvernement, députés". Vers 7h30 effectivement, quelques ministres et des élus sont (...)

Obsèques du président Lamizana : la reconnaissance populaire à la droiture et à l’intégrité

 lundi 6 juin 2005

Les morts ne sont pas morts, a-t-on coutume de dire. C’est une vérité qui prend encore plus de relief dans le cas du général Aboubacar Sangoulé Lamizana. Décédé le 26 mai dernier, l’ancien chef de l’Etat burkinabè a réussi la prouesse de réunir l’unanimité sur ses qualités d’homme intègre et de dialogue.
La mobilisation populaire qui a entouré ses obsèques est le témoignage d’une reconnaissance du peuple à un leader politique qui a marqué positivement son esprit. Il y a, visiblement, une nostalgie du temps (...)

Lamizana : Qu’il repose en paix !

 samedi 4 juin 2005

Il s’est figé dans l’instant
Où la passion l’a emporté dans
Les ténèbres des souvenirs
J’ai vu le baobab incliner l’échine
Devant les intempéries du temps
Traversant avec sagesse et patience
Les vicissitudes de l’existence
Lami, tu resteras gravé dans les mémoires
De ton peuple qui t’a aimé
Sans haine ni passion mais
La fusion silencieuse des cœurs de tes enfants
Zana, si on pouvait corrompre la mort
Je sais que mes frères "Chameaux"
N’hésiteraient pas à le faire.
Va dans la paix et prie Bon (...)

Feu Général Sangoulé Lamizana : Un homme digne, simple et généreux

 vendredi 3 juin 2005

Le général Aboubacar Sangoulé Lamizana, ancien président de la République de Haute-Volta de 1966 à 1980, est décédé le jeudi 26 mai 2005, à l’âge de 89 ans. Un "baobab" est tombé. Le président Lamizana qui a dirigé avec dignité la Haute-Volta pendant quatorze ans, est un modèle.
Très simple et très généreux, Lamizana l’a été. Grand travailleur, il a eu un parcours de combattant. Retour sur les grands moments du passage de ce grand homme à la tête de l’Etat et sur l’historique procès au terme duquel il avait été (...)

Adama FOFANA, ministre chargé des relations avec le Parlement : "LAMIZANA lui-même s’était offert et ouvert à tout le monde et avait éliminé toutes sortes de distance avec les autres.”

 jeudi 2 juin 2005

Le décès du Général Sangoulé LAMIZANA a suscité une vive émotion collective accompagnée de témoignages poignants les uns plus que les autres. Tous sont dignes d’intérêts et méritent respect et considération compte tenu de leur expression sincère, spontanée et donc naturelle.
L’Opinion a voulu expressément vous faire connaître les sentiments d’un homme qui compte parmi les personnes qui ont pu observer le plus près possible le Général Sangoulé LAMIZANA..
Ses mots et les sentiments qu’ils charrient méritent (...)

Général Sangoulé Lamizana : Un “mythe” s’en est allé

 jeudi 2 juin 2005

Il a plu au Seigneur de rappeler à lui l’un des illustres hommes de notre pays, le général Sangoulé LAMIZANA à sa 89e année. De l’annonce de son décès à son inhumation, c’est tout un peuple qui s’est dressé comme un seul homme pour rendre un hommage mérité à celui qui a dirigé ce pays pendant 14 ans et surtout créé l’Armée nationale.
Retour sur le film de la disparition d’un homme devenu un « mythe » pour tout un peuple de par les actions qu’il a posées de son vivant.
Le jeudi 26 mai aux environs de 19h, un (...)

Général A. Sangoulé Lamizana : L’Homme qui jeta les bases de notre démocratie

 lundi 30 mai 2005

S’agissant d’évoquer la mémoire du général Sangoulé Aboubacar Lamizana, deuxième président de la République de la Haute-Volta indépendante et figure emblématique de l’armée nationale, par quoi et par où commencer ? Comment ne pas paraître verser dans le grossissement épique et les effets de loupe circonstanciels ? Comment au contraire faire dans la sobriété sans pourtant rien trahir ?
Des orateurs institutionnels dont les éloges dithyrambiques ont ponctué ses obsèques officielles, aux simples citoyens de la (...)

Obsèques de Sangoulé Lamizana : "Le Général a vaincu la mort"

 lundi 30 mai 2005

L’ancien président du Burkina, le général Sangoulé Lamizana, a été enterré hier au cimetière de Gounghin, à Ouagadougou. Emotions, hommages et prières ont accompagné cet "ancien combattant" de 89 ans, décédé le 26 mai dernier.
"Mon général, vous n’êtes pas mort ! Vous reposez humblement sur votre lit d’honneur". Le président de l’association des anciens combattants, Mamadou Sanfo, se souvient encore des actes de bravoure posés par le général Lamizana sur les champs de bataille. Comme si c’était hier. De (...)

Général Sangoulé Lamizana : Quand le Voltaïque était Burkinabè

 lundi 30 mai 2005

Jamais les Burkinabè n’ont été aussi unanimes pour reconnaître les mérites d’un homme. Cet homme-là, Aboubacar Sangoulé Lamizana qu’il s’appelait, fût-il un Samo jailli du tréfond de l’histoire voltaïque, mérite bien nos hommages. Général, il était au soir de sa longue et riche carrière militaire, mais vaillant soldat il demeura jusqu’à la fin de son parcours terrestre.
Président de la Haute-Volta de 1966 à 1980, il fut le citoyen providentiel qui savait tolérer, apaiser, réconcilier, pardonner et aider ceux (...)

Pages : 0 | ... | 960 | 980 | 1000 | 1020 | 1040 | 1060 | 1080 | 1100 | 1120 | 1140

  Météo
Météo Ouagadougou
  A la une de la presse
  Caricatures
  PMU'B
PMU'B

« 4+1 » DU 21/01/2018

ARR : 7-10-16-8-1 NP : 00
ORD : 4 696 000
DES : 31 000
DES : 1 500

C G : 11 000
C P A : 2 500
C P B : 1 000
C P C : 1 500

Conseil des Ministres depuis 2004
  Pharmacies de garde
Aéroport de Ouagadougou horaires

Suivez Lefaso.net
sur le WEB


Déjà 30 000 abonnés !

Lefaso.net
sur Facebook


Suivez
@lefaso_net
sur Twitter


Disponible sur Google Play Disponible sur App Store

LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés