Actualités :: Catastrophe alimentaire : "Alternance 2005" donne l’alerte

Selon les 15 partis membres d’Alternance 2005, le Burkina connaît une catastrophe alimentaire que le pouvoir tente de dissimuler. Voilà pourquoi ils lancent ce SOS pour que la communauté internationale "prenne conscience du drame".

Le gouvernement de la IVe République, après s’être vanté par une propagande tous azimuts , de la réussite et de l’efficacité de l’opération SAAGA, allant jusqu’à a présenter comme une trouvaille burkinabè pour résoudre le problème de l’irrégularité et de l’insuffisance des pluies constatées depuis un certain temps dans la zone sahélienne, déclare sans sourciller que la campagne agricole 2004/2005 était globalement excédentaire malgré quelques zones déficitaires. Comme d’habitude, la réalité allait une fois de plus démentir cette affirmation.

Aujourd’hui, tout le monde constate que la situation alimentaire de l’immense majorité des burkinabè est préoccupante. De Gorom-Gorom à Gaoua et de Diapaga à Dédougou, les populations sont confrontées à la rareté des céréales et à leurs prix exorbitants. Le sac de maïs ou de mil se négocie entre 25.000 et 30.000 francs CFA. Dans certaines régions, des chefs de familles démunis , les greniers vides et ne recevant aucune aide des autorités, se sentant humiliés de ne pouvoir assurer leurs responsabilités vis-à-vis de la famille, ont préféré se donner la mort.

Nous entrons dans la période la plus difficile à savoir la période de "soudure" et la catastrophe alimentaire déjà installée va s’aggraver si rien n’est fait.
Quelles dispositions vigoureuses le pouvoir de la IVe République a-t-il prises pour résoudre cette crise alimentaire dont il connaissait parfaitement l’existence ? Aucune action sérieuse n’est encore visible et le temps presse.

Pendant ce temps, la préoccupation de l’heure de Blaise Compaoré, de son CDP et du gouvernement est l’élection présidentielle. Il s’agit pour eux d’assurer, par la fraude et la manipulation de populations affamées, la victoire de leur candidat le 13 novembre 2005 ; et ce, en dépit d’un bilan de 18 ans catastrophique sur tous les plans, et en violation de notre loi fondamentale qui ne permet à aucun Burkinabè plus de deux mandats successifs.

Ce régime du "tout va bien de la stabilité qui avance et où les prix ne font que baisser" ne vit ni ne sent les préoccupations des populations. il ne se préoccupe que des seuls intérêts de ses dignitaires.

C’est pourquoi, il préfère engloutir des sommes colossales dans des marches de "tanties", de "tontons", de "papys" et autres ABC (amis de Blaise Compaoré), ACC (amis de Chantal Compaoré) et associations bidons créées pour la circonstance et destinées à faire croire à l’opinion internationale que la candidature indécente de Blaise Compaoré résulte de la volonté populaire. Ces manifestations, venant après celles organisées en leur temps par les Mobutou et autres Eyadéma, ne peuvent plus tromper personne.

Alternance 2005 tient à alerter l’opinion internationale sur la gravité de la situation alimentaire qui prévaut présentement au Burkina Faso. La communauté internationale doit prendre conscience du drame qui frappe le Burkina Faso et qui va s’aggraver si des secours ne sont pas rapidement mis en oeuvre dès maintenant, pour venir en aide aux populations en détresse. Il faut que l’on cesse d’attendre que des catastrophes prévisibles arrivent pour voler au secours des populations.

Alternance 2005 tient Blaise Compaoré, son gouvernement et tous ses dignitaires pour responsables de la situation actuelle, eux qui n’ont rien fait pour y remédier ni pour solliciter l’aide de la communauté internationale.

Ouagadougou le 4 juillet 2005

Pour Alternance 2005, le Comité de Suivi

Le secrétaire Général du PAI
Philippe Ouédraogo

Le secrétaire Général du GDP
Issa Tiendrébéogo

Le secrétaire Général de l’UNDD
Hermann Yaméogo

P. Le secrétaire Général de l’UNIR/MS
Bénéwendé S. Sankara

Dédougou : Des personnes déplacées internes crient (...)
Promotion de l’emploi des jeunes au Burkina : Le plan (...)
Syndicats : L’Unité d’action syndicale dénonce les (...)
Bobo-Dioulasso : Le projet Archipelago forme 105 (...)
Burkina/Don de sang dans la région du Centre-est : Une (...)
Identification unique de base au Burkina : Vers (...)
Vie de la rédaction : Zéliya Tamboura, responsable du (...)
Ligne électrique Ouaga-Sapouy : Des chauves-souris à (...)
Entrepreneuriat au Burkina : 60 jeunes formés par la (...)
Sécurité routière au Burkina : Les autorités sensibilisent (...)
Commune de Ouagadougou : Le Mogho Naaba Baongo invite (...)
Entrepreneuriat agricole à Gaoua : L’étudiant Adama Palé (...)
Don de sang au Burkina : « Le sang est gratuit pour (...)
Burkina Faso : Plus de 85% des victimes d’accidents de (...)
Banditisme en milieu urbain : Trois malfrats dans les (...)
Promotion sportive et éducative au Burkina : Des (...)
Enfance en difficultés : Hugues Fabrice Zango fait (...)
Circulation routière au Burkina : Ouagadougou, capitale (...)
Affaire Thomas Sankara : « Ce sont les gens que nous (...)
Communications électroniques au Burkina : Les pratiques (...)
Burkina/Santé : Les responsables du ministère de la Santé (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31038

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés