Actualités :: Droit international humanitaire : Les forces de défense et de sécurité (...)

Le séminaire international en droit international humanitaire et en droit international des droits de l’Homme, débuté le 24 mai, a pris fin le 27 du même mois. A l’issue des travaux qui se sont déroulés au Mess des sous-officiers, les participants sont appelés à partager les connaissances acquises avec leurs frères d’armes.

Cette formation des formateurs a été bénéfique à plus d’un titre, à en croire les participants. Unanimement, les vingt (20) participants soutiennent avoir beaucoup appris, concernant le droit humanitaire et le maintien de la paix. Le commissaire Rasmané Francis Sawadogo de la direction régionale de la police du Centre-Nord/Kaya, précise cependant que : « en matière de droit international humanitaire et de droit international des droits de l’Homme, nous nous appliquions déjà les principes en vigueur, sans le savoir.

Mais cette formation nous a donné les instruments juridiques et tout le bagage nécessaire qui nous faisaient défaut. Désormais, nous pourrons agir plus efficacement ». Selon le commissaire Sawadogo, les participants ont pris conscience, qu’en période de conflit armé, même les prisonniers ont des droits. Dans cette logique, les prisonniers de guerre doivent être traités avec humanisme et sans exécution sommaire.

En outre, les futurs formateurs ont pris note qu’avant de faire usage de forces contre des manifestants, dans toute situation de conflit, il faut d’abord leur expliquer qu’ils doivent se retirer ; et que dans le cas contraire, il sera fait usage de la force pour maintenir l’ordre. Et même s’il faut en arriver là, il faut éviter tout désordre. « Les affrontements ne se font pas au hasard. Il faut commencer par un mouvement d’ensemble pour disperser les manifestants. Et après les affrontements, il faut venir en aide aux blessés, et traiter les prisonniers avec respect », a-t-il expliqué.

Le commissaire Ambroise Amadou Diarra, de la direction régionale de la police du Nord/Ouahigouya, abonde dans le même sens, en soutenant que les forces de défense et de sécurité interviennent actuellement dans les pays en Afrique, et ailleurs dans le monde. Aussi, s’est-il réjoui de cette formation. « Nous avons appris bien de choses dans le domaine du maintien de la paix, des droits des citoyens qu’ils soient en situation de conflit ou pas ». De son avis, cette formation a donné aux participants une idée de la politique nationale, pour le maintien de l’ordre.

Au-delà des connaissances acquises, cette formation des formateurs a été une occasion de brassage des forces de défense et de sécurité où policiers, gendarmes et militaires ont renforcé leurs compétences et partagé leurs expériences. Ce qui a poussé le commissaire Diarra a lancé un cri de cœur : « puisse cette belle initiative se répéter au profit du plus grand nombre de nos compagnons d’armes », a-t-il souhaité.

Aimée Florentine KABORE (kaborette@yahoo.fr)
Sidwya

Burkina Faso : Plus de 56 tonnes de vivres saisies pour (...)
Sensibilisation au port de casque à Ouagadougou : (...)
Projet « Grand Ouaga » : Une concertation territoriale en (...)
Gestion des risques sociaux : 48h de dialogue entre les (...)
Lutte contre la cécité au Burkina : Du matériel roulant et (...)
Société burkinabè des fibres textiles : Fidèle Ilboudo (...)
Caisse nationale de sécurité sociale : Le directeur (...)
Dédougou : Des personnes déplacées internes crient (...)
Promotion de l’emploi des jeunes au Burkina : Le plan (...)
Syndicats : L’Unité d’action syndicale dénonce les (...)
Bobo-Dioulasso : Le projet Archipelago forme 105 (...)
Burkina/Don de sang dans la région du Centre-est : Une (...)
Identification unique de base au Burkina : Vers (...)
Vie de la rédaction : Zéliya Tamboura, responsable du (...)
Ligne électrique Ouaga-Sapouy : Des chauves-souris à (...)
Entrepreneuriat au Burkina : 60 jeunes formés par la (...)
Sécurité routière au Burkina : Les autorités sensibilisent (...)
Commune de Ouagadougou : Le Mogho Naaba Baongo invite (...)
Entrepreneuriat agricole à Gaoua : L’étudiant Adama Palé (...)
Don de sang au Burkina : « Le sang est gratuit pour (...)
Burkina Faso : Plus de 85% des victimes d’accidents de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 31038

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés