Actualités :: Forces armées : Quand les militaires prient pour la paix

La nouvelle mosquée du camp de l’unité à Gounghin a accueilli, le vendredi 24 juin dans la soirée, un grand nombre de fidèles, militaires ou non. Ils étaient venus prier pour une paix durable dans notre pays.

"Le militaire n’est pas forcément violent. Le militaire n’est pas celui qui sait faire uniquement la guerre. Le militaire est un être humain, qui aspire et œuvre à la paix". Ces mots sont de l’aumônier militaire musulman principal des forces armées, l’adjudant-chef El hadj Boubacar Compaoré. Il est l’un des initiateurs de la prière pour la paix célébrée le vendredi 24 juin dernier au camp de l’unité.

Cette prière entre également dans le cadre des activités religieuses programmées par l’aumônerie. Selon lui, la prière est importante pour l’invocation de la paix dans un pays ; que l’on soit musulman, catholique, protestant ou animiste, "Chacun doit invoquer son Dieu". Il estime que l’amour du prochain, la tolérance et le pardon sont des choses indispensables à la stabilité et au développement économique du Burkina. C’est la conjugaison de tous ces facteurs qui fait dire que notre pays est un havre de paix.

A l’adresse de ces coreligieux, il a demandé d’œuvrer à la paix, cette fortune que Dieu a offerte à l’humanité et qu’il faut à tout prix préserver. C’est ce que la religion musulmane préconise d’ailleurs à travers le Coran dans un de ses versets : "Hâtez-vous vers le pardon de votre Seigneur, et vers un jardin large comme les cieux et la terre. Préparez ceux qui craignent Allah, ceux qui font l’aumône dans l’aisance ou la gêne, ceux qui maîtrisent leur colère, ceux qui pardonnent aux hommes. Allah aime ceux qui font le bien".

Ce fut une occasion de fêter le Mouloud ou la naissance du Prophète Mohamed (psl) en différé. Les fidèles ont aussi imploré le Tout-Puissant pour une bonne pluviométrie en ce début d’hivernage. La prière a connu la présence de certains officiers militaires, sous-officiers et militaires du rang ainsi que des communautés musulmanes de la Tidjania, du mouvement Sunnite El Itiahad, des associations sœurs du CERFI et de l’AEEMB.

Par cet acte, les militaires viennent de montrer qu’ils n’ont pas une pierre à la place du cœur, qu’ils sont humains et qu’ils ont les mêmes vertus que tout bon croyant.

Kader Traoré
L’Observateur

Burkina : Qui est le lieutenant colonel Ismaël Diaouari, (...)
Burkina Faso : La corruption a la peau dure, plusieurs (...)
Gestion foncière au Burkina : La direction générale de (...)
Sécurité : Le commissariat de police de l’arrondissement 7 (...)
Bourse agricole 2022 : Afrique verte propose une (...)
Malnutrition chronique et insécurité alimentaire au (...)
Jugement des comptes de gestion au Burkina : La Cour (...)
Empowering women in politics : Un nouveau programme (...)
Collecte de sang à l’ASCE-LC : Au moins 200 agents et (...)
Utilisation d’internet et des réseaux sociaux au Burkina (...)
Burkina : La police municipale, la douane et la police (...)
Employabilité de la jeunesse au Burkina : Société (...)
Burkina Faso : L’engagement des volontaires magnifié
Droits des femmes au Burkina : La campagne de 16 jours (...)
Lutte contre le grand banditisme : Trois réseaux de (...)
Lutte contre l’insécurité : Un colloque pour discuter du (...)
Promotion de l’éducation des filles au Burkina : Grâce au (...)
Centre-Est du Burkina : La délégation spéciale de Koupéla (...)
Burkina : "Velléités de déstabilisation ou tentative de (...)
Boucle du Mouhoun : Inondations enregistrées en 2022, (...)
Lutte anti-corruption au Burkina : Les acteurs de la (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31941



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés