Actualités :: Alphabétiosation accélérée : l’engouement des Koudougoulais

Le Secrétaire permanent du Plan décennal de développement de l’enseignement de base (SP/PDDEB), Hervé T. Kaboré, a effectué une visite de travail le samedi 20 août 2005 à Koudougou. M. Kaboré voulait, par cette visite, constater par lui-même le déroulement de l’opération "Alphabétisation accélérée" lancée par le ministère de l’Enseignement de base pendant ces vacances.

A son arrivée, le SP/PDDEB s’est entretenu avec le Directeur provincial de l’enseignement de base du Boulkiemdé Etienne Kaboré et des inspecteurs au sujet de l’organisation de l’alphabétisation.

Le directeur provincial, par l’intermédiaire de Gaston Kagembèga, responsable du service de la mobilisation sociale à la direction provinciale de l’enseignement de base (DPEBA) du Boulkiemdé, a fait un bref exposé sur l’état de l’opération "Alphabétisation accélérée" à Koudougou.

L’opération a commencé à Koudougou depuis le 6 août 2005. Six centres ont été installés dans les écoles Est Garçon, Sogpélcé, Sud B, Burkina B, Dreux et au lycée municipal. Plus de 900 apprenants se sont inscrits et 45 formateurs ont été mobilisés. Les langues retenues sont : le français, le mooré, l’arabe et le liélé.

Le SP/PDDEB a été informé que des auditeurs dans des départements et un groupe d’enseignants qui veulent être alphabétisés attendent que l’opération s’étende à eux. Ces groupes au départ n’avaient pas été pris en compte par les instructions du PDDEB. La DPEBA attendait donc un avis du PDDEB avant de décider de leur intégration. M. Kaboré, le SP/PDDEB, a donné un avis favorable pour cela.

Le Secrétaire permanent du PDDEB a, par la suite, donné des explications sur la philosophie de l’organisation de "Alphabétisation accélérée". Selon donc le SP/PDDEB, le Burkina éprouvera des difficultés pour atteindre le taux d’alphabétisation de 40% en 2010. Toujours selon lui, avec la méthode utilisée par l’Institut des statistiques et de la démographie(INSD) et retenue par le PNUD, ce sera en 2038 que le taux de 40% sera atteint. Il faut donc d’autres mesures. C’est dans ce sens qu’a été instituée l’initiative accélérée d’alphabétisation/formation (IAAFD), qui mettra en place des actions comme l’alphabétisation accélérée, pour que le Burkina Faso espère être au rendez-vous de 40% en 2010.

Engouement pour l’alphabétisation

240 millions de F CFA ont été dégagés pour l’organisation de cette opération. Des kits sont prévus pour les apprenants et les formateurs. Les cours se déroulent les soirs de l8 h à 21 h, mais l’emploi du temps reste négociable entre apprenants et formateurs. Cette année est consacrée à une opération pilote. Elle se poursuivra ou s’arrêtera en fonction des résultats de cette première édition. Le premier responsable de cette opération a donc appelé tous ceux qui sont impliqués à plus d’ardeur pour son succès.

Après ce moment d’échanges, il y a eu la visite dans les centres d’alphabétisation. La mission a pu constater comment les choses se passent réellement, sur le terrain. Des personnes âgées, des jeunes, des femmes avec leur bébé, des enfants déscolarisés comme des élèves en vacances étaient là pour les cours. Dans une des classes, à l’école Sud B, on a pu constater la présence d’un vieux de plus de 65 ans, Oumarou Nana. Il dit s’être inscrit pour apprendre aussi à lire et écrire. Il reconnaît que c’est difficile pour lui, mais compte aller jusqu’au bout malgré les railleries des enfants de la classe. Dans une autre classe, au lycée municipal, un homme et sa femme étaient là pour les cours en français.

Il semblait y avoir un engouement pour l’alphabétisation. Il y avait plus d’inscrits en français que dans les autres langues. Apparemment, une grande partie de la population veut savoir lire et écrire. Il faut peut-être mettre les conditions pour les attirer plus. Certains apprenants se sont inquiétés pour la pérennité de l’opération. Mais le SP/PDDEB les a tranquillisés à ce propos. Il leur a fait savoir que s’il y a des gens qui veulent toujours s’alphabétiser, l’opération se poursuivra.

Aux apprenants, il a expliqué le sens de l’opération et les a encouragés à poursuivre dans cette lancée. Il a dit être satisfait du déroulement de l’activité et attribue cette réussite à l’engagement des premiers responsables de l’enseignement de la province.

Noraggo Paul HIRY
Le Pays

Santé au travail : Zoom sur les troubles musculosquelettiques
Enseignement au Burkina : L’École primaire catholique de (...)
TGI de Ouagadougou : Il écope de douze mois d’emprisonnement
Éducation : Les anciens élèves de l’école primaire A de (...)
Koudougou : Le Centre agricole Sainte famille de (...)
Accès des adolescents et jeunes aux services de santé de (...)
MENAPLN : Un atelier pour réfléchir sur l’institution de (...)
Perturbations de la distribution du gaz : Immersion sur (...)
Ouagadougou : Huit présumés malfrats dans les filets de (...)
Arrondissement 2 de Bobo-Dioulasso : « Nos ambitions (...)
Boucle du Mouhoun : Des acteurs de la lutte contre le (...)
Moumouni Lougué, gérant du cabinet NOVID international : (...)
Burkina Faso : Bientôt un état civil moderne et (...)
Corridor Lomé-Ouagadougou : Les jeunes patriotes pour la (...)
Affaire « Elèves filmés par un enseignant » : Ainsi, on (...)
Pèlerinage national 2023 au sanctuaire de Yagma : « (...)
Lutte contre les mutilations génitales féminines : Le (...)
Mort d’un soldat à Dédougou : L’infortuné se serait suicidé (...)
Ministère de l’éducation nationale : Vers l’adoption du (...)
Route Dédougou-Bobo-Dioulasso : Un accident de la (...)
Développement endogène : Le SPONG réaffirme son engagement (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 32445



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés